C’est le quatre cent quatre vingt onzième fafiot!

 

Mardi 15 Juin 2016

(de ne pas remettre les conneries à Plutarque )

 augusterodinpenseurdurondingastro.jpg

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

Aujourd’hui, c’est le grand rendez-vous annuel pour les fit le z’oeuf que nous sommes!

Pour la neuvième année consécutive, nous allons vous refiler une correction d’un des sujets ce dont au sujet duquel le bac Philo (dendron?) 2016.

Nous commençons à avoir des annales de ch’val que Michou nous envie:

http://franck77.unblog.fr/category/le-bac-philo/

———————————————————

Ligotons un pneu les sujets de cette année :

Sujets du bac philo 2016 : série L

  • Nos convictions morales sont-elles fondées sur l’expérience ?
  • Le désir est-il par nature illimité ?
  • (Explication de texte) Un extrait de « Vérité et politique », d’Hannah Arendt

Sujets du bac philo 2016 : série ES

  • Savons-nous toujours ce que nous désirons ?
  • Pourquoi avons-nous intérêt à étudier l’Histoire ?
  • (Explication de texte) Extrait des Principes de la philosophie, de Descartes

Sujets du bac philo 2016 : série S

  • Travailler moins, est-ce vivre mieux ?
  • Faut-il démontrer pour savoir ?
  • (Explication de texte) Un extrait du Prince, de Machiavel

Sujets du bac philo : série technologique

  • Pour être juste, suffit-il d’obéir aux lois ?
  • Pouvons-nous toujours justifier nos croyances ?
  • (Explication de texte) Un extrait de Causeries de Merleau-Ponty.

—————————————–

Nous allons jeter notre dé velu sur :

Le désir est-il par nature illimité ?

—————————————————

Bon, ce n’est pas tout ça mais j’attaque le sujet à 10h39 ce qui me laisse pas lerche pour rendre une copie à l’heure de l’apéro. Comme nous l’avons appris, pour esgourdir un sujet de philo, il faut éplucher la question, puis exposer tranquillou une thèse, une synthèse, une antithèse, une mortaise et si on a du rabe, une foutaise.

Tout d’abord, il faut savoir ce qu’est le désir. Et là, je vais dehors et déjà calmer les ardeurs des fêlés du mandrin en leur rappelant que nous sommes en philosophie et non en cours d’anatomie comparée.
Donc le gazier qui veut faire une disserte complète sur la manière dont il se polit la bûche en reluquant les obus de sa crémière peut aller se brosser.

Si, on chope une définition du désir dans les Roberts, on lit que le désir est l’action de désirer ce qui nous fait un gros tinet une belle jambe. Puis en deuxième définition, ça cause de l’appétit sexuel avec la photo de la bite à Dudulle.

Donc pour aborder le probloque de façon philosophique, nous allons faire appel à Spinoza qui a plus fait pour la philo  que Sud Rail pour le déplacement des bouzines. Spinoza, donc ,nous dit que « Le désir est l’essence  de l’homme ». Et là, je dis Môssieu!

En effet, bien qu’il ait un blaze  à la con, je pense que Spinoza fait le tour de la question en deux coups les gros.

Le désir, dans son acception philosophique pure est dure est bien l’essence de l’homme (et le comique qui demandera si c’est du sans plomb 98 aura directos ma main sur la tronche).

Aristote, qui était un des dix slips de Platon, considérait la faculté désirante comme une force motrice, ce qui, pour son époque, avait de la gueule comme analyse.

Bien sûr, dans les philosophes qui prennent le désir pour de la branlette de pignouf nous trouvons Epictète qui considérait que ne rien désirer était un pur bonheur car cela consiste à être libre. Pour sa défense, Epictète vivait dans les années 50 après le dépotage du chrysanthème de Jésus Christ, et qu’à cette époque, les objets du désir se comptaient sur les doigts d’une palourde.

Justement, la notion d’objet du désir nous fournit une entrée en matière comme il se doigte ce dont au sujet duquel le caractère illimité ou non du zimbrec.

L’homme est une bête de désir, que ce désir soit matériel, spirituel, physique, moral, ou autre. Il est difficile, au XXIème siècle, de concevoir que l’ homme ne désire rien, ou alors il est dans une posture béate face à la vie, considère qu’il suffit à lui même, et qu’il se satisfait lui même.

Le désir n’entraîne pas forcément la possession; Il existe des désirs naturels et des désirs vains. Le désir engendre donc   une foultitude de situations de la condition humaine telles que manque, frustration, satisfaction, bonheur,….

Schopenhauer considérait le désir comme un mouvement perpétuel chez l’homme. Un désir appelle forcément d’autres désir car l’homme est insatiable. Donc pour ce philosophe qui a un blaze à participer à des courses de Formule 1, le désir est bel est bien infini.

A contrario, Platon nous dit que la seule chose qui doit être désirée est la vérité. Donc, apparemment; le champ d’action est limité. mais si l’on considère qu’il y a une méga chiée de vérités nous revenons bien à la conclusion que  même si on a un unique objet de désir, la quête est , quant à elle, illimitée.

Ayant eu un temps plus court que les autres années et rendant ma copie à midi comme tout le monde, je peux affirmer que le désir est bien, par nature, illimité. Il suffit de voir le désir perpétuel  de faire chier le monde de la part de pas mal de nos cons citoyens que  l’on peut inscrire cette conclusion au fronton de l’académie philosophique des questions à la con.

——————————-

(©franck.mar77)

****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires , il suffit de cliquouiller  ici

**** Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un aperçu général ici 

**** Pour les timides qui veulent nous clouer sur une poule au riz, l’adresse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

deconnoland@orange.fr

 

***** Une nouveauté plus du tout récente, le lien fesses-bouc : http://www.facebook.com/franck.duconno

Publié dans : le bac philo | le 15 juin, 2016 |4 Commentaires »

C’est le quatre cent quatre vingt dixième fafiot!

Samedi 9 Janvier 2016

(de changer les draps parce que Mathilde est reviendue…)


(Pierre Bachelet – J’veux danser)

Je reviens d’outre tombe pour relancer le blog de la déconnitude! Con s’le dise!

Tout d’abord, je vous présente mes meilleurs vieux en vous souhaitant un bananier, une bonne sans thé et ainsi de suite.

Nous allons relancer le blog en créant une nouvelle rubrique :

« La pensée à la con sur l’image à la con »

la pensée à la con 2

——————————-

(©franck.mar77)

****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires , il suffit de cliquouiller  ici

**** Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un aperçu général ici 

**** Pour les timides qui veulent nous clouer sur une poule au riz, l’adresse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

deconnoland@orange.fr

 

***** Une nouveauté plus du tout récente, le lien fesses-bouc : http://www.facebook.com/franck.duconno

Publié dans : LA PENSEE A LA CON SUR L'IMAGE A LA CON | le 9 janvier, 2016 |6 Commentaires »

C’est le quatre cent quatre vingt neuvième fafiot!

Samedi 8 Août 2015

(de tâter de l’effets mes rides derechef (de gare?) bis…)


(Django Reinhardt – Minor swing)

Aujourd’hui,  nous sommes le Samedi 8 août 2015.

Le soleil se lève à 6h32 alors que le seul boulot qu’il fera aujourd’hui sera de se pieuter à 21h18. Y a pas à dire, il y en a qui ont la belle vie, non mais!

La lune est pleine à 44%. De là à dire qu’elle est vide à 56% il n’y a qu’un pas à franchir, celui du  fameux pas sur la lune qui a, si mes souvenirs sont bons, été effectué en 1969 par un gazier du nom d’Armstrong qui jouait de la trompette et qui a escroqué 7 Tours de France parce qu’il piquait les capsules à Paulo.
(Soit dit en passant, je rappelle aux puristes que de se retrouver sur la lune en plein 69 est signe de terrain glissant ou de langue disproportionnée.)

Nous fêtons les Dominique, et je vous vois venir bande de filousques et de filouzes que vous êtes à vouloir faire rimer Dominique avec pique-nique, Dubrovnic ou Salonique, bref, avec une arrière pensée douteuse que moi-même je n’aurais pas eu le pouillième d’un soupçon.

On fête aussi les Cyriaque. Quant aux Scies circulaires, il faudra qu’elles attendent.

C’est le  8 août 1834 qu’a eu lieu la première ascension du Mont Blanc. A cette époque, le connard en tongs comptant beaucoup sur Mondial Assistance n’existait pas encore…

Le 8 août 1815, Napoléon part pour Saint-Hélène. Il a évité la Francilienne en passant par Etampes.

                Dicton du jour :

« Saint Dominique a souvent chaud dans sa tunique ».

Comme quoi, finalement, vous aviez raison, les Dominique sont des belles salopes (comme ma sœur (Dominique?)).

——————————-

(©franck.mar77)

****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires , il suffit de cliquouiller  ici

**** Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un aperçu général ici 

**** Pour les timides qui veulent nous clouer sur une poule au riz, l’adresse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

deconnoland@orange.fr

 

***** Une nouveauté plus du tout récente, le lien fesses-bouc : http://www.facebook.com/franck.duconno

Publié dans : Effets mes rides | le 8 août, 2015 |9 Commentaires »

C’est le quatre cent quatre vingt huitième fafiot!

Vendredi  7 Août 2015

(de tâter de l’effets mes rides derechef (de gare?)…)


(Grand corps malade – Chercheur de phases)

Aujourd’hui,  nous sommes le Vendredi 7 août 2015.

Le soleil se lève à 6h31 et je te bouscule, enfin bref, je ne vais pas raconter la vie de Claude François qui est mort électrocuté un lundi au soleil qui se couchera à 21h20 (faut suivre).

La lune est pleine à 50%. Alors que ma sœur maintient son rythme (voir effets mes rides précédent)

C’est la Saint Gaétan de Thienne. Mézigue, perso, je ne connais pas de Gaétan de Mhienne, donc je m’en tamponne un gros tinet.

Le prénom breton fêté du jour est Levan. Ce qui est  logique pour une région où le climat fait consommer beaucoup d’antioxydant. (Il faut réfléchir un pneu pour celle là).

Le 07 août de l’année 1941 , le poète indien Rabindranath Tagore a dépoté son chrysanthème, et je trouve qu’on a trop tendance à l’oublier. .

                Dicton du jour :

« Qui veut avoir du bon moût, laboure sa vigne en août ».

 A ne pas pas confondre avec

« Qui veut gnavoir de mon bout, savoure la bite en voute »

——————————-

(©franck.mar77)

****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires , il suffit de cliquouiller  ici

**** Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un aperçu général ici 

**** Pour les timides qui veulent nous clouer sur une poule au riz, l’adresse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

deconnoland@orange.fr

 

***** Une nouveauté plus du tout récente, le lien fesses-bouc : http://www.facebook.com/franck.duconno

Publié dans : Effets mes rides | le 6 août, 2015 |1 Commentaire »

C’est le quatre cent quatre vingt septième fafiot!

Mercredi  5 Août 2015

(de tâter de l’effets mes rides…)


(Grand corps malade – Chercheur de phases)

Je ne vais pas me fouler, et je ressors la rubrique « Effets mes rides »

Aujourd’hui,  nous sommes le mercredi 5 août 2015.

Le soleil s’est levé ce matin et se couchera ce soir. C’est vous dire si sa vie est passionnante.

La lune est pleine à 69% (un peu comme ma sœur).

C’est la Saint Abel. Donc les Robert ou les Paulette peuvent aller se brosser

                Dicton du jour :

« A Saint Abel, faites vos confitures de mirabelles. »

 Dicton ou pas, je n’ai pas que ça à foutre aujourd’hui, non mais!

——————————-

(©franck.mar77)

****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires , il suffit de cliquouiller  ici

**** Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un aperçu général ici 

**** Pour les timides qui veulent nous clouer sur une poule au riz, l’adresse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

deconnoland@orange.fr

 

***** Une nouveauté plus du tout récente, le lien fesses-bouc : http://www.facebook.com/franck.duconno

Publié dans : Effets mes rides | le 5 août, 2015 |6 Commentaires »

C’est le quatre cent quatre vingt sixième fafiot!

 Lundi 20 Juillet 2015

(de tenter de séparer li bon grain de l’ivraie…)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Ayant eu une subvention de la mairie, le blog de la déconnitude a pu créer une nouvelle rubrique!

Aujourd’hui, nous allons étrenner cette nouvelle rubrique, sobrement intitulée : « La question du jour ou les vraies fausses infos… »

Le principe est simple, on file des nouvelles qui paraissent fausses mais qui peuvent être vraies et inversement.

Bref, comme le dit si bien mon pote Rachid, il ne sera pas évident de séparer li bon grain de l’ivraie.

——————————–

La question du jour est : Mais qu’est devenu Thomas Vergara?

———————————-

Thomas Vergara est, je le rappelle, le compagnon de Nabilla, la Bimbo à flotteurs dont le seul regret est sûrement de ne pas être née au siècle des lumières.

Aux dernières nouvelles, Thomas Vergara a changé de coiffure, preuve en est ce document top secret filé par la DGSE :

http://www.public.fr/News/Photos/Photos-Thomas-Vergara-change-de-tete-vous-le-preferez-comment-787616.

Le bellâtre a laissé ce message à ses fans :

« Nouvelle coupe @lerouge13 fini le chignon ou la coupe à l’oignon et les queue de rats sur la tête c’est dépassé les mec  #byebyelacouette« .

Sans me vanter, cette citation de toute beauté fera sûrement entrer l’engin dans la prochaine édition du Petit Larousse avec sa tronche, l’ayant déjà eue dans les gros roberts (sa tronche itou!), l’an passé

Mais la question nous brûle les lèvres, comme dirait ma sœur après sa nuit d’amour avec son quartier :
« Que fait Thomas Vergara en ce moment? »

Heureusement que le blog de la déconnitude est présent pour combler ce trou, comme ma sœur,…enfin bref.

Et bien Thomas est sur le Tour de France et travaille pour une équipe dans un pur anonymat. En effet, notre chevalier des temps modernes, nous pouvons l’appeler comme ça puisque qu’il a échappé aux attaques d’une flèche, a été embauché pour préparer les bidons des coureurs.

Comme quoi, Thomas Vergera ne débande jamais et continue de remplir des gourdes… 

——————————-

(©franck.mar77)

****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires , il suffit de cliquouiller  ici

**** Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un aperçu général ici

**** Pour les timides qui veulent nous clouer sur une poule au riz, l’adresse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

deconnoland@orange.fr

 

***** Une nouveauté plus du tout récente, le lien fesses-bouc : http://www.facebook.com/franck.duconno

 

 

C’est le quatre cent quatre vingt cinquième fafiot!

 Vendredi 17 Juillet 2015

(d’arrêter de suspiscer)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Arrêtons de diffamer, de supputter, de glauser, bref de suspiscer ce dont au sujet duquel Christopher Froome.

Je me suis forgé une opinion en zieutant ce document :

https://pbs.twimg.com/tweet_video/CJ4fbr9UMAAL51x.mp4

Après une analyse fine (à l’eau?) du document sus mentionné au microscope électronique (ta mère), après avoir  procédé au décryptage du dernier  électro-encéphalo-enculogramme, après avoir  versé les extraits de son dernier seau  d’urine dans un Ti Punch doudou, je peux vous livrer dehors et déjà ma conclusion qui clouera le bec aux détracteurs (Fergusson?) et aux malfaisants de tous poils que le dealer  (ou leader, je ne suis pas balèze en rosbeef) de l’équipe Sky (aux raisins?) n’est pas dopé mais qu’il est tout simplement pressé d’arriver non mais!

——————————-

(©franck.mar77)

****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires , il suffit de cliquouiller  ici

**** Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un aperçu général ici

**** Pour les timides qui veulent nous clouer sur une poule au riz, l’adresse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

deconnoland@orange.fr

 

***** Une nouveauté plus du tout récente, le lien fesses-bouc : http://www.facebook.com/franck.duconno

Publié dans : Le coup de gueule du jour | le 17 juillet, 2015 |3 Commentaires »

C’est le quatre cent quatre vingt quatrième fafiot!

Mercredi 15 Juillet 2015

(de causer d’un navet de première bourre qui passe à la téloche ce soir)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Si vous avez votre soirée à niquer, zieuter un monument du cinéma sur ARTE ce soir.

J’ai eu l’honneur de le voir au cinoche le dimanche 2 mai 2010.

Spécialement pour vous, j’ai ressorti la fiche de lecture de l’époque!
Balançons la soudure :

Nous allons enrichir la rubrique « Les sales zobs s’curent ».

Le ciel est d’un grand bleu en ce début de dimanche après-midi. Les bourgeons bourgeonnent, les  arbres arbonnent, les oiseaux oisonnent, bref, un après midi printanier qui fleure bon le lilas, le jardin retourné, Peter Pan et ça fait clochette, en pluche.

Nous nous sommes dits, Ginette, Philémon et moi-même,  pourquoi ne profiterions-nous pas de ce temps superbe pour aller au cinoche? Des esprits belliqueux à souhait et assoiffés de contradictions nous auraient pris pour des fous. Que nenni, je vous narre la suite.

Nous enfourchons donc la Jyva 4 et filons au cinoche.

A l’affiche, il y a , une fois de plus, un film d’animation amerloque en 3D. Ayant eu la chance d’avoir vu « Avatar », nous n’avions pas voulu renouveler l’expérience de voir une autre grosse merde, en 3D, qui plus est. Je pense que les amerloques ont l’habitude de sortir leurs conneries en 3D, pour qu’on puisse les voir de loin pour ne pas marcher dedans.

Il y a aussi, au programme, le dernier film d’Arcady, fleurant bon la semoule d’antan, la famille soudée et la dose de pègre syndicale. Ce doit être une resucée du « Grand Pardon », avec Patrick Bruel reprenant le costard de Roger Hanin qui n’avait pas son pareil pour faire ses po-po-po en défouraillant sur ses collègues de commerce.

Mais zieuter un film noir, alors qu’il fait si beau, ne nous dit rien.

Nous portons notre dé velu sur un film au nom bien français « Mammuth », avec des « monstres » du cinéma, Gérard Depardieu et Yolande Moreau. En pluche, il y a la participation d’Isabelle Adjani, et de Benoît Poelvoorde.

mammuthaffiche.jpg

Voici le synopsis du gourbi, repompé intégralement sur le site Allo Ciné :

Serge Pilardosse vient d’avoir 60 ans. Il travaille depuis l’âge de 16 ans, jamais au chômage, jamais malade. Mais l’heure de la retraite a sonné, et c’est la désillusion : il lui manque des points, certains employeurs ayant oublié de le déclarer ! Poussé par Catherine, sa femme, il enfourche sa vieille moto des années 70, une  » Mammuth  » qui lui vaut son surnom, et part à la recherche de ses bulletins de salaires. Durant son périple, il retrouve son passé et sa quête de documents administratifs devient bientôt accessoire.

Les ceusses et ceuzes qui ont eu la chance d’étudier le grec, avant la crise, savent qu’un périple, en général, est un voyage qui ne se fait que par voie maritime. Mais comme tous les journaleux spécialistes du cinoche ont scribouillé que le périple était effectué sur une moto, je me plie à la majorité.

Mais nous n’allons pas tergiverser sa tanique sur ce détail linguistique, et je m’en va vous livrer deux ou trois impressions sur le chef d’oeuvre de Gustave Kerven et Benoît Délepine.

Au début de la séance, si vous êtes porteurs de binocles, vous avez la fâcheuse tendance à essuyer vos carreaux tellement vous avez l’impression d’avoir les verres en peau de saucisson. Et bien en fait, c’est une habitude à prendre. En effet, comme le film est, les critiques sont unanimes, poétique, les auteurs ont eu le bon goût d’écluser leurs pelloches en tranche de jambon et deux ou trois morcifs de super 8 afin de toucher du doigt la texture de la métaphore filée qui consiste à être le plus près possible du héros, c’est à dire derrière son cul et sa tignasse grasse.

C’est un road movie à la française. C’est à dire que vous remplacez la Harley Davidson par une Sapétoku de contre bande, Jack Nicholson par Obélix, et la ligne droite américaine par un chemin vicinal sillonant la cambrousse de la Poitevine Charantolène.

Il y a deux ou trois moments sympatoches, moments qui sont curieusement regroupés dans la bande-annonce.

La presse a été unanime!

Exemples:

——————————————-

« La distribution est de haut vol, avec Isabelle Adjani qui fait quelques apparitions et Benoît Poelvoorde accroché à son discours de la méthode » ( Libération).

Le gazier de Libération a voulu montrer qu’il avait des lettres, et pas seulement dans sa boite. De deux choses l’une, soit  il n’a pas compris pourquoi Adjani faisait des apparitions (je ne vais pas vous le dire car si on retire les huit grammes de l’intrigue, il ne restera plus que votre seau de pop corn (pour les cons qui vont bouffer au cinéma, cela va de soit)), soit il a voulu faire chercher sur oui-oui-merdia à ses lecteurs à scie dure ce qu’est le Discours de la Méthode, pour bien comprendre le rôle de Benoît Poelvoorde.

mammuthadjani.jpg

————————————————-

Mention spéciale pour Gérard Depardieu : il « se révèle comme ce qu’il n’a jamais cessé d’être : un immense acteur romantique, en mal d’amour et de tendresse » (Le Monde).

 

Effectivement, l’acteur est immense et d’un romantisme exacerbé. Il écrit les plus belles pages du romantisme en traitant de con un charcutier traiteur de chez Leclerc, il fait preuve de tendresse en branlant son cousin du même âge qui fait de même pour le monstre, et atténue son mal d’amour en sautant sa nièce (enfin on suppute (aux bois?)).

 

——————————————————-

Quant à la poésie, elle divise : « Parfois triviale, parfois lyrique, parfois contemplative – comme dans la seconde partie de Mammuth » (L’Express)

Les journaleux actuels ont une sacré conception de la poésie! Voir de la poésie triviale, lyrique et parfois contemplative dans Mammuth est une véritable escroquerie.

mammuthmoreau.jpg

Bref, je m’en va tout de suite acheter une vieille caméra super 8 au vide grenier de Mézieux-en-Bourbay, je vais imprimer la pelloche au gras double en filmant un chien en train de chier, et je vais pondre un synopsis de ch’val en expliquant que l’acteur principal refoule son moi intérieur et recherche, en reniflant son étron, la poésie d’une vie postérieure qu’il risque d’avoir s’il rencontre un doberman deux fois plus haut que lui ,désireux de faire de la roue arrière.

En conclusion, en sortant du cinoche à 17heures32, nous avons bien profité, et encore mieux, du ciel bleu, des bourgeons qui bourgeonnent et des pigeons balconnant sur des balcons pigeonnant.

Je vous laisse un lien pour regarder la bande annonce de la daube (qui est, curieusement, imprimée sur une pelloche normale), tout est dedans!

Image de prévisualisation YouTube

 

Vouloir en voir plus serait du gâchis, et vous ferait perdre bêtement 1h32.

Une dernière chose: Messieurs et mesdames les journaleux et leuses, laissez tranquille la poésie, elle ne vous a rien fait, elle…..

(franck 77)

Publié dans : les sales zobs s'curent | le 15 juillet, 2015 |1 Commentaire »

C’est le quatre cent quatre vingt troisième fafiot!

Mercredi 17 Juin 2015

(de ne pas remettre les conneries à Plutarque )

 augusterodinpenseurdurondingastro.jpg

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

Aujourd’hui, c’est le grand rendez-vous annuel pour les philosophes que nous sommes!

Pour la huitième année consécutive, nous allons vous refiler une correction d’un des sujets ce dont au sujet duquel le bac Philo (dendron?) 2015.

Nous commençons à avoir des annales de ch’val que Michou nous envie:

2014 : http://franck77.unblog.fr/2014/06/16/cest-le-quatre-cent-soixante-dixieme-fafiot/

2013 : http://franck77.unblog.fr/2013/06/17/cest-le-quatre-cent-cinquante-septieme-fafiot/

2012 : http://franck77.unblog.fr/2012/06/18/cest-le-quatre-cent-vingt-septieme-fafiot/

2011 : http://franck77.unblog.fr/2011/06/16/cest-le-trois-cent-quatre-vingt-onzieme-fafiot/

2010: http://franck77.unblog.fr/2010/06/17/cest-le-trois-cent-treizieme-fafiot/

2009 : http://franck77.unblog.fr/2009/06/18/cest-le-deux-cent-dix-septieme-fafiot/

2008: http://franck77.unblog.fr/2008/06/16/cest-le-bouzieme-fafiot-bis/

—————————————————————-

Et si nous ligotions les propales de cette année :

 Série L : Littéraire (coef 7)
Sujet 1 – Respecter tout vivant est-ce un devoir moral?
Sujet 2 – Suis-je ce que mon passé a fait de moi ?
Sujet 3 – explication de texte : Tocqueville extrait de De la démocratie en Amérique

Série ES : Economique (coef 4)
Sujet 1 – La conscience de l’individu n’est-elle que le reflet de la société à laquelle il appartient?
Sujet 2 – L’artiste donne-t-il quelque chose à comprendre?
Sujet 3 – explication de texte de Spinoza extrait du Traité théologico-politique

Série S : Scientifique (coef 3)
Sujet 1 – La politique échappe-t-elle à l’exigence de vérité ?
Sujet 2 – Une œuvre d’art a-t-elle toujours un sens?
Sujet 3 – explication de texte de Cicéron extrait de De la divination

———————————————————–

Portons notre dé velu sur le sujet suivant :

« Une œuvre d’art a-t-elle toujours un sens? »

—————————————————————

Comme d’hab, il nous reste deux plombes pour traiter  ce sujet et mettre en place, comme il se doigte, une introduction, une thèse, une antithèse, une foutaise, une mortaise et une conclusion.

En intro, l’on peut affirmer qu’un sujet de philo, c’est comme une crevette ou une crevisse, bref une volaille aquatique : il faut la décortiquer avant de se la boulotter.

Tout d’abord, nous devons savoir ce qu’est une œuvre d’ art, et là, les petits nenfants, nous n’avons pas sortis le cul des ronces, et une fois qu’on aura résolvationner le zimbrec il faut savoir si le gourbi a un sens, ce qui sera une autre paire de manches.

Vu le temps imparti, nous allons essayer de synthétiser ce qui peut-être considéré comme une œuvre d’art. Quand on parle d’œuvre, cela sous entend qu’un gazier sur deux pattes ait œuvré, sinon en ne s’en sort pas. Et quand nous causons d’un gazier sur ses deux guitares, nous ne ferons pas référence au piroulis chafouin, ni à l’aigrette à bec verseur qui chantent magnifiquement, ni au kangourou qui a un chant moins mélodieux. La nature, en effet, peut donner un spectacle à tomber sur le cul, mais cantonnons-nous au bipède soi disant doué d’intelligence et de créativité qui s’évertue à pondre une œuvre.

Dans les causeries des années précédentes nous avions déblayés le terrain, et en substance il en était ressorti qu’une œuvre d’art, dans son acception contemporaine, peut-être désormais  tout et n’importe quoi sorti d’un esprit génial ou fait con qui expose une expression visuelle, auditive, olfactive ou goûtue de son désir d’initier un partage, voire une propale de questionnement  à l’homme de la rue, et même, soyons fousques, à l’homme de l’avenue, voire  du boulevard.

Nous connaissons tous des tableaux, des statues, des symphonies qui restent des purs chefs d’œuvres, mais il faut maintenant intégrer des œuvres autoproclamées telles les cagouinsses de Duchamp, ou alors les collages de poils de fion à la pisse sur contreplaqué d’Antoni Tapiés, ou le homard à l’américaine de Jeff Koons qui sont à l’art ce que Tarzan est à Jane, c’est-à-dire une calamité.

Bref, l’œuvre d’art qui avait de la tronche du temps de Pline l’Ancien, Descartes, Kant, Spinoza brefle de tous ces grands sportifs de la pensée, peut-être désormais une trace de pneu au fond d’un calebard, ou alors un meuble Ikea recouvert de coquilles d’huitres.

Donald Judd, un artiste minimaliste qui a eu le bon goût de mourir en 1994 disait « Si quelqu’un appelle cela de l’art, c’est de l’art! ». En pluche ça l’arrangeait, tellement sa production entre au nombre des foutages de gueule des temps modernes.

 

Bon maintenant que l’œuvre d’art a été cernée (comme les calots de ma sœur après une nuit de folies avec l’immeuble), il nous faut donner un sens au mot sens.

Nous allons écarter le sens Paris-Province qui n’a pas lieu d’être dans une copie de philo, surtout en milieu de semaine.

Le sens est une notion qui peut partir dans toutes les directions. Il y a le sens que donne l’artiste à son œuvre, Il y a le sens que le spectateur de l’œuvre comprend ou veut donner à l’œuvre, il y le sens caché d’une œuvre, le sens déformé d’une œuvre ou le sens interdit, mais là ça compte moins parce qu’il n’est en place que les jours de marché.

Il y a le sens moral, politique, philosophique et la liste n’étant pas exhaustive, nous nous rendons compte qu’au bout d’une plombe de rédaction ce sujet est un véritable piège à con et qu’on peut partir dans tous les sens et ce, à trois quarts d’heure de l’apéro.

Z’allez me dire, bande de voyousques et de vouyouzes que vous êtes, présenté comme çà, l’art a un sens quand il représente quelque chose de beau (ce qui est un autre sujet de philo pour le définir, mais on ne va se palucher tout le programme).
Loin de moi cette idée et nous n’allons pas faire du ségrégationnisme artistique et englober toutes les merdes créatives dans notre réflexion.

Marcel Spinoza, à ne pas confondre avec le philosophe du même nom, ni avec un musicien qui bande aux néons disait : « Si mon béret est de l’art, l’art n’a pas de sens ».
Comme quoi, le kir alsace peut être compatible avec une réflexion non seulement pragmatique, mais aussi constructive. 

Peut-on ne pas donner un sens à une œuvre? Dans cette proposition interro négative, l’on suppute (aux bois?) que certaines œuvres ont été créées pour ne susciter aucune émotion, aucune interrogation, aucune extase aussi bien de la part du  créateur que du spectateur de l’œuvre.
Certes, certaines œuvres n’ont pas de sens et je connais un encadreur qui est souvent emmerdé pour savoir à quel endroit poser la fistrouille pour pendre certains tableaux.

En tout cas, il est impossible, pour no zigues, que l’art n’ait pas de sens. Comme l’affirmait  Descartes : « Tout a un sens »; d’autant plus qu’avec un blaze pareil  il ne connaissait pas le GPS (tout comme Camille Saint Saëns).

Je ne voudrais pas me vanter, mais je pense que de poser la question « Une œuvre d’art a-t-elle toujours un sens? », c’est un peu se demander si mon casque de chantier a bien un fond. Toutes les œuvres d’art ont eu ont et auront un sens, même celles qui mériteraient celui de la poubelle.

Et ce sens peut aller du purisme de la création , de la volonté à ébahir les sens, ou tout simplement à se remplir benoitement les fouilles, sans oublier que les contemplatifs des œuvres ne sont pas forcément des nez d’boeufs assermentés, non mais!

——————————-

(©franck.mar77)

****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires , il suffit de cliquouiller  ici

**** Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un aperçu général ici

**** Pour les timides qui veulent nous clouer sur une poule au riz, l’adresse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

deconnoland@orange.fr

***** Une nouveauté plus du tout récente, le lien fesses-bouc : http://www.facebook.com/franck.duconno

 

Publié dans : le bac philo | le 17 juin, 2015 |9 Commentaires »

C’est le quatre cent quatre vingt-deuxième fafiot!

 Lundi 30 Mars 2015

 (de se dire que la journée mondiale de la connerie verra sûrement le jour en pleine nuit)


(Pierre Perret – C’est l’printemps)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour. 

Dans la grande série des journées mondiales (à la con?) aujourd’hui est celle de la bipolarité (au jasmin?).

journée mondiale bipolarité

Il parait  que le traitement le plus courant est d’utiliser du lithium, dont on fait les piles, à ne pas confondre avec l’opium, dont on fait les pipes.

Je ne voudrais pas cafter et jouer les vierges enfourchées, mais filer du lithium à un bipolaire pour qu’il n’ait que des ions positifs me parait être une hérésie comme disait Cation l’Ancien qui se tirait sur l’électrostatique en attendant qu’Eddy sonne.

Perso, je pense qu’en leur mettant les doigts dans la prise, les patients souffrant de bipolarité redeviendront tranquillou monophasés (comme la lune? ou comme ma sœur? enfin un des astres)…

Je vous rappelle que demain sera la journée mondiale de la raie bien beurrée. Alors cessez de rire charmante Elle et Vire….

——————————-

(©franck.mar77)

****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires , il suffit de cliquouiller  ici

**** Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un aperçu général ici

**** Pour les timides qui veulent nous clouer sur une poule au riz, l’adresse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

deconnoland@orange.fr

***** Une nouveauté plus du tout récente, le lien fesses-bouc : http://www.facebook.com/franck.duconno

Publié dans : déconno-news | le 30 mars, 2015 |21 Commentaires »
12345...79

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique