Archive pour le 11 juin, 2008

C’est le septième fafiot!

(du pré en bulles au huitième fafiot)

  

Bonjour aux déconnobloguiteurs et déconnobloguiteuses de Déconnoland !  

A l’heure à laquelle vous allez lire ces lignes, bande d’ingrats aux yeux collés dont 63,5%  ont déjà dû se gratter le derche au moins une fois au saut du pieu, 38% ont dû se sentir les doigts une fois qu’ils se sont grattés le fion, et 10% (les petits veinards) qui se le grattent uniquement la veille et qui ne se sentent plus les doigts car ils ont déjà eu l’expérience des deux premiers cas de figure et ont juré que l’on ne les y reprendrait plus, à l’heure à laquelle…disais-je donc, j’aurais déjà mis les adjas pour aller sur un de mes chantiers, afin de gagner ma maigre pitance pour pouvoir me payer un abonnement internet qui me permet de déconnobloguer à plein tube et de faire des phrases longues comme un âne et je m’en fous parce que c’est moi Raoul ici !  

A la  est grand   vue du dernier déconnotomètre de la très sérieuse agence Ipsos à Moëlle, et de la dernière analyse bloguamétrique du Média  Mettre Mon Paletot, je ne suis vraiment pas fiers de vous !  

Et quand je dis de vous, alors là, je ne vais pas mâcher mes mots, comme Cambronne, mais c’est de vous ! Oui, par exemple toi, non pas celui qui est en train de se sentir les doigts, celui qui est derrière et qui lit Charlie Hebdo et qui va re-pomper les blagounettes pour faire poiler ses potes de boulot. Et bien toi, Philémon, tu fais partie de ces quelques 500 visiteurs qui viennent consulter le blog et qui se barrent aussi sec sans même laisser une déconnitude !  

Je vous rappelle le principe de base du blog, si vous avez le QI d’un beignet !:  

Le fafiot ouvert, c’est pour vous faire plaisir parce que ça me fait plaisir (là franck77 tu t’la pètes ! …..mais non !)  

Après, vous dites ce que voulez !  

Les 6 commentaires du sixième fafiot collent à l’esprit du blog de la déconnitude.

Peut-être que mireille a oublié, une fois qu’elle a mis l’info brute, de la déconnotraduire, mais faut l’excuser, à l’heure à laquelle elle a bloguité, elle ne s’était pas encore maquillée au Frameto, n’avait pas encore enfiler ses tongs étanches pour aller au boulot en luttant contre les embruns des quarantièmes vomissants de Lorient, qui je le rappelle est la perle de l’Oxydant (tout comme mireille) !  

Sans faire de matchisme (c’est la saison) aucun, les mecs qui ont eu l’audace de postilloner ont assuré franchement !  

Comme je suis vraiment sympatoche, je vais vous redonner un exemple : 

 ——————————————————————–  

———————————————————————

Info de base :  

 « Deux jeunes sur une mini moto ont percutés une voiture de police et ont été tués sur le coup. Tout de suite après des incidents entre habitants et force de l’ordre ont eu lieu » 

——————————————————- 

Info déconnotraduite (et oui, on peut et il faut rire de tout, étant donné que nous avons tous la même finalité) :  

Constat de l’accident de la route, ou de la distribution des calandres hier:  

Véhicule A  

Mob de nain de la marque Sapetoku

1 conducteur et 1 passager, sans casques, sans lumières, pas assurés (je suppute aux (bois?))

Véhicule B  

Renault poulagane, méchamment bien garée sur la droite de la chaussée d’après la photo du Parigot

2 salauds de flics qui viennent pourrir l’ambiance  

Dégats  

Véhicule A   

La mob de nain n’a même pas mal, par contre les deux d’jeuns sont devenu martyrs (preuve en est que EDF a proposé, en soutien, un mausolée tellement criant de vérité que des madonnes viennent les fleurir)  

Véhicule B  

La renault poulagane césarisée, 28 bagnoles brûlés, une tripotée de magasins torpillés, et 2 keufs qu’on va niquer leur race.  

J’aimerais voir la tronche des assureurs quand ils vont recevoir le constat ! 

——————————————————————————–

——————————————————————————–  

Bon maintenant, on va pouvoir passer au huitième fafiot!

       

Publié dans:déconno-news |on 11 juin, 2008 |2 Commentaires »

C’est le sixième fafiot!

(de la première enquête du Commissaire Macherin ce dont au sujet duquel c’est l’épisode 1/3)

 maigret.gif

De sa longue carrière, le commissaire Macherin n’avait jamais atteint ce niveau de perplexité devant les évènements de la semaine écoulée.

Trois meurtres « signés » en une semaine et pas l’ombre d’un coupable. Dailleurs, peut-on parler de signature, dans la mesure où sur chacun des lieux du crime, mise à part une victime exsangue, au milieu d’un capharnaüm indescriptible traînait en bonne place, une enveloppe longue contenant un feuillet plié en trois sur lequel une imprimante laser (le labo l’a confirmé) a laissé cette phrase laconique  « Je dis Vive la France et Z’y va la république ! ».

Cette phrase le hantait comme un slogan politique ou, pire, une publicité vantant un déodorant pour moins puer des dessous de bras, sudation et perplexité allant de pair chez cet officier de police !

Le mode opératoire importait peu pour lui tellement le magnétisme de cette phrase à la con (ce fut sa première analyse brute au premier meurtre) lui faisait penser à un sérial killer  tout droit issu de l’almanach Vermot.

Chacune des trois missives sont restées  muettes au Labo. Comme si, seule la science pouvait supplanter l’esprit de déduction. Seulement voilà, l’ADN est arrivée pour casser le métier. Désormais, les filatures à l’ancienne en Renault 16 à l’odeur du tabac froid des planques sont remplacées par des suivis de puce de portables, même éteints, les suspects devenant des abonnés.

Finis les sandwichs et les bières à la Maigret ponctuant les bons vieux interrogatoires. Les flics à cravates dénouées et chapeaux mous prennent l’aspect de boutonneux à lunettes rondes fiers de brandir des listings d’études stratigraphiques, spectrographiques, psychologiques et autres. Ces investigations techniques et scientifiques poussaient Victor Macherin vers une retraite devenue moins rebutante.

Herbert Limogin, frère d’arme et assistant sans faille du commissaire, voyait lui aussi d’un mauvais œil cette débauche de moyens ; de son caractère rustre et sans ambiguïté, pour lui rien ne vaut « un bon coup de bottin sur la tronche d’un suspect pour lui faire avouer l’âge du capitaine que ces « électro encéphalo enculogrammes » de niaiseux asexués. Peu enclin aux cellules psychologiques et aux portraits affectifs, la déontologie policière d’Herbert ressemblait plus à l’odyssée des espèces qu’à l’analyse des espaces , ce qui ne déplaisait pas au commissaire Macherin, tant leur dualité avait fait mouche pour la résolution de maintes affaires obscures !

(à suivre demain……………..)

©franck.pr77

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique