Archive pour juin, 2008

C’est le huitième fafiot!

(de la première enquête du Commissaire Macherin ce dont au sujet duquel c’est l’épisode 2/3)

(de l’opportunité (au rème de pie t’as gorre) de faire gaffe, que le septième fafiot est nouveau aussi pour les ceusses et ceuzes qui auraient les calots embourbés)

 maigret.gif

(Résumé de l’épisode précédent:

Il y a de l’enquête dans l’air)

Seulement voilà, la science à l’état brute n’a pu déceler, pour l’heure, la moindre particule infinitésimale d’atome de début de commencement d’indice autre que la remarque d’un ancien Khâgneux (comme ses genoux)  que la phrase était un alexandrin !

La belle affaire, marmonne le commissaire qui s’engluait au milieux de ses sbires tout droit sortis de ces séries américaines tel un cormoran pris au piège mazouteux d’un dégazage en pleine mer de quelque porte containers déversant des déductions de seconde zone.  

Posséder un matériel High-Tech pour finalement compter le nombre de pieds d’une phrase alors qu’il y en a déjà six gelés qui ne reporteront jamais des tongs, voilà le genre de nouvelle qui ferait frémir un contribuable avide de résultat !  

Un lien logique ne balbutiait pas entre les victimes, mis à part « le meurtrier à l’alexandrin », allégorie journalistique d’un pigiste comptable,  « ne sautant pas aux yeux comme un pavé à la gueule d’un flic » dixit un hebdomadaire satirique qui n’hésite pas à épuiser sa rédaction soixante-huitarde à fin de commenter ce qui est, pour eux, l’évidence d’une incompétence flagrante policière !  

Loin de ces considérations plumitives, le défi visuel que lançait le théâtre désorganisé de chacun des lieux du crime, tenait plus du jeu « Ou est passé Charlie ? » que de celui des sept différences. Le commissaire Macherin savait instinctivement que la solution allait surgir de cette image de fatras que son fidèle acolyte avait légendé de Beyrouth en direct. « Ni le vol, ni le viol n’étaient les mobiles, les bijoux de familles étant restés dans leurs écrins ou dans leur état naturel » cogitait derechef Limougin qui était au mieux de sa forme.    

N’ayant rien d’autre à ronger que son frein, Victor Macherin suçotait un trombone tel un Kojak ferrailleur, lorsque le téléphone en bakélite, vestige unique de l’époque ou il traquait Dédé le dessoudeur, ou le boucher de Belleville , sonna avec tellement d’insistance  que Limougin lui demanda si ce n’était pas un coup de fil. Un humour approximatif  les liait toujours dans ces moments ou la perplexité devait fait faire place à l’efficacité, car un quatrième cadavre doit absolument être évité pour garder la paix civile. C’est ce que leur a fait comprendre le commissaire principal, qui non seulement avait le ministre de l’intérieur en réveil matin, mais aussi la vox populi en fond de teint.

(à suivre demain……………..)

©franck.pr77

  

  

C’est le septième fafiot!

(du pré en bulles au huitième fafiot)

  

Bonjour aux déconnobloguiteurs et déconnobloguiteuses de Déconnoland !  

A l’heure à laquelle vous allez lire ces lignes, bande d’ingrats aux yeux collés dont 63,5%  ont déjà dû se gratter le derche au moins une fois au saut du pieu, 38% ont dû se sentir les doigts une fois qu’ils se sont grattés le fion, et 10% (les petits veinards) qui se le grattent uniquement la veille et qui ne se sentent plus les doigts car ils ont déjà eu l’expérience des deux premiers cas de figure et ont juré que l’on ne les y reprendrait plus, à l’heure à laquelle…disais-je donc, j’aurais déjà mis les adjas pour aller sur un de mes chantiers, afin de gagner ma maigre pitance pour pouvoir me payer un abonnement internet qui me permet de déconnobloguer à plein tube et de faire des phrases longues comme un âne et je m’en fous parce que c’est moi Raoul ici !  

A la  est grand   vue du dernier déconnotomètre de la très sérieuse agence Ipsos à Moëlle, et de la dernière analyse bloguamétrique du Média  Mettre Mon Paletot, je ne suis vraiment pas fiers de vous !  

Et quand je dis de vous, alors là, je ne vais pas mâcher mes mots, comme Cambronne, mais c’est de vous ! Oui, par exemple toi, non pas celui qui est en train de se sentir les doigts, celui qui est derrière et qui lit Charlie Hebdo et qui va re-pomper les blagounettes pour faire poiler ses potes de boulot. Et bien toi, Philémon, tu fais partie de ces quelques 500 visiteurs qui viennent consulter le blog et qui se barrent aussi sec sans même laisser une déconnitude !  

Je vous rappelle le principe de base du blog, si vous avez le QI d’un beignet !:  

Le fafiot ouvert, c’est pour vous faire plaisir parce que ça me fait plaisir (là franck77 tu t’la pètes ! …..mais non !)  

Après, vous dites ce que voulez !  

Les 6 commentaires du sixième fafiot collent à l’esprit du blog de la déconnitude.

Peut-être que mireille a oublié, une fois qu’elle a mis l’info brute, de la déconnotraduire, mais faut l’excuser, à l’heure à laquelle elle a bloguité, elle ne s’était pas encore maquillée au Frameto, n’avait pas encore enfiler ses tongs étanches pour aller au boulot en luttant contre les embruns des quarantièmes vomissants de Lorient, qui je le rappelle est la perle de l’Oxydant (tout comme mireille) !  

Sans faire de matchisme (c’est la saison) aucun, les mecs qui ont eu l’audace de postilloner ont assuré franchement !  

Comme je suis vraiment sympatoche, je vais vous redonner un exemple : 

 ——————————————————————–  

———————————————————————

Info de base :  

 « Deux jeunes sur une mini moto ont percutés une voiture de police et ont été tués sur le coup. Tout de suite après des incidents entre habitants et force de l’ordre ont eu lieu » 

——————————————————- 

Info déconnotraduite (et oui, on peut et il faut rire de tout, étant donné que nous avons tous la même finalité) :  

Constat de l’accident de la route, ou de la distribution des calandres hier:  

Véhicule A  

Mob de nain de la marque Sapetoku

1 conducteur et 1 passager, sans casques, sans lumières, pas assurés (je suppute aux (bois?))

Véhicule B  

Renault poulagane, méchamment bien garée sur la droite de la chaussée d’après la photo du Parigot

2 salauds de flics qui viennent pourrir l’ambiance  

Dégats  

Véhicule A   

La mob de nain n’a même pas mal, par contre les deux d’jeuns sont devenu martyrs (preuve en est que EDF a proposé, en soutien, un mausolée tellement criant de vérité que des madonnes viennent les fleurir)  

Véhicule B  

La renault poulagane césarisée, 28 bagnoles brûlés, une tripotée de magasins torpillés, et 2 keufs qu’on va niquer leur race.  

J’aimerais voir la tronche des assureurs quand ils vont recevoir le constat ! 

——————————————————————————–

——————————————————————————–  

Bon maintenant, on va pouvoir passer au huitième fafiot!

       

Publié dans:déconno-news |on 11 juin, 2008 |2 Commentaires »

C’est le sixième fafiot!

(de la première enquête du Commissaire Macherin ce dont au sujet duquel c’est l’épisode 1/3)

 maigret.gif

De sa longue carrière, le commissaire Macherin n’avait jamais atteint ce niveau de perplexité devant les évènements de la semaine écoulée.

Trois meurtres « signés » en une semaine et pas l’ombre d’un coupable. Dailleurs, peut-on parler de signature, dans la mesure où sur chacun des lieux du crime, mise à part une victime exsangue, au milieu d’un capharnaüm indescriptible traînait en bonne place, une enveloppe longue contenant un feuillet plié en trois sur lequel une imprimante laser (le labo l’a confirmé) a laissé cette phrase laconique  « Je dis Vive la France et Z’y va la république ! ».

Cette phrase le hantait comme un slogan politique ou, pire, une publicité vantant un déodorant pour moins puer des dessous de bras, sudation et perplexité allant de pair chez cet officier de police !

Le mode opératoire importait peu pour lui tellement le magnétisme de cette phrase à la con (ce fut sa première analyse brute au premier meurtre) lui faisait penser à un sérial killer  tout droit issu de l’almanach Vermot.

Chacune des trois missives sont restées  muettes au Labo. Comme si, seule la science pouvait supplanter l’esprit de déduction. Seulement voilà, l’ADN est arrivée pour casser le métier. Désormais, les filatures à l’ancienne en Renault 16 à l’odeur du tabac froid des planques sont remplacées par des suivis de puce de portables, même éteints, les suspects devenant des abonnés.

Finis les sandwichs et les bières à la Maigret ponctuant les bons vieux interrogatoires. Les flics à cravates dénouées et chapeaux mous prennent l’aspect de boutonneux à lunettes rondes fiers de brandir des listings d’études stratigraphiques, spectrographiques, psychologiques et autres. Ces investigations techniques et scientifiques poussaient Victor Macherin vers une retraite devenue moins rebutante.

Herbert Limogin, frère d’arme et assistant sans faille du commissaire, voyait lui aussi d’un mauvais œil cette débauche de moyens ; de son caractère rustre et sans ambiguïté, pour lui rien ne vaut « un bon coup de bottin sur la tronche d’un suspect pour lui faire avouer l’âge du capitaine que ces « électro encéphalo enculogrammes » de niaiseux asexués. Peu enclin aux cellules psychologiques et aux portraits affectifs, la déontologie policière d’Herbert ressemblait plus à l’odyssée des espèces qu’à l’analyse des espaces , ce qui ne déplaisait pas au commissaire Macherin, tant leur dualité avait fait mouche pour la résolution de maintes affaires obscures !

(à suivre demain……………..)

©franck.pr77

C’est le cinquième fafiot!

(De la connerie en général, de la déconnitude en particulier)

  

Chers Déconnobloguiteurs, chères Déconnobloguiteuses, bonjour.  

Le blog de la déconnitude a pris en tel essor, que des fans en délire frappent désormais à mon huître le matin pour réclamer leur dose de déconnitude !  

Et si cela ne vient pas assez vite, attention, on me colle le fion derrière le burlingue et on me menace de me flageoller à coups de pelle.  

Et je me demande : «  c’est ça la célébrité ? ». On attend de moi la déconnitude journalière, mais pas n’importe laquelle bien sûr, « the » (prononcez z’œufs) déconnitude qui fait mouche, qui fait rire !

Je ne sais pas si les quatre fafiots ont pu dérider huit secondes un peuple blasé, mais si j’arrivais à peaufiner une déconnitude aussi bien moulée que les miniatures de Rodin que j’expulse tous les matins, cela se saurait et je serai le plus beau de la forêt !  

Quand le temps manque pour créer une déconnitude léchée, il existe une technique simple qui nécessite très peu de matériel : un article de journal soit écris  dans un emballage à poiscaille, soit radio diffusé par une TSF genre Pathé-Maconnerie suffit.  

Exemple 1:  

« Nous venons d’apprendre que le Quai d’Orsay a une preuve photographique  et sans équivoque  qu’ Ingrid Bétancourt est toujours vivante »

ce qui se traduit en déconnitude, sans trop forcer sur les synapses, par :    

Bonne nouvelle du côté des choses bêtes en cours, le Quai dort sait maintenant : il a reçu comme preuve une photo de Colombine tenant un Single (de bois ?) d’Eddy Cassé de l’idole des jaunes, l’ADN du vomi n’ayant pas été altéré en Séchan.  

Exemple 2 : (c’est mon jour de bon thé)  

« Une équipe du GIGN est envoyée dans le cadre du plan Pirate-mer, près du Ponan. »  

que l’on peut déconnotraduire en :  

Des spécialistes nyctalopes (entraînés spécialement pour opérer la nuit) étudient un plan d’attaque pour la nuit prochaine, le plan s’appelera nycta-mer  

Exemple 3 : (soyons fou)  

« Le boitier beethoven est devant la justice, des plaintes de riverains ayant été déposées pour causes de fortes nuisances »  

Ce qui peut se traduire :  

Le boitier z’yvatophobe se retrouve face à la justice. Comme les ultrasons repoussent les teneurs de murs et attirent les baleines, les accès aux cages d’escalier sont bouchés.  

Donc avec un minimum de matériel, on peut fabriquer ses propres déconnitudes chez soi, les peindre soit même et les exposer en vitrine.  

Alors exercez-vous, déconnobloguez bien, je ramasse les copies ce soir.

        

Publié dans:déconno-news |on 10 juin, 2008 |27 Commentaires »

c’est le quatrième fafiot!

(de l’utilité de ne pas pisser dans le lavabo en se lavant les dents)

   logoblog.jpg

Ami(e)s bloguiteurs et bloguiteuses, bonjour!

J’ai une patate d’enfer…………….comme un lundi.

Si vous avez la curiosité de jeter un oeil glauque sur le troisième fafiot, et notamment sur la fréquentation, vous constaterez que le blog de la déconnitude ne laisse pas la blogosphère indifférente!

Des pinailleurs diront pffff le franck77 y se la pète alors qu’il en a écrit un sacré nombre de commentaires à la con!

A ceux-là, je leur dirais: « ce n’est pas faux! »………………….parce que c’est lundi.

Mais mes commentaires sont des réponses à des commentaires d’autres bloguiteurs et bloguiteuses, ce qui, ramené en proportion inverse des écarts compensés, donne un taux de participation croissant par rapport à une équation bipolaire sinusoïdale tangentielle à une lemniscate de Bernouilli (disciple de Fresnel) dans le sens Paris-Province…………………..parce que c’est lundi.

Et au gazier ou à la gazière qui conteste mes chiffres et mon analyse, je n’hésiterais pas à lui dire: « même pas mal! »………parce que c’est lundi. 

Je veux bien essayer de coller à l’actualité aujourd’hui,  mais si c’est pour me coller à la raie de PPDA qui aura fini de radoter à la téloche ou à la raie d’un grand canard en short satiné tapeur de baballe, je préfère encore  rester un peu dans la déconnitude……..parce que c’est lundi.

Et le ceusse ou la ceuze qui me bave que le fafiot ne correspond pas du tout au titre, je dis que pour pondre une déconnitude qui correspond au titre, il faut se lever de bonne heure, ce que je n’ai pas fais, et que c’est moi Raoul, non mais,……….. et parce que c’est lundi ! 

 

Publié dans:déconno-news |on 9 juin, 2008 |52 Commentaires »

C’est le troisième fafiot!

(Un dicton vaut mieux que deux tu l’auras dans l’os)

  

Des esprits chagrins se demandent si nous allons tenir la distance !  

Ce ne sont que des vils jaloux qui pensent que Déconnoland n’est qu’une contrée virtuelle sans substance, sans âme et sans pellegrino ; mais là je dis non !  

Déconnoland n’est pas un pays neuf, tournez un peu la tête, à droite, à gauche et regardez bien vos contemporains.  

Vous vous êtes demandé sûrement régulièrement d’où pouvait venir untel ou unetelle pour sortir autant de conneries de bon ou de mauvais goût : ne cherchez plus, il (ou elle) est digne habitant(e) de Déconnoland.  

Mais nous nous étendrons sur ce sujet dans une autre causerie, car on est loin du titre.  

Dans la série, ce n’est pas au vieux singe que l’on peut apprendre à faire déborder le vase, le dicton est au temps ce que la déconnitude est au blog.   

Aujourd’hui, c’est la Saint Médard.  

Il ne faut pas vous rappeler que s’il flotte à la Saint Médard, on fera flip flop quarante jours plus tard, sauf si Barnabé lui chatouille les tringlots.  

Le gazier qui a pondu cela pour faire causer dans les chaumières a dû bien se poiler et aurait pu être naturalisé à Déconnoland sans même demander un visa.  

Il aurait bavé que si tu te fais mordre à la Saint Médor, tu auras mal au fion quarante jours encore, sauf si c’est par Shirley Basset, ça se passera du côté des mollets, nous ne serions pas plus avancé!  

Ce qui me rend fou de joie (voir la raideur jubilatoire figure A), c’est que les sujets de déconnitudes sont inépuisables et que ce terreau sur lequel repose ce blog est d’une telle qualité que nous avons des lapins sur la planche.  

En conclusion, ne changeons pas notre ours d’épaule et fonçons dans les déconnitudes sans même se soucier de ces moralistes chafouins qui voudraient bien que le bon vin n’ait point d’enseigne.  

Ne laissons pas la place à la morosité rigoriste des discours pompeux, car il est bien connu que « qui a la chiasse laisse des traces »  

Alors déconnez ici, déconnez ailleurs, et si vous êtes trop sérieux, chassez le gaz naturel, il reviendra en vélo.

    

Publié dans:déconno-news |on 8 juin, 2008 |57 Commentaires »

C’est le deuxième fafiot!

  (de l’avantage de boire du thé au lieu du lait)

A la demande générale quasi unanime d’une foule de bloguiteurs en délire, en transe si bérien que je ne peux résister de leur offrir une page toute neuve, blanche, vierge, immaculée jusque dans les coins, afin d’y coucher, d’une part, le fruit de mon délirium très mince, et la substance moëlleneuse de vos réactions d’autre part.

Toute la nuit, j’ai attendu fébrilement 6 heures, heure fatidique à laquelle la police vient cueillir le malfrat soupçonné de malversations (du bois) pseudos intellectuelles, ou bien d’intelligence avec l’ennemi!

Pour la circonstance, j’ai gardé mes tongs pour dormir, car ce qui m’énerve pendant les gardes à vue, c’est de retirer mes lacets, alors autant garder les nougats à l’air pour les habituer.

A 6 plombes et 5 broquilles, je m’interrogea? rogie? roger? bref je me questionnute! Nul uniforme ne vint branlotter la chevillette tintinnabulante de ma sonnerie d’entrée d’accès à ma modeste demeure à l’heure du laitier.

Serait-ce parce que je suis un bienfrat?

Serait-ce parce que je n’ai pas une once d’intelligence?

Serait-ce parce que je n’ai pas d’ennemi?

Serait-ce parce que je prends du thé?

Tel le condamné qui fume son dernier cognac en vidant sa nuque et tendant sa cigarette fraîchement rasée à la lame tranchante du bourreau Bespierre (c’est non nom), je voyais défiler ma vie comme un chien au galop, et pensais que le sablier de mon existence ne me laissait même plus le temps de faire cuire un oeuf à la coque à point. Mais il ne se passa rien, absolument rien, strictement rien.

Et là, l’idée lumineuse me vint (d’honneur?): pour le deuxième fafiot, le sujet d’actualité c’est rien! Comme quoi, en grands connaisseurs et grandes connaissatrices de la déconnitude, vous pouvez délirer sur tout et n’importe quoi, mais attention, pas n’importe comment! ce qui restera la seule limite pour ce deuxième fafiot qui se transformera en troisième si le taux de fréquentation atteint la racine cubique de l’épaisseur de ma biscotte beurrée multipliée par le diamètre intérieur de l’alliance de panier de la ménagère de moins de 50 ans après dissipations des brumes matinales.     

Publié dans:déconno-news |on 7 juin, 2008 |16 Commentaires »

FORMULAIRE DE CONTACT

Pour toutes les déconnobloguiteuses et tous les déconnobloguiteurs qui veulent envoyer une bafouille à déconnoland :

 

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Publié dans:- FORMULAIRE DE CONTACT - |on 6 juin, 2008 |Pas de commentaires »

VELIPLANCHISTE

VELIPLANCHISTE:

  • (gr. grec velos, à moelle, et plancher, en bois)

    • Gazier qui fait du spad sur un vélib en bois d’arbre.

Publié dans:-DICTIONNAIRE-, V |on 6 juin, 2008 |Pas de commentaires »

PINEAU Gilbert

PINEAU Gilbert

Déconnobloguiteur et administrateur du Blog De La Déconnitude, né bien après Vercingétorix dans les Charentes Alpines, et conservé dans l’alcool, ce qui lui donne ce teint de jeune fille qui a fait tourner plus d’une casserole de lait.

Le 15 juin 2008 à 20:50, Pineau s’est présenté ainsi :

Salut les déconnobloguiteurs et teuses
J’arrive sur le site sous le nom de Pineau, mais je m’appelle Gilbert. Mon vrai nom est Khu. J’ai pensé que Gilbert Khu, ça faisait vulgaire.
En matière de connerie, la mienne a été testée au carbone 14: elle date du jurassique extérieur, l’époque où les moules n’avaient pas de poils et où les escargots calculaient la force de Coriolis pour savoir dans quel sens ils devaient se tourner la queue. L’histoire nous dit que les moules se sont fait gauffrer et que les escargouissent ont fini en faux cils.

L’oeuvre de  Gilbert Pineau est considérable. Il a enchainé autant de tubes que Guitou pendant le salon du Gay Plombier.

PINEAU Gilbert dans -DICTIONNAIRE- ivrogne

Gilbert Pineau est l’auteur, entre autres, du tube “On va s’torcher”, à ne pas confondre avec Guy Montagné qui a, lui, écrit et composé “On va s’aimer, mais sous trithérapiques”

Pineau est le créateur de la célèbre rubrique « Les recettes cul lit nerfs de Tante Akule », grâce à laquelle vous pouvez vous lécher les babouines en ayant cuisiné le casse-dalle jambon beurre, la poule en daube ou bien le pack de Kro.

Il est aussi à l’origine de la catégorie « les sales zobs s’curent » fournissant des fiches cinéma hautement deculmentées.

Enfin, il suit pour nous et commente les étapes du Tour de France, pendant que franck 77 se tire sur l’élastique.

Publié dans:-DICTIONNAIRE-, P |on 6 juin, 2008 |2 Commentaires »
1234

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique