Archive pour août, 2008

En attendant le soixante treizième fafiot!

Bonjour aux déconnobloguiteuses et teurs fidèles, même aux ceusses et ceuzes qui n’ont pas encore payé la cotise.

Au point de vue fafiot, j’ai peau de balle, mais j’ai écouté le journal de 10 heures sur ReuTeuLeu, j’va pouvoir broder un brin la dessus!

En attendant:

http://www.coloriage.tv/7-nains-coloriage

 

Publié dans:déconno-news |on 25 août, 2008 |8 Commentaires »

C’est le soixante bouzième fafiot!

Dimanche 24 août  2008

(de l’urgence de se culturer le chou en causant de l’élite de lard content pot rein )


Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Et voici la création d’une nouvelle rubrique, sobrement intitulée: « lard content pot rein ».

Cette rubrique, hautement culturelle, est destinée à faire une approche intuitive d’un grand artiste contemporain sévissant dans l’art sous toutes ses formes.

Aujourd’hui, la causerie a jeté son dé velu sur  Christoph Büchel.

Attention les yeux, c’est du lourd!

Cet artiste est un ch’tit suisse né en 1966,  et travaillant dans un trou qui s’appelle Bâle, ce qui, me semble-t-il, a dû inspirer son oeuvre.

Il est un des représentants majeurs d’un nouveau courant d’art politique et subversif qui s’est développé depuis quelques années en Suisse, c’est vous dire s’ il ne déconne pas le gazier!

Moi qui pensais que l’art politique, c’était essentiellement de dire des conneries, Christoph Büchel nous apprend que c’est aussi de pondre des conneries avec ses petits doigts.

Dans une revue d’art contemporain, nous lisons à propos de l’artiste

Christoph Büchel propose des installations où le réalisme de la reconstitution est au service d’ univers paranoïaque et déroutant. Chaque détail, du mégot de cigarette en passant par la mèche de cheveux, augmente le trouble impalpable du visiteur confronté physiquement et mentalement à des hypothèses fictionnelles à la fois dangereuses et politiquement engagées.

Je vais vous faire découvrir l’artiste au sommet de son art.

En première oeuvre, je vous propose celle-ci:

fliegenderhndler.jpg

Le nom de cette première oeuvre est : « fliegender hândler ». (je suputte (aux bois comme d’hab), que le suisse est allemand.)

Nous pouvons traduire par « Youssouf revendant les crachoirs du muezzin et ses tapis percés aux puces de Saint-Ouen ».

D’une manière structurelle, la présence de la chaise de jardin devant la caisse représente l’assise du divin par rapport à Saint-Maclou.

Enchainons, sur une deuxième oeuvre intitulée « conquest of paradize« :

conquestofparadize.jpg

Politiquement subversif, je veux, dans la mesure où l’artiste intitule son oeuvre dans une langue qui n’est pas maternelle.

La téloche noir et blanc symbolise farouchement le refus de tout ce qui est enculeur, la batterie est un cri déchirant suggéré par l’artiste en faveur du développement durable de lapin, et la boite jouxtant l’élément énergétique regroupe sûrement des babioles, qui, sorties de leur contexte, accusent le désespoir dans le fondement intrinsèque de l’humain.

Prix de l’oeuvre : 55 000 Euros! Moi je dis grandiose!

Ne reculons devant rien, et je vous propose dans la foulée la troisième oeuvre:

buchel2.jpg

Cette oeuvre s’intitule « Hole« , ce qui veut dire « festivités d’avant match« .

Le regard inquisiteur que porte l’artiste sur les transports en commun , témoigne de la volonté d’une démarche personnelle solitaire qui lui fait penser que l’introspection évite la promise cuitée dégradante de la civilisation d’une part, et de se faire décalquer la tronche dans les z’y va-teries chauffantes d’autre part.

 

Je vous avais prévenus que c’était du lourd, continuons sur notre lancée, en vous imposant sans cul férir la quatrième oeuvre:

poildemoule.jpg

Je n’ai malheureusement pas pu avoir le titre de cette oeuvre qui a été exposée en 2006 à Londres dans une expo intitulée « simply botiful », comme quoi le ridicule ne tue pas.

Je me permets de légender cette production sans demander l’autorisation au créateur qui ne se gêne pas, lui non plus, pour produire des conneries:

« Qui est le gazier qui n’a pas gratté les moules avant de les mettre au frigo? » me parait un titre correct et bigrement subversif politiquement.

Ne changeons pas de main et au diable les varices! Je vous propose derechef une cinquième oeuvre dont le cachet du compost doit faire foi:

buchel1.jpg

Je dis chapeau-bas, Christoph Büchel!

On a l’impression que c’est une oeuvre collective, et bien non! Tout comme le choix de ses clients, Môssieur Büchel a, dans ses thèmes, un tri plutôt sélectif.

On sent une impression forte d’extériorisation d’un moi intérieur qui ne demande qu’à retourner là où il pourra enfin s’épanouir, c’est à dire, à la déchetterie municipale.

Vous pouvez actuellement, bandes de petits veinards et petites veinardes, au palais de Tokyo à Paris, profiter  d’une exposition de cet immense artiste qu’est Christoph Büchel.

J’y serais bien allé, mais ce matin j’ai piscine, et je dois aller acheter du pain en branche avant que ce soit lourded.

Ce n’est pas pour me vanter, mais je dis que Déconnoland est à la culture, ce que Line Renaud est au Dirla Dalaï Lama: un monument!……….et je baise mes mots.

Profitez de ce beau dimanche pour déconnobliguiter sur tout et n’importe quoi, bande de voyouxes et voyouzes que vous êtes…………..

(franck77)

Publié dans:lard content pot rein |on 24 août, 2008 |20 Commentaires »

C’est le soixante et onzième fafiot!

Samedi 23 août  2008

(de se dire que qui veut aller loin, ménage sa monture)


Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Comme le dit Pineau, Franck 77 est debout sur les pédales pour rattraper les échappées!

Et je suis à la peine ces derniers temps, les journées n’ont que deux bras, je ne sais même pas qui a gagné l’étape du tour hier, je n’ai plus le temps de lire Gâle Ah et Water-Closer pour m’intéresser aux choses fondamentales du monde.

En parlant de choses fondamentales, j’ai emmené mon fils chez le coiffeur ce matin. Ca s’est de l’info non? et pis merdum sur ReuTeuLeu, ce matin j’ai bien entendu le reportage d’un envoyé spécial dans un trocson pour se renseigner sur la manière de chasser les guêpes, alors, j’ai bien le droit de faire aussi pire non?

Donc, chez le merlan, on a attendu un brin, car le gazier qui devait coiffer mon fils était occupé à peindre les cheveux en violet d’une mémère qui avait dû se maquiller au chalumeau, tellement elle avait la couenne carbonisée. Elle racontait qu’elle était partie je ne se sais où pour s’allonger sur une plage à 45 degrés à l’ombre, avec une flotte capable de faire cuire une bouillabaisse.

Dans le fil de la conversation , j’ai comprendu qu’elle était enseignante et avait pour gourou Aschiéri le Clown de FSUer le monde.

coiffeur.jpg

Je ne vous narre pas ses propos, je vais encore m’énerver. Je l’aurais bien coiffer à coups de rateau. J’espère que mon fils ne l’aura pas comme prof, car l’intelligence qu’elle a à distribuer, mémère, doit se limiter à la connaissance profonde des dates de vacances et des préavis de grève.

Avec un peu de chance, elle a dû se prendre une quantité tchernobylienne d’UV, et elle sera heureuse que sa connerie universelle soit remboursée en chimiotage par la sécurité sociale.

Sinon quoi de neuf les bloguiteurs et bloguiteuses?

J’ai lu que certains pestaient sur mon manque d’assiduité et réclamaient le remboursement d’un abonnement qu’ils n’ont jamais réglé!

Je vous aime bien tous et toutes, et puis continuons de déconnobloguiter dans la limite du raie zonable.

Publié dans:déconno-news |on 23 août, 2008 |9 Commentaires »

C’est le soixante dixième fafiot!


Vendredi 22 août  2008

(de se dire que les vacances sont derrière et que le turbin est devant)


Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Franck 77 est debout sur les pédales pour rattraper les échappées qui ont profité de son viquende pour prendre douze bières d’avance, et moi, pauvre de moi, qui revient t’aussi d’une virée touristique, je suis à la bourre dans mes affaires au point que j’ai fait hier une journée de vingt sept heures trente douze, ce qui me permet de n’avoir que dix neuf heures quatre vingt trois à faire aujourd’hui et ce qui laisse un peu de temps libre pour intermittempter sur le blog tout en dégraissant mon vélo.

Mon absence consistait donc en un petit périple dans le val de Loire, et non dans le val de Grâce où les rosbeefs, les ritals, et autres poneys, omniprésents en ces lieux, ne se sont pas aperçus que les châteaux du fleuve n’existent plus. Ils sont tous en travelots. Sôt Mûr, par exemple, le châtieau de Louis Bouze et Henri quatre premier, ce bâtiment rempli d’histoire et de toiles d’araignées, il est en train de se faire domotiser par une entreprise grecque. Un peu plus loin, Chie Non, à côté de Pète Oui, la résidence secondaire de Renault douze et de Juva quatre, pareil, en travelots: il n’était pas très habitable, du coup, ils refont la chambre du petit. Je ne parle même pas du pavillon de chasse de Catherine Langeais. Un bordel là dedans, elle n’arrive même plus à retrouver sa bague. En plus, ma Chambord est tombée en Rideau à Azay, la batterie était Ussé.

Enfin bref, impossible d’intervenir en surface, j’ai donc opté pour les monuments en profondeur. Quinze mètres sous le calcaire, l’histoire de France s’écrit autrement, et les tentures murales en culs de bouteilles sont très différentes des tapisseries des Gobelins ou de Bruxelles. A la sortie, on se charge le gosier et le coffre de la R16, and the tour is joued.

Voilà quelques images de vacances avant de retourner au charbon.

Et allons-y gaiement pour  déconnobloguiter sur tous les sujets et dans la limite du raie zonable et du raie zindecorynthe.

Pineau

Une petite nympho: (Pineau)

Deux potes se balladent en voiture à Zy Va les tarés. Ils sont bourrés à 3 plombes du mat, ce qui est normal sous ces latitudes. Manque de bol, la maréchaussée intervient. Le pilote n’a pas le permis car il est interdit de conduire avec une canne blanche. Moralité: On va s’torcher, ok , mais pas avant de prendre le volant, allons, Gilbert, faut être raie zonable, aussi.

Publié dans:déconno-news |on 22 août, 2008 |13 Commentaires »

C’est le soixante neuvième fafiot!

Jeudi 20 21 août  2008

(de penser que la déconnitude peut tendre vers l’infini, quand le QI de l’homo-érectus tend vers celui du beignet))


Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

C’est avec une certaine tristesse que j’ai appris le décès de Henri Cartan, mathématicien français, né en 1904. Eh oui, Riton a cané à 104 balais. Il se serait appelé Tiertan, il aurait dépoté son chrysanthème à 139 balais en 2043, comme quoi, on est peu de choses.

henricartan.jpg

Vous allez dire, que le franck 77 va de nouveau blasphémer? Et bien non!

Cela ne parait peut-être pas à l’écran, mais j’ai un cursus (celui qui dit « moi l’autre » c’est deux baffes) scientifique.

Dans ma vie, j’ai bouffé, et je bouffe encore autant de maths, que Amélie M. a bouffé de poils de petits tamis.

Alors un gazier comme Cartan qui bandait dur devant des fonctions holomorphes, qui retardait l’heure de son repas pour se pencher sur des inconnues complexes, et qui s’est privé de téloche pour parcourir la topologie algébrique, ça me cause.

Ce n’est pas le genre de maths de mémères qui sudukuent à Paris-Plage entre la lecture de Water-Closer et le regonflage de leurs boudins.

En 1976, Henri Cartan a reçu la médaille d’or du CNRS, la plus haute distinction scientifique, sans même un entrefilet dans le journal « l’Equipe », qui devait sûrement le soupconner de dopage.

medailleorcnrs.jpg

Avant de me consacrer à la lecture des compte-rendus scientifiques majeurs  tels que « la théorie des bulles dans la piscine, même avec tous les trous bouchés » de Loana, ou bien « je kiffe grave l’inconnue à la dérive » de Diam’s, ou encore « ma connerie est exponentielle mon mari » de Guy Carlier, j’ai eu la joie de parcourir quelques morceaux d’anthologie écrits par Riton Cartan, qui m’ont déclenché quelques raideurs inopinées (voir page du milieu), jugez plutôt:

  • Sur la fonction de croissance attachée à une fonction méromorphe de deux variables, et ses applications aux fonctions d’une variable

  • Sur la dérivée par rapport à log r de la fonction de croissance T (r;f)

  • Sur les zéros des combinaisons linéaires de p fonctions entières données

  • Sur les valeurs exceptionnelles d’une fonction méromorphe dans tout le plan

  • Sur les transformations pseudo-conformes des domaines cerclés bornés

Entre autres.

J’ai toute son oeuvre chez moi, dans une superbe reliure pleine peau, en croûte de vachette de porc, et c’est avec nostalgie que j’ouvrirais, au hasard, cet ouvrage tout en écoutant un CD du Mime marceau.

Au comble de l’émotion, je ne peux m’empêcher de vous dévoiler cet extrait de toute beauté:

extraitcartan.jpg

Je ne voudrais pas frimer, mais on n’a rien fait de mieux en poésie mathématique depuis,  et en signe de deuil, j’ai mis un post-it sur la porte du frigo (juste à côté du magnét des « doigts de l’homme dans les anus olympiques » que m’a offert Delanoé à la dernière Gay-pride):

postit.jpg

ça a quand même plus de gueule que celui là:

postitcorrig.jpg

Mais ne soyons pas triste, la roue coule, la vie tourne à flot, le tampax et le futur lupine, enfin bref , déconnobloguitez sur ce que vous voulez, dans la limite du raie zonable.

(franck77)

Publié dans:déconno-news |on 21 août, 2008 |22 Commentaires »

C’est le soixante huitième fafiot!

Mardi 19 août  2008

(d’avouer que la montée au ciel, ça fait, mais que la redescente, même en rappel, est plutôt comaque)


Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Vous n’êtes pas sans savoir que je me suis barré trois jours chez la belle mère pour la miaou!

Les ceusses et ceuzes qui ont suivi pourraient me rétorquer (des burnes?) que le franck77 se la joue un brin, car il s’est tiré quatre jours.

A tous les ceusses et  toutes les ceuzes là, je leur répondrais, droit dans les pneus: « certes ».

Mais, si on rajoute 4 jours aux 8 précédents, y compris 2 viquindes, je vous dirais qu’au niveau des vacances je n’arrive pas à la cheville de ma voisine qui est enseignante en longue maladie et qui déprime en ce moment de ne pas pouvoir aller à l’école pour pouvoir faire grève.

Comme me l’avait dit Aschièri Le Clown en tirant sur son élastique qui dépassait de son short le 10 juin, « tu vois, franck 77, que les enseignants n’en foutent pas une ramée à partir d’aujourd’hui, moi je te dis que c’est une grave atteinte au droit de grève ».

Enfin je ne vais pas Paul et Mickey, ce blogounet ne voulant heurter personne, que ce soit aussi bien ma soeur que les catholiques pratiquants, comme l’abbé Queutard.

Sur la route du retour, j’ai remis un coup la radio pour me parfumer les nouvelles, et je me suis rendu compte, que les journaleux tiennent  toujours une forme olympique au niveau de la connerie! Donc, rien de nouveau de ce côté là.

Je me suis dit, qu’en revenant un 18 août, je vais me fendre peinardos d’un tronçon d’autoroute de 50 bornes payant, et que le pouvoir d’Aïcha faiblard (sujet préféré de journaleux en manque d’inspiration) aidant je serais peut-être tout seul.

Boudiou,  On était tous aux couilles à couilles sur 50 bornes, pendant au moins trois bières, et pour passer d’un côté à l’autre de la barrière de péage, on a mis trois bières aussi. En résumé, 50 bornes en une heure et demie! Même si je ne suis pas Rasmussen, je vais plus vite en spad.

Ce qui est poilant, c’est qu’avec le coup du calebard jaune et du triangle qui vont devenir obligatoires dans les tire-cons, on a tous l’impression que les gus vont à une réunion de chantier avec bobonne et les moujingues, puisque le paletot 100% plastoque est bien en évidence sur les sièges de la caisse, ce qui doit bien faire suerduku les gaziers.

J’ai eu l’occasion de voir plusieurs choses intéressantes pendant ces quatre jours qui peuvent alimenter des causeries dans un ou deux fafiots à venir.

Donc, je vous remercie d’avoir déconnobloguité comme des grands, et reprenons le chemin des déconnitudes , toujours dans la limite du raie zonable.

 

Publié dans:déconno-news |on 19 août, 2008 |28 Commentaires »

En attendant le soixante huitième fafiot!

Mardi 19 août  2008

(de se dire que franck 77 est comme Mathilde, il est reviendu, ce qui veut dire que Maria tu peux changer les draps, car franck77 revient au combat…..)


Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Je suis bien reviendu, dans un sale état, certes, mais reviendu quand même!

Pour le 68ième fafiot, un peu de pas de science, ça va viendre…………….

En attendant:

http://www.coloriage.tv/titi-et-grosminet-coloriage

Publié dans:déconno-news |on 19 août, 2008 |7 Commentaires »

C’est le soixante septième fafiot!

Vendredi 15 août  2008

(de se poser la question de savoir si la montée au ciel est un col hors catégorie)


Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

(Avant toutes choses, je tiens à préciser que cet article n’a aucun rapport avec des personnes existantes, ayant existées ou n’étant pas prêtes d’exister)

Nous avons déjà eu l’occasion, à plusieurs reprises, dans ce merveilleux pays de Déconnoland, de redonner la signification des fêtes religieuses.

Vous n’allez pas y couper, bande de vouyouxes et voyouzes en ce qui concerne la fête de l’assomption ,  le 15 août férié en France.

L’assomption célèbre à la fois la mort, la résurrection glorieuse, l’entrée au ciel et le couronnement de la Vierge Marie.

viergemarie.jpg

(Crédits photos: Ciel et espace – Mise en orbite de l’Immaculée 1ère génération par la NASA-rêtes tes conneries franck 77)

Il ne faut pas confondre l’Ascension, où montée au ciel du Ch’tit Jésus qui est commémorée 40 jours après Pâque, après autorisation préfectorale, et l’Assomption (d’un mot latin qui signifie enlever) pour marquer que Marie fut enlevée au ciel, en corps et en âme.

Nous remarquons que dans la mesure où aucune rançon n’a été demandée,  Marie est restée là-haut.

Les purs et durs me soutiendront que Marie a décul-té du ciel de temps en temps pour faire son jogging à Lourdes, Pontmain, Fatima et autres lieux de Pêt le riz nage.

Même si je respecte le folklore, je préfère la savoir la haut plutôt que sur les routes ce jour-là, car Bison fumé a encore annoncé une journée rouge surtout dans le sens des remontées.

Au cœur de l’été, la fête de l’Assomption est un appel à prendre de la distance avec le quotidien, à remettre notre vie et notre vocation en perspective, à nous élever spirituellement.

Ce jour de 15 août, il faut regarder le ciel en étant contemplatif tout en ayant une quête spritituelle intérieure.

Je sais ce n’est pas simple à faire, ce n’est pas comme si on avait fumé de la came à Sutra, mais on n’est pas forcé de viser un podium, surtout si on a un reste de torticolis de la dernière nuit des étoiles qui tire sur la tronche.

Certains chanceux pourront voir, par temps clair et après dissipation des brûmes matinales, que la Vierge Marie porte une culotte (celui qui dit « de cheval », c’est deux baffes à 500euros chacune), et non pas un slip, ce qui est réservé uniquement à Son Eminence

Le jour de l’Assomption est pour Lourdes, en quelque sorte , la Gay pride de la Vierge, à la différence près que le 15 Aôut c’est le jour de l’Immaculée alors que le 28 juin c’est le jour ou Roger m’a enc…… enfin bref.

Nous sommes dans un pays laïque, comme nous le serinent moulte citoyens qui sont souvent les premiers à profiter du caractère férié de ces journées religieuses (qui n’ont pas à être chômées si l’on relit bien la constipation ) pour filer un viquinde prolongé chez leur belle-mère, ce que votre serviteur va faire d’ailleurs!

Enfin voilà, tout cela pour vous dire que je file chez la belle-doche et que ce n’est pas en chourrant son moulin à café ou en me branchant sur Fr3-Bouzin que je vais pouvoir déconnobloguiter épais.

A tout tas zard, j’emmène un portable avec une connection Wouaf-wouaf, des fois que le réseau ait du chien et que je puisse me connecter au poil.

Peut-être que certains ou certaines d’entre vous mettront un pied dans la grotte, ou regarderont le ciel pour vérifier mes dires (la da da), ou feront leur quéquette spirituelle en écoutant Diam’s ou Georges Guétary à donf, car quitte à entendre des voix autant que ce soit en stère et haut comme dirait l’enceinte en pleine forêt vierge impénétrable.

maurlourdes.jpg

(Crédits photo: le Pêt-Lorrain – Fuite d’eau lourde sous Bayrou)

Je vous dis donc à lundi, et vous avez toujours cet espace de disponible pour vous défouler et déconnobloguiter comme des voyouxes et des voyouzes que vous-êtes et toujours dans la limite du raie zonable.

(P.S.: « La Croix » voulait me payer un condor pour avoir mon article en Edith aux ryals, mais comme ce n’est pas ma monnaie préférée et que la cage prenait trop de place je l’ai jalousement gardé pour Déconnoland bande de petits veinards et petites veinardes).

(Re P.S.: Sa Sainteté le Pape Ben au Hit 16 (64?) m’a promis une ex comme union, je lui ai dit que je ne voulais pas divorcer pour me maquer avec une mûle (du pape bien sûr) qui avait déjà servie).

(Re Re P.S.: Le Dirla Dalaï Lama, n’en a rien à péter car il a ticket pour faire un tour de pagode avec la madone des éléphants poussifs qu’il lui confirmera que c’est dur et que ce n’est pas comme un métier où c’est pas dur)

Publié dans:l'athée au logis |on 15 août, 2008 |43 Commentaires »

C’est le soixante sixième fafiot!

Jeudi 14 août  2008

(de dire que les médaillés de bronze devraient faire une manif)

pkinois.jpg

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Encore ce matin, sur ReuTeuLeu, j’ai entendu un journaleux dire que la France a encore obtenu du métal olympique en parlant de bronze.

Boudiou de boudiou, de manière scientifique, peut-on dire que le bronze est un métal?

medaillesjeuxolympiquespekin2008.jpg

En ce qui concerne l’or et l’argent, il n’y a pas photo! Sortons les roberts de la rousse et zyeutons:

Or :

Métal précieux d’un jaune brillant, inaltérable à l’air et à l’eau, fondant à 1064°C, élément (Au) de numéro atomique 79, de masse atomique 196,9665

on dit une affaire en or, un coeur d’or, il coule de l’or, le nombre d’or, des couilles en or

Argent :

Métal précieux blanc brillant, très ductile  élément chimique (Ag) de numéro atomique 47, de masse atomique 107,8682

on dit un homme d’argent, un coeur d’argent, il coule de l’argent

Bronze :

Alliage de cuivre et d’étain à forte proportion de cuivre

on dit l’âge de bronze, un Rodin en bronze, il coule un bronze

A la simple vue de ces définitions, on sent bien que la troisième place est merdique, alors que la quatrième est plus méritoire pour un athlète qui est chocolat.

Donc à bas le bronze, il faut couler effectivement le bronze et remplaçons le par un vrai métal qui a un vrai numéro atomique.

rodinpenseur.jpg

Certains proposent le Platine, qui est un métal précieux blanc-gris, élément (Pt) de numéro atomique 78, de masse atomique 195,08, mais quand on fait péter les platines on risque fort de se goinfrer Diam’s et comme nous ne sommes pas un mois en -ongre, je vais encore m’énerver inutilement (voir fafiot 63).

platine1577.jpg

On pourrait aussi opter pour le Nickel, qui est un métal d’un blanc grisâtre, brillant à cassure fibreuse, élément (Ni) de numéro atomique 28 et de masse atomique 58,71. On dirait tu as été nickel pendant la compète, et pour un coureur à pinces lui dire qu’il a les pieds nickelés ne serait pas faux.

piedsnickeles1202807915.jpg

Claude a, à un moment, proposé le plomb, qui est un métal d’un gris bleuâtre, élément (Pb) de numéro atomique 82 et de masse atomique 207,21. On dit un soleil de plomb, un cul de plomb. Mais il ne serait pas raisonnable de donner du plomb pour un nageur, puisqu’aucune épreuve de scaphandrier n’est discipline olympique. Par contre, pour le tir cela se défendrait.

dynamognemrculbutocopyrighthenrykrul10.jpg

Personnellement, j’ai une préférence pour le Polonium, qui est un beau métal radioactif, élément (Po) de numéro atomique 84. Enfin cette troisième place irradierait, et dans les épreuves d’équitation, cela réveillerait les Curie. De plus, pour peu que le porteur de la médaille de polonium ne supporte pas le climat de Tricastin, cela donnerait une chance au quatrième, place du con, qui pourrait accéder à la troisième place par contumace.

curie.jpg

Que cela ne nous empêche pas de déconnobloguiter dans la limite du raie zonable

C’est le soixante cinquième fafiot!

Mercredi 13 août  2008

(de dire que l’on va faire de la nympho à la va comme j’te pousse)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Pour cause de  léger manque de temps aujourd’hui, le fafiot se complètera en fonction de l’actualité.

Que cela ne nous empêche pas de déconnobloguiter dans la limite du raie zonable.

Info 1 (franck 77):

pkinois.jpg

Merdaille en chocolat pour Mamy Longo.

AFPêt de (Jouons avec l’iguane)

JUYONGGUAN (AFP) – Jeannie Longo est passée à deux secondes du podium dans le contre-la-montre dames des épreuves de cyclisme des JO de Pékin, remporté par l’Américaine Kristin Armstrong, mercredi, sur le circuit de la Grande Muraille à Juyongguan.

La championne française, âgée de 49 ans, a payé au prix fort un petit incident mécanique à 400 mètres de l’arrivée, où son élan a été coupé net au moment où elle changeait de plateau sur son vélo.

La Grenobloise a expliqué à l’arrivée avoir souffert d’une sciatique qui s’est réveillée depuis deux jours, suite à la course en ligne disputée dimanche sous des trombes d’eau.

« J’avais bien reconnu le parcours, je suis passée impeccable », a déclaré la légende du cyclisme féminin, championne olympique à Atlanta voici douze ans. « Dans le dernier virage, j’ai passé le petit plateau sur l’élan. C’est là que j’ai perdu deux secondes. Je peux vraiment regretter ».

Pour la victoire, Armstrong a battu de 24 secondes la Britannique Emma Pooley et de 59 secondes la Suissesse Karen Thürig sur le parcours de 23,5 kilomètres, par un temps chaud et humide.

——————————————————–

C’en est fini pour Mamy Longo, qui s’en retourne dans sa maison médicalisée « Les Mésanges Bleues« .

Quelle belle sportive qui, à 50 balais et avec une chiatique, arrive à ne concéder que 59 secondes à une donzelle qui s’appelle Armstrong.

Armstrong, c’est bizarre ce nom me dit quelque chose? Y aurait de la prise de capsules à Paulo que cela ne m’étonnerait pas pour distancer notre championne sénior.

Enfin bref, on ne va pas beurrer la raie à Paul et Mickey.

————————————————

Info 2(franck 77):

AFPêt (il est vilaine):

La Direction générale de l’alimentation, le Ministère de la Santé et la Direction de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes font état d’une « forte suspicion de botulisme d’origine alimentaire » en France. Deux personnes sont dans un état « très préoccupant ».

« Les autorités sanitaires et vétérinaires ont lancé toutes les investigations nécessaires pour tenter d’identifier formellement les causes de cette intoxication ». Une suspicion pèse sur plusieurs produits industriels de distribution nationale, « dont un plat mexicain ‘fajas enchilladas’ de la marque ‘Companeros’ ». Les résultats des analyses seront connues dans 48 heures. Pour l’heure, le ministère de la Santé « recommande aux personnes ayant conservé ce produit de ne pas le consommer et de le rapporter à leur point de vente ».

———————————————–

Moi, je dis que les gens ne sont pas raisonnables!

Honnêtement ça vous viendrait à l’idée, vous, de boulotter un plat mexicain s’appelant « fajas en chie la Dass »?

Tout est dans le blaze, et si les gaziers  avaient voulu faire chauffer leur carte vitale, ils ne s’y seraient pas pris autrement.

En pluche, le plat devait être périmé depuis un ch’tit moment, car maintenant ça devrait s’appeller « fajas en chie l’ASE » qui risquerait d’ailleurs de leur foutre une sale monéllose.

——————————————–

 Info 3 (franck 77):

pkinois.jpg

 Agence Rôteurs

PEKIN (Reuters) – Le Français Steeve Guenot a décroché la première médaille d’or de la délégation française en devenant champion olympique de lutte gréco-romaine dans la catégorie des 66 kg.

Steeve Guenot a battu le Kirghize Kanatbek Begaliev en deux manches.

Le licencié de l’US Métro, agent RATP dans la vie, est devenu le premier champion olympique français en lutte gréco-romaine depuis Emile Poilvé, en 1936.

——————–

Un agent RATP a foutu une danse à Juliette Gréco à Vaisons-la-Romaine.

historiquegravurelutteursnusengarde.jpg

Bravo à Steeve Guenot qui a eu la merdaille d’or du maintien de l’ordre entre Bastille et Nation.

On apprend que s’il on pense que la lutte est russe, c’est faux, et que le Kir qui se tend existe, au même titre que le Bout qui se tend.

En récompense, notre champion olympique pourra, à son retour, faire une grève illimitée sans même être syndiqué.

1234

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique