Archive pour le 23 septembre, 2008

C’est le centième fafiot!

Mardi 23 Septembre 2008

(de profiter de l’occasion du fafiot cent, pour passer une journée « sans »)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Il fallait bien que cela arrive un jour, et c’est aujourd’hui!

Le centième fafiot du blog de la déconnitude est publié.

Certes le fafiot ne sera pas plus exceptionnel que d’habitude, mais nous allons tâcher de marquer le coup en décrétant une grosse journée « sans ». On nous bassine avec la journée sans bagnole, sans tabac, etc, je ne vois pas pourquoi je ne ferais pas ma journée sans.

En première approche, je  me suis levé sans me gratter le fion, ce qui m’a permis d’attaquer la journée l’esprit clair.

J’ai pris mon thé sans sucre, mais ça je le fais tous les matins. Fait plus rare, j’ai laissé tomber ma biscotte par terre sans dire bordel de merde, et là j’ai pris sur moi.

J’ai pris ma douche sans eau, et je me suis rendu compte du gain de temps considérable que ça génère, ce qui m’a permis de me sécher, dans la foulée, sans serviette, ce qui ma permis de la remettre dans l’armoire sans la laver.

Je me suis habillé sans me presser, et ça, c’était plutôt appréciable. Bien sûr, je suis parti sans voiture, et j’ai pris le train (j’ai eu du bol c’était une journée sans grève, enfin presque). C’est à partir de là que je me suis rendu compte que le monde extérieur était hostile.

J’ai voulu voyager sans ticket. Le contrôleur m’a foutu une prune sans hésiter. Du coup, je me suis assis sur la banquette sans faire attention en prenant la place d’un gazier qu venait de se lever. Boudiou, je sentais que ça me collait au derrière et que ça ne sans sentait pas la rose. je me relèvus, et je n’ai pas eu besoin de gouter pour savoir ce que c’était. Je chopis le gazier par le colbac, et je lui montris les dégâts. il m’expliquait que lui aussi passait une journée « sans » mais sans concessions. Avant de partir, comme il avait la pizza au bord du four, il l’a déposée dans les cagouinsses, en décrétant que c’était la journée sans PQ pour le développement durable. Et comme c’etait un fan de Sharon Stone, il est parti sans slibouze sous le bénard en oubliant qu’il avait des gros bouts en post-it.

J’arrivus au siège de Déconnoland, et j’ me disa, franck 77, j’m'en va faire une journée sans fafiot.

C’était décidé, j’allais passer la journée sans dire de déconnitudes. J’ai tiendu une minute trente, car voyant tout le matos , même pas fini de payé à Théophile Moitonpèze, qui ne demandait qu’à déconno imprimer,  je n’ai pû m’empêcher de sortir le centième fafiot, qui fait déjà la une du Parigot d’aujourd’hui:

parigot.jpg

Cliquez la dessous pour la version « pas pliée »:

C'est le centième fafiot! dans déconno-news pdf parisien23092008.pdf

(franck 77)

—————————

(de la journée sans voiture)

Depuis quelques années, certains maires estiment qu’une journée sans voitures, ça le fait. On prétend que la voiture pollue, bien qu’ayant de la marge par rapport à la connerie, qu’elle est dangereuse en ville, en un mot qu’on peut facilement s’en passer. Aussi, à grand renfort d’employés municipaux qui bloquent tous les accès au lieu de faire leur boulot, à grand renfort de bus gratos qui sillonnent la ville, on nous fait croire que tout est règlé et que tout va bien. Le maire, fier de son coup, bilante le soir aux infos régionales que c’est un succès total, tellement total qu’il faudra attendre un an pour récidiver. Quand une idée est géniale, on la garde, d’habitude.

Le problème est que pendant cette journée sans bagnoles, l’économie de la ville s’est arrêtée. Beaucoup de commerçants ont baissé le rideau faute de clients qui n’ont que deux bras pour transporter leurs victuailles. Les artisans n’ont pas pu accéder à leurs chantiers qui sont en ville. La compagnie de bus s’est fait indemniser par la commune aux frais du commerçant et de l’artisan qui n’ont pas pu bosser. Le parking extérieur d’où partent la plupart des navettes gratuites n’a pas engrangé les 6 euros par journée et par voiture, ce parking étant déclaré gratos aux frais du contribuable. j’en passe, et des meilleures.

Si quelqu’un a compris l’intérêt de la chose, qu’il éclaire ma lanterne car pour moi, c’est la journée sans lumière.

Que les écolos lèvent le doigt, qu’ils aillent au turbin en draisiène, qu’ils résilient leur contrat EDF, qu’ils creusent leur puits, et qu’ils attendent la malle-poste pour recevoir des nouvelles de Noël Ta Mère, et qu’ils nous accordent une journée sans inepties. Il ne faut pas que je m’énerve, c’est quand même la journée CENT FAFIOTS.

(Pineau)

En attendant le centième fafiot!

Mardi 23 Septembre 2008

(d’aller chez M. Meuble pour  acheter un chiffre des centaines)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Le fafiot suivant sera le centième ou ne sera pas!

Vous avez un indice dans le titre…

En attendant:

http://www.coloriage.tv/tiny-toons-coloriage

Publié dans:déconno-news |on 23 septembre, 2008 |12 Commentaires »

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique