Archive pour novembre, 2008

La messe de jiji cinqsept du 30 Novembre 2008

Dépêchons-dépêchons !
Il reste encore des places dans la petite chapelle de Tripote-Moi-Les-Joyeuses…
Chers et chères fidèles, Déconnoland est heureuse de vous accueillir une nouvelle fois !!!
Retrouvons la « Jyva 4″ de notre bon Franck 77 ainsi que l’Archange Gabriel, Abraham et Moïse, ses passagers…

Francky sérieux et  des prophètes qui délirent : ce serait-y pas le boxon ?!?

 

chapelle11.jpg

 Gabriel, s’adressant à Franck 77 :
« Qu’est-ce qui t’arrive mon grand ? »
Moïse :
« C’est vrai : ça fait un moment que tu n’as pas balancé une vanne… »

Abraham :
« Ben alors : accouche, c’est quoi le problème ?!? »

Franck 77 :
« Je m’en veux d’avoir rectifié le texte de la dictée que tu as faite à Mahomet…
Je ne voudrais pas être à l’origine d’une guerre de religion, tout ça à cause d’une déconnade !!! »

Gabriel :
« C’est donc ça ?…
Crois-tu vraiment que les juifs, chrétiens et musulmans ont besoin d’une « déconnodade » pour se foutre sur la gueule ?!? »

Abraham et Moïse :
« Les chrétiens, on ne sais pas, mais déjà entre juifs, il ne faut pas croire que le quotidien ce soit « la petite maison dans la prairie »… »

Gabriel :
« Rien que pour parler des chrétiens, avec Saint Pierre : ça nous déprime quand on voit arriver à la porte du Paradis tous ceux qui se font rectifier au nom de l’amour de l’autre !!! C’est simple : il n’y a pas  assez de secrétaires dans le bureau des admissions !!!
Des fois, ça dessoude tellement vite que le pauvre Pierrot finit sur les genoux… Faudra penser à embaucher, sans compter que nos martyrs se ramassent à la pelle !!!  »

Franck 77 :
« Et si je vous disais ce que je sais concernant les horreurs qui seront commises au nom de la religion que le Boss vient de créer…
Sans vouloir faire de mauvais jeux de mots, au nom d’Allah, on ne ramasse plus les victimes avec des pelles mais des « bennes » !!! »

Abraham et Moïse, soudainement hilares :
« Trop fort, le Francky… Des bennes pour transporter les fils !!! »

Franck 77 :
« Vous êtes sûrs que ça va, les gars ?… »

Gabriel :
« Je m’en doutais un peu…
Pour Mahomet, j’ai pas mal d’autres textes à lui dicter, donc : je rattraperai le coup la prochaine fois et Dieu n’en saura rien. »

Franck 77 :
« Alors là, t’es vraiment un pote !!!
Il y a cependant quelque chose qui me turlupine… »

Moïse :
« Et dans ce mot, il y a « turlu », hi, hi !!! »

Franck 77 :
« Hein ?!? »

chapelle21.jpg

Abraham, de plus en plus hilare :
« Et si on rajoute le « thé », il y a les deux… Hi-hi !!! »

Abraham et Moïse, de concert :
« Nous ajoutons, détail important, que si l’Eternel de ces lieux ne disait pas la vérité en abordant le sujet, il ne faudrait pas s’étonner qu’en parlant du « thé, Allah mente »… Warffff !!! »

Franck 77 écrasa la pédale de frein puis sortit de la « Jyva 4″.
Regardant alentour, il dit :
« J’ai compris : c’est Dieu qui a organisé ça !!!
C’est une caméra caché, hein ?!? »

Gabriel :
« C’eût pu être, au pire, une caméra « kascher » (à défaut de « hallal »), mais hélas il n’en est rien, et j’ai bien peur de comprendre… »

Franck 77 :
« Maintenant, à la réflexion : moi aussi.
Il était sympa, ce bédoin à qui nous avons demandé la route et qui nous a offert un goûter sous sa tente… »

Gabriel :
« Mais le tabac qu’il nous a proposé était un peu bizarre… »

Franck 77 :
« Quand je vois les deux comiques, là, je me dis que j’ai bien fait de refuser d’aspirer le tuyau de son « biniou infernal ».

Gabriel :
« Fais gaffe à ce que tu dis quand tu parles d’aspirer le tuyau…
Ici, même s’ils le font avec beaucoup de poésie dans un langage littéraire très pur,
ça charrie un max, dans le coin !!! »

Franck 77 :
« A ce jeux-là, je ne crains personne : c’est quand ils veulent, les autochtones !!! »

Gabriel :
« C’est vrai, j’avais oublié que tu étais « Déconnologue Agrégé »
(Il s’incline et avec une de ses ailes mime le salut du vassal au roi)
Monseigneur !!! »

Franck 77 :
« Je commence à avoir une de ces migranes, moi…
Bon : on fait quoi avec nos deux prophètes disjonctés ?!? »

chapelle5.jpg

Gabriel :
« Ne t’inquiète pas, je vais les remettre à flot… »

Franck 77 :
« Pour Moïse, je suppose que ce sera plus facile, hurps !!! »

Gabriel :
« Ha, je te retrouve !!!
J’ai eu peur que tu ne bascules dans le sérieux et le rationnel…
Pendant un instant, tu m’as inquiété, tu sais ?!? »

Franck 77 :
« Et puis quoi encore ?!? »

Gabriel :
« Qu’est-ce qui te turlupinait, tout à l’heure, « petit scarabée » ?… »

Franck 77 :
« (fait de l’humour, maintenant ?) Oui : comment se fait-il que Dieu aie choisi de créer une nouvelle religion ?…
Va-pas faire la gueule, Jésus, son fiston ?!? »

Gabriel :
« Tu sais, ça fait quelques millénaires que je suis envoyé en mission… Plus le temps passe, moins je me pose de questions.
En fait, j’obéis aux ordres, le reste : c’est plus mes oignons, ma cousine !!! »

chapelle8.jpg

Franck 77 :
« Ha non ! Tu ne te défileras pas comme ça, c’est trop facile !!! »

Gabriel :
« Tu es tenace, toi…
Tout ce que je peux te dire, c’est qu’on essaie une nouvelle forme de religion de proximité.
On verra bien ce que ça donne, ça coûte rien d’essayer… »

Franck 77 :
« A mon avis, va pas être déçu, Dieu le Père !!! »

Pendant cette conversation, Gabriel avait exécuté quelques gestes magiques et nos deux prophètes retrouvaient lentement leur esprit d’origine.
Les quatre avaient repris la route.

Abraham
:
« On peut savoir ce qui c’est passé ? »

Moïse :
« On a loupé un épisode ?… »

Franck 77, légèrement excédé :
« Alors là : moucave, les gadjos !!! »

Abraham et Moïse :
« Hein ?!? »

Gabriel, l’oeil coquin (rare, chez lui !) :
« Sans approuver ce langage quelque peu rustique, je ne désapprouve pas le message qu’il véhicule… »

Abraham :
« C’est un langage codé ?… »

Moïse :
« Si c’était un effet de votre bonté : on pourrait avoir la traduction ?!? »

Franck 77 :
« Y’a qu’à demander : « fermez vos gueules » !!! »

Gabriel :
« En clair, c’est ça…
Rustique mais efficace !!!
…Ha ! Voilà le palais de Larabie : essayez de bien vous tenir, les gars… »

Franck 77 :
« Et si le Monsieur vous propose de fumer, on dit quoi ?… »

Abraham et Moïse :
« On dit non !!! »

Deux gardes ouvrirent les portes du palais, Larabie se tenait bien droit et bien en chair en haut des escaliers de sa splendide demeure.

Larabie :
« Entrez mes amis, vous êtes ici chez-vous… »

Franck 77 pensait :
« Dans ce cas, ça va être le bordel dans cinq minutes !!! »

Le soleil s’était couché, mais la soirée ne faisait que commencer, comme nous le verrons la semaine prochaine…
Allez en paix et en pêts !!!

————————–

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les topettes de jiji cinqsept.

—————————————

(note à bénêt : le morcif des grandes orgues n’est pas “in the mood”, comme l’indique le lecteur Mpêtoire mais plutôt “moonlight serenade”. Par contre c’est bien Glenn Miller qui souffle dans le biniou, ce n’est pas Bill à l’harmonica)

——————————————–

Source des huiles : http://www.isabellebometon.fr/chapelles.html

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 30 novembre, 2008 |10 Commentaires »

C’est le cent trente septième fafiot!

Samedi 29 Novembre 2008

(de causer cinoche – auteur : Pineau)

La P’tite Annick

g406350titanicaffiches.jpg

James Came Rond a eu une riche idée, quand, le 10 avril 1912, il a loué une péniche pour faire la route du rhum alors qu’il était convié à la pêche aux thons par trois morues de Concarneau qui pensaient qu’aussi con qu’Arnaud, il n’y a que le Mec Annick……car c’est un mec!  L’histoire aurait tourné tout autrement sans cette invraisemblable supercherie sans laquelle un glaçon mal branlé serait, sans l’ombre d’un doute, resté à la place qui lui était destinée depuis l’invention de l’anis étoilé.

Ça se passe en 1912, c’est dire que ça ne date pas d’Hyères. Nous sommes à Southampton, en Rosbeeferie, avril est froid, cette année là, je m’en souviens farpaitement bien. Sur les quais, des Amerloques pleins aux as, des Grand Bretons bourges jusqu’aux os, et des travailleurs Irlandais, qui ont loué un fond de cale pour aller tenter le rêve américain, déjà à l’époque. Le quai effervesce un max, et les riches malles en osier des uns côtoient les sacs défoncés des autres. On part la fleur aux dents sur le plus beau paquebot, et il n’est pas que beau, il est tout neuf aussi et sa première traversée vers New-York via Le Havre est un évènement.

prouetitanic.jpg

(Crédit photos :Yann Arthus Bertrand à pied – Les rois du monde)

Came Rond romance avec la vague histoire de Rose, une nénette hystérique qui se fait draguer par un insignifiant plein de fric, et un jeune Irlandais, Jack, qui est d’un milieu diamétralement opposé, mais qui n’a pas mis son éducation et son savoir vivre dans ses chaussettes. C’est le fil rouge du film, et tout le monde s’en badigeonne, à part les vieilles qui aiment les romans à l’eau de rose.

Le bon plan, c’est que le rafiot est drivé par une équipe de branques qui ne pensent qu’à battre le record de la traversée (le ruban bleu qu’ils disent). Il mettent du charbon en pagaille dans les chaudières pour faire tourner les turbines à fond la caisse quitte à ce que tout leur vole en pleine poire. Ce qui devait arrivi arrivu. Le 14 avril 1912 à 23 heures 40, au large de Terre Neuve, un taré a jeté un glaçon trop violemment dans le gobelet qui s’est fendu par tribord; Les dirigeants réagissent aussi vite que des mollusques car ils croient le gobelet insubmersible. Ils ont changé d’avis à la réunion de chantier convoquée 2 heures 30 plus tard par 3843 m de fond. Sale tronche pour les gilets jaunes. Pendant le temps de la coulette, c’est bien sûr la pas nique à bord, (il y avait d’autres activités), et on observe les réactions de chacun. Ceux qui balancent des poignées de dollars pour avoir accès aux barques, d’autres qui n’ont droit qu’à la boucler, d’autres encore qui s’en branlent, et d’autres aussi qui se font des politesses. C’est le moment le plus intéressant, mais au final il y a du grabuge: 1513 noyés et disparus. Voici la courte vie de la P’tite Annick.

titanicstern2.jpg

« Atlantique latitude 41° », tourné par Roy Ward Baker en 1958 avait quand même une autre tenue.

(Pineau)

titanic1.jpg

(Voyage houleux sur la p’tite Annick)

Publié dans:les sales zobs s'curent |on 29 novembre, 2008 |7 Commentaires »

En attendant le cent trente septième fafiot!

Samedi 29 Novembre 2008

(d’être à la bourre depuis un bout de temps)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Avant de me faire plastiquer ma Jyva 4 , je vais essayer de réalimenter Déconnoland pour éviter les meutes et l’émeute!

D’ailleurs, en disant « je », c’est plutôt Pineau qui s’y colle, avec le talent qu’on lui connait jusqu’à La Motte-Beuvron.

Il m’a envoyé un nouveau fafiot pour la rubrique « Les sales zobs s’curent », ça va viendre le temps que je mette des couleurs dessus…..

En attendant, où est Charlie?

1005balayeursdesertbdv03.jpg

Publié dans:déconno-news |on 29 novembre, 2008 |5 Commentaires »

C’est le cent trente sixième fafiot!

Mardi 25 Novembre 2008

(de constater que le temps ne suspend pas son vol, et que je n’arrive pas à rattraper mon retard)

(d’annoncer fièrement que la rubrique nouvelle est arrivée)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

En ce moment, il me manque à peu près douze heures par jour, pour combler mon retard qui s’accumoncelle à vitesse grand V.

Ce qui fait que Déconnoland en pâtit, du verbe africain pâ’tir voulant dire que le Boss n’est pas souvent derrière son clavier pour déconnituder (à coudre).

Je devais faire un fafiot pour causer du beaujolpif nouveau le jour de sa sortie, mais les alinéas de la vie et du taf font que je risque d’en causer à Paques! Cela compense avec les journaleux qui, tous les ans, en causent toujours la veille pour dire qu’ils l’ont goûté en exclusivité et qu’il a un goût  de fraise des bois ou de sulfate de benzène, ce qui confirme bien que dans cette profession , la connerie est une exclusivité permanente.

Je vous ressors de mes carnets à spiraux une allusion pouétique de l’affaire que j’avais composée avec mes petits doigts avant de me torcher:

Tout en France est je crois sujet à polémique

Car la sortie sympa du beaujolais nouveau

Par des bobos montrant leur science œnologique

Se trouve gâchée, car cela fait trop prolo

  

On peut dans sa cave avoir du Vosne-Romanée

Du Pouilly, du Riesling et des Hautes Côtes de Nuits

Du Loupiac, Montbazillac et du Cabernet

Mais apprécier aussi ce moment de la vie

  

Ce n’est pas pour une dégustation à l’aveugle

Mais pour un bon moment de convivialité

Mais souvent en France, il y en a toujours qui beuglent

Les Français sont des veaux, ils seront pardonnés

  

J’apprécie les meilleurs vins, j’ai un bon palais

Malgré toutes ces belles gens qui croient que l’on s’avine

C’est un doux moment, la sortie du beaujolais

Quand même plus poilant que cette fête d’allô gouines

  

Ces bonnes personnes qui aux grands crus paraissent dévotes

Disent toujours sans même  jamais le vérifier

Que quand on pisse le Beaujolais ça troue les bottes

Moi je m’en fiche, je passe toujours une bonne soirée

  

Ces maniérés qui sur ce vin font grande gueule

Une belle robe, une bonne tenue en bouche exigée

Devraient se montrer le plus souvent moins bégueules

Et de la vie nous gagnerions en qualité.

(franck 77)

Mais la grande nouvelle du jour, est la création d’une rubrique par Pineau, rubrique qu’il a sobrement intitulée « les sales zobs s’curent », qui, comme son nom l’indique, va causer ce dont au sujet duquel de cinoche. Les déconnobloguiteurs et teuses y trouveront des résumés de films anciens ou récents, afin de compléter leur culturation.

————————————

La Meuf du Boulanger

lafemmeduboulangermed.jpg

 

Un des plus beaux films de Marcel Pignole, sorti le 7 septembre 1938 (ça date). C’est l’histoire d’un boulanger et de sa boulangère qui débarquent dans un petit village de Haute Provence parce-que les prédécesseurs se sont barrés on ne sait plus pourquoi, et d’ailleurs, tout le monde s’en fout.

marcelpagnol.jpg

(Marcel Pignole – écrivain cinéaste qui causait beau et qui n’écrivait pas avec ses tringlots)

Le boulangeman, interprêté par Raimu, est un cinglé du turbin. Il a dû oublier de voter pour Martine Aubry, le gazier. Il bosse jour et nuit, et pendant qu’il pionce, c’est sa meuf qui surveille le feu. La meuf est interprétée par Ginette Leclerc, qui était la grand-mère d’Edouard. Les villageois sont vachement contents. Il y a même le duc de Moncul, qui crèche au château du coin qui est le meilleur client de l’établissement. Il est venu repérer les lieux avant d’envoyer son jeune larbin chercher le bricheton pendant qu’il s’instructionne sur des pouffes venues des alentours. Au bout d’un peu moins de pas longtemps, le loufiat , qui est aussi berger de son état, se dit que chercher les miches, c’est bien gentil, mais s’occuper de celles de la boulangère, ça peut le faire aussi, d’autant que la boulange trime comme un cinglé, et ne peut pas être sur tous les coups.

Aussi sec, Dugenou se barre avec la boulangère. Manque de bol, y’a plus personne pour surveiller le fourneau, et il s’en faut d’un poil d’euque pour que l’établissement ne caramélise. Le pauvre artisan n’a pas besoin d’un crobard pour piger la combine. Il se met à déprimer comme un malade, attaque le perniflard par cubi de 25, et ne produit plus de bricheton. Pendant que la boulangère s’envoie le berger, le boulanger s’envoie le ricard. C’est l’émoi (et toi?) dans le patelin. Le curé, le bedeau, le facteur, le maire, l’instit, le duc de Moncul, et toute la populasse se mobilisent pour retrouver la meuf. C’est un merdier indescriptible. Au bout d’un bout de temps, car à l’époque, les films n’étaient pas très longs (sauf que celui-là dure quand même 2 heures 10, soit 1/1327 de la durée de Dallas) , ils retrouvent les tourtereaux dans les marais, et les ramènent au bled à grands coups de lattes dans le derche. Le boulangeman, con comme une malle, fait semblant de rien en engueulant la chatte Pomponnette qui s’était barrée faire sa vie avec les matous du quartier.

La similitude entre la chatte du boulanger et celle de sa meuf est, certes, frappante. L’interprétation magistrale de Raimu dans le final est certainement un des plus grands moments du cinéma français.

http://www.dailymotion.com/video/k2iPcpg9O38CXnyWmG

C’est grand, c’est beau, c’est magnifique, et ça dépasse largement les programmes de téeffin.

(Pineau)

Publié dans:déconno-news, les sales zobs s'curent |on 25 novembre, 2008 |47 Commentaires »

La messe de jiji cinqsept du 23 Novembre 2008

Bonjour, mes chers paroissiens et paroissiennes !!!
Deconnoland vous ouvre les bras…
Allez : on s’installe dans notre chapelle de Tripote-Moi-Les-Joyeuses et on commence !!!
Ainsi donc, l’Archange Gabriel, Abraham et Moïse prenaient la route dans la « Jyva 4″ de notre bon Francky, pilote émérite…

 

1) La rencontre

Gabriel :
« Géniale, ta charrette !!! »

Franck 77 :
« Et je l’ai payée comptant… »

Abraham :
« Content ou pas, n’est-on pas obligé de payer ? »

Moïse :
« Je veux  ! Sinon : c’est du vol, non?!? »

Franck 77 :
« Après votre colloque sur l’ancien testament, il faudra que je vous donne des cours de rattrapage, les gars. »

Gabriel se faisait de plus en plus curieux concernant l’équipement sophistiqué du tableau de bord…
Il appuya sur un bouton lumineux en disant :

« C’est quoi, ce bidule qui clignote ? »

Franck 77, inquiet :
« Mais qu’est-ce tu as fais ?!? »

Gabriel :
« Ben quoi ? »

Abraham :
« Je vais sûrement avoir droit au foutage de gueule de la « new generation »,
mais ce brouillard aux mille couleurs qui nous entoure soudainement :
c’était au programme ?… »

Moïse :
« Toutes ces lumières qui viennent de partout et de nulle part :
un nouveau miracle ? »

chapellestmichelarch.jpg

Franck 77 :
« Putain de vérole de merde :
je ne contrôle plus rien !!! »

Abraham :
« J’ai le mal de mer !!! »

Moïse :
« Si on tombe dans la flotte, j’ai la recette, les copains… »

Abraham :
« Punaise ! J’ai reçu un météorite au raz de la tronche, dis-donc !!! »

Franck 77 :
« Accrochez-vous, les amis : on va tenter un atterrissage, mais je ne sais pas à quelle époque !!! »

Gabriel :
« Pourquoi parles-tu d’époque ? »

Franck 77 :
« Parceque tu as déréglé le convecteur spatiotemporel, banane !!! »

Gabriel :
« Spatio quoi ?… »

Abraham :
« Pour les détails techniques, on verra ça après l’atterrissage,
aïe, ouille, aïe !!! »

Moïse :
« Attends que la pierre refroidisse avant de la toucher, futé !!! »

Francky enchaînait les jurons tandis que Gabriel se bouchait les oreilles.
Il réussit un attérissage sans trop de dommages.
Les portes du « Jyva 4″ s’ouvrirent, laissant sortir les quatre occupants.

Franck 77 :
« Qui en a profité pour larguer une caisse ? »

Gabriel :
« Les Anges ne pêtent pas Môssieur !!! »

Abraham et Moïse sifflaient en regardant le ciel et les alentours.

Franck 77 :
« Ma carrosserie, bordel à cul !!! »

« Fout le camp, t’es une pouffiasse !!! »
Cette voix venait de l’autre côté de la dune, car apparemment, nous étions dans un désert…

Abraham :
« Ce timbre, cet accent ?… »

Moïse :
« Et alors ? »

Abraham :
« On dirait quelqu’un des miens !!! »

Franck 77 :
« De toute façon, on est coincé là : allons jeter un oeil, ça mange pas de pain… »

Gabriel était étonnamment calme.

La voix :
« Tire-toi j’te dis, si tu ne veux pas que je te coupe les glaouies avant de te les faire bouffer !!! »
C’était un solide jeune homme qui était harcelé par Satan…

Gabriel :
« Fous-lui la paix et va jouer dans ton bac à sable !!! »

Satan :
« C’est pas vrai ! tu es comme la misère, toi : tu es partout !!! »

Gabriel :
« Tu as quelques secondes pour disparaître, à moins que tu ne souhaites avoir une nouvelle explication thématique avec le Patron ? »

Satan :
« Faites chier, tiens !!! »
Il disparut dans un nuage de fumée.
Pendant ce temps, Abraham c’était approché du jeune homme.
Les deux se regardaient, intrigués l’un par l’autre.

Abraham :
« Quel est ton nom ? »

Le jeune homme :
« Mahammad, mais on m’appelle plus souvent Mahomet…
et toi ? »

Abraham :
« Mon nom est Abraham… »

Mahomet :
Ismaël, mon ancêtre, ce serait pas un de tes potes, des fois ? »

Abraham :
« Tu ne crois pas si bien dire : c’est mon fils…
Dans mes bras petits !!! »
Les deux se firent une accolade.

Mahomet :
« Qu’est-ce qui fume dans la poche de ta gabardine ?!? »

Abraham :
« Ça ? C’est une pierre qui est tombé du ciel…
Tiens, je te la donne : fais-en ce que tu veux. »

Mahomet :
« Comme déco, à la Mèque : ça aurait de la gueule…
Faut que j’y pense. »

Gabriel :
« Messieurs, c’est très touchant mais, si vous le voulez-bien, les effusions seront pour tout à l’heure…
J’ai quelques petites choses à mettre au point avec Mahomet… »

chapelle2.jpg

2) La mission secrète de Gabriel Franck 77 :


« Mais dis-donc, ma coquine : tu avais gambergé la manip depuis le début ?!? »
Abraham et Moïse :
« Un peu de respect : tu d’adresses à un Archange, quand-même !!!
Gabriel :
« Laissez-moi avec Mahomet !!!
Pour une fois je passe l’éponge… »
Franck 77 :
« Et vlan : 
in the prose la balayette,
il nous jette comme des étrons !!! »
Moïse :
« Dis pas ça, tu sais bien que les voies du Seigneur sont imprénétrables… »
Franck77 :
« Impénétrables ?!? En attendant, c’est toujours les mêmes qui l’ont dans le prose !!! »
Abraham et Moïse :
« Ho !!! Franck, voyons… »

Franck 77 :
« Bon : c’est pas le tout les amis, il faut que je répare, maintenant…
Personne a une clef de douze ? »
Les dégâts n’étaient que mécaniques, l’électronique étant toujours opérationnelle, grâce au « Gêt-PêtS ».
Le « Jyva 4″ fut opérationnelle assez rapidement, mais l’entretien entre Gabriel et Mahomet se prolongeait…

Franck 77 :
« Bon, qu’est-ce qu’il fout, l’Archange de mon coeur ?!? »

Abraham :
« C’est vrai, il abuse un peu… Je voudrais bien causer au petiot, moi !!! »

Franck 77 :
« Ha, parceque tu vas prendre la suite ?
Et ben : on n’est pas rentré… »

Moïse :
« Tu es si pressé que ça ? »

Franck 77 :
« Au cas où vous ne le sauriez pas,
j’ai une vie privée et professionnelle à mener…
Sans compter que sur mon blog : on frôle l’émeute !!! »

Abraham :
« L’émeute ? »

Franck 77 :
« Et oui, avec tout ça, je suis à la bourre pour écrire mes fafios sur Déconnoland, que beaucoup de fidèles attendent… »

Abraham :
« Ha ben… C’est pas trop tôt : Gabriel est de retour !!! »

Gabriel :
« Prends ton ticket comme les autres… »

Abraham :
« Attendez-moi cinq minutes, je dis au revoir au petit et je vous rejoins… »

Franck 77, à Gabriel :
« Fallait surtout pas te presser : je n’ai que ça à faire !!! »

Gabriel :
« Fais-pas la tronche : le Patron m’avait envoyé en mission secrète.
Il fallait que je fasse faire une dictée à Mahomet… »

Franck 77 :
« Heu… Ta dictée, c’était le texte qu’il y avait dans le dossier que tu transportais ?… »

Gabriel :
« Oui, pourquoi ? »

Franck 77 :
« Ben… J’ai voulu te faire une blague et il se pourrait bien que j’aie changé deux ou trois choses dans l’écris original… »

Gabriel, le visage décomposé :
« Effectivement, maintenant que j’y pense, certains versets étaient bizarres…
T’en loupes pas une, toi !!! Quand le Patron va savoir ça… »

Franck 77 :
« Pfff ! De toute façon, il a toujours un pêt de travers »

Gabriel :
« Dieu ne pête pas, Môssieur !!!
Il sait se tenir : il a déjà été au restaurant… »

Moïse :
« Dieu flatulant…
Tu imagines le cataclysme ? »

Abraham, ayant rejoint le groupe :
« Je subodore !!! »

Franck 77 :
« Ho, les filles : le colloque sur l’ancien testament, c’est toujours d’actualité ?…
Parceque, pour le moment, on serait plutôt en train d’écrire « le nouveau du nouveau »…
Va pas faire la bougie, Jésus ?!? »

Gabriel :
« J’obéis aux ordres… Le reste : c’est plus mes oignons, ma cousine !!! »

Abraham :
« Alors : pour rentrer, le petit m’a dit que nous devions nous rendre chez un dénommé « Larabie », qui va nous indiquer la voix à suivre… »

Moïse :
« Chez Larabie… C’est où, dites ?!? »

Franck 77 :
« C’est par là, mec !!! »
En effet, une pancarte indiquait la direction du domaine de ce personnage apparemment connu et respecté dans la région.

La suite, c’est pour dimanche prochain !!!
Allez en paix et en pêts…

————————–

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les topettes de jiji cinqsept.

—————————————

(note à bénêt : le morcif des grandes orgues n’est pas « little brown jug », comme l’indique le lecteur Mpêtoire mais plutôt « In the mood ». Par contre c’est bien Glenn Miller qui souffle dans le biniou, ce n’est pas Clinton)

 

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 23 novembre, 2008 |30 Commentaires »

C’est le cent trente cinquième fafiot!

Samedi 22 Novembre 2008

(d’avouer qu’il n’est pas bon de se faire shopi sur inter net)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Des évènements aussi nombreux que variés se sont accumoncelés et m’ont empêché de pondre des fafiots et de déconnobloguiter ces derniers temps. J’ai collé à l’actu et ce n’est rien de le dire!

Il y a quelques jours, très tôt le matin, le bigophone qui est posé sur la caisse de rouge a tintinnabulé d’une sonnerie néfrétique. Je pris le combiné alpin, et je collus l’esgourde poilue au crachoir:

- Allô, franck 77 ?

- Himself !

- Bonjour, je suis un internaute à scie dure, et en faisant des recherches sur Bernadette sous Bayrou sur OuiOuiMerdia et sur Gogole, j’ai découvert votre site qui est très bien documenté. Je le trouve très bien fait et instructif.

- Merci, moi aussi je le trouve très bien! Qui êtes vous fidèle déconnobloguiteur ?

- Je suis l’Abbé Tankule, de la paroisse de Fouzydonc-Ymboncoult, mais vous pouvez m’appeler Georges.

- En chantier Georges, et que me vaut l’honneur de ce coup de turlu vaginal (il était 4h30 du matin) ?

- Et bien, pour parfaire votre documentation du bois, je me propose de vous montrer des enluminures qui pourraient agrémenter l’office de Déconnoland dans votre blogounet, et des figures bibliques qui pourraient vous malaxer les icônes.

(moi, pas méfiant pour un déconno franc et assoiffé de connes essence: )

- C’est très gentil à vous Georges, Fouzydonc-Ymboncoult c’est  à peine  à une bière d’ici en Jyva 4, je peux faire un saut chez vous dès que j’aurais pris mon petit déj Lapuresque (un petit beurre trempouillé dans un demi de gnole) et que je me serais récurée la raie.

- Ca roule ma poule, franck 77, je me file un coup de peigne, je mets du sent bon sous les bras, j’astique mon goupillon et je vous attends à la sacristie.

camaret.jpg

(Chapelle de Fouzydonc-Ymboncoult – huile sur macramé de Camaret datant de la fin René Coty)

Et voilà, tout était parti de là! Sous les couilles de 8 heures du matin, je frappis à l’huître de la sacristie, et un mecton qui avait l’habit de prêtre m’ouvris en me saluant et en me disant que j’avais un visage Angélique.

J’ai partagé son antre pendant plusieurs jours, et il m’a montré la panoplie du prêcheur au gros.

Il m’a fait le coup du bénitier baveur, du déboisage du mont des oliviers, de la communion réversible, du prie Dieu à bascule, du cierge à ressorts, de l’autel du cul béni, de la présentation de l’ostie, des saints sacrement bien montés, des versets sataniques ta mère, de la gengivite sacerdotale, de la bénédiction urbi et grosse bite pour finir en apothéose avec le coup de goupillon farceur entre les vêpres , l’apparition de l’immaculée et bien le bonjour de l’abbé Queutard.

Je suis ressorti de la sacristie avec l’habit de curé, et des souvenirs plein la tête en désir de quête oecuménique ta mère.

Disons que l’on ne retrouve pas le côté plein air de la Gay-Pride, mais que le résultat est le même à la fin ! Je ne sais pas si les voies du seigneur sont impénétrables, mais j’ai eu du mal à poser un cul sans crier le martyr dans ma Jyva 4 , qui a pourtant les sièges moelleneux

Je me suis dis, qu’à la place de répondre à ce coup de bigophone, j’aurais mieux fait de me toucher le fion moi-même, j’eus gagné en temps et en espace.

Depuis, je ne réponds plus au turlu de peur d’avoir une pède au fil.

(franck 77)

Nous allons pouvoir déconnobloguiter comme des vouyouzes et des vouyouxes que nous sommes sur ce que l’on veut dans la limite du raie zonable.

N’oublions pas les contrôles de connes essence, dont un tout frais au fafiot précédent, ainsi que les déconno z’annonces de novembre.

Publié dans:déconno-news |on 22 novembre, 2008 |19 Commentaires »

Contrôle de connes essence – Question n°8 – (le 135ième fafiot est à l’écriture)

Samedi 22 Novembre 2008

(de continuer le contrôle des connes essence pour la bonne cause)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

En attendant le cent trentième deuxième fafiot, Déconnoland a décidé, en partenariat avec l’ Association ” France Alsa-meurt”, de lancer un contrôle des connes essence, afin d’exercer les neurones de nos clientes et clients pour les préserver de cette maladie par qui sonne le glas de la bonne sans thé neurologique implacable.

En effet, des exercices quotidiens de la matière grise permettent d’éviter d’onduler de la touffe et de ne pas oublier de  se connecter sur le blog de la déconnitude.

Aujourd’hui nous allons poser la :

Question n° 8 – Catégorie: Société

Qu'est-ce que Noir désir ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

 

(auteur : Pineau )

Si vous trouvez que le choix est incomplet, vous pouvez toujours proposer une autre solution dans les commentaires.

Publié dans:- contrôle des connes essence -, Société |on 22 novembre, 2008 |5 Commentaires »

En attendant le cent trente cinquième fafiot!

Vendredi 21 Novembre 2008

(de dire que ça revient)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

En plus du taf, j’ai un mal fou à avoir une connection inter nette, bref c’est le boxif!

Le nouveau fafiot va arriver, mais il faut patienter un brin, car j’ai dénudé tous les fils pour refaire la connection, et je n’ai pas envie de me prendre une chataîgne.

En attendant:

Où est Charlie? 

vendanges1.jpg

Publié dans:déconno-news |on 21 novembre, 2008 |19 Commentaires »

En attendant le cent trente cinquième fafiot!

Mardi 18 Novembre 2008

(de dire qu’il n’y a pas de mou dans la corde à noeuds)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Cela n’a échappé à personne, j’ai un gros tinet du mal à concilier le taf sérieux donné par Déconnoland, et l’autre moins sérieux qui me permet de payer ma connection chez merlanfree.fr et faire vivre ma communauté au jasmin.

Le prochain fafiot viendra, c’est sûr! En tout cas pas aujourd’hui.

Il y en aura un jeudi sur le beaujolais et celui de demain dépendra si la journée d’aujourd’hui aura 28 heures ou non.

Je sais que tout le monde trépigne d’impatience, et que l’on risque une émeute, mais quand je ne peux pas, je ne peux pas!

J’ai contacté Pineau, mais aujourd’hui il fait le rally Pastis-Calva pour s’entraîner pour la grande boucle afin de s’habituer au jaune.

Que cela ne vous empêche pas de déconnobloguiter à donf , vous avez quartier libre, dans la limite du raie zonable bien sûr.

 (franck 77)

Publié dans:déconno-news |on 18 novembre, 2008 |52 Commentaires »

La messe de jiji cinqsept du 16 Novembre 2008

Tripote-Moi-Les-Joyeuses, depuis Déconnoland, vous accueille une nouvelle fois dans sa belle chapelle…
Dimanche dernier, Dieu devait expliquer à Jésus pourquoi Franck 77 avait fait allusion à une équipe, dans laquelle il souhaitait intégrer nos trois Anges bons vivants, ces derniers ayant mené à bon port Mado (que nous retrouverons dans de futurs fafiots) et les siens.

—————————

« Francky 77 Star & the Délirious Angels of the Paradise !!! »

chapelle.jpg

Jésus :
« M’expliquer quoi, Ô mon Père ?
Je t’avoue que je n’y comprends déjà plus rien depuis un moment… »

Dieu :
« Tu sais Fils, depuis que j’ai créé la première forme de vie sur cette planète, c’est un peu mon cas…
Quand je dis « un peu », je reste modeste, ce qui est paradoxal quand on fait mon job !!! »

Jésus :
« Mais, dis-moi : c’est quoi au juste, cette équipe ? »

Dieu :
« Il ne t’a pas échappé que les Anges et Résidents du Paradis protestent de plus en plus, s’estimant prisonniers de nos valeurs spirituelles, de nos fondements…
En clair : ils se font chier grave !!! »

Jésus :
« Effectivement, j’ai cru observer une certaine tension. »

Franck 77, tout sourire :
« Parler de tension, n’est-ce pas souffler sur les braises de Sodome, dont le fondement était le fond de commerce ?!? »

Dieu et Jésus :
« Franck, enfin !!! »

Franck 77 :
« Ho, dites ! Vous m’avez tendu la perche, non ? »

Dieu :
« Essayons de nous concentrer sur le sujet, si ça ne vous gêne pas, Messieurs…
Donc, disais-je, les Anges sont de plus en plus nombreux à être tentés par Satan, qui, profitant de leur ennui, essaie de m’en débaucher un maximum. »

Jésus :
« Et tu as a réhabilité Franck, que tu ne pouvais plus voir en peinture, pour te sauver la mise ?!? »

Dieu :
« Mon Fils, dis-toi bien qu’il existe des intérêts bien supérieurs à notre amour propre… »

Franck 77, l’oeil cynique :
« Pourtant, certains humains prétendent que, quand c’est bien fait, l’amour n’est pas si propre que ça… »

Dieu, interloqué :
« 
Mais non ! je te parlais de l’amour pla…
…Ho, et puis : ta gueule !!! »

Jésus :
« Papa, voyons !!! »

Dieu :
« Y m’énerve !!!
Quoi qu’il en soit, j’ai décidé de ne pas réitérer l’épisode des Anges Rebelles qui ont rejoint le blaireau d’en bas et sa Belle Zébuth… »
Jésus :
« Le blaireau, c’est Satan ?
Je me suis laissé dire qu’au départ, il était ton Ange préféré… »

Dieu :
« Il s’est cassé la gueule de mon nuage alors que j’étais en pleins travaux :
il n’a pas mis sa sangle de sécurité cet abruti !!!
J’y peux quelque chose si personne, dans mon entourage, ne m’écoute ?!? »
Franck 77 :
« On peut considérer que cette histoire a eu une chute dramatique ! Hé, hé !!! »
Jésus :
« Tu ne te reposes jamais… C’est atavique ? »

Franck 77 :
« Non, c’est à moi !!! »

Dieu, à Franck :
« T’arrêtes tes conneries cinq minutes, oui ? »

vitrailsthenripetit.jpg

A ce moment, on entendit des bruits de fracas qui firent sursauter tout le Paradis.

Dieu :
« Il ne manquait plus qu’eux, tiens… »

Nos Anges Farfelus qui revenaient de « La P’tite Anic » venaient de louper leur atterrissage « ascensionnel », trahis une nouvelle fois par leur deltaplanes.

Franck 77 :
« Heureusement que tes Anges n’ont pas de sexe, sinon, on aurait pu inscrire ceux-là aux « petits enfants à la croix de bois »… »

Dieu et Jésus se contentèrent de soupirer.

Papa Joseph, constatant avec consternation les dégâts :
« Pour sûr, vous faites dans la dentelle, les gars… Les filles ?
Ha ! C’est pénible de s’adresser à des êtres qui n’ont pas de sexe !!! »

Cyrah, le premier Ange farfelu :
« On n’a peut-être pas de sexe mais on a des idées, nous !!! »

Nohdeuber, le deuxième :
« Tu m’étonnes que les mortels soient tant dans la mouise :
ils ne pensent qu’à ça… »

Gerack, le troisième :
« Sans vouloir insister sur la chose, j’aimerais bien qu’on m’apporte sur un plateau les burnes de cet enfoiré de magasinier !!! »

Baptiste :
« Ha non ! Qu’on ne me parle plus de plateau !!!
Trop de mauvais souvenirs… »

Gerack :
« C’est vrai : excuse-moi… 
Avec tout ça, on a tendant à perdre la tête… »

 vouvantlegliseinterieur.jpg

Baptiste :
« C’est malin !!! »
« Personne n’a vu mes tables de la loi ? »

C’était Moïse qui parlait… Il avait l’air bien embarrassé.

Abraham :
« Non mais c’est pas vrai :
on va avoir plutôt l’air con si tu as paumé les deux tablettes originales…
Tu pouvais pas faire gaffe ?
Pour le colloque sur l’Ancien Testament,
il va y avoir comme de la relance sur la gelée de coin,
point de vue crédibilité !!! »

Moïse :
« Tu vas pas m’en chier une pendule !!!
Et puis, « heureux celui qui croira sans avoir vu »… »

Jésus :
« Et en plus, on me plagie !!! »

Dieu, à Moïse :
« Je vais finir par t’engager une secrétaire…
Si tu te souviens, à l’époque, il y avait quinze commandements et tu a cassé une des tablettes…
J’ai passé l’éponge, mais tu abuses un peu, bonhomme !!! »

Franck 77 :
« T’inquiète, je vais te faire un copier-coller avec mon Pêt-C portable… »

Moïse :
« T’es un pote : t’auras pas à faire à un ingrat !!! »

Franck 77 :
« Ni à un maigre, hurps !!! »

Dieu, Jésus et Baptiste se tenaient la tête et soupiraient.

Abraham :
« Je ne voudrais pas casser l’ambiance, mais nos trois Anges farfelus ont pulvérisé notre char et je n’arrive pas à retrouver Bében notre conducteur, qui doit être dans les décombres… »

Franck 77 :
« A l’impossible, nul n’est tenu !!!
Viendez, les copains : je vous emmène dans mon « Jyva 4″… »

Dieu :
« Mon bon Francky, j’ai confiance en toi mais…
Je préfère que tu aies Gabriel comme copilote… »

Franck 77 :
« Aurais-tu peur que je te fasse une blague ?
Tu me connais !!! »

Dieu :
« Justement !!! »

Ainsi : Franck 77, Gabriel, Abraham et Moïse se mirent en chemin, mais Dieu n’était pas au bout de ses surprises.
Nous saurons pourquoi la semaine prochaine…

Allez en paix et en pêts !!!

————————–

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les topettes de jiji cinqsept.

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 16 novembre, 2008 |34 Commentaires »
123

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique