Archive pour le 24 décembre, 2008

C’est le cent cinquante deuxième fafiot!

 FAFIOT DE NOËL

 

Chères déconnobloguiteuses et chers déconnobloguiteurs bons jours et bons soirs.

Z’avait annoncer à la météo, que Noël allait viendre, je crois qu’on n’en a jamais été aussi près cette année.

Le fafiot est donc le fafiot de Noël. Et pourquoi? Et bien si on avait écrit fafiot de Pentecôte, on aurait été pris pour des dingues, étant donné qu’on n’est pas lundi.

Après cette mise au point, voici le programme:

  • Ce fafiot restera aujourd’hui (mercredi 24) jusqu’à dimanche matin 11h30 pétantes pour la messe de Tripote-Moi-Les-Joyeuses.

  • Dimanche 28 Décembre, messe à11h30 pétantes (ce qui correspond bien à ce qui est annoncé au dessus, comme quoi, nous sommes organisés à donf).

  • Lundi 29 Décembre : fafiot, peut-être de pentecôte, puisque l’on sera lundi

  • Restant de la semaine, comme d’hab, avec des textes , des rubriques, des reportages que la blogosphère entière nous envie.

—————————————

noelrencontre.jpg

—————————–

La crèche de Déconnoland

Un Noël sans crèche dans la casbah, mes chers petits nenfants, c’est comme un mardi gras sans ses oeufs de Pâques, si il n’y en a pas, on a l’air con!

Comme à Déconnoland , on n’aime pas avoir l’air con sans une raison valable, nous avons confectionné, avec nos petits doigts, une crèche complète, qui n’a pas à rougir devant d’autres crèches à la con! Je dis d’autres crèches à la con, car je connais des gaziers qui ont poussé le vice jusqu’à à foutre de la neige en coton  sur le toit de la maternité, et un phoque coiffé avec un chapeau de Père Noël à côté du baigneur à loilpé, alors qu’il est bien connu qu’ à Béthléem, on connait plus les congères que la clavicule.

A Déconnoland, on ne parait pas comme ça, mais quand on dit des conneries on se renseigne avant!

La mise en place de la crèche suit un cérémonial, et pour peu qu’on y mette les formes, c’est le genre d’activité qui s’étale sur deux mois.

Origine du mot crèche :

Si on ligote l’évangilet jaune de Luc, l’endroit ou Marie a pissé sa côtelette a pour blaze mangeoire, qui en latin sauce grand veneur se dit « cripia », d’où est issu le mot « crèche ».

Par extension, la crèche s’apparente à l’étable toute entière.

Exemple: Et Dédé, viens zieuter la crèche du croumir, il est pas dans la mouise le vioque.

D’après l’extrait d’acte de naissance de Jésus, le divin baigneur a été dépoté dans une grotte aménagée en étable avec des matériaux du menuisier Joseph Lapeyre (qui ne l’ avait pas beaucoup usée ( la paire) sur ce coup là, soit dit en passant). Il existait beaucoup de grottes de ce type en pierre et en Palestine à cette époque. 

Où, quand, comment installer sa crèche :

Il est d’usage d’installer sa crèche le 1er dimanche de l’Avent, ou pour la Saint Nicolas ou pour le dernier dimanche avant Noël ou alors au moment de l’achat des premiers cubis de vin chaud.

Il faut lui trouver une place de choix dans la maison, puis aménager un décor qui la mette en valeur.

Chacun a sa méthode pour rendre la crèche plus vivante et mettre en place des rituels pour apporter les personnages.

Il est certain que si vous placez un baigneur dans le congélo à la cave, l’effet décoratif n’est pas garanti, sauf si vous brûlez d’envie de faire la une du Courrier Picard.

De même, si vous poussez à la perfection en vous procurant un mouton pré salé de la Baie du Mont-Saint Michel, un boeuf du Charolais, un âne de Vert Baudet et des intermitteux du spectacle pour jouer les personnages de la nativité, il faudra penser à avoir beaucoup de place, beaucoup de paille, et à les déclarer à l’URSSAF.

Toujours est-il qu’avec les nouvelles normes de sécurité, il ne faut pas oublier de foutre un gilet jaune sur les endosses du lardon pour ne pas qu’il se fasse écrabouiller par le cheptel.

Il faut savoir rester sobre, car l’humilité est de mise, et en plus faut prévoir le coup des rois mages, ce qui entraine un dépassement d’enveloppe inconsidéré si on vit sur un grand panard en début d’épreuve.

Les règles de l’art veulent que la crèche reste dans la casbah jusqu’au 2 février, date de la présentation de Jésus au Temple (on ne nous précise par si c’est au Carreau ou à Shirley).
Entre temps, les Rois mages sont arrivés le 6 janvier, jour de l’Epiphanie.

En ce qui concerne Déconnoland, on la fait courte, on fait  rappliquer tout le monde le même jour en profitant qu’il n’y ait pas de grèves de transports, et en pluche on n’a pas que ça à foutre de faire des mouvements de troupes et de jouer aux play mobiles autour d’ un chiard qui risque de nous beurrer la raie plus de deux mille ans en nous rapportant peau de balle en allocs.

Zieutons la vue d’ensemble de la crèche de Déconnoland:

crechedeconnoland1.jpg

(Crédits photos : Yann Arthus Bertrand – La crèche de déconnoland vue de Nelly Coptère)

Détaillons un peu la bâtisse :

crechedeconnoland6.jpg

(la nativité dans toute sa splendeur – le cochon remplace l’âne pour une question de planning – la koonerie qui dépasse est bien un homard suspendu, parce que Jésus le vaut bien aussi, même si ça n’etait pas Versailles)

 

crechedeconnoland4.jpg

(Le gazier qui me dit qu’il n’y avait pas de cigogne au moment du dépotage n’a qu’à me prouver le contraire! S’il y arrive, y aura pas de lézard)

crechedeconnoland5.jpg

(Il est inconcevable qu’un évènement de cet ampleur ait pû échapper aux medias de l’époque – l’ancienneté de l’évènement explique beaucoup la vétusté du véhicule d’information)

crechedeconnoland2.jpg

(Tout petit Jésus qu’il est le moutard, pour tenir la distance aussi longtemps, sans sponsors au départ, il risquait d’être de la baise pour la suite – Il a donc choisit une maison sérieuse pour biberonner avec des produits sans mélamines ni émulsifiant E312)

———————————————————————————–

beurrerladinde.jpg

(ça s’active en cuisine)

—————————–

Le menu du repas de Noël de Déconnoland

L’apéro et les petits amuse-gueules:

Coktails à volonté, les produits pétroliers étant en baisse. Un assortiment de bâtons divers, de grenades et autres fruits exotiques permettra de lancer le fête et de mettre un feu d’enfer. Les glaçons sont offerts par le SAMU.

Entrées au choix: (comme dans la date)

La palette de fruits de mer:

La palette de chez la paire avec sa porte d’entrée, ce qui remplace avantageusement les pas lourdes, quelques huis, (une bonne douzaine d’huis par personne avec un peu de citron et une motte de graisse), un homard à la Koons , des bigorneaux, deux trois crevettes, et une porte de garage en bois d’arbre. Cette entrée bien éclairée sera humidifiée par une lasure rosée de 95 primée à la foire à la vinasse de Massy Pas les Côtes.

Ou:

Le filet de fruits de mer:

Pêché du matin même dans le coquet port de pêche de Rotèèr Dame sur l’Esso: le cadre de vélo rouillé dans sa verdure d’algues pourries, le pare-choc de DS bien frais, le pneu 135 R 13 dans sa coquille Diderot carbure, la douzaine de canettes 25 cl dont vous apprécierez le contenu, et bien sûr, le ragondin crevé et sa garniture de bloches.

Le plat de poisson:

Le bar de ligne de la marée du jour. Un beau bar de 2 mètres 50 en chêne clair et ses belles lignes de poudre de première qualité avec un petit blanc sec de Fleury-Mérogis qui doit nous rejoindre dès son service terminé. Les ceusses qui n’aiment pas le poisson pourront se rabattre sur le reste de daube.

Le trou Normand:

Le Calva gazeux au méthane de vache normande et les deux boules de glace au camenbert.

La dinde fourrée aux quatre fromages, spécialité du Poitou:

Une belle dinde, élevée à l’air libre dans la cour du pensionnat. Un beau bestiau qui ne diffère de la pintade et de l’autruche que par sa taille, la connerie étant rigoureusement identique. Le volatile moëlleux à souhait grâce aux quatre fromages qui l’ont fourrée: le Hollande auvergnat, le Brie de Lille, le Chabichou des deux chèvres, et la vache qui rit, se laisse facilement glisser avec un Valcoop de la picerie du coin.

Le plateau de fromages:

C’est le reste de dinde.

Le dessert:

La bûche du père Noël en contreplaqué marine et aux multiples parfums débitée sur site. Servie avec la panoplie Black et Décker par six sauteuses boches en tenue de cerf et Monique.

(Pineau)

————————————————————–

noel93l.jpg

(La tournée du vioque dans le neuf cube)

——————————————–

Sous l’arbre de Noël de Déconnoland

A Déconnoland, sapin en bois et sac à tapin, on connait pas! On a accroché du boudin blanc dans les bambous et roule ma poule.

Mais le vioque nous a filé un coup de tube pour dire que cette année, on n’aura aucune chance de voir les sillons de 2centimètres du traineau dans le carrelage du salon, ni les crottes de rennes, car il a eu un problème de navigation à cause d’une grève de contrôleurs aériens :

perenoelavion.jpg

——————————————————

Tante Akule propose sa recette cul lit nerfs

Le Perrier menthe (ou la recette du matin de Noël)

Vous pouvez chercher dans vos bouquins de cuisine, cette recette n’y figure pas. Elle est pourtant indispensable au petit matin de Noël.

Après  vous être empiffrés le soir du réveillon avec des choses immondes, pleines de graisse, en vous torchant des litres de picrates non homologués, sous prétexte que pour le prix d’un Pommard, vous avez 80 litres de Gévéor. Les dégâts collatéraux seront immenses, et dans le meilleur des cas, les relations diplomatiques avec la Principauté du Leichtatienne devraient rester au beau fixe, mais quand même. Ce faisant, ou ce perdreau, vous allez vous réveiller le 25 avec les charentaises à bascule, les lunettes fumées au hareng, la tête dans le cul, et la tronche de bobonne qui a eu l’extrême prudence de cartonner la veille au sulfate de cuivre-citron histoire de ne pas avoir une poussée de mildiou.  Manque de bol, la belle-doche se pointe à midi pêtante avec son cocker, et si le clébard voit le merdier, vous êtes grillé pendant les douze générations à venir. Il s’agit donc de se recarrosser la fiole nickel-chrome de toute urgence et de la passer au polish de course. Voilà la combine:

Vous sautez dans vos croquenots et vous foncez au premier troquet. Vous commandez trois Perrier menthe. Le premier doit partir cul sec sans débander, histoire de nettoyer la tuyauterie avant la soudure. le deuxième sert à faire l’état des lieux, pour voir si le gaz est coupé et si le frigo est vide avant l’arrivée des prochains locataires. Vous dégustez le troisième tranquillovitche pour vous rincer les ratiches avant de rentrer à la maison.

De retour at home, le traitement n’est pas terminé: il faut s’envoyer une douzaine d’huitres qui restent de la veille en vous lubrifiant le gosier avec une boutanche de Muscadet.

Vous êtes alors d’attaque à la fois pour vous payer la belle doche, et pour vous enfiler plusieurs perniflards, pendant que la dinde, qui a le même âge que l’ancêtre, termine sa cuisson.

                      Pineau

————————————————–

Déconnoland  souhaite un joyeux Noël à toutes les déconnobloguiteuses et tous les déconnobloguiteurs.

Publié dans:déconno-news |on 24 décembre, 2008 |42 Commentaires »

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique