Archive pour décembre, 2008

La solution de la charade en attendant la messe de Jiji cinqsept

Dimanche 21 Décembre 2008 

(de la solution de la charade) 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Et oui, la charade a été trouvée en direct live hier soir et l’on peut suivre dans les commentaires du cent quarante neuvième fafiot les raisonnements limpides et ingénieux des découvreurs (et oui, ils sont deux à avoir conjugué leurs efforts) de l’énigme!

Je rappelle le lit bêlé :

Mon premier ne met pas tard
Mon deuxième est comme Sole
Mon troisième porte le même numéro que le dernier pape qui s’appelait Paul
****
Mon tout est un peintre et graveur français du XVIII ème siècle

Je rappelle les indices :

Il n’y a pas de quatrième!
le S majuscule est important!
Le gazier est connu pour sa peinture et il est né dans les Alpes Maritimes!

Voici un extrait au pied de biche d’un des tableaux du peinturier :

extraitcharade.jpg

————————————————

Toutes nos ficelles de caleçons à Biquette et Pineau qui ont élutionné la question avec talent et logique!

Voici le tableau complet :

fragonardinspiration.jpg

(« portrait d’un jeune artiste » ou « l’inspiration » - Fragonard)

La solution est bien FRAGONARD, et nos deux alcooliques acolytes ont tout bon dans le raisonnement :

- Mon premier ne met pas tard :

C’est FRA, parce que Framéto

-Mon deuxième est comme Sole

C’est GO, parce que Gault et Millau comme Sole mio

- Mon troisième porte le même numéro que le dernier pape qui s’appelait Paul

C’est NARD parce que Narcisse

Nos deux qu’on plisse devront se partager le filet garni, contenant :

  • 1 Cubi de vin chaud préparé par Tante Akule

  • 1 boite de 200 grammes de foie gras de connard

  • 1 boite de chocolats fourrés à la viande à chier

  • 1 guirlande électrique et sa mise à feu pour illuminer les chiottes au printemps

  • 1 gilet jaune en rotin et un triangle rouge en pâte d’amende majorée

Le tout, présenté dans un luxueux coffret en bois de boulogne, recouvert de peau de daurade avec fermeture à 18heures et double des clés en glaise.

Je pense que cette première charade a tenu l’auditoire en haleine (pas fraîche pour tout le monde) et que nous renouvellerons l’expérience dans un avenir proche que l’on peut situer dans le futur.

Pour fêter l’évènement, tournée générale de vin chaud payée par Toinou Evennou qui vient de toucher sa bourse du deuxième trimestre.

Et ensuite, tous à la messe à 11h30 pétantes célébrée par le curé Trécy, alias Jiji cinqsept, dans la chapelle de Tripote-Moi-Les-Joyeuses.

Publié dans:-- solutions des charades -- |on 21 décembre, 2008 |6 Commentaires »

C’est le cent quarante neuvième fafiot!

Samedi 20 Décembre 2008 

(de la nactu comme s’il en pleuvait) 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

A la météo, ils l’avaient annoncé, aujourd’hui on est samedi, et en plus c’est le 20, le nombre préféré de Tante Akule qui aime le faire chauffer.

Mais ne disgresssons pas les chaînes de vélo, et venons en aux faits.

L’actu de Déconnoland est dense, et faudrait songer à faire le tri de temps en temps sinon un chien n’y retrouverait pas ses chiards.

1ère chose; Le grand con court de la lettre d’injures.

On ne peut pas dire que la boite à bafouilles ait souffert d’un surpoids, et pourtant j’ai titillé Toinou et Jéjé pour qu’ils participent !

On a bien fini de torcher le quinzième cubi de vin chaud sous les couilles de minuit bouze, et on s’est resservi un coup de canon pour mettre fin aux hostilités.

L’ensemble du jury est, à l’heure où l’on cause, en train d’éplucher les missives et de relever les empreintes.

Deux concurrents sont aux coudes à coudes et le verdict reste indécis. En pluche, la liste des lots n’est pas arrêtée parce qu’elle n’est pas encore partie, donc on attend qu’elle avance; suis-je assez clair?

2ième chose; La charade à tiroirs.

Je rappelle le lit bêlé :

Mon premier ne met pas tard
Mon deuxième est comme Sole
Mon troisième porte le même numéro que le dernier pape qui s’appelait Paul
****
Mon tout est un peintre et graveur français du XVIII ème siècle

Je rappelle les indices :

Il n’y a pas de quatrième!
le S majuscule est important!
Le gazier est connu pour sa peinture et il est né dans les Alpes Maritimes!

Voici un extrait au pied de biche d’un des tableaux du peinturier :

extraitcharade.jpg

————————————————

Vous avez  remarqué que Pineau a été absent un certain temps sur le blogounet. Il est reviendu avec un reportage tout frais sur le Vendée Globe au cul l’air du grand large.Notre commentateur sportif habituel, Maurice lapurée, s’est retrouvé dans les cagouinsses du Printemps car il a le mal de mer.

(franck 77)

Donc voici, le reportage de Pineau :

  

Sur la route du Vendée globe

parcoursvendeglobe2008fr.jpg

En direct de la moto 2, sur l’Océan de l’Indien, au large des îles Noubrout, la course fait rage et les mariniers ne se font pas de cadeaux. En quarante deux jours de course, les abandons se multiplient et les rescapés se démultiplient. Ceux qui sont partis avec des passoires ont vite regagné le porc et se sont reconvertis dans la fonction de père Noël sur les plages des Sables d’Olonne. Ceux qui ont démâté ne peuvent plus remâter et sont contraints de regagner un sol plus ferme avec les moyens du bord, les grands étant occupés à autre chose, et les petits n’ayant pas fini leur nuit. Bref, il ne reste que 19 concurrents sur les 30 au départ.

Nous suivons actuellement Michel Desbijoux dans la montée du Grand-Gousier. Les lacets sont très serrés et je commence à avoir mal aux pieds. Il est debout sur sa machine, il a bordé son froc au maximum, et son compteur affiche un max de noeuds. A noter que Michel a le ciré rouge au classement général, et il est aussi titulaire du maillot de bain rose du meilleur grimpeur. A quelques encâblures, Monsieur Jourdain tente de rattraper son retard, mais il est victime d’un dérangement intestinal qui lui fout plein de vers dans le prose. Roland, c’est son prénom, ne désespère pas d’obtenir la tinette en e-mail qui récompense le plus combatif. C’est Bastien Josse qui occupe la troisième place, mais d’où je me trouve, je l’aperçois en difficulté en bas du col avec peut-être un petit coup de fringale. Mon pote âgé, sur la moto 3 est à ses côtés et semble lui donner quelques légumes.

vuesubateau.jpg

La course est terminée pour Yann Hélice qui s’est fracturé violemment l’Os Tralie en pratiquant une manoeuvre douteuse avec son gène aqueux de 123 mètres carrés 12. Son collègue, Marc Guillemot est depuis plus de trente heures en train de tourner autour du véhicule du blessé pour empêcher les malfrats de piquer les pneus pendant que Yann est accoucheté. Une frégate Australienne arrive sur les lieux avec des gars capables de remettre de l’ordre dans ce merdier.

Bon rétablissement à Yann, et bon vent aux autres. (Je n’ai jamais dit de pêter). A vous Cognac-Jay.

Publié dans:déconno-news |on 20 décembre, 2008 |36 Commentaires »

En attendant le cent quarante neuvième fafiot!

 Samedi 20 Décembre 2008 

(de laisser le temps de préparer des déconnitudes) 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Moi, je vous le dis, c’est pas comme un métier où c’est pas dur!

En attendant :

http://www.toupty.com/coloriagesenligne.php?theme=bateaux&nom=bateaux4

Publié dans:déconno-news |on 20 décembre, 2008 |1 Commentaire »

C’est le cent quarante huitième fafiot!

Vendredi 19 Décembre 2008 

(des ch’tites nymphos sympatoches) 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Tout d’abord, Déconnoland lance un appel solennel à des grands absents du blog, qui, après vérifications, ne sont pas partis au Vendée Globe:

Claude, Thierry 95, Nikko13, Sam Houille.

Nous supplions les ravisseurs de nous donner le montant de la rançon que nous règlerons cubi sur ongle, et nous rappellons que nous ne plierons pas devant le terrorisme même si on trouve cela poilant de planquer des bâtons de Nadine à mites dans une tinette.

Nympho 1:

Source : Agence AFPêt (de Bâle)

Louis Palmer, ingénieur Suisses de 36 ans, à bouclé hier un tour du monde « sans consommer une goutte de pétrole » à bord de sa voiture solaire baptisée « Solartaxi ».

Il a effectué un périple de 53451 kilomètres en un an et demi, en traversant l’Europe orientale, le Moyen-Orient, l’Inde, la Nouvelle Zélande, l’Australie, l’Asie du Sud Est, la Chine, les Etats Unis.

Composé d’une voiture bi-place à trois roues et d’une remorque de 6 mètres carrés couverte de panneaux photovoltaïques, le Solartaxi a atteint des vitesses de pointe de 90 km/h pour une autonomie de 400 km par temps ensoleillé (60 km la nuit ou par temps nuageux).

1302281610environnementunsuissebouclelepremiertourdumondeen.jpg

(taxi de MC Solaar traînant sa remorque de faux thons pour l’opération « Bouge de là »)

Le gazier a précisé que pour propulser son traine con, il a fait chauffer ses panneaux solaires ou bien il a puisé de l’électricité chez les bédouins qui ont bien voulu débrancher leur frigo pour recharger Titine.

Il a conclu, tout fier, qu’il n’a pas consommé une goutte de pétrole, en oubliant de préciser que l’électricité qu’il a pompée en Malaisie Bismurée chez Rachoun Al Poussepas est fabriquée par une centrale hybride mi charbon-mi ossements d’opposants.

Il n’a pas pris de risque non plus en évitant de passer par la Laponie, car si il tombe en rade de faux thons là haut un mardi, il peut redémarrer sa tire le mercredi , mais  huit mois plus tard, les journées claires et ensoleillées se comptant sur les doigts de la main d’une palourde.

Conseil de cadeaux de Noël à la con de Déconnoland:

Le ch’tit Suisse a sorti un album racontant ses naventures. Il a regroupé des photos voltaïques qu’il a prises à côté de vrais thons. L’ouvrage est relié pleine peau de Tulle, sur papier glacé à décongeler sous la braise, les photons sont desossés. Une paire de gants en téflon et un tube de crême solaire d’indice bouze sont fournis pour le confort de la lecture.

Vous trouverez cet ouvrage au rayon frais de votre quincailler habituel.

————————————————-

Nympho 2:

 Source : Journal l’Immonde 

Au père Lachaise, la crémation sera moins polluante.

« Trois ans de travaux, 4 millions d’euros d’investissement : dans le crématorium du plus célèbre des cimetières parisiens, Fabienne Giboudeaux, adjointe au maire de Paris chargée des espaces verts, est venue inaugurer le mercredi 17 décembre un système de filtration unique en  Europe. »

En effet, les mectons qui viennent se faire incinérer avec leur prothèses en matériau composit et leur portail en inox leur servant de ratiches, dégagent un max de mercure qui ferait coller un thermomètre au plaftard.

Donc, au fondement de la chaudière du Père Lachaise, on lui a collé un filtre à gros bouts et particules qui aère un brin la cérémonie.

Pour les incinéré(e)s qui étaient déjà chaud(e)s du fion avant de dépoter leur chrysantème, une pompe à chaleur et un sac à tapin restent à leur disposition.

————————————————-

RECREATION

————————

une petite charade à tiroirs (elle est de mon crû):
—————

Mon premier ne met pas tard
Mon deuxième est comme Sole
Mon troisième porte le même numéro que le dernier pape qui s’appelait Paul
**
Mon tout est un peintre et graveur français du XVIII ème siècle

————————————————

N’OUBLIEZ  PAS QUE LE GRAND CON COURT SE TERMINE CE SOIR A MINUIT

http://franck77.unblog.fr/2008/12/13/cest-le-cent-quarante-cinquieme-fafiot/

Publié dans:déconno-news |on 19 décembre, 2008 |33 Commentaires »

C’est le cent quarante septième fafiot!

Jeudi 18 Décembre 2008 

(de constater que la période fout les boules) 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Décidément le mois de décembre est véritablement le mois le plus con de l’année!

Outre les demeurés qui trouvent le moyen d’illuminer leur connerie dès l’entrée de leur jardin, et ce, depuis courant novembre, les fous à lier qui se tapent sur la tronche en s’écrasant les nougats pour acheter des cadeaux à la con, et les irresponsables qui accumoncellent pendant quinze jours de la bouffe immonde qui sera boulottée en deux heures et dégueulée en plus de temps ou chiée , dans le meilleur des cas,au milieu des bâtons de dynamites, v’la t’y pas qu’on nous sort les palmarès de l’année 2008!

6944uneobamaluther.jpg

Il y a peu, il y a eu le concours des dindes fourrées élevées en battrerie chez une mémère à chapiau, suivi de près par l’élection de Miss Immonde.

A la téloche, on nous sert les rétrospectives de l’année, avec les évènements marquants, les bêtisiers de toutes sortes, les best of des gadins en Irak ou ailleurs.

On nous repasse le père Noël est une ordure, les bronzés font du ski, Tiens moi la tige, j’attache la guirlande (c’est aussi un film de boules).

On nous donne les idées de cadeaux à chier, les conseils cul lit nerfs, les technique de beauté pour avoir l’air aussi cons pendant les fêtes, tout cela dans une ambiance de chants de Noël à la mord moi le noeud.

Je ne peux même plus m’acheter un merlan, sans qu’on me  plante dedans  un bûcheron en plastoque et un père Noël avec une hotte en peau de dorade.

Tout un tas de gaziers se promènent avec un sapin pour y foutre des conneries dedans, condamnent une fenêtre pour montrer à tout le quartier que c’est Noël, et mettent une crèche au panard du conne y faire, en étant aussi  croyants que Lulu Lapompeuse qui se fait trombiner en tenue de nonne dans la série des Jambons de Saint trop de baise(Coffret cadeau en peau de couilles retournées sorti spécialement pour les fêtes par les Editons Marc Bordel).

Cela nous pendait au nez, mais dans la catégorie « Exprimez vous les blaireaux », le sondage Parigot-ReuTeuLeu a craché son verdict et on connaît le podium pour la personnalité française de l’année 2008:

3376unedanyboon.jpg

1. Danny Boum     2. La Poitevine Charantolène    3. Colombine

Ben mon colon, on est servi! Je ne voudrais pas être le  pignouf qui refile les merdailles aux récipients d’air.

Faut dire aussi, que les journaleux imposaient une liste, on ne pouvait donc pas caser le beau frère.

L’heureux élu a eu le droit un coup de tube des fous furieux qui ont organisés le truc pour lui annoncer la bonne nouvelle; il a répondu « heinnnnn! ». Y a pas à dire, il n’est pas le dernier pour la déconne le Danny Boum.

Enfin , on ne peut lui en vouloir, car si ReuTeuLeu est la première Radio de France et que le Parigot est le premier torchon, faut pas s’étonner que la masse des ceusses et ceuzes qui sont allés voir douze fois de suite le naveton aient votés comme un seul homme ou une seule conne pour un gus au détriment de mectons qui se ruinent la santé pour faire en sorte que le genre humain soit moins risible pour les extra terrestres qui doivent bien se poiler en étudiant les canards en laboratoire.

Le premier a gagné un ch’Tiroir caisse, la deuxième une paire de ch’tarentaises et la troisième  le droit de chanter jungle bells au pied du tapin.

Rassurez vous, chers clientes et clients, Déconnoland ne va pas faillir à sa tâche, et va vous donner aussi des conseils cadeaux à la con, vous établir un menu Tantakulesque de Noël et vous aider à décorer votre casbah.

(franck 77)

Publié dans:déconno-news |on 18 décembre, 2008 |37 Commentaires »

En attendant le cent quarante septième fafiot!

Jeudi 18 Décembre 2008 

(de constater que la colère gronde) 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Hier je ne suis pas interviendu, parce que je n’ai pas pu, ce qui est une bonne raison.

Aujourd’hui, y a fafiot, et comme le thème colle à la nactu, faut attendre un pneu pour qu’il soit écrit.

En attendant,

Où est Charlie?

tuvoisdicilaseine.jpg

Publié dans:déconno-news |on 18 décembre, 2008 |3 Commentaires »

C’est le cent quarante sixième fafiot!

Mardi 16 Décembre 2008 

(de la fragilité du réseau en général, de l’efficacité française en particulier) 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Figurez vous qu’hier, pendant ma pause, avant d’écrire le cent quarante sixième fafiot, je me suis dis tiens, je vais sortir dehors à l’extérieur, pour voir si les jumelles que j’ai achetées sur le port de Fontainebleau dimanche matin, sont bien des instruments optiques pour les yeux et pour voir loin.

Ce sont des jumelles de la marque Nikula, à grossissement réticulaire de rapport bouze et inflexion du punctum remutum par verres bi-convexes à foyers retournés et lentilles au petit salé. Le gazier qui me les a vendues moyennant un rabais du Mont-Saint-Michel m’a garantit qu’il n’y en avait pas besoin (de garantie) étant donné que puisqu’elles sont tombées déjà une fois du camion sans un chtare, c’est un signe de qualité au jasmin.

Je sortis de mon huître, donc, afin de tester optiquement et de visu la chose. Le ciel était bleu, la végétation dormait, l’humus humait et les cumulus cumulaient. Toutes les conditions étaient donc réunies pour avoir une perception contractuelle de la vision grossissante du monde animalier volant.

Je suivis un pigeon pigeonnant au loin qui battait des ailes en même temps que la campagne et qui d’un vol aviaire se posut sur un câble énergétique reliant deux poteaux électrolifères, propriétés d’un fleuron national que je ne nommerais pas pour ne pas les faire rougir.

Mon esprit mathématique, par pure déformation professionnelle et non pas par masturbation mentale, ayant les deux mains prises par les jumelles Nikula, au moment où le volatile rentrit en contact avec le câble, me fit mentalement calculer  l’équation de la déformation de la chaînette naturelle du câble susdit qui sera la suite logique de l’atterrissage du volatile susdit derechef. 

chainette1.gif

(visualisation mentale de la déformation verticale)

Ayant totale confiance en l’ingénérie EuDéFière de ma patrie, je ne me fis aucun souci pour le repos du pigeon. Quelle fut ma surprise, lorsque qu’au moment où le volatile, peu gracieux certes dans son atterrissage, posit ses deux pattes et surtout celle de droite sur le câble, lorsque celui ci se rompit avec une soudaineté rapide, ce qui envoyut le plumitif roucoulant directement sur le trottoir, le bec planté dans le bitume, entre un colombin canin et un emballage de merde-burger laissés là par un donneur en gros de gènes au dernier déconnothon.

Le résultat ne se fit pas attendre: la commune aurait pu être plongée dans le noir s’il n’avait pas été midi.

Toujours est-il, que nous avions autant de jus dans les prises que dans un menhir. Etant premier témoin de l’affaire, mon sang ne fit qu’un tour, je revins à mon logis, branchis un  téléphone à cornet, seul moyen de communication ondulatoire à moyenne portée en état de marche, et composit  le numéro des Interventions Rapides de ERDF. Ce service d’hommes d’élites a été crée au siècle dernier, lorsque les hommes en bleus ont fait tourner les compteurs des heures d’astreinte et de dépannage pendant douze jours pendant les fameuses tempêtes qui font beaucoup rire les autochtones tropicaux qui regardent les bêtisiers des journaux télévisés français.

L’heure de l’apéro étant passée, les sauveurs arrivèrent sur site en moins de temps qu’il ne faut à Pineau pour écluser un cubi de vin chaud préparé avec amour par tante Akule.

1968citroenberlietstradairtype350nacelle.jpg

(matos d’intervention rapide d’ERDF)

A la descente de leur engin futuriste, je sentis les hommes d’actions, affûtés aux opérations délicates, sachant séparer les blancs des jaunes, et ne voulant pas être en retard pour le retour à la maison programmé pour 15heures 30.

Après les avoir informés de la cause jusnicide, les deux préposés réfléchirent au problème en se grattant les glaouies.

Après une concertation avinée, celui des deux qui répondait au doux prénom de Jules me dit d’un air soulagé:

« Et bin, reuseument qu’il est tombé en bas le câble, il sera plus facile à ramasser! »

Et l’autre, qui devait s’appeler Maurice, tint à peu près ce discours:

« Toute façon, on peut pas interviendre avant l’arrivée de l’ingénieur en chef, qu’est d’absinthe pour compter la caisse du CE avant de la refiler au syndicat ».

La phrase à peine terminée, on entendit vombrir un véhicule d’intervention rapide et Maurice dit:

« tins, justement le v’là Jean-Claude, ben mon vieux il a blindé! »

ingenieurenchef.jpg

(l’ingénieur en chef de l’intervention rapide)

Les deux compères expliquèrent l’affaire à l’homme de tronche, qui est capable d’effectuer le calcul, à mains nues, de  la flexion d’un câble pour peu qu’on lui donne 10 minutes et un jaune.

Je n’avais pas sous estimé l’ingénieur qui sommeillait en lui, en le voyant crayonner le crobard de l’incident pour appuyer ses calculs, en reproduisant, texto, le formulaire iguane de l’ingénieur quant au cas de figure ici présent.

equation.jpg

Il mesura la distance entre les poteaux, jaugea la composition et le gainage du câble est donna son verdict en plus d’une explication historique de l’affaire:

« Ah ce con d’Emile! Le secteur faisait parti de son dernier chantier de cablâge. Il a fini de calculer le câblage le jour où il a pris sa retraite à 37 ans. il avait dit, après la bouffe, qu’il lui restait une portée à calculer et qu’il voulait absolument finir son chantier. Mais il était tellement pété, qu’il s’est planté d’unité dans son cosinus hyperbolique.

On a de la chance, sur ce coup là, le bestiau aurait été congelé, les deux poteaux se seraient fendus en deux! »

Sur ce , ils m’ont dit qu’ils repassaient demain, car après l’heure c’est plus l’heure, et qu’ils devaient aller voir aux infos d’FR3 Bouzins les collègues qui bossaient, le dernier reportage de l’effort remontant au siècle dernier.

Je suis allé à Kiloutou, louer un groupe électrogène hybride fonctionnant mi plutonium-mi charbon avec prise USB pour alimenter mon Pêt-C afin de vous narrer cette historiette et vous expliquer pourquoi je n’ai pû me connecter sur mon blogounet hier pour écrire le cent quarante sixième fafiot.

En conclusion, je dirais que cette mésaventure expliquerait peut-être, en partie, les infortunes EDFières de certains de nos compatriotes, qui ne sont pas informés dans le bon sens par les journaleux qui préfèrent Paul et Mickey sur le sensationnel Pluto que de miser sur le pragmatisme.

Déconnobloguitons comme des voyouxes et des voyouzes sur tous les sujets, verbes et compléments, toujours dans la limite du raie zonable.

———————————————-

FLASH INFO:

De notre envoyé spécial Maurice Lapurée à Paris sur Seine:

« Et oui, c’est seulement maintenant qu’on l’apprend, mais on a trouvé des explosifs dans des chiottes au printemps. Faut dire que depuis le temps, la mise à feu a été digérée, mais les artifichiers sont à l’oeuvre afin de dépiauter les louffe gras.

Nous avons une vendeuse en directe:

Paulette : « Bonjour, je suis Paulette »

Maurice Lapurée. « Salut Paulette, alors t’as mouillée au printemps? »

P. « Un peu mon neveu, et en plus je suis au rayon Vania, je sais de quoi je cause »

M.L. « l’évacuation s’est passée comment ? »

P. « naturellement, par les sorties et en tirant la chasse »

M.L. « la police a des indices? »

P.  « Mouais j’ai mon pote Virgile qui a son beauf qu’est chez Hergé, y m’a dit qu’ils ont trouvé des traces de sang dans les selles, et que tout est parti au labo »

M.L. « Qu’en pensez vous Paulette? »

P. « Uniquement quand je fais un Sudoku, mais je vous laisse je n’ai qu’une demi heure pour boulotter mon Pannini »

M.L.  » Merci Paulette.

             Bien sûr nous vous tiendrons au courant au fur et à mesure de l’avancée de l’enquête de la Pêt-J

             C’est le bordel au niveau de la circulation, mais cela ne change pas de l’habitude.

             A vous les studios »

FLASH INFO 2:

De notre envoyé spécial Maurice Lapurée à Paris sur Seine:

Le dépot de chiotte a été revendiqué par le F.R.A., que Hergé nous dit que c’est le Front Révolutionnaire Afghan.

Mon contact dans les services secrets me dit qu’il pencherait plutôt pour le Fion Réactif Autonome, mais ne tirons pas  la chasse  des conclusions hâtives

FLASH INFO 3:

L’inspecteur Derrick a été dépéché sur l’affaire du Printemps. En se penchant sur le problème, il est tombé dans le trou…

carton rouge franck 77….

FLASH INFO 4:

Les artifichiers ont goûté aux batons trouvés dans les gogues Boulevard Os Manne. Z’ont dit que ce n’était pas de la merde et ont vendue la mêche en affirmant que même si ça avait pété, ça aurait juste mis une petite claque aux mauvaises odeurs.

FLASH INFO 5:

Le commissaire Lesboulons de la Pêt-J vient de déclarer que vu l’endroit où ont été trouvés les explosifs, on peut penser que Al-Caca-ïda est dans le coup avec l’aide d’un groupe de fondementalistes du Pê-tkistan

———————————————-

N’OUBLIEZ PAS NOTRE GRAND CON COURT CE DONT AU SUJET DUQUEL JE METS LE MIEN, LE TIEN, LE SIEN ET LE LIEN :

(d’ailleurs si des gaziers d’EDF ont lu mon fafiot et s’ils ont envie de se défouler qu’ils n’hésitent pas à participer au con court sus mentionné de Cyrano et de vous à moi)

http://franck77.unblog.fr/2008/12/13/cest-le-cent-quarante-cinquieme-fafiot/

Publié dans:déconno-news |on 16 décembre, 2008 |40 Commentaires »

En attendant le cent quarante sixième fafiot!

Lundi 15Décembre 2008 

(de me tâter pour fafioter) 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Ne recevant pas beaucoup de lettres d’injures pour notre grand con court, je ne sais pas encore si je vais peigner la girafe au lieu de pondre un fafiot aujourd’hui!

Dans la boite à bafouilles, j’ai reçu une seule lettre, et dans les commentaires du fafiot du concours ça bredouille un pneu.

En attendant,

Où est Charlie ?

missimmonde.jpg

 

Publié dans:déconno-news |on 15 décembre, 2008 |6 Commentaires »

La messe de jiji cinqsept du 14 Décembre 2008

Installez-vous bien au chaud dans notre chapelle de Tripote-Moi-Les-Joyeuses en direct de Déconnoland !!!
[Pfff ! J'ai dit la phrase sans reprendre ma respiration...]
Alors comme ça, dimanche dernier, notre bon Francky fut propulsé en pleine nuit vers les étoiles, son lit étant devenu volant…

Heureux qui, comme Francky a fait un beau voyage… Et en fait profiter les copains !!!
(Episode 1)

03810chapellesteverene2grd.jpg

C’était, en quelque sorte, comme si Francky avait été aspiré [... Allons-allons : je vous en prie !!! Ce site n'est pas celui de la belle Clara...] par un ouragan ou un cyclone [bande de mal au trou !!!]. « Gabyyyyy !!! »
Ce cri déchirant était bien celui de Franck 77, qui se cramponnait à son lit infernal…
Le paddock finit sa course en un lieu d’autant plus mystérieux qu’il y avait un épais brouillard.
« On dégage la piste, Messieurs-Dames…
Qui que vous soyez… Et où que nous soyons !!! 
D’ailleurs : où sommes-nous ?!? »

Franck 77 :
« Mais je connais cette voix !!! Ho,  Jiji cinqsept : c’est toi ?!? »

Jiji cinqsept :
« Francky ?!? Tu es dans le secteur, toi aussi ?…
Comment on arrête tout ce bordel, là ?!? »

Franck 77 :
« T’inquiète, ma grande : tu vas être fixé dans une demi-seconde !!! »
L’autel de la chapelle de Tripote-Moi-Les-Joyeuses, qui avait suivi le même parcours que le lit de Francky fit un atterrissage assez fracassant, et c’est parmi les burettes et tous les ustensiles « bigotesques » que Francky dégagea son fidèle aumônier…
 

Franck 77 :
« On peut savoir ce que tu fais dans le coin ?… »

Jiji cinqsept :
« A vrai dire, j’ai rien compris : figure-toi que je préparais la messe pour dimanche prochain… »

Franck 77 :
« … Te connaissant, je pense que tu as poussé le zèle jusqu’à goûter plusieurs vins, afin de sélectionner celui de la célébration !!! »

Jiji cinqsept :
« Hips !!! Qui c’est qu’a cafté ?!? »

 

Franck 77 :
« Mon pote, il suffit de sentir ton haleine… »

Jiji cinqsept :
« En parlant de ça, la tienne, c’est quoi ?…
Kérosène ou nitroglycérine ?!? »
Franck 77 :
« M’en parle pas : j’ai survécu à un repas infernal… En plus, l’autre vache, là, en bas… Il a essayé de m’achever avec un alcool frelaté !!!
Mais raconte, comment t’es arrivé là, toi ?… »
Jiji cinqsept :
« Tout connement… Je venais juste de trouver une fin à la messe… »

Franck 77, avec un grand sourire :
« Et non pas la main à la fesse !!! »

Jiji cinqsept :
« Oui, ho ! Facile, Hein ?… »

Franck 77 :
« Je ne pouvais quand même pas la louper, celle-là… »

chapellestmichelarch.jpg

Jiji cinqsept :
« Mouais… Donc, je m’apprétais à quitter la chapelle quand, tout à coup, je fus aveuglé par cette lumière complètement surnaturelle…
L’autel c’est transformé en soucoupe volante avec mézigue comme passager et me voilà !!!
Avec tout ça, j’ai pas fait ma nuit, moi… »

« Aïe-aïe-aïe !!! Ho-là-ho-là-là !!! »
Cette voix était celle de Pineau, dont la cuisine aménagée lui servait de navette spatiale entre la Terre et les étoiles…

Franck 77
:
« Dis, ma vieille, tu t’ennuyais de nous à ce point là ?!? »

Pineau :
« Barrez-vous les mecs : je ne contrôle rien !!! »

C’est au milieu des casseroles, couverts, plateaux, assiettes et tout le toutim que Francky et Jiji essayaient d’extraire notre pauvre Pineau qui ne s’en remettait pas, après un atterrissage catastrophique…

Pineau :
« Non, mais regarde moi ça : une cuisine toute neuve !!! »

 Franck 77 :
« Pour sûr, elle va fonctionner beaucoup moins bien maintenant… »

Pineau :
« Tu me charries ou c’est un tic ?!? »

Jiji cinqsept :
« Te fâche pas : mate l’état de mon autel… »

Franck 77 :
« Il ne faut pas s’étonner que celui qui « mate mute », en cas d’accident, hi-hi !!! »

Jiji cinqsept et Pineau :
« Mort de rire… »

Franck 77 :
« Alors, mon bon Pineau : au lieu de me faire la bougie, raconte… »

Pineau :
« Je venais juste de mettre au point une recette de « Tante Akule » pour le prochain fafiot de Déconnoland et hop !!! »

300pxchapellepalatialeversailles.jpg

Franck 77 et Jiji cinqsept :
« Hop ?!? »

Pineau :
« Et oui, cette lumière venue d’on ne sait où et ma cuisine qui joue les fusées supersoniques !!!
La routine, quoi… »

Jiji cinqsept :
« Je ne suis pas plus curieux qu’un autre, mais j’aimerais bien savoir où on est… »

Franck 77 et Pineau :
« Sans blague !!!!
Tu crois que t’es le seul ?!? »

Le brouillard commençait à s’estomper et la forme d’un palais se dessinait à l’horizon.
 

Jiji cinqsept :
« Ca ne me dit rien qui vaille, les copains…
La dernière fois que j’ai vu un monument qui ressemblait à ça, c’était en sixième.
L’ »antiquité », qu’ils appelaient ça… Ce que ça a pu me faire chier !!! »

Pineau :
« Hum-hum… J’ai bien l’impression qu’on a été téléportés dans un univers qui n’est autre que « la source des cultures » !!! »

Franck 77 :
« Si c’est le cas, il va falloir la jouer serrée, car mon « Pêt-C » est resté en bas : il faudra donc activer les neurones de notre mémoire d’écolier et composer avec… »

Jiji cinqsept :
« Avec moi, tu vas pas être déçu du voyage !!!
A chaque cours d’histoire concernant ces temps reculés, dont je me foutais comme de ma première couche-culotte, il fallait presque appeler les urgences pour m’extirper du coma profond dans lequel j’étais plongé, tellement ça me passionnait…
Je n’ai connu une telle sensation, depuis, qu’en regardant Derrick : c’est tout dire !!! »

Franck 77 :
« Y’a pas de quoi pavoiser… »

Jiji cinqsept :
« Je sais bien, mais on n’est pas des boeufs, sinon, on chasserait les mouches avec notre queue !!! »

Pineau :
« J’ai déjà entendu cette phrase quelque part… »

Jiji cinqsept :
« Hé : j’ai pris l’ »option Coluche » en deuxième langue !!! »

Franck 77 :
« Honorable, mais sera-ce utile en ces lieux ?!? »

1780.jpg

Soudain, une voix retentit, qui fit sursauter les trois :
« Qui parle ? Qui ose interrompre ma sieste ?!? »

Franck 77 :
« T’es fou lui !!!
Présente-toi d’abord au lieu de gueuler, tranche de nave !!! »

La voix :
« Tu ne devines pas qui je suis ?!?
Crains ma colère !!! »

Franck 77 :
« Excuse-moi du peu, ma vieille, mais si tu as eu la chance d’avoir le temps de faire la sieste, on est trois, ici, à avoir passé une nuit qui n’était pas de tout repos !!!
Alors, accouche : à qui ai-je l’honneur ?!? »

Fendant ce qu’il restait de brouillard, une gigantesque silhouette se dressa devant Franck 77, Jiji cinqsept et Pineau…
Le personnage dit :
« Mon nom est Zeus !!!
Toi, qui es-tu ?!? »

Franck 77 :
« Moi ? Heu… 
Je suis…
Je suis…
Dans la merde !!! »

La suite sera pour dimanche prochain…
Allez en paix et en pêts !!!

—————————————-

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les topettes de jiji cinqsept.

———————————————-

N’OUBLIEZ PAS NOTRE GRAND CON COURT CE DONT AU SUJET DUQUEL JE METS LE MIEN, LE TIEN, LE SIEN ET LE LIEN :

http://franck77.unblog.fr/2008/12/13/cest-le-cent-quarante-cinquieme-fafiot/

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 14 décembre, 2008 |20 Commentaires »

C’est le cent quarante cinquième fafiot!

Samedi 13 Décembre 2008 

(de lancer un GRAND CON COURT) 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Quand je dis que c’est le cent quarante cinquième fafiot, en fait c’est plutôt un vol manifeste!

En effet, aujourd’hui, je n’ai matériellement pas le temps de pondre des conneries qui m’ont fait connaître jusqu’à la Motte-Beuvron et ce dont au sujet desquelles, toutes les maisons d’éditions m’offrent des condors afin d’être publié dans  des livres à lire luxueusement  reliés avec des couvertures en croûte de vachette de porc.

Comme je sais père tinettement que vous n’aurez pas votre dose de déconnitude quotidienne, vous allez voir rouge et courir tout nus dans les bois à poil en vous arrachant les cheveux et en vous mordant les genoux.

En pluche, je le fais exprès, car des fêtes approchent, et les chants de Noël, les arbres décorées, le gui mauve, les cadeaux à la con, et la bouffe à gerber, ça me troue un gros tinet le fion.

(franck 77)

Comme vous n’êtes pas content du tout de ce fafiot de daube, je vous donne un droit de réponse en lançant un grand con court :

« LE GRAND CON COURT DE LA LETTRE D’INJURES »

JE LANCE OFFICIELLEMENT LE CONCOURS (par la fenêtre):

asterix.jpg

asterix2.gif

TOUS LES PARTIS PISSANTS ET LES PARTIES PISSEUSES PEUVENT ENVOYER LEUR LETTRE D’INJURES:

DANS LES COMMENTAIRES

DANS LA TRONCHE

DANS LA MESSAGERIE PRIVEE

PAR L’INTERMEDIAIRE DU FORMULAIRE DE CONTACT:

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Un jury se réunira un de ces quatre sans fautes, pour nommer « The lettre d’injures 2008″, et pour attribuer au(x) récipient(s) d’air des cadeaux somptueux que l’on ne trouve qu’à Déconnoland

Pour les chieurs et les chieuses qui commencent d’entree de jeu à poser des questions à la con, le concours se terminera quand on aura éclusé les 15 cubis de vin chaud préparés par tante Akule, ce qui nous amène approximativement à vendredi prochain minuit….

(règlement du concours fourni contre des timbres, un Bounty et des chaussures à bascules)

Publié dans:GRAND CON COURT |on 13 décembre, 2008 |20 Commentaires »
1234

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique