Archive pour janvier, 2009

En attendant le cent soixante septième fafiot!

Samedi 31 Janvier 2009 

(de constater que la grève est finite)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Ah punaise à poil que ça fait du bien une ch’tite grève générale! Déconnoland a envoyé par pneumatique sous gonflé la liste de ses revendications à la personnalité iguane pour faire valoir ce que de droit; on vous tiendra au courant, comme disait Gégène.

Ce n’est pas tout cela de mahieutiser, mais faut se remettre au fafiotage, et ce n’est pas Pineau qui cuve depuis une semaine qui me contredira…

En attendant,

Le jeu des 777777 différences :

angersboulevardduchateau19072008.jpg

Publié dans:déconno-news |on 31 janvier, 2009 |10 Commentaires »

C’est le cent soixante sixième fafiot!

Jeudi 29 Janvier 2009 

(de dire à la grève!!!)

banderole.jpg

(Tapisserie de Mahieux – Héros jenenveuxplutistes en pleine inaction)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Cela ne vous a peut-être pas échappé, mais aujourd’hui, en France, c’est la grève! Mais une fois n’est pas coutume, comme dirait mon voisin qui fait chier son clébard tous les jours au milieu du trottoir!

traversee1.jpg

(traversée des grèves par des gaziers en tongs)

Donc, ce n’est pas de la branlette de pignouf. En effet, outre les habitués qui contribuent au rétablissement de l’économie en croisant les bras et en en voulant toujours plus la gueule pleine (je pense à Sud Rail, FSU(er le monde), CGT et jean Noubly), au nombre des braillards viennent s’ajouter les assidus des machines à café, les pignoleurs de tubes coudés, les rabrouilleurs de brichemous, les intermitteux sans talent, les jokaristes végétariens et ma belle soeur (et c’est vrai).

Voyons un pneu les mots d’ordre du jour. Nous avons interrogé Bernard Thibault qui nous a répondu, en sortant sa fiche jaunie de son larfouillet pour la lire, que c’est la grève pour la défense du service public, la non réduction des effectifs inutiles, le pouvoir d’Aïcha et, fait nouveau, contre la crise!!!

Christian Mahieux ( le Francis Lalanne du syndicalisme, le gazier se coiffant avec une tranche de jambon et se croyant en vacances au sud en sniffant un rail) nous donne les mêmes raisons en ajoutant qu’il pisse à la raie des usagers.

Aschiéri le Clown tient le même discours en disant qu’il manque de moyens pour pouvoir payer les enseignants en congés maladies imaginaires, ou en déprime parce que dans les classes il y a des élèves et que ce n’est pas contractuel. Soit dit en passant, il y a quatre  fois plus d’enseignants grèvant le budget de la sécu, que le nombre d’enseignants non remplacés pour cause de départ en retraite. Il y a eu augmentation de la natalité, mais pas au point d’augmenter les élèves. La prof de math de mon fils ne peut pas faire grève aujourd’hui car elle est en stage depuis une semaine. Un stage de math sûrement, y a tellement de découvertes journalières faites dans cette matière, qu’une remise à niveau est indispensable aux heures ouvrables.

Notre Toinou, interrogé dans sa panoplie de Julliard qu’il a eu pour Noël, nous a dit qu’il n’était pas fatigué et qu’il faisait tout ce que lui disait Aschiéri le Clown qu’il a en poster dédicrassé au dessus de son lit bateau. Tous les soirs il se tire sur l’élastique en reluquant son idôle.

—————————————————————-

Déconnoland ne veut pas être la seule institution non touchée par le bordel

agecanonix23.gif

GREVE GENERALE A DECONNOLAND

—————————————

OUI A LA VINAIGRETTE DANS LA TÊTE DE VEAU

NON AUX FURONCLES AU CUL.

—————————————————

Et je préviens que le mouvement sera longiligne, dur et inflexible de douche. Nous attendons du gouvernement un pas en avant, une main tendue, une attention particulière à nos revendications qui, si elles aboutissent, donneront un nouvel élan au mouvement social et redonnera la dignité au jasmin.

Sur ce je passe le porte voix à Pineau, qui va nous parler de cinoche pour détendre.

(franck 77)

——————————————————————

Entre les mûres et les framboises

François est prof de français dans un collège « difficile » d’un quartier « sensible » peuplé de familles « défavorisées » dans lesquelles grouillent des ados « exclus » de la société qui, ceci dit en passant, les fait vivre.

Le synopsis est simple: l’action se situe dans une classe de « ZEP », « ZUP », « ZAC », avec un max d’« ASSEDUS » et de « RAZEDS ».

greve11743780902.jpg

Le prof est chargé d’enseigner la langue de Molière à cette jeunesse vive et métissée. La césure entre les acquis culturels de cette classe « populaire » et les attentes académiques explose aux yeux des trois spectateurs ayant payé leur place au prix fort, les trois cent cinquante autres ayant été subventionnés par les « associations » du quartier, ce qui les autorise évidemment à taper un bordel monstre dans la salle. L’école « républicaine », comme ils disent expose ici le contraire de l’école.

Sous-jacentement, l’idée est de montrer l’efficacité des moyens, tant en personnel qu’en matériel, dispensés à prix fou, pour alimenter les transumances Bastille-Nation de demain. L’assistanat s’apprend à l’école, est récompensé au festival de Cannes, et sera représenté aux Césars.

Ne reculant devant aucun sacrifice, je me suis présenté ce matin aux portes de ce gentillet collège Françoise Dolto pour tenter d’interwiever les Alain Delon, Jean Gabin, Jeanne Moreau et autres Jean-Paul Belmondo en herbe. Je me suis cassé le nez sur les grilles closes de cet établissement fermé pour cause de grève.

Mes équipes techniques étant mobilisées, je me suis alors dirigé vers le collège François Fénelon dans la charmante bourgade du Plessy en Beauce afin d’effectuer un reportage sur nos chères petites têtes blondes. Monsieur le Principal m’a demandé de patienter une petite heure, la totalité de ses élèves étant en train de plancher sur une simulation d’épreuve de Brevet. (100% de réussite à l’examen les dix dernières années, ça se travaille).

Comme l’on dit à Bordeaux, chez Nell, nous n’avons pas les mêmes valeurs.

(Pineau)

Publié dans:déconno-news, les sales zobs s'curent |on 29 janvier, 2009 |32 Commentaires »

En attendant le cent soixante sixième fafiot!

Mardi 27 Janvier 2009 

(de penser que c’est l’heure)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Et oui, je suis reviendu, après une lutte à mains nues avec des microbes à poils durs. Le défaut, c’est que je suis au ralenti partout et que les priorités que je dois respecter ne sont pas forcément celles qui sont les plus agréables.

Je vous remercie toutes et tous d’avoir été inquiets pour ma carcasse, cela m’est allé droit quelque part où ça fait du bien.

C’est l’heure de redémarrer la machine. Je remercie Pineau d’avoir ouvert les portes de la Chapelle de tripote-Moi-Les-Joyeuses.

J’ai un retard dans les nymphos, je ne sais même pas qui est en grève aujourd’hui, c’est vous dire la méconnaissance des dossiers du gazier.

J’offre une tournée générale de vin chaud pour arroser tout cela, et je vais essayer de raccrocher les wagons (si j’ose dire), mais pour l’instant on dirait le sud…..

Comme vous l’avez si bien fait pendant mon absencitude, continuons de déconnobloguiter sur ce que l’on veut ce dont au sujet duquel dans la limite du raie zonable.

(franck 77)

Publié dans:déconno-news |on 27 janvier, 2009 |81 Commentaires »

La messe de Jiji cinqsept du 25 Janvier 2009

Bonjour à tous et à chacun, à toute et à chacune…
Déconnoland et sa chapelle de Tripote-Moi-Les-Joyeuses accueille avec joie celui qui frappe à la porte.
(Moins bien celui qui lui nous frappe sur le nez !)
A ceux qui sont encore dehors, venez nous rejoindre, il y aura toujours une place pour vous !!!
Retrouvons vite nos trois personnages…

« Heureux qui, comme Francky, a fait un beau voyage et en a fait profiter les copains… »
Episode 7 : « Sont fous, ces calotins !!!« Franck 77 :
« Savo… »

Pineau :
« …Narole ?!? »

Franck 77 :
« Le pré-pré… »

Pineau :
« …Le di-di… »

Franck 77 :
« …Le prédi… »

Pineau :
« …Le ca-ca… »

Franck 77 :
« Le prédicateur ?!? »

Savonarole :
« Francese ?!? »

Pineau :
« Hein ?!? »

Franck 77 :
« Je pense que Monsieur nous demande si nous sommes français … »

Pineau :
« Sans dico : ça va être commode… »

Franck 77 :
« Nous somme français et nous ne parlons que très mal votre langue. »

Savonnarole :
« Mi scusi… Qui vous envoie ? »

Pineau :
« Nous sommes envoyés par Dieu, qui a eu la bonté de guider nos pas vers vous… »

Franck 77 (en aparté) :
« Tu es branque ou quoi ?… »

Pineau :
« Savonarole, ami !…
Tu sais ce que ça veut dire ?!? »

Savonarole :
« Che c’è ?… »
(« qu’y a-t-il ?)

Pineau :
« Un instant : nous prions… »
Savonarole s’incline en signe de respect.

 Franck 77 :
« Ça veut dire quoi : explique-toi, nom de Dieu !!! »
Pineau :
« Chut ! tu va nous faire cramer les miches !!! »
Franck 77 (embrassant son poing) :
« Le premier qui veut essayer, je lui conseille de protéger ses valseuses…
Parceque là, mon pote !!! »
Savonarole embrasse son chapelet, persuadé que Franck 77 en avait fait autant.

Pineau :
« Demande-donc à notre « ami » où nous sommes, et surtout « quand » nous sommes… »

Franck 77 :
« Tu crois que je vais me dégonfler ?
(A Savonarole) Dites-moi, mon brave :
Quelle date sommes-nous ?… »

Savonarole :
« Oggi è… Mi scusi : parlare francese !!
Nous sommes le 2 mai de l’an de grazia 1497…
Perché ?!? »
Franck 77 et Pineau Se laissent tomber sur le banc, complètement détruits et le visage décomposé.
Savonarole s’approche d’eux et s’agenouille, persuadé que les deux sont en transe…
Il est rejoint par d’autres moines qui font de même…

Franck 77 :
« Je te préviens, mon bon Pineau : le premier qui essaie de me tailler une plume, je lui mets un bourre-pif, ce s’ra pas du cinoche !!! »

Pineau, le regard dans le vague :
« Pute vierge : 1497 !!! »

Savonarole, les yeux embués de larmes :
« Frères : louons le seigneur qui nous a envoyé ces hommes de foi !!! »

Franck 77 :
« Ils organise une partouse ou quoi ?!?
Pineau : il serait temps d’avoir une idée…
(Un moine lui embrasse la main)
Hé ! Touche pas l’homme, toi !!! »

Pineau :
« Pfff !!! 1497… »

Franck 77 :
« On va le savoir, et le 2 mai, en plus… »

Savonarole :
« Seigneur, nous ne sommes pas dignes de te recevoir… »

Franck 77 :
« Le calotin qui en remet une couche, bonjour l’angoisse !!!
Tu vas me lâcher la pogne, toi, avant que je t’en mette une ?!? »
Ho punaise : en v’là une autre…

Savonarole, mouillant le sol de ses larmes :
« Merci seigneur : grande est ta bonté de nous avoir envoyé « Franckycelli » et « Pineaubello » dans ces deux sarcophages que nous bénirons chaque jour que tu fais !!! »

Franck 77, parlant aux moines de savonarole :
« Votre « copine » : elle ne nous ferait pas une dépression nerveuse ? »

Pineau :
« …1497 !!! »

Franck 77 secoue Pineau et lui dit :
« Bon, il est temps de te reprendre, ma vieille !!!
(puis à Savonarole) C’est quoi, cette histoire de sarcophage ?… »

Savonarole :
« Mes frères ici présents m’ont mandés car ils ont constaté que deux autres sarcophages, dans lesquels vous étiez, étaient apparus dans la crypte de notre couvent. On vous en a extraits avant de nous réfugier derrière l’autel… »

Pineau, sortant de sa torpeur :
« Hein ?!? Deux « Autres » sarcophages ?… »

Franck 77 :
« Nous avons eu des prédecesseurs ?
(et aux deux moines qui continuaient à lui baiser les mains)
Dégagez, merde !!! »

Savonarole, se signant
:
« Pour notre grand malheur, car c’est l’antéchrist  »personnifié » que nous avons reçu en notre sein !!!
(Les autres moines se signent à leur tour, le visage figé par l’horreur)
Il était le passager du premier sarcophage, que nous nous sommes empressés de brûler !!!
Il portait les vêtements de notre sainte église, parle votre langue mais c’est un monstre de débauche…
Il écarte du droit chemin ceux que le Seigneur m’a permis de ramener dans le troupeau…
Celui des agneaux de Dieu !!! »


Franck 77 et Pineau se regardent avec un sourire d’espoir

Franck 77 :
« Tu penses ce que je pense, « Pineaubello » ?… »

Pineau :
« Tu crois ce que je crois, « Signore Franckycelli » ?… »

Les deux :
« Yes !!! »

Savonarole :
« Je suis confiant, car je sais maintenant que Dieu vous a envoyé sur notre route pour nous aider à vaincre ce suppôt de Satan, arrivé plusieurs semaines avant vous !!! »

Franck 77 :
« Suppôt ? Tu risque de l’avoir dans le cul, mon colon… »

Savonarole :
« Scusi ?!? »

Pineau :
« (A Franck) T’est dingue ?…
(A Savonarole, le sourire pincé) Notre bon Franckycelli est d’humeur blagueuse… »

Franck 77 :
« Bon : parlons peu mais parlons bien :
il crèche où votre « antéchrist » ? »

Savonarole :
« Il a échapé à ma milice… Mais nous le recherchons activement !!!
Votre aide « divine » va m’être indispensable car cet usurpateur a une très mauvaise influence sur la jeunesse de notre bonne ville de Florence… »

Pineau :
« Et il se nomme ?… »

Savonarole, catastrophé :
« La foule l’a baptisé : »Jiji-Chianti-Camillo » !!! »

Franck 77 et Pineau :
« Pas de problème, c’est bien lui… »

La suite ?
La semaine prochaine, les enfants !!!
Allez en paix et en pêts…

—————————————-

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les os ch’tis et les topettes de jiji.

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 25 janvier, 2009 |42 Commentaires »

C’est le cent soixante cinquième fafiot!

Mercredi 21 Janvier 2009 

(d’avoir la fièvre de ch’val)

 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

logoblogmalade.jpg

Hier matin, je me suis levé avec la tronche comme un four, les guitares en coton, la truffe humide, les calots embourbés et les poils collés. Je m’suis dis, tiens franck 77, tu es comme qui dirait malade.

J’ai pris rendez vous chez le toubib et y suis allé en rampant car maintenant le gazier reste peinard derrière son burlingue et aux heures ouvrables uniquement. Après avoir attendu dans le bouillon de culture de la salle d’attente, je rentrus dans la cabinet de l’homme de l’art:

« - Salut Ô toubib référant.

-Salut franck 77, tu n’as pas l’air de péter le feu, tu as les yeux aussi cernés que mes serines.

- Ne m’en parle parle pas Doudou (il s’appelle Daniel), j’suis dans un état comme ma queue comateux.

- Déloques toi, mais gardes ton slibouse et tes fumantes, y a des courants d’air dans ma casbah, ça serait con que tu attrapes un rhume. Voyons voir un pneu ton palpitant, tes éponges, ta boite à ragoût, tes esgourdes.
Ta tension est bonne, et ce n’est pas un concert de rapp au niveau du coffiot. Tu as attrapé la grippe.

- Merdum, je n’ai pas que ça à foutre Doudou, il faut que je sois sur pieds à quatre heures du mat demain. j’suis patron, j’suis pas syndiqué et je n’ai pas de quoi me payer une cellule psychologique.

- On va voir c’qu’on peut faire franck77, file moi ta carte vitale.

- Tiens, je l’ai fais chauffer pendant les soldes, y avait du matos à lavement de seconde main pas cher, une affaire.

- Punaise à poil,  franck, au niveau des points de vie ça a morflé sur ta carte, par contre t’as amassé un max de points fidélité. Avec ce que tu as accumoncelé, je peux te filer en cadeau fidélité soit une paire de charentaises à vapeur, ou bien un grille pain au charbon de bois.

- Non, je préfère attendre un peu pour m’offrir le rameur à voile et à chenilles.

- Le problème, franck, c’est qu’avec ta boyasse complètement pourlingue, je ne peux pas attaquer la grippe à la grosse Bertha. Si j’te file un antibio, c’est un coup à ce qu’il tombe directement par terre en tâchant la moquette. J’n'peux que te prescrire un sirop plumotorax à la con, des gouttes pour le tarbouif et du paraquiramolle.

- C’est pas grave Doudou, je complèterais avec du vin chaud de tante Akule.

- Justement franck 77, parlons en de ta mixture. La dernière fois qu’on t’a pompé le raisiné, le labo minable à trouvé que tu avais encore les hématies circulaires, mais qu’elles baignaient dans une quantité de vin chaud telle qu’il a rajouté une ligne sur le rapport pour sa première cotation en bourse.  Tu ne surdoses pas l’affaire? Et puis avec l’urine que tu as laissée en dépôt, on a pété une paillasse, et troué 3 paires de gants Mapa. Si tu veux monter le Ventoux en restant à seulement une plombe d’Armstrong, t’as la condition pour.

- T’inquiètes Doudou, pour le vin chaud, ce n’est que du naturel! Mais tu me fais baliser, dis moi tout Danou, je serais fort, j’suis condamné?

- Bin disons que ça relève du miracle. Si tu tiens jusqu’à mercredi, normalement tu peux encore faire chier ton monde un max d’années.

- Ouf, mardi j’avais piscine avec une séance de palmes, tu me rassures toubib.

- Bon, ce n’est pas tout cela franck 77, mais tu me dois 22 neuros, et encore je suis une référence.

- Tiens, j’te grave un chéquos, ne le dépose que mercredi prochain, on ne sait jamais. »

Bon, vous pouvez toujours déconnobloguiter à donf, je vous laisse les clefs jusqu’à vendredi, faut que je me réserve pour mon taf qui est plutôt comaque en temps normal.

 

Publié dans:déconno-news |on 21 janvier, 2009 |77 Commentaires »

C’est le cent soixante quatrième fafiot!

Mardi 20 Janvier 2009 

(de causer de l’espoir Zétazunien)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Il parait qu’outre Atlantique, il y de l’investitude dans l’air. Déconnoland a été une des premières institutions à envoyer toutes ces ficelles de caleçons au nouveau récipient d’air de la Maison Blanche.

obama.jpg

Je vous remets le lien sur ce fafiot de Novembre qui se tient chaudement dans les archives devenues monumentales de Déconnoland :

http://franck77.unblog.fr/2008/11/05/cest-le-cent-trentieme-fafiot/

Chacun  (même parmi les quiches) allant de son commentaire et de ses aspirations quant à l’installation du nouveau président Zetazunien, je ne vois pas pourquoi Déconnoland ne dévoilerait pas ses désirs secrets et ses espoirs Williams.

————————————–

Tout d’abord, on peut constater que le déroulement des préparatifs est une véritable honte du point de vue français! Et oui, voir à la télévision des trains et des métros qui  roulent, et des milliers de gens qui les utilisent sans encombre pour aller à Ouah Chine Tonne est une injure au droit de grève, au droit de retrait et à l’expansion des idées d’immobilisme des galeries La Fayette qui ont fait plus pour l’histoire de Zétazunie que Diam’s pour le développement de la chanson à texte.

—————————————-

Ceci étant dit, nous savons tous que la Zétazunie joue le rôle de gendarme du monde, et s’est impliquée à plus ou moins grande échelle dans tous les conflits mondiaux depuis 1917.

Et à chaque nouvelle administration , le gazier qui est le chef Zétazunien veut absolument délivrer un peuple opprimé.

C’est le moment ou jamais, pour demander à Barack, d’exporter chez nous une des spécialités Zétazuniennes: la frappe chirurgicale.

En effet Barakounet, au nom de Déconnoland je vous demande de nous délivrer du joug de deux mouvements despotiques, qui imposent leur Diktat depuis des mois à la masse productive des français , la SNPI-FSU et Sud Rail, qui ont pour slogan « tout ce qui est bon pour moi est juste, et tous les autres sont des cons ».

Vous trouverez, ci joints, deux documents qui permettront d’ajuster vos frappes avec justesse et précision. Je tiens à vous préciser que Déconnoland ne désire  aucune victime humaine. On veut juste la destruction de la machine à café dans chacun de ces deux bâtiments, car c’est à cet endroit là que les conspirateurs fomentent leurs conneries de jenenveuxplutistes avant de les écrire sur des calicots et de les brailler comme des ânes aux heures ouvrables.

Objectif 1 :

Siège Social SNPI FSU:

104rueromainrolland93260leslilas.jpg

(coordonnées de la machine à café : 48°52’45.80″ Nord et 2°25’16,77″ Est)

aschierileclown.jpg

Attention, si vous voyez ce véhicule garé devant la lourde, c’est que le maître de ces lieux et reviendu récupérer ses palmes et son tuba largement amortis.

Attendez trois bières, et allez y…

Objectif 2 :

Un des sièges Sociaux SUD RAIL:

17boulevarddelaliberation93200saintdenis.jpg

(coordonnées de la machine à café : 48°56’01.41″ Nord et 2°20’326,55″ Est)

Attention, si  vos éclaireurs détectent la présence de gaziers comme ceux ci dans la Salle Mahieux, c’est qu’ils sont en plein entraînement sur un simulateur de conduite de grève:

sudrail.jpg

Vous pouvez en faire des prisonniers, mais si vous les affublez de tenues oranges comme à Guantanamo, ils se croiront à la DDE et cela risque d’empirer leur rienfoutage chronique.

—————————————————–

Voilà Barack, les premiers espoirs de Déconnoland que l’on met en vous pour venir nous délivrer.

Et pis ceux qui vous encensent parce que vous êtes noir, ne changeront pas leur position si vous n’arrivez pas du tout à redresser votre pays, en disant, le cas échéant, que c’est, justement, parce que vous étiez noir .

Déconnoland croit beaucoup en votre venue, et nous espérons que des liens se tisseront entre nos deux pays, pour peu que vous ouvriez vos frontières à notre vin chaud et notre casse dalle jambon beurre.

——————————————————–

Que tout ceci ne nous empêche pas de déconnobloguiter comme des voyouxes et des voyouzes dans la limite du raie zonable.

(franck 77)

Publié dans:déconno-news, L'âgé au pot lithique |on 20 janvier, 2009 |19 Commentaires »

En attendant le cent soixante quatrième fafiot!

Mardi 20 Janvier 2009 

(de parler de States puisque c’est la saison)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Il parait qu’il y a de l’investitude dans l’air.

En attendant, où est Charlie?

mountrushmores.jpg

Publié dans:déconno-news |on 20 janvier, 2009 |10 Commentaires »

C’est le cent soixante troisième fafiot!

Lundi 19 Janvier 2009 

(d’avoir reçu une nouvelle recette Tantakulesque)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Ajourd’hui, tante Akule nous propose une nouvelle recette qui allèche les babouines:

Tante Akule propose sa recette cul lit nerfs

La fondue Bourre Mignonne

Les Bourre Mignons qui sévissent en Bourre Mignonnerie, ont inventé une recette de fondue qui n’engendre pas la mélancolie et qui est plutôt sympatoche et con viviale.

Il s’agit de faire cramer du boeuf dans de l’huile bouillante et de le tremper ensuite dans diverses sauces avariées avant de se planter la chourfette à deux dents (parfois le trident, certains utilisent aussi le pic à glace) dans le gosier. En plus, çà réchauffe, parce que un bout de ferraille chauffé à blanc sur les amygdales, çà vous les réduit menu, ce qui protège des angines et du phyloxéra.

Reviendons à la recette, car tante Akule s’impatiente: On va dire pour quatre, c’est comme çà ky disent dans les recettes de Modes et Travelots. Il faut une piscine de 300 mètres cube avec la quantité d’huile bouillante nez ses serres pour la remplir. Inutile de dire que si la piscine est en plastoque, on est bon pour le syndrôme chinois. Le mieux, c’est un truc carrelé béton avec un fond en titane et des carreaux Téfal. Il faut savoir que 300 000 litres d’huile bouillante, çà dégage des degrés que même Jean Marc Celsius et Raymond Fareinheit n’auraient pas imaginés. Ce faisant, il vous faut quatre vaches sur pieds pisse con est quatre.  Prendrez aussi quatre Poclains de douze tonnes que vous louerez chez votre Kiloutou de palier. Une benne de quète chup, deux trois sauces à la con, une tonne de mayonnaise, et on passe à table.

fondue.jpg

Chacun chope une vache à l’aide de son Poclain perso. On trempe le bestiau dans la piscine. Au début, le volatile gueule un max, mais il bronze vite et, du coup, il ferme sa gueule, car il estime que c’est pas mal si un jour, il retourne sur la plage. Manque de bol, au bout du temps de cuisson voulu, il ressort de sa baignade à point, et il suffit de viser avec le Poclain pour tremper la barbaque dans les sauces. On peut manger la fondue avec des chips, des petites patates sautées, certains même la consomment avec des nouilles, j’en ai même vu accompagner la viande avec du foin.

Vous consommez le truc avec un Macon légèrement rafraîchi, c’est un délice.

                      Pineau

En attendant le cent soixante troisième fafiot!

Lundi 19 Janvier 2009 

(d’attendre un pneu)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

J’ai sollicité tante Akule qui nous a concocté une recette de son crû bande de petits veinards et petites veinardettes.

En attendant :

LE JEU DES 777777 ERREURS

7erreurslige.jpg

Publié dans:déconno-news |on 19 janvier, 2009 |8 Commentaires »

La messe de Jiji cinqsept du 18 Janvier 2009

Ha ! je vois qu’il y a des retardataires…
Installez-vous : nous allons commencer et retrouver depuis la petite chapelle de Déconnoland, en direct de Tripote-Moi-Les-Joyeuses, Franck 77 et ses compagnons…

Heureux qui, comme Francky, a fait un beau voyage et en a fait profiter les copains .
Episode 6
: « Quel petit détail ? quel binz !!!« 

chapelle.jpg

Franck 77, Pineau et Jiji cinqsept allongés bras en croix sur le sol ronflaient à un point… C’était un vrai bonheur !!!

Horus :
« Harmakhis ! Tu es dans le coin ?!? »

Harmakhis :
« Voilà-voilà, on le tient !!! »

Horus :
« Tu as toujours la responsabilité des portes de l’au-delà ? »

Harmakis :
« Je veux, ouais ! Pourquoi ? »

Horus :
« J’ai trois clients pour toi… »

Harmakhis :
« Mais… Ils ne sont pas morts !!! »

Horus :
« Tu ne vas pas t’y mettre aussi…
Les portes de l’au-delà, ce n’est pas uniquement que pour les vétérans ecclésiastiques. »

Harmakhys :
« Hein ?!? »

Horus :
« Pardon : les « macs-abbés » ! »

Harmakhis :
« Je n’ai pas saisis le sens de ton propos (en clair, j’y pige que dalle, mon pote !) »

Horus :
« Oui, bon ! Ceux qui ont calanché, quoi !!! »

Harmakhis en était resté pantois.
Il se tenait le menton [non-non : les Bogdanov ne sont pas dans le coin !], puis il dit :
« Tu me compliques, là ! Anubis [patron des embaumeurs, que certains mauvais esprits avaient rebaptisé Deux-anus...] va me faire la gueule, parceque nous deux : on fait plutôt dans la viande froide… »

Horus :
« Ceux-là, faudrait « tâcher voir » à me les soigner dans le bon sens, sinon Bacchus va me la foutre à la gueule !!! »

Harmakhis :
« Tu me refiles les bébés, quoi…
Ho, Anubis !!! »

Anubis :
« J’arrive !!!
Qu’est-ce qu’elles me veulent, ces deux-là ?!? »

Harmakhis :
« J’y crois pas !!!
Arrête donc de faire ta folle, sinon on va se faire aligner par Céèssa, la déesse des médias…
Et puis, c’est quoi cette tenue ? Tu pourrais éviter de te déguiser en chacal : tu vas faire peur aux gens !!! »

Anubis :
« Excusez-moi les gars, mais les touristes adorent ça.
L’habitude… »

horus1.jpg

Horus :
« Démerdez-vous comme vous voulez, mais il faut que ces trois mortels retournent dans leur époque et en pleine santé… »

Anubis :
« Cent balles et un mars en prime, ça te va ?
Je suis embaumeur, moi, pas cosmonaute, ma poule ! »

Horus :
« Je vais t’embaumer quelquechose, moi !!! »

Harmakhis :
« Remarque, si on retrouve le mode d’emploi de la porte, ça peut se faire… »

Horus :
« Et bien voilà ! dès qu’on n’a plus à faire à des primaires… »

Anubis :
« Mode d’emploi ou pas, faudra nous laisser le temps…
C’est pas le voyage de tout le monde, ça ! »

Horus :
« Si vous pouviez expédier nos amis avant qu’ils ne soient morts de vieillesse, ça m’éviterait d’avoir à payer, en compensation à Bacchus, des tournées qui grèveraient le budget annuel de tous les Dieux existants dans l’univers pendant un an !!! »

Harmakhis :
« Je vais faire ce que je peux, mais cet enfoiré de Seth [dieu ennemi des dieux et des hommes] a foutu le bordel dans mes archives ! »

Anubis :
« Et encore, tu t’en tires bien, moi : il a plastiqué mon atelier… »

Horus :
« Bon ! Je ne m’ennuie pas, les mecs, mais j’ai un Sphinx à restaurer, moi…
Topet ! »

Harmakhis :
« Thot [Dieu de la sagesse et de la science] pête ? »

Anubis :
« Ça la fout mal : je le croyais plus raffiné ! »

Horus :
« Vous me fatiguez… »
Horus repartit, fendant la foule de badauds.

Harmakhis, s’adressant à la foule :
« Je vois qu’il y en a qui ne savent pas quoi faire, là !
Repartez-pas les mains vides, ce serait gâcher la marchandise…
Emmenez ces trois mortels à la porte de l’au-delà ! »

Cégétis (l’un des badauds) :
« Fait chier, bordel à cul !!! »

Anubis, le regard menaçant :
« Un commentaire, Messieurs ? »

Céèfdétis (un autre badaud) :
« Ta gueule, Cégétis : il va nous prendre comme cobaye pour innover des nouvelles techniques de soins de conservation !!! »

Anubis :
« Plait-il ? Quelqu’un veut faire un stage chez Seth ?… »

La foule :
« Non-non : sans façon !!! »

Franck 77, Pineau et Jiji cinqsept furent transportés jusque dans la crypte où se tenait cette fameuse porte.
Chacun était couché dans un sarcophage.

Harmakhis :
« Je ne voudrais pas dire, mais ils sont à la limite du coma éthylique… »

Anubis :
« Parle-pas de malheur ! Tu ne vois pas qu’ils nous claquent dans les mains ?
Bacchus les a tellement chargés… »

Harmakhis :
« Ho, Bonne mère !!! Maintenant que j’ai retrouvé ce mode d’emploi, je m’en vais te les expédier au plus vite, après : c’est plus nos oignons… »

Anubis :
« Compte à rebours enclenché ! »

Harmakhis :
« Cinq-quatre-trois-deux-un… »

Anubis :
« Zéro !!! »
Une lumière aveuglante envahit la crypte, puis les trois sarcophages disparurent.

Harmakhis, vérifiant le mode d’emploi :
« Je crois que nous avons un problème… »

Anubis :
« Comment ça ?… »

anubis.jpg

Harmakhis :
« J’ai zappé la petite phrase au bas du manuel :
« … Ne pratiquer le transfert qu’à jeun. »… »

Anubis :
« Apparemment, ça a fonctionné… »

Harmakhis :
« Il ont traversé la porte, mais ce petit détail a bouleversé quelques paramètres…
Ho ! Puis, tout : c’est plus notre problème !!! »

Franck 77 fut le premier à se réveiller.
Il dit :
« Ho, ma tête !!! »
Il aperçut Pineau allongé à côté de lui.
« Tiens, tu es là ? »
Il secoua son ami, qui ne se réveillait pas…

Pineau :
« Hein ?… Pour moi, ce sera un café-crème, deux croissants et l’addition ! »

Franck 77 :
« T’arrêtes de faire le con cinq minutes ? »

Pineau :
« Ha ! C’est toi ? »

Franck 77 :
« Non-non : c’est l’archiduc d’Autriche… »

Pineau :
« Mort de rire ! Il est où, Jiji ? »

Franck 77 :
« C’est bien ce qui m’inquiète… Apparemment nous ne sommes que tous les deux et je me demande bien ce qu’on fait dans cette chapelle… »

Un moine s’approcha d’eux :
« D’où venez-vous ? »

Franck 77 :
« Si on vous le disait, vous auriez du mal à nous croire… »

Le moine :
« Qui êtes-vous ? »

Pineau :
« Mon ami se nomme Franck 77 et je m’appelle Pineau… »

Franck 77, méfiant :
« Et toi : qui es-tu ?… »

Lui :
« Je m’appelle « Savonarole »… »

Suite la semaine prochaine !
Allez en paix et en pêts…

—————————————-

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les topettes de jiji.

N’oubliez pas de doubler la mise pour rattraper l’oubli de la quête de la semaine dernière, car jiji est en cale sèche depuis mercredi midi.

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 18 janvier, 2009 |19 Commentaires »
1234

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique