Archive pour le 10 avril, 2009

C’est le cent quatre vingt bouzième fafiot!

Vendredi 10 Avril 2009

(de causer de Pâquitude)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais la France, fille aînée de l’église est un état laïque. Les trois quarts des pignoufs qui ont défilé entre Bastille et République, à cause de la crise de nerfs et du pouvoir d’Aïcha, ont pris ou vont prendre leur traîne con pour profiter d’un viquinde prolongé,  en oubliant complètement que s’ils peuvent aller se klaxonner la tronche un jour de plus chez leur belle mère, c’est à la religion qu’ils le doivent.

D’ailleurs, le lundi de pâques est généralement férié et chômé dans les entreprises, même si ces dernières n’embauchent que des musulmans. C’est férié et chômé dans les administrations, mais là, ça se voit moins, le rendement restant continu.

A Déconnoland, nous ne pissons pas à la raie de la chrétienté, car on connaît le res-pêt, et en pluche, on peut avoir des sujets de fafiots assez poilants.

déconno-dossier:

“La Pâquitude

 première partie: Jeudi Saint”

Mes biens chers frères, mes bien chères soeurs, mes belles soeurs, mes beaufs, qu’est-ce que Pâques?

Je vous remercie de m’avoir posé la question, et je vais vous donner des réponses claires, et deculmentées. Ayant prononcés mes oeufs au petit séminaire de chez Lustucru, je peux vous dire que Pâques n’a pas de secret pour moi.

Pâques est une fête religieuse chrétienne commémorant  la résurrection du petit jésus, qui, souvenons nous zan, avait fait un tabac en illuminant sa casbah à Noël au milieu du cheptel. Cette résurrection a lieue le troisième jour après sa crucifixion, le vendredi saint.

Mais ne nous emballons pas, prenons les choses comme le quinté, c’est à dire dans l’ordre.

Jeudi saint, c’était hier, enfin c’est une façon de parler.

Quand on ligote les saintes écritures, le jeudi saint commémore l’institution par le Christ de la Cène, ou Eucharistie, lors de la dernière bouffe faite avec son boys band avant qu’il ne soit embastillé.

cene.jpg

(« c’est ma dernière surprise partie » – dernier Enregistrement Cène aux éditions pathé-maconnerie)

Le repas pascal avait lieu le soir du 14 nizan, qui correspond au jeudi saint. Ce repas, appelé Seder, commémorait la libération des hébreux de l’esclavage qu’ils subissaient en Egypte et plus précisément le repas pascal que mangèrent les hébreux à la hâte avant de quitter l’Egypte et de partir vers le désert.

Le repas se prend dans les deux premiers jours  de la fête de la Pâque (Pessah) qui dure sept jours (la semaine des Azymes) et qui célèbre à la fois la fertilité de la terre et la sortie d’Egypte. Pendant le temps de la fête on ne prend aucume nourriture contenant du levain et on ne mange donc que du pain azyme

Le petit Jésus, qui cuisinait aussi bien que moi je tricote, avait envoyé Vincent, Paul et les autres acheter et préparer la boustifaille. Sur la liste de courses, il avait mis des gigots en promo à 5,75 euros (après conversion avec le flouze de l’époque) le kilo chez Carrouf, deux barils d’azymes, et un cubi de jaja.

Le gazier, qui frimait pas mal devant ses potes et qui voulait montrer qui était Raoul, s’est levé pour faire un numéro visuel.

Il prit le pain, le rompit et le donna à ses potes en disant : « Prenez et mangez en tous, ceci est mon corps livré pour vous ».

Puis, à la fin du repas, comme il trouvait que sa menteuse était plutôt sécos,  que ses potes rechignaient à la lichette et que son godet était à marée basse, il relançait l’affaire en disant: « Buvez en tous, car ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude, pour le pardon des péchés ».

Raconter un char pareil, juste histoire de s’enfiler un gorgeon derrière la cravetouze était signe qu’il n’était pas trop craintif le mecton. Surtout que le jaja était plutôt du genre piqué au vif, qui trouait les bottes quand tu le pissais.

Ensuite, selon Jean (chapitre 15, ligne 12), Jésus donne un commandement nouveau « Aimez vous les uns les autres comme je vous ai aimés »

Selon Michou (chapitre 13, paragraphe Q), Jésus aurait dit « Enculez vous les uns les autres ». Avec le recul, si j’ose dire, il me semble que Michou n’était pas loin de la vérité quant à l’application future des commandements de Jésus.

Enfin, comme la sono était en place et que Jésus avait repéré pendant la bouffe que ses potes étaient crassepecs au niveau des écrase merde, et qu’il fallait démouler pour aller sur le parquet neuf de la piste de danse, il s’est mis à nettoyer les tringlots au Harpic et à retirer les bouloches coincés entre les doigts des panards, pour ne pas faire fuir les meuf potentielles.

lavementtringlotparbenauhit.jpg

(Récurage des arpions par Ben au Hit 16(64?) himself)

Après le lavage des arpions, Jésus s’est dit « tiens, avant de guincher, si y en a que ça intéresse, je vais aller m’en griller une dans le jardin de Guesh Patti Gethsémani ». Les apôtres Pierre, Jacques et Jean collaient au train du fumeur.

C’est à ce moment là que ça s’est gâté. Alors que Jésus finit de s’en rouler  une (de taffe), Judas vint lui en rouler une (de pelle) indiquant aux romains qui l’accompagnaient que c’était le gazier à arrêter pour qu’il comparaisse devant le grand prêtre juif.

Pierrot qui voyait qu’il allait peut-être se retrouver au chomedu si on emportait son boss, sortit son opinel et commença à taillader des esgourdes. Jésus s’interposa et lui dit:  » Rengaine ton glaive; car tous les ceusses qui prennent le glaive périront par le glaive  » puis ajouta « je ramasse les copies dans 4 plombes », puis termina par « Damned! »

giottogefangenennahme1.jpg

(Opération « Les baisés comptez-vous » – Huile sur Placo)

Jésus se retrouva en comparution immédiate devant le grand prêtre Caïphe. A l’issue de son interrogatoire, le prévenu proclama en public qu’il était le Messie et le Fils de Dieu. Caïphe lui dit, en substance, que lui, il était la Reine d’Angleterre et qu’il arrivait à faire le grand écart. Comme il n’aimait pas qu’on se foute de sa fiole, surtout avant un viquinde prolongé, il n’est pas allé avec le dos de l’écuyère et l’a condamné à mort. Il a demandé à un légionnaire romain d’appeler le préfet Pilate pour faire la peau au camé, mais ce dernier lui dit « Non, il pionce Pilate ».
Les festivités furent reportées au lendemain.

Quant à Pierre, qui était passé à la gégenne pour savoir ou était planquée la came, il a plutôt joué le faux derche. Il affirma qu’il ne connaissait pas le barbu, et qu’il l’avait accosté pour savoir si il pouvait lui souffler dans sa trompette  de Jéricho. Il le répéta trois fois, et le coq pouvait enfin pousser sa gueulante.

(franck 77)

à suivre :

déconno-dossier:

“La Pâquitude

 deuxième partie: Vendredi Saint”

En attendant derechef (de gare)le cent quatre vingt bouzième fafiot!

Vendredi 10 Avril 2009

(de vous avouer que rien n’est prêt derechef)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

J’ai recu un mont sot de courriers me réclamant à crac boum hue et à archi diacre un fafiot!

Je vais faire une pause dans mon retard con scie des rables. Il est13h50, et je vais attaquer un fafiot sur je ne sais quoi encore!

Alors, pas fienter un pneu, ça va viendre….

En attendant:

http://www.coloriage.tv/cloche-de-paques-coloriage

Publié dans:déconno-news |on 10 avril, 2009 |5 Commentaires »

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique