Archive pour mai, 2009

La messe de jiji Cinq Sept du 31 Mai 2009

C’est un grand plaisir que de vous recevoir une nouvelle fois dans la chapelle de Tripote-Moi-Les-Joyeuses au doux pays délirant de Déconnoland, en ce dimanche de Pentecôte !
La Pentecôte : qu’est-ce ? (Comme dirait Mme Tiroir !)
Cela vient d’une traduction grecque de « cinquantième » (pentekostê).
« Et alors ?!? » vous entends-dire…
Vous affolez-pas, mes enfants : vous allez tout comprendre !!!
Les premiers disciples de Jésus reçurent l’Esprit Saint le cinquantième jour après la résurection de Jésus.
Ça se passait dans le Cénacle de Jérusalem.
Ceci étant dit, retrouvons nos personnages !

 

PLUS FOLLE LA MESSE !!!
Episode n° 12
: « J’vous dis qu’ça a changé depuis què’qu’z'années…« 

 

pentecote.jpg

 

Certains jeunes tambourinaient contre la porte de la gendarmerie et d’autres criaient des insanités.
Le commandant :
« Si nous ne contrôlons pas très vite la situation, les CRS vont prendre le dossier en main, et je ne vous dis pas comment ça va chambrer sec, dans le canton, et même au niveau national !!! »

Le capitaine :
« Pour sûr : des têtes vont tomber…
En l’occurence, les nôtres ! »

 Le brigadier Aumont :
« J’en ai marre de ce métier…
Révérant Jiji : une prière ne serait-elle pas bienvenue ?… »

 

 Jijii Cinqsept :
« Tiens-donc ! On se souvient que j’existe ! »

 

Le commandant :
« Pourquoi ne pas faire venir un exorciste, pendant que vous y êtes ?
A près tout : ce ne sont que des mômes… »

Martine :
« Le statut d’enfant est loin d’être ce qu’il était jadis, hélas…
Dans le temps, on aimait nos parents et on respectait les adultes (à défaut, on les craignait !). »

Flapi :
« Ouais, et on conditionnait les mômes pour entrer dans le moule…
C’était bien pratique pour les dirigeants, amis du MEDEF de ces époques là, qui essoraient déjà leurs parents !!! »

Martine :
« Ha non ! Pitié !!! Peut-on articuler une phrase sans que ça dégénère en propagande politique ?… »

Jiji Cinqsept :
« Flapi n’a pas tout à fait tort… »

Flapi, interloqué :
« Tu as été touché par l’esprit saint pour enfin t’en apercevoir ?!? »

vitrailpentecote.jpg

Jiji cinqsept :
« Ne tire pas trop sur les ficelles, Fapi !
Quant aux « mômes », comme vous dites, commandant, ce ne sont pas des anges, mais de véritables démons !!!

Théo :
« Et c’est la faute à qui ? »

Le brigadier Aumont :
« Des parents qui ne font pas leur boulot !!!
A chaque délit que commettent leur progéniture, c’est sur nous qu’on gueule !
Quand l’un d’eux se ramasse une bastos alors qu’il fonçait sans permis dans une voiture volée dans un barrage dressé par nous, on nous montre du doigt, tels des monstres !
Ces mêmes qui nous conspuent nous traitent de laxistes quand leurs caisses crament au bas de leurs HLM !
En plus, ceux qui nous dirigent ne résonnent qu’en statistiques, nous faisant obligation de résultat à des fins électorales…
Ha ! Il est plus facile d’y inclure un délit d’excès de vitesse sur un citoyen lambda à 56 km/h au lieu de 50 !!!
Mais, pendant ce temps-là, des mères de familles sont abandonnées par des géniteurs sans scrupules, leur laissant une flopée d’enfants dont elles doivent assumer l’éducation tout en travaillant en horaires coupés !
Ce sont ceux là qu’on est chargé de virer des cages d’escalier, nous qui sommes deux ou trois, eux qui sont une trentaine !
Et je ne vous parle pas de ces géniteurs (ceux qu’on appelait des « parents », jadis !), qui sont bourrés et shootés du matin au soir…
Comment voulez-vous, « bonnes gens bonnes dames » que ces « petits » aient le sens des valeurs !!! »

Flapi :
« Dans mes bras, brigadier ! Tu as tout compris… »

Le commandant, à Flapi :
« Ho dites, hé ! Faut pas pousser, quand même !!! »

 

Théo, au commandant :
« Vous ne partagez pas l’analyse de cet homme de terrain  qu’est le brigadier Aumont ?… »
Le capitaine :
« Ce qu’il dit tout haut, c’est ce que l’on pense tout bas.
Mais nous sommes des militaires : « devoir de réserve »… »

ausgiessungheiligengeiste.jpg

Le commandant :
« Ce qui est grave dans l’histoire, c’est que je n’imaginais pas qu’un nouveau né, si mignon au départ de sa vie, pouvait se transformer en cauchemar pour les adultes, et ferait régner la terreur jusqu’au sein des représentants de la loi !…
Et que les écoles deviendraient « la cour des miracles » !!!

Dehors, les jeunes improvisaient un rap…

« Ho ! Les Keufs, Ho ! Les beaufs, oui c’est nous qu’on vous niqu’ !
Vot’moral’ vos valeurs, c’est pas nous qu’on les piqu’
On a dû se frayer un chemin par nous mêm’
Parqu’on n’a connu un papa qui nous aim’

Nos mamans n’avaient pas les reins assez solides
On a chouré des caisses, c’étaient de vrais bolides
Et pour pouvoir rêver d’une vie beaucoup plus belle
Y’avait l’économie : tu sais ? La « paralèll’

Ho ! Les Keufs, Ho ! LesBeaufs, oui c’est nous qu’on vous niqu’ !
Vot’moral’ vos valeurs, c’est pas nous qu’on les piqu’ !!! »

Un des détenus qui écoutaient Jésus dans la cour extérieure de la gendarmerie dit :
« Ho ! Les branleurs, là !!! Vous allez fermer vos gueules, oui ?!? »

Un des jeunes :
« Qui t’es, toi, bouffon ?
J’te niqu’ ta race !!! »

Le détenu, aux tatouages assez impressionnant :
« Ho ! Le comique, là : bouge pas, j’arrive !!! »

Jiji Cinqsept :
« Bonjour l’angoisse : Les jeunots viennent de provoquer « Dédé la Praline »…
Paix à leur âme !!! »

La suite, c’est pour dimanche prochain…
Allez en paix et en pêts !!!

—————————————-

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les os ch’tis et les topettes de Jiji Cinq Sept et les images pieuses pour décorer le blogounet et pour remplacer la soutane un pneu usée . 

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 31 mai, 2009 |8 Commentaires »

C’est le deux cent sixième fafiot!

Vendredi 29 Mai 2009

(de dire que le tampax et qu’Allah servi est hygiénique)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

anniversaire.jpg

Comme disait le poète, qui voyait filer le temps dans ses moments d’astreinte d’absinthe :

 » Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

 » Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez les heureux.

 » Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m’échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l’aurore
Va dissiper la nuit.

 » Aimons donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ;
Il coule, et nous passons !  »

——————————

Moi je dis que ça a de la gueule, et qu’on dirait du Lamartine.

Attention je parle d’Alphonse de Lamartine, pas de la Martine qui fait des méditations poétiques dans son estafette au bois de Vincennes et qui chasse la vipère de calebard à la nuit tombée en exhibant la paire de Robert « noms propres – noms communs » pour attirer les assoiffés des arts et belles lettres afin de parfaire leur éducation en prose et positions versatiles.

roberts.jpg

(la paire de Roberts de la Martine)

Hier, mon épouse Ginette(*) et mon fiston Timoléon(*), m’ont fait la surprise d’avoir préparé un repas d’anniversaire et de m’offrir des cadeaux de première bourre.

Causons déjà du festin.

En apéro : un cubi de vin chaud spécialement venu de la propriété de tante Akule, avec un mini pain aux ch’tits lardons et aux olives.

En plat principal : une pizza quatre panards de chez « Maxi-Maux » avec service à bouloches et coupe ongles assorti.

La ronde de clacos

En dessert : une pièce montée à la main, assemblée avec tenons et mortaises de saison, accompagnée de son coulis postal.

Le tout était arrosé d’un hectare composé avec amour par la communauté européenne mélangeant du chianti, de la liqueur de dessous de bras espagnole et un bon tube de Grèce le tout remonté par un dosage scientifique de Saint-Emilfion et d’E312. On peut dire qu’il était gouleyant à souhait, qu’il avait du retour et que parce comme on l’avait un peu chambré avant le repas, il s’est vengé en trouant mes bottes quand je l’ai pissé sur la haie du voisin qui s’obstine toujours et encore à la tailler (sa haie) à hauteur de sa bite malgré l’arrêté parfaitement rectal que j’avais placardé sur son huître.

Pour les remercier de cette surprise qui tombait bien, puisque c’était le jour, j’ai tourné un petit compliment en milieu de repas et j’ai lu du Lamartine au brie.

Puis, vint le moment des présents qui m’ont beaucoup ému.

J’ai eu 2 splendides cadeaux, qui, j’en sûr, vont faire des jaloux dans l’assistance.

Le premier est un Ouvrage avec une couverture en peau de tract, imprimé sur du papier de Veaux-en-Vélin, intitulé « La coupure EDF pour les nuls » écrit par Jérémy Lejus aux éditions « Les conteurs bleus ». Il est superbement illustré, l’iconographie est de première facture, et la conne du district m’a envoyé la sienne.

Le second, est ce dont je rêvais depuis tout petit : un train électrique. Attendez, je ne vous parle pas du vulgaire train électrique avec la reproduction fidèle de la Louison et d’un train Corail se croisant au milieu de décors de rêves, avec des petits personnages à la même échelle.
Non, je vous parle du train électrique estampillé Sud-Rail composé, d’un barbecue, d’un hamac, d’un pack de Kro et d’un bon d’achat de 15 kilos de merguez et de chipolatas.

profiletape.jpg

(une partie du train électrique Sud-Rail)

C’est au moment du dessert, que l’existentiallisme et le relativisme ont surgi dans la conversation.

En effet, Ginette me regarde, et analyse mon visage buriné par les embruns venus du port de Fontainebleau et la consommation journalière mais réglementée de vin chaud, puis passe la main dans mes cheveux qui font plus usage de la salière que de la poivrière et me dit :

« Franck, tu vieillis quand même »

Et oui, je vieillis, comme tout le monde. Mon QI de beignet me protégeait beaucoup des alinéas de la vie, mais depuis un certain temps, j’ai dû mal à faire la différence entre un enseignant en grève, un gazier de Sud Rail en pleine réflexion, et un agent EDF comptant les petites coupures. J’ai dû mal à tomber en pâmoison devant un concert de rap et rechigne catégoriquement à enfiler un froc mi-cul.

Et Ginette crût bon d’ajouter :  » Tu verras, nos 7 ans de différence se feront cruellement sentir quand on s’approchera du trou! »

Tel un penseur de Rodin en bronze coulant le sien (le bronze) et les regardant pensivement flotter (les rondins), j’ai mis mes deux neurones en action et je lui répondis par un large sourire en lui tenant son genou d’une main et ce raisonnement de l’autre :

« Tu te trompes un peu Gigi (*), déjà quand j’aurais 97 ans, tu en auras 90 et pendant que je ne pourrais plus arquer toi, avec ton Alzheimer, tu auras oublié la différence d’âges..

agecanonix.gif

Et en plus, tu vieillis plus vite que moi de façon mathématique et même géométrique, et tu me rattrapes même à une vitesse grand V »

(A ce moment, je la vis rebouchonner discrètement le nectar, de peur que je dépasse la pause au logis aux risques d’entraîner un délirium très mince)

(je pris ma calculatrice scientifique)

« Et oui, quand j’avais 8 ans, tu avais 1 an. En divisant 8 par 1 cela fait un rapport de 8.
Quand nous nous plûmes, j’avais 27 ans et toi 20. Si tu divises 27 par 20, cela donne un rapport de 1,35.
Aujourd’hui j’ai 46 ans et toi 39, ce qui fait un rapport de 1.17949
Quand j’aurais 97 ans, le rapport sera de 1.07777.
Et le fin du fin, quand j’aurais 500007ans, toi, tu en auras 500000, ce qui fera un rapport de 1.000014, c’est à dire un écart quasi nul! Donc, je suis désolé de te l’apprendre, mais tu vieillis plus vite que moi ma puce! »

Et fier de ce raisonnement d’une logique implacable, je me resservis le coup fatal qui a eu raison de mes bottes.

Le temps qui passe est un de mes sujets de réflexion préférés, et ce temps qui file entre mes doigts sans même pouvoir le retenir l’espace d’un instant (groupe nominal en 3D), me donne, je vous l’avoue, la chair de moule.

Mais au diable les varices, et déconnobloguitons dans le jaja et la bonne tumeur, mais toujours dans la limite du raie zonable!

(franck 77)

[(*) Les prénoms ne sont pas réels et je tiens à mon intimité au jasmin, étant très sensible de la rondelle]

Effets mes rides :

Aujourd’hui c’est la Saint Aymar, et c’est bien fait pour lui.

Le dicton du jour « A la saint Aymar, ça peut chémar « 

Cette formule me vient, étant en plein étude du phénomène slam pour un prochain fafiot..

Publié dans:déconno-news |on 29 mai, 2009 |19 Commentaires »

C’est le deux cent cinquième fafiot!

Mardi 26 Mai 2009

(de causer cinoche – auteur : Pineau)

 - Les sales zobs s’curent -

La bête humaine

labtehumaine.jpg

 

Aujourd’hui, 26 mai 2009, je devais me rendre au Havre pour observer les étudiants étudier. La faculté de rienfoutage et cassage appliqués est juste derrière la gare, ce qui tombe plutôt bien. Je me suis donc présenté au guichet où le préposé devait me vendre un titre de transport. « Pas de transport aujourd’hui »me dit le grèviste de faction, « un conducteur de TGV s’est mis une escarbille dans l’oeil en regardant de trop près la vie duraille tandis qu’il avait chargé l’ordinateur de bord de faire le boulot à sa place ».

tgv.jpg

Ça, c’est de la technologie, quand ça marche, pour peu que l’on puisse lui fournir un peu d’électricité, mais c’est un exemple de technologie qui coince: Dans la Bête humaine à Mimile, reprise par Renoir (le fils de l’accordéoniste qui a repeint les goguenots de la chapelle sixtine, excusez du peu) , on va un peu plus au charbon avec la Louison.

-”Lantier, elle n’avance plus la bouzine”.

-”Tu ne vois pas que je tutoie le kil de rouge, remue toi pour charger en charbon”.

-”Ok, Lantier, c’est encore loin Le Havre?”.

-”M’en parle pas, j’espère que Séverine sera sur le quai”.

-”Tiens le coup, il ne faudrait pas que tes cathé nerfs lâchent”.

Et la machine vaporisante arriva au Havre sans encombre alors que de nos jours, les TGV évoquent toujours une rupture de caténaire pour rater le début du film.

betehumaine193805g.jpg

Soyons juste, Jacques Lantier ne picole pas mais ses ancètres, depuis douze générations, picolaient au point de s’en faire péter toutes les durites. Ils l’ont appelé Jacques, le chtiot, mais ils auraient pu l’appeler Nicolas. Il n’est quand même pas net du casque, et il fait des rencontres qui n’arrangent pas son cas:

Le chauffeur, celui qui chauffe (Marcel), joué par Carette, il n’a quand même pas inventé le bidon de deux litres! Il y a le sous-chef de gare, Fernand Ledoux, qui est plutôt un dur à vouloir poinçonner tous ceux qui le font cocu. Puis il y a Séverine, la femme du cocu, qui saute sur tout ce qui bouge, même sur Lantier.

 

http://www.dailymotion.com/video/x21h24

Ça va mal se finir, cette affaire là. La Séverine ne sait plus où elle en est, le Lantier est volontaire pour s’inscrire sur la liste mais il a confondu son goupillon farceur avec son opinel dépourvu de vérole de sécurité. Résultat des courses, Séverine joue relâche définitivement, Lantier grille son dernier plomb et se balance du haut de sa machine hurlante pour atterrir dans les décors, raide claqué.

C’était le 26 mai 1938. On savait vivre à cette époque. Mais que vois-je? Je sors de la gare d’où il n’y avait aucun train à prendre et je décide de regagner le Havre en voiture, mais un cortège bien sympathique s’éloigne de la carcasse en feu de mon Picasso Six Troënes.

sudrail.jpg

« Hé…. Flapi….t’as pas deux balles pour que je prenne le métro? « 

« Pas la peine, ils sont en grève ».

Pineau

 

Publié dans:les sales zobs s'curent |on 26 mai, 2009 |58 Commentaires »

La solution de la douzième déconno-charadounette.

Lundi 25 Mai 2009

(de solutionner la charadounette)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Et oui, la charadounette a été vite torpillée par le couple infernal Biquette-Pineau. Jusqu’où s’arrêteront-ils? Il faut être vraiment fêlé du bocal pour avoir des raisonnements aussi tordus. Je vous le garantis, moi qui ondule de la touffe, j’en reste baba, et ça tombe bien puisque j’en suis au rhum en ce moment.

  1. Mon premier a les calots embourbés.
    C’est I car Ivoirien (I voit rien)

  2. Mon deuxième trahit un auteur de best-seller américain de romans policiers adaptés au cinéma.
    C’est GOR car Gor donne Brown (Gordon Brown)

  3. Mon troisième se pique la ruche.
    C’est STRA car Stra s’bourre (Strasbourg)

  4. Mon quatrième s’est fait repérer.
    C’est VIN car Vin(e) est grillé (Vinaigrier)

  5. Mon cinquième peut, de temps en temps, ne pas être finaud
    C’est SKY car Sky peut être con
     (c’qui peut être con)

——————————————-

Mon tout est un grand compositeur  et chef d’orchestre russe : IGOR STRAVINSKY (1882-1971)

stravinsky.gif

Les oeuvres les plus connues du gazier sont « L’oiseau de feu« , « ¨Petrouchka » et « Le Sacre du printemps« , oeuvres qu’il a composées pour les ballets russes, à ne pas confondre avec « T’as pas du feu? « , « Pète ou fais caca » et « Le saccage du Printemps » oeuvres composées par un groupe rap avec des balais à chiottes.

Pour ne pas déroger à la vocation culturelle de ce blougounet, nous vous offrons, en supplément détachable, un extrait de l’oiseau de feu, interprété par l’Orchestre symphonique de la radio de Prague sous la direction de Vladimir Valek.

Le morcif s’appelle « la danse infernale du roi Kochtcheï« , et la scène se situe au moment où le roi découvre que le pulmann n’a pas encore été plumé pour le foutre au feu, et que le ballet n’est même pas passé, ce qui fait que Kochtheï rue dans les brancards, ce qui se ressent dans une instrumentation musclée, une orgie sonore et somptueuse qui a de la tronche.

Balançons la soudure :

Comme d’hab, Biquette et Pineau se sont distingués sur l’affaire en cassant la gueule à la charadounette en moins de temps qu’il ne faut à un enseignant chercheur pour trouver le chemin entre Bastille et République.

Pour les récompenser de leurs efforts, Déconnoland leur offre un cubi de vin chaud chacun, avec un service de verres en cristal de BM, une image pieuse représentant Saint-Arnoult terrassant le dragon au retour de viquinde, un bon de la Caisse A Fion dédicrassé par Flapi, et bien sûr, toutes nos ficelles de caleçon.

Je vous relaisse les clefs du blog pour la journée, car j’ai des lapins sur la planche à Paris-sur-Seine.

Déconnobloguitez comme des voyouxes et des vouyouzes que vous êtes, dans la limite du raie zonable…

Publié dans:-- solutions des charades -- |on 25 mai, 2009 |31 Commentaires »

La messe de Jiji Cinq Sept du 24 Mai 2009

Entrez, mes bien chers frères et soeurs dans notre belle petite chapelle de Tripote-Moi-Les-Joyeuses, en Deconnoland !!!
Comme nous l’a dit avec brio sa Sainteté « Francky le 77ème », le lancement a eu lieu et le passager est bien arrivé.
Notre bon « Jéjé » remercie particulièrement tous les anticléricaux, qui ont eu  »l’ouverture d’esprit » de participer à une fête religieuse en renonçant à travailler ce jour là, et poussé la tolérance jusqu’à faire le c… Pardon : le pont…
Il est particulièrement touché !
Mais, retrouvons nos personnages…

PLUS FOLLE LA MESSE !!!
Episode n° 11
: « Un clandestin énigmatique bien utile…« 

 

Le gendarme, escorte Pineau vers la cellule de Jésus.
Il dit :
« Mais ?… Ha non : c’est pas possible ! »

Pineau, souriant :
« Tu ne m’avais pas dit que c’était journée porte ouverte… »
En effet, les portes des cellules étaient grandes ouvertes.

Pineau :
« Tous tes clients se sont fait la malle ?
Va pas être content, ton « hyper-actif » de patron ! »
 

Martine, ayant rejoint les deux :
« Faut admettre qu’ici, c’est plutôt un moulin à vent, mon petit « Amour »… »

Samson, rejoignant le groupe :
« Ça vient, ça sort… »
Flapi, ayant fait de même :
« Ça fait ressort, hi-hi !! »

Martine :
« C’est tout toi, ça !
Quelle poésie… »

Le gendarme, outré :
« Puisque les cellules sont vides, voulez vous les essayer, Messieurs-Dames ?!?
Je vais vous apprendre à respecter l’uniforme et les institutions, moi…
A tous ceux qui n’ont pas encore fait intrusion : ne faites pas les timides, j’organise une visite guidée »

« On peut me dire ce qui se passe ici ?!? »
Cette voix assez ferme figea le gendarme sur place.
Lui :
« Co-co… Co-co-man… Co-co-commandant ?… »

Le Commandant :
« Brigadier Aumont, j’ai besoin de vos lumières… »

Aumont :
« Plaît-il ?!? »

Le commandant :
« Pouvez-vous me dire qui organise cette réunion de « baba cool » dans la cour intérieure de la gendarmerie ?!? »

Aumont :
« Des baba… Des cou-cou ?!? »

Tout le monde :
« Des baba cool !!! »

Pineau :
« ho ! Je sens que Jésus n’est pas loin… »

Effectivement, Jésus était assis en tailleur, entouré de tous les détenus, dans la cour.
Celle-ci était devenue un lieu de rassemblement spirituel.
A chaque parole de Jésus, on sentait les détenus captivés…

Jiji Cinsept :
« hé, ho ! Y’a concurrence déloyale, là !!! »

Les détenus :
« Chut !!! »

Martine :
« Vous avez fini votre colloque, Théo et toi ?… »

Théo, souriant :
« Sacré fiston ! Il est costaud, quand-même… »

Pineau :
« Commandant, parlons peu mais parlons bien :
Vous me le libérez, Jésus ?…
Je m’en porte garant et je m’engage même à lui donner un *CDI ! »
*contrat à durée indéterminée
Les détenus :
« Vous allez vous taire, oui ?!? »

Le brigadier Aumont :
« On pourrait peut-être faire le point à l’intérieur…
On va finir par les fâcher, et il y en a qui ne sont pas baisant dans le lot !!! »

Le commandant :
« Il me semble que je rêve, moi, depuis cinq minutes…
Vous avez ici le plus beau ramassis de crapules qui relèguent « la cour des miracle » à un jardin d’enfants, et c’est à nous, représentants de la loi, de nous effacer pour ne pas troubler la conférence que donne un clandestin !!!
Je vais me réveiller… »
Aumont fait signe à chacun d’entrer dans le bâtiment, chacun s’exécute.

Le commandant
:
« Pourquoi tenez-vous tant à ce Jésus ?… »

Pineau :
« Pourquoi ?!?
Mais c’est l’employé modèle, que dis-je ?… Un miracle à lui seul !!!
Tout le monde l’aime et se rend à mon resto rien que pour échanger quelques paroles avec lui.
Je ne sais pas comment il se débrouille, depuis qu’il travaille pour moi, mais je n’ai jamais plus de rupture de stock…
Tiens, l’autre jour, il me manquait du pain et la boulangerie était fermée :
il les a multiplié, ce phénomène !!!
Quand il y a eu ce congrès qui réunissait les VRP normand et bretons, ils avaient sifflé tout le pinard qui me restait, si bien que le lendemain, je n’avais plus que de l’eau minérale à proposer à mes clients… Un dimanche, en plus !!!
Et bien, mes petits : comment a-t-il fait ?
Il a improvisé un spectacle pour distraire les enfants et il a changé les bouteilles d’eau en vin !!!
Et cet aveugle ?
Il lui serre la main pour lui dire « au-revoir » et hop ! Le mec retrouve la vue !!!
Ne parlons pas du paralytique, entré en fauteuil dans mon resto, qui en est reparti en faisant des claquettes…

C’est bien simple, depuis son apparition, j’ai augmenté mon chiffre d’affaire de 200 %, et Tripote-Moi-Les-Joyeuses est en passe de concurrencer sérieusement Lourdes !!! »

Le commandant :
« Lourdes, parlons-en ! Ce n’est pas là qu’on l’a arrêté car il se baladait avec un fouet et avoinait tous les commerçants ?!?

Pineau :
« Ha oui : la mouche dans le lait…
Il a voulu chasser les marchands du temple, qu’y disait !
Remarque, c’est vrai que là-bas, il y en a une flopée !!!
A Déconnoland, les miracles sont gratuits, tandis qu’à Lourdes, c’est tout juste si on ne te fais pas payer l’air que tu respires… »

« Alerte, aux abris, fermez-tout : ils arrivent !!! »
Cette voix affolée était celle d’un capitaine de gendarmerie qui était revenu avec sa section, tous exhibant quelques contusions…

Le commandant :
« Ho ! Pute vierge ! Ils ont remis ça ?!? »

Théo :
« Qui sont ces gens que tu redoutes tant, amis ?… »

Le capitaine :
« Mais eux : les jeunes de la banlieue !!! »

Flapi :
« Ha, merde !!! »

La suite, ce sera pour dimanche prochain, les amis…
Allez en paix et en pêts !!!

—————————————-

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les os ch’tis et les topettes de Jiji Cinq Sept et les images pieuses pour décorer le blogounet et pour remplacer la soutane un pneu usée . 

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 24 mai, 2009 |15 Commentaires »

La douzième déconno-charadounette en attendant la messe de Jiji Cinq Sept

Samedi 23 Mai 2009

(de lancer une charadounette)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

En ce moment, j’ai très peu de temps à consacrer pour écrire un fafiot. mais je vois qu’au niveau des déconno commentaires, vous êtes toujours au top.

Il y a longtemps que nous n’avons pas soumis à votre sagacité au jasmin, une déconno-charadounette de notre crû du Nil.

Je rappelle à tous les visiteurs qui arrivent sur le blog par le biais des charades, que toutes ces charadounettes sont de fabrication maison, est que d’après la loi Hadopie de vache, il est interdit les proposer pendant les baptêmes, les mariages, les décès, les bars Miss « Va », les manifs du 26, les tournantes et tout autre rassemblement qui  ressemblent de près ou de loin à une joyeuse festivité

  1. Mon premier a les calots embourbés.

  2. Mon deuxième trahit un auteur de best-seller américain de romans policiers adaptés au cinéma.

  3. Mon troisième se pique la ruche.

  4. Mon quatrième s’est fait repérer.

  5. Mon cinquième peut, de temps en temps, ne pas être finaud 

——————————————-

Mon tout est un grand compositeur  et chef d’orchestre russe.

——————————————————–

Sinon, pour déconnobloguiter, c’est ici et pas ailleurs, et toujours dans la limite du raie zonable.

Effets mes rides :

Aujourd’hui c’est la Saint Didier, alors bonne fête à Didier 02, notre déconnobloguiteur fidèle, poète et primesautier (pour les ceusses de sud rail et les gaziers de l’EDF, ils peuvent trouver primesautier dans le dico entre prime de panier et privilèges)

Publié dans:-- solutions des charades -- |on 23 mai, 2009 |48 Commentaires »

C’est le deux cent quatrième fafiot!

Jeudi 21 Mai 2009

(d’avouer que ça grimpe, et pas qu’un peu!)

 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Nous sommes déjà 40 jours après Pâques! Honnêtement, je n’ai pas vu le temps passer. Vous vous souviendez, que Jésus, tel un Chevènement à rideaux est sorti du coma après avoir été mis en perce tel un cubi de Pisse-Drû. Il a fait une tournée en province mémorable, pour montrer qu’il lui en faut plus que ça pour le démonter.

Bien sûr, y a des incrédules, même encore aujourd’hui. Preuve en est, tout ce ramassis de rienfouteurs qui ont posé le suppositoire sur le toit de leur tire-cons, pour aller bouffer le reste de gigot décongelé de Pâques chez la belle-doche, au lieu de se recueillir sur cet instant fabuleux qui est la montée de Jésus, pour aller réparer le télescope du patriarche qui voyait trouble les jours de mousson.

Déjà, à l’époque, un certain Thomas qui est devenu Saint par la suite, n’avait pas crû que le Jésus qui se pointait était celui qui avait été encadré. Il a dit, je ne crois que ce que je vois. Alors Jésus, pas fier pour un sou lui dit « mets ton doigt dans mes trous de fixation et tu verras que ce n’est pas des trous de bastos de tarlouze…., heu mets pas ton doigt là, m’ont pas empalé quand même! ».

theincredulityofsaintthomas.jpg

(Saint-Thomas passant son CAP de marionettiste – « Putain , le chtare » – Huile sur paquet de l’eusses-tu crû)

Et le Thomas, qui était méfiant comme tout, lui a fait carrément un doigté dans les pas de vis, et n’a plus crié Alain Posture, qui devait-être son conseiller chez M. Bricolage.

En ce qui concerne le jour de la grimpette du barbu, les avis sont partagés. J’avais pris un thé au logis d’un grand historien des Saintes Écritures, et il m’a confirmé que plusieurs versions existaient. Dans certains écrits, Jésus serait monté au ciel peu de temps après sa résurrection, son passage furtif aurait eu lieu pour récupérer sa carte vitale qu’il avait oubiée, ou pour donner un coup dans les baguettes à Marie Madeleine histoire d’entretenir le mystère. Dans d’autres écrits, on peut lire que Jésus voulait remouiller le maillot en reprenant ses stand-up, mais comme il manquait d’inspiration, et que ses paraboles ne captaient même plus l’attention de ses abonnés, il a décrété qu’il était temps de mettre les adjas, car se faire mettre les doigts dans les trous, ça commençait à les lui brouter menus.

Il s’est dit, bon avec tous les numéros que je leur ai montrés, il serait temps que j’arrête mais conneries, et que je meurs de mes blessures comme tout le monde. Mais je ne vais pas me tirer comme un clodo, je vais leur faire le coup de la mise sur orbite pas pâle, et ils en reparleront encore dans deux mille ans ces cons là.

Avec le flouze qu’il avait amassé avec ses galas, il s’était monté une entreprise de berlingots sauteurs avec son pote Ali Drogène, qu’il avait appelée Jésus de Nasa-rêtes tes conneries S.A.R.L.

Il s’est agrippé à sa dernière création, a mis les gazs en espérant  ne pas rester cloué au sol, au risque de faire doublon, ce qui aurait été vraiment la croix et la bannière, et a attaqué l’ascension en danseuse.

ascensionnasartes.jpg

Avant de décoller; il a dit « Salut les poteaux, faites gaffe de ne pas recevoir les deux caran-dache qui vont se détacher de mon prose à brève échéance sur la tronche. Dans dix jours, je vous enverrais le Saint Esprit, ce n’est pas une lumière mais on fait ce qu’on peut pour un lundi…de Pentecôte ».

Quand je pense que des gaziers (toujours les mêmes) ont pris leur vendredi pour se prolonger le viquinde de glandouille, ne connaissent même pas l’histoire qui leur permet de se tirer sur la nouille, ça me fait mal là……et pis là aussi.

La déconnobloguite est toujours permise  aussi bien dans le sens des départs que celui des arrivées, mais toujours dans la limite du raie zonable.

(franck 77)

 

Publié dans:l'athée au logis |on 21 mai, 2009 |54 Commentaires »

En attendant le deux cent quatrième fafiot

Mercredi 20 Mai 2009

(d’avouer qu’il y a du taf)

 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Ce n’est pas le tout d’écrire des conneries, mais en ce moment j’ai un taf à pousser au suicide un syndicaliste de sud rail. Je ne sais pas si j’aurais le temps d’aller à la manif le 26.

Je vous ai bien pourri les deux premiers jours avec la musique eurovisienne, j’ va essayer de me rattraper avec un gazier qui a fait ses preuves. Nous allons revenir aux fondamentaux.

Je n’ai rien lu des commentaires, étant un gros tinet à la bourre, je verrais ça demain.

Pour ne pas faillir à la tradition culturo-bondieusale, je pondrais sûrement un truc sur l’Ascenchion demain.

Bossez bien, et déconnobloguitez à donf, dans la limite du raie zonable.

Je vous laisse encore les clefs du blog.

A pluche.

Publié dans:déconno-news |on 20 mai, 2009 |28 Commentaires »

C’est le deux cent troisième fafiot!

Lundi 18 Mai 2009

(de causer de le rôt vision)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Samedi soir, Déconnoland a cloué votre serviteur devant un téléviseur pour zieuter le grand Con Court de l’Eurovision 2009. Je me suis dis, tiens c’est une bonne occasion de se poiler pour voir une pléiade de farfelus qui braille dans des tenues improbables.

Et bien croyez moi, si vous voulez ou non, le spectacle m’a bien bien plu, et même vachement botté. Les Ruskoffs ont taillé une gigantesque scène dans un vieux cuirassé, ont acheté pour 16 millions de rôts de loupiotes, d’écrans gigantesques, de feux de bengaux (un feu de bengale, des feux de bengaux), et tout et tout..

J’ai tout regardé d’un trait sans même me lever pour aller chercher une biérouze, c’est vous dire si j’étais à mon affaire.

Il y avait exactement 4 candidat(e)s en dessous du niveau général : le Portugal, l’Ukraine, la Grèce et la France. Le reste se laissait regarder et écouter avec bonheur.

Voici le classement complet de la chose :

eurovision2009.jpg

Vous n’êtes pas obligés de me croire, mais au bout d’une minute du passage du cht’iot Alexander, j’ai dit aux ceusses et ceuzes qui devaient me supporter, que ce gazier là était en train de faire un truc, et qu’il allait avoir le crachoir en cristal, et que je lui donnais, personnellement, les déconno-palmes avec tuba assorti.

En tout cas, ça n’a pas fait un pli, et il en a profité pour battre le record de pions gagnés dans la compète.

Comme il se doit, Déconnoland lui présente toutes ses ficelles de caleçon, et le remercie de nous avoir offert un beau lauréat, propre sur lui, et tout et tout.

Nous vous offrons les vidéos du podium qui a un pneu de la tronche

1. Alexander Rybak – « Fairytale » (Norvège)

http://www.dailymotion.com/video/x9b8z1

2. Yohanna – « Is it true? » (Islande)

http://www.dailymotion.com/video/x9b4b0

3. Arash feat. AySel – « Always » (Azerbaijan )

http://www.dailymotion.com/video/x9b5iq

—————————–

Abordons maintenant le sujet qui fâche. Je n’avais pas d’a priori défavorable envers Patou, d’autant plus que je ne connaissais ni de la lèvre, ni de la dent, la chanson qu’elle allait chanter.

La aussi, je suis formel, au bout d’une minute de la prestation, je pronostiquais une place dans les vingtième.

En effet, parmi toutes les superbes prestations, comment peut-on imaginer gagner le grand prix de l’eurovision hier soir, avec une artiste qui a voulu jouer à la Piaf, alors qu’elle ressemblait à un oiseau mazoutée maquillée au Mike Tyson n°5, avec les jambes arquées et une marche en canard, qui penchait dangereusement en avant au bout d’une minute avec un battement d’ailes atrophiés en tentant de s’extirper de sa nappe gluante. La messe était dite quand au troisième couplet, elle a pris cette voix rauque de mère maquerelle qui vantait le fumet de ses morues pour arrondir son chiffre d’affaire.

Vous allez dire, le franck 77 fait du Patricia Kass Toi Pauv’conne primaire, mais je vous ai mis la vidéo du désastre pour vous en faire une idée.

8. Patricia Kaas – « Et s’il fallait le faire »

http://www.dailymotion.com/video/x9b2oq

On nous a rebattu les esgourdes pour nous expliquer pourquoi la donzelle a chanté avec beaucoup d’émotion dans sa tenue de grand deuil sa chansonnette. Dimanche matin, au micro de ReuTeuLeu elle était déçue en disant que cela devait être parce que les paroles étaient françaises, et que le rythme était lent.

Moi, je dis qu’elle s’en sort le cul propre avec sa 8ème place!

La Russie  présentait une chanson qui  devait raconter la vie d’une Russe de retour de vacances à Tchernobyl, qui vieillissait de 45 ans en 3 minutes,  d’une beauté formelle, et d’interprétation magistrale.

11. Anastasia Pridhodko – « Mamo»

http://www.dailymotion.com/video/x9b4cy

La Croatie qui a obtenue une 18ème place, avait fait une excellente prestation aussi.

Comme tous les ans, chaque pays, sauf un ou deux, a voté pour ses potes ou ses voisins de palier, sans tenir compte des valeurs artistiques en lice. Mais une chose est sûre, la Norvège a fait l’unanimité, même représentée par un biélorusse.

Franchement, la Patou qui fait la tronche avec sa 8ème place avec une des prestations les plus nulles (et il y en avait très peu samedi soir) ne sait pas savourer son plaisir.

Bon, je suis parti sur un chantier à Paris-sur-Seine, je vous laisse les clefs du blog. Déconnobloguitez dans la limite du raie zonable, et même en dehors.

Faudra racheter des bières et changer la caisse du chat…à pluche.

(franck 77)

Publié dans:déconno-news |on 18 mai, 2009 |40 Commentaires »

La messe de Jiji Cinq Sept du 17 Mai 2009

*PREAMBULE

Moi :
« Crépin, arrête de faire la tronche : tu savais bien que ça arriverait un jour… »

Crépin Désaltes (mon bedeau) :
« Oui rév… Pardon : « Jiji », mais j’espérais que Ben au Hit 16 (64?) m’aurait oublié ! »
.

Moi :
« Et oui : tu vas rejoindre ce « pont-tif neuras-tu-niques (?) »…
Pardon : neurasthénique, là bas ! Toutes mes condoléances, mon grand !!! »

Crépin :
« Sauf votre respect : ça me fait bien chier !!! »

Moi :
« Je compatis…
Qui pourra me dire, un jour, pourquoi se sont les constipés qui font chier le reste du monde !!!
Serait-ce un phénomène de vases communiquants inversement proportionnels ?!? »

 Crépin :
« Vous êtes philosophe ! »

Moi :
« A mes heures…
Allez : fais entrer nos fidèles : ne les laissons pas à la porte ! »

*INTRO

Bienvenue à tous, amis de Déconnoland en notre belle chapelle de Tripote-Moi-Les-Joyeuses !!!
N’oublions pas les « Pascal », dont c’est la fête aujourd’hui, et retrouvons vite nos personnages…

PLUS FOLLE LA MESSE !!!


Episode n° 10 : « Recadrer Dieu ? Jiji n’oserait pas !!! Quoi-que… »

eyguiereslachapelle.jpg

Le gendarme, de nouveau déprimé :
« C’est pas beau de se moquer des handicapés patronymiques… »

Martine, massant de nouveau les épaules du gendarme :
« Amour : c’est un beau prénom… Ceux qui se moquent de toi son des idiots sans coeur ! »

Pineau, ayant retrouvé sa bonne humeur :
« Demande-lui son nom de famille et tu comprendras son problème existentiel…
Hi-hi !!! »

Le gendarme :
« Oui, alors là : trop facile… Hein ?!? »

Flapi :
« Bon alors : tu accouches ?
Il faut te l’arracher au forceps ton blaze ?!? »

Le gendarme, faisant la moue :
« Aumont… »

 Tout le monde se met à chanter :
« Aumont (n’) « Amour »
Mon tendre mon bel mon merveilleux Amour
Je t’aimerai jusqu’à la fin des jours
Je t’aime encore, tu sais : je t’êêêêême !!! »

Martine :
« Pffffff ! Vous êtes lourds, les mecs !!! »

Pineau :
« T’as fini de tripoter les gendarmes, toi ?!? »

Martine :
« Dis : tu ne vas pas t’y mettre, toi aussi !!!
On vient de frôler la troisième guerre mondiale entre mon petit « amour » de gendarme et Jiji qui m’a fait un prout nerveux… »

Pineau :
« Jiji jaloux ?!?
C’est plus fort que du roquefort !!! »

Flapi, tout sourire :
« En tout cas, il a trouvé son maître malgré sa grande gueule, Don Patillo… »

Martine :
« Ne sois pas médisant !!!
Je ne sais pas ce qu’ils se disent à côté, mais ça discute ferme…
Je vais voir ! »

Martine ouvre la porte, et l’on entend Jiji Cinqsept dire à Théo :
« Oui : on voit bien que tu n’es pas sur le terrain !!!
Je me crève le fion à ramener tes « brebis », qui sont devenus des loups sanguinaires, dans le troupeau, en me faisant traiter de « bouffon » à longueur de journée, tout en étant invité à « honorer ma génitrice » (nique ta Mère, comme ils disent !) !!!
Quand tu as fait les humains à ton image : si c’est vraiment le cas, ça doit pas être beau dans ta tête, bordel de toi-même !!! »

bonnesoeur.jpg

(Soeur Gilbertine de la Congrégation des Licheuses de Châteauneuf-du-Pape – Huile sur emballage de cubi datant de la fin de la bouteille)

Théo :
« Tu dépasses les limites, Jiji !!! »

 

 Jiji Cinqsept :
« Envoie-moi en enfer si tu veux, ça ne peut pas être pire qu’ici !!!
Ton Paradis est tellement « parfait » que, même toi « le » patron, tu as fini par le fuir, complètement déprimé…
alors : tes leçons de morales à un centime d’euro… Tu te les…
Tu m’as compris !!!
  

Théo :
« Ben merde alors !!!
C’est la première fois que tu me parles comme ça… »
Jiji cinqsept :
« Je ne veux pas te faire de la peine, mais du haut de tes nuages, avec le temps qui passe : tu n’entends plus la détresse de ceux que tu as créés…
Dans mes prières qui te sont adressées, je te demande de donner des repères à ceux qui n’en n’ont plus depuis quelques générations : m’as-tu tu écouté au moins une fois ?!? »
Théo :
« Mais je ne fais que ça !!!
Crois-tu que les choses soient si simples,dans une échelle dont tu oublies qu’elle est universelle ?!? »
Théo et Jiji se retrournent vers Martine, de plus en plus perplexe…
Théo :
« Que veux-tu, douce Martine ?… »
Martine :
« Heu… Rien ! Vous en avez encore pour longtemps ?!? »
Jiji Cinqsept, contrarié :
« Je pense qu’on ne va pas tarder à « lever la séance »… »
Théo :
« Accorde-nous encore cinq minutes et nous sommes à toi… »

Martine :
« A moi ?… Quelle belle perspective pour mon âme de pécheresse !!! »

Théo et Jiji :
« Hooooooo !!! »
Martine referme la porte en souriant, tandis que Pineau s’impatiente :

« Je veux voir Jésus, et pas plus tard que maintenant !!! »

Le gendarme :
« Te fâche pas, mon bon Pineau :
Je t’escorte… »

Pineau :
« Ha : quand-même !!! »

La suite ?
La semaine prochaine, les enfants !!!

curevlo.jpg

Allez en paix et en pêts…

—————————————-

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les os ch’tis et les topettes de Jiji Cinq Sept et les images pieuses pour décorer le blogounet et pour remplacer la soutane un pneu usée . 

————————————–

JE CONSTATE QUE CETTE PAGE EST CONSULTEE SUR FESSES BOUC

POUR AVOIR UNE VISION DU BLOG PLUS GLOBALE,

VOUS POUVEZ VOUS CONNECTER ICI :

http://franck77.unblog.fr/

(franck 77)

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 17 mai, 2009 |11 Commentaires »
123

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique