Archive pour juin, 2009

C’est le deux cent dix septième fafiot!

Jeudi 18 Juin 2009

(de se demander pour la deuxième année consécutive qui fit le z’oeuf)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

A yé, on a les sujets du bac philo 2009. Voici les lit bêlés ce dont au sujet desquels :

Section L:

Le langage trahit-il la pensée ?

L’objectivité de l’histoire suppose-t-elle l’impartialité de l’historien ?

Série ES :

Que gagne-t-on à échanger ?

Le développement technique transforme-t-il les hommes ?

Série S :

Est-il absurde de désirer l’impossible ?

Y a-t-il des questions auxquelles aucune science ne répond ?

————————

Vous vous souviendez certainement, que l’année dernière nous avons choisi de présenter le corrigé de la section L, réputée la plus trapue, puisqu’elle est à coefficient 7.

http://franck77.unblog.fr/2008/06/16/cest-le-bouzieme-fafiot-bis/

Cette année, au diable les varices, nous remettons le titre en jeu et nous vous proposons le corrigé du sujet suivant :

Le langage trahit-il la pensée ?

Certains diront qu’il y a des sujets à la con à traiter, d’autres penseront que par ce beau temps là, on serait mieux à la piscine, mais philosophiquement parlant, je ne sais pourquoi, ce matin, je me posis cette question « Le langage trahit-il la pensée? ».

Tout d’abord, il serait bon de définir le langage. Et oui, quel langage? Personnellement, j’en connais une chiée de langages. Il y a le langage des mots, certes, mais le langage musical, le langage corporel, le langage pictural,….mais comme on n’a pas quinze plombes pour traiter le sujet et qu’en pluche j’attaque le truc à 10h44 au lieu de 8h00, on va se limiter au langage des mots, écrit et parlé.

Le langage est un véhicule complexe et primordiale. En effet, le langage permet d’exprimer ses craintes, ses colères, ses joies, ses pensées. De là à dire que pensée et langage sont des pendants inséparables, je n’irai pas jusque là. Je connais pas mal de faux derches qui disent une chose en pensant le contraire.

Mais la pensée elle même est complexe, et nous sommes en droit de nous poser la question « qu’est-ce que la pensée ? ». Primairement, la pensée est une construction mentale non palpable, mais qui peut, à la longue se traduire dans des actes, si l’on met le langage en branle pour exprimer cette pensée.

Le langage serait donc un instrument de la pensée, et on trouve l’illustration philosophique de base de cette connivence pensée-langage chez Jean Paul Sartre, philosophe de bistro qui, voyant Simone partir s’acheter des clopes, lança cette phrase que l’on se dit souvent en oubliant son auteur : « Pense à prendre le pain ». c’est un des rares cas dans la philosophie contemporaine où le langage ne trahit pas la pensée, mais fait corps avec cette pensée.

Hegel, qui en plus d’être un philosophe allemand du XVIIIème siècle, était loin d’être une quiche (sinon il ne serait pas dans les Larousse) pensait dur comme fer qu’il n’y a pas de pensée véritable hors du langage. Il a mis sa philosophie en pratique, car à force de penser souvent à sa bonne qu’il aurait bien punaiser dans les tentures, un jour pas comme un autre il abusa de son langage et lui demanda carrément s’il pouvait lui mettre un coup dans les baguettes (c’est pour cela qu’on le retrouve aussi dans les Robert).
L’extériorisation de sa pensée par le langage a coûté à Hegel un aller retour dans la tronche de la part de sa servante, et dans ce cas on peut dire que le langage a trahit sa pensée, car toute trahison peut faire mal.

Je pense que si on est un faux cul de première bourre, le langage ne peut pas trahir la pensée, où alors on ne mérite pas de philosopher comme des boeufs.

Si je dis devant un auditoire suspendu à mes lèvres et que j’affirme haut et fort que 130A est le meilleur groupe de rap de tous les temps, et que musique et textes coulent dans mes oreilles comme une onde pure et parfumée, qui croirait que je pense exactement le contraire? mis à part les ceusses et ceuzes qui ont lu le deux cent seizième fafiot? Cet exemple montre bien que le langage ne trahit pas du tout la pensée.

La dernière fois qu’on a fait un barbec chez Bergson, qui nous fait bien rire, surtout en fin de soirée, il m’a glissé à l’esgourde que la pensée demeurait incommensurable avec le langage. Comme j’étais fin bourré, je n’avais pas tilté mais c’est en zieutant le sujet que la clarté de cette phrase m’est sautée à la tronche.

Je ne sais plus si c’est Stan Laurel ou  Sir Alister Hardy qui a dit « Le langage n’exprime pas tout de l’homme. La pensée verbale n’est peut-être pas la forme essentielle et ultime de l’intelligence humaine. », en tout cas il aurait fait un tabac sur l’épreuve de philo et il n’aurait pas à enfiler une combine en peau de morue comme Chlore Manaudou pour rattraper des points en retard.

Nous n’allons pas traiter le sujet de façon politique, car entre les gaziers qui jactent en pensant le contraire et ceux qui dégoisent en ne pensant à rien, on n’est pas garanti de la gelée.

Des esprits chagrins nous diraient que le langage peut dépasser la pensée. D’autres qui sont autant philosophes que moi je suis chercheur au CNRS, nous beurreront la raie en étendant le sujet et en disant que si le langage ne trahit pas la pensée alors le langage masquerait la pensée ou bien que le langage serait un obstacle à la pensée, ou encore que le langage est la seule expression de notre pensée. Moi je dis stop, car ce n’est pas le tout de philosopher,   j’ai la langue qui commence à s’effriter et il serait pas con de penser à prendre l’apéro.

(franck 77)

Publié dans:le bac philo |on 18 juin, 2009 |50 Commentaires »

Le con de la semaine en attendant le deux cent dix septième fafiot!

Mercredi 17 Juin 2009

(de créer une rubrique de transition)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Je me suis dis, tiens, une petite nouvelle rubrique ne peut pas faire de mal pour épaissir la substance moilneuse de ce blogounet:

Le con de la semaine :

lecondelasemaine1.jpg

(Je l’ai photographié hier matin. Je voulais passer par l’intérieur de sa bagnole pour terminer le passage piéton, mais il y avait un gus encore plus con que lui assis côté passager)

Si l’on précise que sur la droite, il y avait 7 places disponibles pour garer son traîne-con, et qu’il avait laissé tourner le moteur, nous lui décernons le prix du con de la semaine avec toutes nos ficelles de caleçon.

Il recevra, bientôt, dans son conrier, un CD de 130A avec pincettes assorties, mais quelque chose me dit qu’il doit déjà l’avoir dans sa CDconthèque…

(franck 77)

Publié dans:Le con de la semaine |on 17 juin, 2009 |36 Commentaires »

C’est le deux cent seizième fafiot!

Mardi 16 Juin 2009

(de donner un coup de pouce à des djeun’s)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Ce viquinde, enfin plutôt vendredi soir et samedi, je suis allé au 13ème festival Montereau Confluences.

Ce festival prend de plus en plus d’ampleur.

Et en pluche, Montereau-fault-Yonne, non contente d’être ma ville de naissance, sera le départ de la dernière étape du Tour de France 2009!

Faut dire aussi que le député maire de Montereau-fault-Yonne est Yves Jégo, ce qui n’est pas de la branlette de pignouf. Vous ai-je déjà dis que les habitants de Montereau-fault-Yonne s’appellent les Monterelais (que l’on prononce Montrelais), à ne pas confondre avec les habitants du Bois de Boulogne qu’on appelle les Faislesvoir.

Bref, arrêtons de tergiverser sa tanique, et causons ce dont au sujet duquel du festival. 

Avant toute chose, ce festival a la particularité d’être le moins cher de France, jugez plutôt:

Pass pour les 2 jours : 10 euros

les étudiants, retraités, handicapés, chômeurs et RMIstes bénéficient d’un tarif préférentiel à 5 euros pas personne.

Zieutons la belle naffiche :

 montereauconfluence2009.jpg

Et encore, sur la naffiche, il n’y a que la grande scène. Car entre deux prestations des « pointures », des groupes locaux se produisent sur la petite scène pendant presque une heure.

Voici le détail du bestiau:

Vendredi 12 juin 2009

Scène principale
17h30 Kinounou (reggae)
18h30 La Grande Sophie
20h Julien Clerc
22h15 Raphaël
0h30 Laurent Wolf
Scène découverte
17h PBSM (soul, rythm’n blues)
18h Urbain Lambert (folk country)
19h30 Madi (folk)
21h30 Cotton Belly’s (rock folk)
23h45 Aloan (new soul)
   
Samedi 13 juin
 
Scène principale
13h30 Bat’ker (musique des Antilles)
14h45 Michaël Jones
16h15 Grand Corps Malade
17h45 Les Tambours du Bronx
19h15 Sheryfa Luna
21h15 Stanislas
23h Bénabar
Scène découverte
13h Apple Back (hommage aux Beatles)
14h15 Copernic (électro rock)
15h45 130 A (rap)
17h15 De routes en roots (reggae)
18h45 DJ R’an (musique électronique)
20h30 Shake your Hips (blues)
22h30 Tomahawk Blues Band (rock blues)
————————————–

Personnellement, avec ma petite famille, Ginette et Timoléon, nous avons attaqué le vendredi à 19h30 jusqu’à0h00, puis le samedi de 14h30 à 01h30 le dimanche matin. Je vais vous dire, honnêtement ce que j’ai aimé:

  • Grande Scène :

Julien Clerc, Michaël Jones, Grand corps malade, les tambours du Bronx, Bénabar.

  • Petite scène :

Cotton belly’s, Shake your Hips.

Mais concernant la petite scène, j’ai eu un gros coup de coeur pour le groupe 130 A, que j’ai kiffé grave.

130A est un groupe de djeun’s de Surville (Quartier de Montereau) qui va sûrement percer tellement leurs mélodies sont douces et leurs textounets mélodieux.

Leur art est classé dans la musique urbaine. Je confirme, c’est de la vraie musique urbaine, qui cause, qui déchire sa race, qui porte un message.

Au comble du bonheur, j’ai vu qu’ils avaient fait quelques videos de leurs principales oeuvres, je vous laisse les écouter religieusement, pour vous faire votre propre idée. Je pensais les trouver sur J’ten Tube, mais c’est sur Des Lits Moches Yonne que j’ai capté la sauce.

Balançons la soudure :

http://www.dailymotion.com/video/x85u2l

Le décor est le quartier de Surville avant sa rénovation complète. Les tours ont été détruites (vidées au préalable (tiens on dirait une recette de Tante Akule)), et des constructions basses sont apparues avec des espaces verts, et tous les bâtiments non rasés ont été rénovés à coup de millions de  rôts aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur.

Le groupe a ressorti récemment un clipounet de remerciements, moi je dis « chapeau et respect! ».

Balançons la bluette :

http://www.dailymotion.com/video/x9j47m.

——————————————-

Je confirme, c’est bien de la musique urbaine, mais avant le passage des éboueurs…

On sent qu’ils ont appris le solfège à grands coup de lattes dans les partoches, et qu’ils écrivent leurs textes avec une brosse à chiottes pointe fine.

Si vous n’avez pas d’idée de cadeau pour la fête des pères, vous êtes vraiment vernis, parce qu’un CD 5 titres est dans les bacs :

danslesbacs.jpg

Con s’le dise!

Sinon, continuez de déchirer sa race à ce golb de oufs en déconnobloguitant à donf dans la limite du raie zonable.

(franck77)

Pour la foultitude de gaziers et gazières qui passent par là, vous pouvez laisser un commentaire et lire les autres commentaires en cliquant sur « commentaire » à droite juste en dessous de la ligne du dessous. y a pas plus compliqué…..

Publié dans:déconno-news |on 16 juin, 2009 |60 Commentaires »

La solution de la quatorzième déconno-charadounette!

Lundi 15 Juin 2009

(de solutionner le probloque)


Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

La quatorzième déconno-charadounette a été dégoupillée:

  • Mon premier passe son temps en tenue gaie
    C’est L’A parce que L’A vit en rose (La vie en rose)

  • Mon deuxième séduit
    C’est FAIRE parce que FAIRE plait (Fair-play)

  • Mon troisième copie des documents
    C’est THO parce que THO scanne (Toscane)

  • Mon quatrième prend des mesures
    C’est MAS parce que MAS cote (Mascotte)

  • Mon cinquième s’en occupe (de sièges d’origine nord africaine)
    C’est CROWN parce que KRON en bourre (des poufs) (Kronenbourg)

————————–

Mon tout est une oeuvre cinématographique dont l’acteur principal a joué dans un film consacré aux 24 heures du Mans.

  L’affaire Thomas Crown.

Un nain dix était donné subtilement (si-si), avec la musique qui accompagnait le lit bêlé. En effet, Michel Legrand a composé la musique du film, et « Les moulins de mon coeur », superbe chanson, était la chanson générique de l’oeuvre et en pluche, accompagnait une scène de toute beauté de vol à voile avec Steeve Mac Queen, voici la preuve en son et en image :

http://www.dailymotion.com/video/x2sc8q

C’est bien simple, je ne m’en lasse pas….

——————————

Bon, si vous avez suivi le fafiot de samedi, vous avez pû voir les « pros » à l’oeuvre. Notre couple infernal PINEAU et BIQUETTE, qui résolvent les déconno-charadounettes en moins de temps qu’il ne faut à un gazier de Sud-Rail pour poser un préavis de grève.

Leur raisonnement était d’une simplicité biblique, bref c’est comme le proc, c’est net!

Vient le moment de distribuer les sublimes lots que toute la blogosphère nous envie à nos heureux récipients d’air :

Biquette et Pineau ont gagné :

  • Une réduction en latex d’une mouette rieuse dédicrassée par Didier 02

  • Un exemplaire du livre de Conne-Benne-Dite « Après Mai 68, mes 69 » aux Editions « Sous l’épave et la plage« 

  • Un bon d’achat de plusieurs neuros chez Kilouto pour du matos de cuisine (bétonnière, pelleteuse,…)

  • Un double CD Best-of du Mime Marceau

Mimi et Kiridam auront, en lot de consolation, un ensemble lingerie en peau de menhir.

Toujours en lots de consolation :

Sganarel : Le dernier numéro hors série de « Spad Magazine » consacré aux chargement des sacoches.
Booguie : Une brosse à fion à poils rétractables
Jiji 57 : Une image pieuse de soeur Emmannelle terrassant un dragon en rotin


 

Publié dans:-- solutions des charades -- |on 15 juin, 2009 |59 Commentaires »

La messe de Jiji Cinq Sept du 14 Juin 2009

Approchez Mesdames et messieurs, dans un instant, ça va commencer !!!
(J’ai déjà entendu ça quelquepart…)
Quand il y a de la place pour un, y’en a pour deux !
Ainsi, c’est une grande joie de vous accueillir une nouvelle fois en notre belle chapelle de Tripote-Moi-LesJoyeuses au pays magique de Déconnoland !!!
Nous fêtons aujourd’hui le Corps et le Sang du Christ, appelé communément la « fête du Saint Sacrement »…
A ce propos, un grand merci à tous ceux qui ont ou vont donner leur sang aujourd’hui et les autres jours, pour que d’autres puissent vivre !
(évitons de picoler ce jour là : la ligue « anti » risque de faire un caca nerveux…)
Tout le monde est installé ?
Alors, commençons et retrouvons nos personnages !

PLUS FOLLE LA MESSE !!!
Episode n° 14 : « L’écoute, sans qu’on la brouille : ça déconcerte…« 

orgue.jpg

Dédé la Praline, Jésus :
« Ça me trou le cul : tu défends toujours l’indéfendable !!! »

Théo :
« ha ! Je suis rassuré de ne pas être le seul à le penser…
Je n’arrête pas de lui dire, au petit »
 

Dédé la Praline :
« Parce que Jésus est ton fils ? »

 

Théo, souriant :
« Tout me porte à le croire… »

Le commandant, avec un accent du Berry
 :
« Le susdit « Jésus », clandestin de son état, serait donc votre fils ?!?
Bizarre autant qu’étrange…
Et vous,
le dénommé « Chombier »,
« Théophile » de son prénom,
métier, sacristain
vous avez vos papiers ?… »

 

Dédé la Praline, au commandant :
« T’es toujours aussi con, toi !
Puis à Théo: « Laisse tomber ce branque !
A y réfléchir, Jésus et toi, vous avez la même étincelle dans le regard…
Considérant que vous vous possédez la sagesse et l’intelligence, (il se retourne vers les gendarmes) ça compense  !!! »

 

Le Brigadier Aumont :
« S’il fallait posséder le Q.I. d’Einstein pour être gendarme ou policier, notre République ne serait qu’une immense anarchie, pour ne pas dire un joyeux bordel, car on ne verrati pas beaucoup de képis et d’uniformes sur le bord des routes !!! »

 

Le capitaine :
« Aumont : vous êtes à deux doigts de la mise à pieds !!! »

 

Dédé La Praline :
« Camarade capitaine, tu confirmes ce que je dis :
dès qu’un des tiens commence à faire preuve d’un peu d’esprit, il se fait sanctionner… »

benitier7.jpg

Le commandant :
« Excusez-Moi de vous demander pardon, « Môssieur » Dédé alias « la Praline », mais pour faire de la philosophie, j’aimerais que le brigadier Aumont attende au moins d’être à la retraite, (il fronce les yeux) qui risque de venir plus tôt que prévu, d’ailleurs !!! »

 

Réquiem, un autre détenu :
« Vous allez virer Aumont ?!?
Bonjour l’angoisse ! C’est le seul qui soit sympa dans cette turne… »

 

Le Boucher de la Villette, encore autre détenu :
« On ne peut pas dire que vous faites des efforts pour qu’on vous ait à la bonne, les gadjos ! »

 

Le Capitaine :
« J’entends bien, mais à priori : ce n’est pas notre fonction première… Hum ?!? »

 

Le commandant :
« Pas plus que que la vôtre est de porter la bonne parole, Messieurs Dédé, Réquiem et La Villette ! »

 

Dédé la Praline, regardant Jésus :
« Hé : va savoir…
Dis-moi, Jésus, si je reviens à ce qu’on disait tout à l’heure : tu penses que (montrant les jeunes terrés dans les cellules) ces petits branleurs sont plus fut-fut que nous à leur âge ?!? »

 

Jésus :
« La réponse est en chacun de vous… »
Réquiem :
« T’en n’as pas marre de parler toujours en énigmes ? »
Le Boucher de la Villette :
« Il les résout toutes… »
Jiji Cinqsept :
« Ha ! tu connais Saint Exupéry ?!? »

La Villette :
« Non, pourquoi ? »

Jiji Cinqsept :
« Parceque tu as dit une réplique du « Petit Prince » ! »

Pineau :
« Oui ! C’est le serpent qui répondait ça au Petit Prince, dans le désert…
Ma Mère me lisait ça pour m’endormir le soir, quand j’étais enfant. »

Jiji cinqsept :
« Non ! Sans blagues ? Moi aussi !!!
Ce que je ne donnerais pas pour revivre ce temps-là ! »

Réquiem, s’adressant aux deux :
« Vous allez me faire chialer, les filles : ayez pitié de mon rimel ! »

Jiji Cinqsept, piqué au vif :
« Les filles, elles te pissent à la raie, ma grande !!! »

Théo, choqué :
« Jiji, modère ton propos !!! »

camaret.jpg

Pineau, retenant Jiji :
« Toujours aussi impulsif ! Tu ne vas pas te friter avec Réquiem : c’est un fondu, ce mec là… »

Dédé la Praline, tenant Réquiem par le col :
« Tu touches à Jiji, je t’explose !!! »

La Villette, à Réquiem :
« Et pas touche à mon pote Pineau : c’est le seul qui accepte les contrats de réinsertion sans nous juger, dans cette région de merde !!! »

Réquiem :
« Ho ! vous êtes paxés avec ces caves ou quoi ?!? »

Dédé et La Villette se faisant de plus en plus menaçant, Réquiem dit :
« Je rigole, les mecs… »

Le commandant, ironique :
« Tiens-donc, je croyais qu’il n’y avait que les gendarmes qui n’avaient pas d’humour… »

La suite : la semaine prochaine, les amis !
Allez en paix et en pêts !!!

—————————————-

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les os ch’tis et les topettes de Jiji Cinq Sept et les images pieuses pour décorer le blogounet .

Si  y a du rabe, on pourra commander la construction d’un confessionnal

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 14 juin, 2009 |57 Commentaires »

Le lit bêlé de la quatorzième déconno-charadounette!

Samedi 13 Juin 2009

(de détendre l’atmosphère)


Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Comme je sens qu’il y a des tensions, des quiprosquaws et autres broutilles, nous allons laisser peinards Paul et Mickey et nous détendre le cortex Avery en lançant une déconno-charadounette de ch’val, dont voici le lit bêlé :

(Je dis de ch’val, car elle n’est pas si simple que cela)

  • Mon premier passe son temps en tenue gaie

  • Mon deuxième séduit

  • Mon troisième copie des documents

  • Mon quatrième prend des mesures

  • Mon cinquième s’en occupe (de sièges d’origine nord africaine)

————————–

Mon tout est une oeuvre cinématographique dont l’acteur principal a joué dans un film consacré aux 24 heures du Mans.

(Puisque c’est le viquinde ce dont au sujet duquel ça se passe).

Le but du jeu, étant, bien évidemment, de griller Biquette sur le coup, car je pense qu’elle aura du fil à retordre elle aussi….

 

Publié dans:-- solutions des charades -- |on 13 juin, 2009 |61 Commentaires »

C’est le deux cent quinzième fafiot!

Vendredi 12 Juin 2009

(de la nactu et des nymphos en vrac)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

J’ai un emploi du temps aussi chargé qu’un coureur cycliste, mais comme il y a de la demande, je vais vous causer un peu d’affaires courantes dans la nactu.

Affaire Brossard-Stern 

Didier 02, nous en a fait un résumé Dante au logis hier sur notre blog fétiche, en nous pondant ce commentaire qui a tout de suite était archivé dans les anus artificiels  les annales en latex du blogounet:

« Procès Cécile Brossard accusée du meurtre de Stern:

Le grand père de Cécile, papy brossard en a fait tout un cake, en disant que sa petite fille n’avait flingué qu’une” mouette rieuse” !! »

Merci Didierc 02, pour cette saillie drolatique, que Flapi est toujours en train de décortiquer avec ses potes afin d’en comprendre la finesse trilingue, tout occupé qu’il est à donner des cours d’économie appliquée dans un autre blog .

Aujourd’hui, au procès de cette affaire, nous entrons (si j’ose dire) dans le vif du sujet. Notre envoyé spécial, Emile Danslepan, a consulté le dossier et s’est renseigné auprès de Maître Uncoupdanslebulgomme, avocat de Cécile Brossard, qui paraissait fatiguée ce matin , avec des Stern sous les yeux.

C’est le procès du fric, du sexe et du fétichisme. Cécile a avoué que quand le banquier lui a refusé de lui donner un million de rôts, elle a tiré plus dans un Stern latex que dans dans un Stern homme. En effet, elle était à bout de tous ces jeux érotico hélas tôt mères, et la tension était telle, qu’ils avaient trop tirer sur l’élastique tous les deux.

Pourtant, quand on consulte l’album de leur passion, la Brossard ne crachait pas sur les biscuits et n’hésitait pas à enfiler des gants Mapa pour astiquer sa bonne fortune, jugez Donald plutôt :

sternbrossard1.jpg

(Stern dragouille Cécile avec ses bagnoles de luxe et ses tenues en latex)

sternbrossard2.jpg

(Stern de plus en plus demandeur : « Hé Cécile, j’apporte un pneu neuf pour la brouette de Zanzibar, tu vas voir , ça va être plus moilneux »)

sternbrossard3.jpg

(Le drame : « La vache Cécile, tes trous de balle sont saignants »)

Les jurés apprécieront….

Laurent Fignon, dopage, cancer.

Une fois de plus, les journaleux salissent un sport noble, qui nous est cher, puisque cette année encore, Maurice Lapurée vous fera vivre la Grande Boucle sur ce blogounet.

Laurent Fignon, célèbre vainqueur du Tour à bézicles, a écrit un bouquin sous la torture pour dire qu’il avait les sacoches chargées, et a déclaré dans une émission de téloche, qu’il souffrait d’un cancer des voies digestives.

Les journaleux s’en donnent à coeur joie en déformant la réalité.

velo420copier.gif

Moi qui ai souvent fait les courses aux « Economiques Troyens » (les Shopi de l’époque) en remplissant les sacoches du mini-vélo avec 6 teilles de Valcoop, je peux vous dire que faire du spad chargé n’est pas une épreuve des plus aisées! Et encore, je ne roulais que sur du plat ! Alors grimper en même temps une côte hors catégorie et six Côte du Rhone dans le même voyage, je dis tout simplement « respect! ».

Et dire qu’un cancer des voies digestives a un lien direct avec le dopage, moi je clame haut et fort : Affabulation!.

Si on fait le compte des voies digestives dans le cyclisme, nous avons, entre autres :

- la Route Napoléon
- Le contre la montre à Cognac.

En fait, les journaleux ont occulté complètement l’affaire Lemond-incest de 1989 au cours de laquelle  Laurent  était acculé pendant trois semaines par un gazier jaune citron qui lui a collé, non seulement, au classement, mais aussi au Fignon. Cette promise cuitée avec un amerloque, précurseur des applications de la NASA dans le tour avec la prise des fameuses capsules à Paulo, a fait qu’en se faisant niquer sur les champs Elysées, il ne l’a jamais digéré, d’où l’état actuel de la tubulure.

Lance Armstrong a écrit un message d’encouragement à Laurent Fignon, et l’incite même à intégrer son équipe pour gagner le Tour, en lui démontrant que lui, même avec son cancer des couilles, il a toujours réussi à niquer, jusqu’à la direction de la course.

Maurice Lapurée reste sur le coup, et prendra l’antenne en cas d’échappée….

(franck 77)

Publié dans:déconno-news |on 12 juin, 2009 |26 Commentaires »

C’est le deux cent quatorzième fafiot!

Jeudi 11 Juin 2009

(de compléter la rubrique « les sales zobs s’curent »)

Les tontons flingueurs

lestontonsflingueursaffiche.jpg

Film de Georges Lautner – Dialogues de Michel Audiard

Un monument de l’histoire du cinéma ne se raconte pas. L’histoire ne supporte pas le descriptif, ne se narre pas, elle se savoure, se délecte, se respecte.

Je vais vous expliquer qui c’est Raoul (Bernard Blier), Fernand (Lino Ventura), Maître Folasse, notaire (Francis Blanche), Patricia, Antoine, …..

tontonsflingueurs1.jpg

Le mexicain, honnête homme d’affaire, retiré aux cactus pour cause d’interdiction de séjour, est de retour à Paname pour clamser et se faire enterrer à Pantin avec ses vioques. Chef d’entreprise émérite, il est à la tête de claques, de distilleries clandestines, de tables de jeux, et autres petits commerces qui se meurrent aujourd’hui, ruinés par la grande distribution.

En plus de lutter contre le chômage en employant du personnel dans différents corps de métiers, c’est un bon père de famille, le mexicos, et il pense à sa fille Patricia, toute frêle, toute menue, fragile comme le poisson rouge qui tête encore sa mère, perdue dans ce monde de brute comme l’agneau tombé de son nid. Louis, le mexicain, voudrait fourguer l’héritage, mais la petite, encore mineure, doit avoir un tuteur.

tontonsflingueurs2.jpg

Fernand, un ancien malfrat devenu lui aussi chef d’entreprise, mais dans le matos agricole, est préssenti pour faire tourner la boutique et pour parfaire l’éducation de la gamine.

La fine équipe entre en jeu. Les employés trouvent l’occase intéressante, Raoul en tête, et se disent qu’une affaire comme celle là génère un max de grisbi et qu’il s’agit de se mettre sur les rangs pour envelopper le morceau. Il y a Théo, Pascal, Henri, Thomas, et les autres. Il y a même Georgio, le fils maudit…(ah non, c’est dans une autre oeuvre).

tontonsflingueurs3.jpg

La guerre de succession s’engage à coups de flingues avec silencieux. C’est doux, c’est propre, c’est nettoyé avec Mylène.

Pendant que les potes règlent leurs petites affaires, la môme Patricia, pourtant élevée chez les frangines, virée de tous les bahuts où elle est passée, tape une zone de dingue. Elle n’a pas froid aux yeux avec son mec, Antoine Delafoy, fils de bourge, arriviste de première bourre, qui détient les ficelles de la culture et qui se parle au plus-que-parfait du subjonctif. Le contraire de Fernand, quoi ! « Ton Antoine commence à me les briser menu » résume clairement la situation.

tontonsflingueurs4.jpg

C’est du grand art. Le texte est de toute beauté. Des citations d’auteur restent dans l’histoire du cinéma. C’est du Audiard dans toute sa splendeur. C’est en noir et blanc, c’est de 63, c’est à petit budget, c’est sans effets spéciaux, mais c’est un classique. Quel film actuel se regardera avec autant de délectation dans 46 ans, l’âge du Patron?

(Pineau)

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

http://www.dailymotion.com/video/x2nzsr

Publié dans:les sales zobs s'curent |on 11 juin, 2009 |70 Commentaires »

C’est le deux cent treizième fafiot!

Mardi 9 Juin 2009

(de coller à la nactu en épluchant les nymphos)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Aujourd’hui, on va faire comme les journaleux : dire des conneries, le plus simple étant de lire la presse!

D’où une rubrique toute neuve : C’est dans le baveux!

Lu dans le courrier Picard :

lecourrierpicardsurgel.jpg

Le procès Courjault commence aujourd’hui. L’avocat de Véronique Courjault, Maître Aufray va invoquer le dépassement de la date de péremption des pièces à conviction pour innocenter sa cliente. Nous avons envoyé notre journaleux, spécialiste des affaires judiciaires sur place pour prendre la température.

Les salariés d’EDF et ERDF, qui poursuivent toujours leur mouvement de mécontentement pour avoir de plus gros privilèges au détriment de leur clientèle, menacent de couper le courant pendant le procès! Maître Entôle, représentant le ministère public assure que la chaîne du froid ne sera pas rompue, et que la justice sera rendue avant le dégel.

piceconvictioncourjault.jpg

(Pièces à convictions : 2 pour le prix d’un au rayon frais)

Lu dans Water-Closer :

closer.jpg

La police de Bangkok affirme que David Carradine, âgé de 72 ans, s’est pendu accidentellement lors d’une tentative d’asphyxie auto-érotique.

La police scientifique a fouillé la piaule de fond en comble, mais d’après les premières constatations , Carradine n’a pas tiré un coup dans le plaftard de bas en haut mais plutôt de haut en bas.

davidcarradinekungfu.jpg

(Une geste technique de Kung-fu : un Situchipa-yakapoussé)

La famille de l’acteur pense à un assassinat commandité par une secte de cons fous. On vous tiendra au courant. En attendant, l’objet du délit a été mis au congélo. (On profite de la quinzaine du froid).

Lu dans RATPêt Hebdo :

ratp.jpg

Les ramiers poursuivront leur « mouvement » tant que les capteurs de vitesse ne seront pas changés. Hier seul le RER A était paralysé, aujourd’hui c’est le RER B, demain le RER C prendra la suite . Les Syndicaleux pensent durcir leur mouvement en disant que : « S’il le faut, nous continueront jusqu’au RER Z ».

33743agrevefortesperturbationsjeudisurlesreraetb.jpg

(brochette de couillons payant toujours leurs titres de transport)

Lu dans Piège à Con Hebdo :

electionspigeconshebdo.jpg

Daniel Conne Benne Dite applique en ce moment son slogan préféré en persuadant les journaleux qu’avec 18% de 40% de votants il va changer la politique française en créchant à Francfort et qu’il est écolo en roulant en Mercedes avec chauffeur.

cohnbendit.jpg

(Conne Benne Dite, auteur de « Après Mai 68, mes 69! » aux Editons « Sous l’épave et la plage »)

Le pire, c’est que les journaleux y croient, ce qui prouve que son slogan préféré n’est pas si con que ça.

Lu dans Hélico Magazine :

Yann  Arthus-Bertrand pense que son home cinéma de vendredi dernier à influé sur les résultats du vote européen. Il est vrai qu’en voyant l’état du Champs de Mars, après le passage des spectacteurs, on sent que les gaziers avaient pris conscience qu’il fallait stocker les déchets au même endroit!

00756330photoyannarthusbertrandproposevuducielsurfrance2.jpg

(Yann Arthus-Bertrand le Al Carbone de l’écologie : appareil photo, casque, tenue en jean, hélico,…rien que du naturel, zéro pollution)

homechampdemars.jpg

(souvenirs laissés par les home-écolos du champ de mars le 5 juin 2009 – crédit photos : conne-benne-pleine (mairie de Paris))

Lu dans Le Parigot :

logoleparisien.jpg

Enfin de l’action, la presse commence à avoir des belles images du crash de l’Airbus A330 d’Air France. On essaye d’avoir les droits pour les cadavres, mais ça va viendre.

1087589274lescorpsde24occupantsdelairbusrepeches.jpg

(« Gégé, tiens la queue bien à plat, Yann Arthus la shoote pour Charognards Magazine »)

Les autorités brésiliennes pensaient avoir retrouver la boite noire au milieu des Omars. Mais Air France, après analyse du débris, leur a dit qu’il pouvait le rejeter à l’eau, parce que la boite noire est, en fait, de couleur orange.

omarbongoondimba.jpg

(On nous cache tout, Ondimba la vérité)

————————————————————–

Sinon, on peut déconnobloguiter comme d’hab sur tous les sujets qui vous tiennent ou qui vous portent au coeur, dans la limite du raie zonable.

(franck 77)

C’est le deux cent bouzième fafiot!

Lundi 8 Juin 2009

(de faire le point)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

C’est avec une certaine émotion, que nous allons attaquer une deuxième année de déconnitudes. En effet, Déconnoland est née le 6 Juin 2008, et nous avons fait allusion à cet anniversaire sur le deux cent onzième fafiot (voir plus bas dans la caisse de fafiots).

Déconnoland, c’est, mathématiquement parlant :

  • 382 articles

  • 9102 commentaires

  • 47 catégories

  • 39646 visites

  • 167195 connections

La vision de ces chiffres peut donner la chair de moule, mais c’est le résultat d’un travail acharné des rédacteurs et d’une fidélitude exemplaire des abonnés.

En parlant des abonnements, justement, les tarifs ne vont pas augmenter pour cette année. Donc déconnobloguiter ne réduira pas votre pouvoir d’aïcha.

Nous tenons à vous remercier pour votre contribution, et récompenser vos commentaires de qualité, en offrant à chaque déconnobloguiteur et déconnobloguitrice, ce modeste présent :

bouquetdeconnoland.jpg

(J’espère que ce geste d’affection vous ira droit où je pense)

Par contre, en contre partie, il faudrait faire de la pub, chacun et chacune de votre côté, pour cet espace qui doit lutter pour sa survie dans la jungle de la blogosphère.

Déconnoland a été survolé par Yann Arthus Bertrand himself, mais à part les gazs d’échappement de son hélico qu’ils nous a largués dans la tronche, il n’a pas daigné mettre quelques images de notre contrée dans son Home Cinéma, sous prétexte qu’on n’a pas payé la taxe carbone généré par nos pêts divers et variés à sa société qui a vu gonfler son chiffre d’affaire de façon exponentielle.

A l’instar de ce génie de la communication verte qui nous fait toucher du doigt tout ce que des gaziers comme lui ont fait comme saloperies à la nature ces trente dernières années en accusant les autres, en les dénonçant dans un film enculeur et défendant sa production (financée par une entreprise archi pollueuse persuadée de s’acheter une conduite en sponsorisant le zimbrec) en portant une chemise et un pantalon en jean et un tee-shirt en coton, le tout évalué à un équivalent de 2500 litres d’eau, et ……merdum…..la phrase est longue comme un âne…..reprenons.

A l’instar du père Bertrand, Déconnoland va créer sa propre société avec la création de la taxe connerie. Chaque connerie sera taxée dans tous les domaines. L’humanité maîtrisant cet art à la perfection, la connerie sera taxée au kilo. Ce pactole sera collecté par Déconnoland, qui investira dans son blogounet pour recycler les conneries en déconnitudes donc en fafiot.

Comme vous l’avez remarqué, les fêtes religieuses chrétiennes du calendar ont toutes été expliquées avec une rigueur de froid Sibérien.

Les effets mes rides « marquantes » ont été aussi à l’honneur, preuve en est, par exemple, dans le fafiot d’il ya un an le jour de la Saint-Médard :

http://franck77.unblog.fr/2008/06/08/cest-le-troisieme-fafiot/

C’est à partir d’aujourd’hui, que les mals intentionnés vont surveiller Déconnoland, guettant les rédacteurs pour voir s’ils ne vont pas refourguer une resucée de ce qui a été écrit l’année précédente.

Je vous avoue, qu’il va falloir forcer son talent, et que la matière grise devra être portée au rouge pour innover. Mais c’est au pied du mur qu’on reconnaît la plinthe, et nous allons relever le défi.

C’est pour cela, que nous allons encore plus exploiter la connerie humaine, qui est une source non seulement inépuisable mais aussi renouvelable.

(Nous remercions les journaleux, qui nous livrent de la matière première quotidiennement, et pour eux, nous leur feront un prix à la tonne)

Certains diront, ils se la pètent à Déconnoland , ils traitent tout le monde de cons, alors qu’ils le sont eux-mêmes. A ces ceusses ou ceuzes  qui veulent se montrer sous les feux de la crampe en disant cela, nous leurs disons haut et fort que notre connerie n’a pas de limite, et que nous puisons, nous aussi, sans compter, dans nos propres stocks.

En nain maux comme encens, la déconnitude va prendre de l’ampleur, et Vive l’Ampleur.

(franck77)

Publié dans:déconno-news |on 8 juin, 2009 |36 Commentaires »
123

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique