Archive pour juin, 2009

La solution de la treizième déconno-charadounette en attendant le deux cent bouzième fafiot!

Lundi 8 Juin 2009

(de solutionner la sauce)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Dans le cadre de nos activités culturelles, nous vous avons proposé de râfléchir à une nouvelle charadounette dont nous recommémomérons le lit bêlé :

  1. Mon premier a un développement de la personnalité à partir d’un territoire occupé

  2. Mon deuxième désire leurs moyens de paiement

  3. Mon troisième ne risque pas de se noyer

  4. Mon quatrième ridiculise

  5. Mon cinquième lui fait confiance (à elle)

  6. Mon sixième a des lectures qui font mal

  7. Mon septième jouait au loto

——————————-

Mon tout est une oeuvre cinématographique française dont l’action se passe sous l’Occupation

——————————————————–

La solution a été trouvée dans son intégralité par notre championne BIQUETTE, qui est à la charadounette ce que la grosse Lulu est à la flûte traversière, c’est à dire, une virtuose!

  1. Mon premier a un développement de la personnalité à partir d’un territoire occupé
    C’est LA parce que LA bande de Gaza

  2. Mon deuxième désire leurs moyens de paiement
    C’est TRA parce que TRA veut leurs chèques (traveller chèques)

  3. Mon troisième ne risque pas de se noyer
    C’est VER parce que VER à pied (verre à pied)

  4. Mon quatrième ridiculise
    C’est SÉE parce que SÉE raille (sérail)

  5. Mon cinquième lui fait confiance (à elle)
    C’est DE parce ce que DE la croit (Delacroix)

  6. Mon sixième a des lectures qui font mal
    C’est PA parce que PA lit Sade (palissade)

  7. Mon septième jouait au loto
    C’est RIS parce que RIS cochait (ricochet)

——————————-

Mon tout est une oeuvre cinématographique française dont l’action se passe sous l’Occupation :

LA TRAVERSEE DE PARIS

latraverseedeparis.jpg

————————————

Très grande oeuvre cinématographique, que l’on retrouvera dans les fiches cinéma de la rubrique les sales zobs s’curent de notre inégalable Pineau.

————————————————-

On ne présente plus Biquette, notre fidèle déconnobloguitrice, qui ondule de la touffe à souhait, qui porte la cafetière à ébullition chaque fois qu’il y a une charadounette, et qui, si elle n’était pas aussi timide, pourrait alimenter une rubrique de son crû sur ce blogounet qui secoue la blogosphère.

Biquette, pour cette prestation superbe, tu as gagné :

  •  Une râpe à tringlots avec 3 toiles émeries de rechange

  •  Une bassine pour bains de sièges presque neuve, en faïence de panier

  •  Une maquette d’Airbus à démonter soi-même

  •  Un plan du métro en grève finement ciselé sur une peau de tract

  •  Un bon d’aïcha chez Maxi-Maux

et, à ces superbes lots, s’ajoutent les très officielles ficelles de caleçons de Déconnoland.

Publié dans:-- solutions des charades -- |on 8 juin, 2009 |9 Commentaires »

La messe de Jiji Cinq Sept du 7 Juin 2009

« Bercent mon coeur d’une langueur monotone… »Déconnoland n’oublie pas qu’hier, c’était le 65ème anniversaire de cet évènement qui devait changer la face du monde…
Aujourd’hui c’est la fête des Mamans, mais il y a 65 ans : combien ont pleuré pour que nous puissions rire aujourd’hui ?…
Oublier ce « détail » de l’histoire (Jéjé de ReuTeuleu, si tu passes dans le coin !) serait insulter ceux qui se sont fait tuer pour nous, pour qu’un jour, on puisse dire ou faire toutes nos conneries…
Ceci étant dit, retrouvons vite nos personnages !!!

PLUS FOLLE LA MESSE !!! 
Episode n° 13 :
Règle n°1 : Se méfier des vieux chaudrons !!!

arromanches2.jpg

Le brigadier Aumont :
« Commandant, je vous en supplie : ne laissez pas faire ! Les petits vont se faire massacrer !!! »

Le capitaine :
« Les « petits »… Ce qu’il ne faut pas entendre ! Tout à l’heure, je me suis fait encercler par une dizaine d’ados : la taille du plus petit n’était pas en dessous du mètre quatre vingt… Et en plus, il était taillé comme Tyson !!! »

Samson, soupirant :
« De la gonflette, mon colon ! Je les connais pour la plupart : un courant d’air et ils s’enrhument, les petits chérubins…
Dédé la Praline, lui, c’est un tatoué, un dur, un vrai !!!
Vous pouvez me croire sur parole : je me suis colleté avec lui…
Il va te disperser la marmaille aux quatre coins de Déconnoland : vous pouvez déjà contacter les équipes de recherche pour retrouver leurs valseuses !!! »

Jiji cinqsept :
« Tu t’es frité avec Dédé la Praline, toi ?!?
Et… Qui avait gagné ?… »

Samson :
« M’en parle pas… On avait fait match nul, ce qui est assez vexant pour moi, car ce gus n’a jamais fait de sport de haut niveau et il a presque vingt ans de plus que moi !!! Et je peux te dire que les toubibs ont eu du mal à reconstituer nos tronches, avec leurs aiguilles, leurs fils et tout le toutim…
Pas pourri, le Dédé !!! »

Le commandant :
« Je confirme : lors de son arrestation, il m’a esquinté pas moins de huit gendarmes, qui sont encore en incapacité de travail !
Ceci dit, on ne va pas le canoniser : il a quand même dessoudé pas mal de péloquins !!! »

Le brigadier Aumont :
« Je ne voudrais pas dire, mais ceux qu’il a rectifiés ne manquent pas franchement à la société… »

Le capitaine :
« Aumont, reprenez-vous : vous vous égarez !!! »

Le commandant, dans un soupir :
« Je pense que c’est la société qui s’égare, et ce, depuis trop longtemps…
Aumont n’a pas tout à fait tort, car ceux que le « Sieur Dédé » a occis, leur dossiers encombraient un tantinet nos archives depuis des lustres ! »

Le brigadier Aumont :
 » En clair, c’étaient de la la racaille ! »
Le commandant, soudain blême, regarde la photo du Chef de l’Etat…
Il dit :
« malheureux : pas ce terme en ces lieux !!! »
Théo :
« Tiens donc, pourquoi ?… »
Le commandant :
« Voyons : It’s « verboten », ici !!!
La modération dans les propos est devenue une carte de valeur…
En somme : une carte chère« 
Théo, à lui même :
« *Certes, j’ai créé l’homme à mon image, mais j’avoue que je le comprends de moins en moins…
D’ailleurs, me « comprends-je » moi-même ?!? »
[Pour rappel, Théo n'est autre que Dieu qui a déserté son paradis, suite à une déprime... Laissant Frank 77, dont il a emprunté à son insu la Jyva 4, régler les conflits sociaux avec les anges qui avaient déclenché une grève...]

saintmereleglise.jpg

Pineau, amusé par ce qu’il entendait :
« Bon, je vais voir où est Jésus, puisqu’apparemment son « public » est allé donner une branlée à « la relève »… Hum-hum !!! »
Jiji Cinqsept :
« Un peu de charité chrétienne, bordel !!!
Même s’ils ont une taille d’adulte, ils n’en restent pas moins des enfants dont on se doit de diriger les pas… »
 Théo :
« Mais dis-donc : tu progresses, mon Jiji ! »
Martine :
« Jiji, tu as raison : il faut leur pardonner, car ils ne savent pas ce qu’ils font… »
Jiji cinqsept :
« Ho ! Martine…
Si Ben au Hit 16 (64 ?) autorisait le mariage des prêtres, je te ferais une cour effrénée et nous partagerions la même vie !!! »
Martine, confuse :
« Hé bien, mon curé d’amour ?!? »

Jiji Cinqsept :
« Tu as réagi sans le savoir comme notre Seigneur, dans les derniers instants de sa vie terrestre…
Il a demandé à son Père d’épargner tous ceux qui lui avait fait tant de mal !
Ho ! Il eût été tellement plus facile de « Karcheriser » la surface de la terre pour en expurger tous les mécréants !!! »

Théo :
« C’était mon option, au départ… Mais le petit est un baba cool !
Faites des gamins, tiens… »
Flapi :
C’est bien beau tout ça, mais il ne faut pas oublier que si la société rejette ces jeunes, c’est qu’elle veut oublier que c’est elle qui les a créés !!! »

Tout le monde (sauf Théo) :
«  »Flapi… »

 Flapi :
« Oui ?… »

Tout le monde (sauf Théo) :
« Ta Gueule !!! »
Flapi :
« C’est agréable !!! »
Pendant ce temps, Pineau s’était rendu dans la cour intérieur de la gendarmerie, où Jésus méditait…
Pineau :
« Que fais-tu, mon grand ? »
Jésus :
« Je prie, mais je ne sais plus pourquoi…
Je ne sais plus pour qui… »
Pineau, s’asseyant à côté de lui :
« Ho putain ! S’assoir en tailleur, c’est bon pour la marmaille, et crois-moi : je n’ai plus vingt ans depuis longtemps !!! »

vitrailparachutiste.jpg

Jésus :
« Tu sais, ami, ce n’est pas facile de ne plus savoir qui on est, et d’errer dans l’incertitude de vagues souvenirs éphémères… »
[Dans un précédent épisode, Jésus avait également quitté le paradis, victime d'un choc affectif, d'où son amnésie... On en saura plus dans les prochains épisodes, concernant son statut de clandestin.]

Pineau
:
« Je t’ai promis de t’aider et je suis homme de parole !
Avant peu, tu retrouveras la mémoire…
Par contre, il faut que je trouve un autre psy, car le dernier a juste eu le temps de me dire que tu étais victime d’un choc affectif, avant de se tirer au Népal prêcher la bonne parole !
Quand je pense qu’il était anticlérical épidermique…
J’ai pas tout compris, là !
Au fait, ton public t’as fait faux bon ?… »

Jésus :
« Ils ont fait le mur mais ont dit qu’ils reviendraient bientôt.
Dans leur âme, j’ai vu tout le contraire de leur vie… »

Pineau, mettant sa main sur l’épaule de Jésus :
« Je ne sais pas qui tu es à l’origine, mais tu as un bon fond, ami… »

« Ouvrez-nous, par pitié !!! »
C’était la voix déchirante d’un des jeunes…

Le commandant :
« Que dalle, oui ! Vous rusez pour pouvoir entrer et tout casser dans nos locaux !!! »

L’un des jeunes :
« Wallah, j’te jure : les vieux tarés nous fracassent !!! »

Un autre :
« Si vous n’ouvrez pas, y’a non assistance à zonard en danger !!! »

Un troisième :
« Bouge ton cul, batard de keuf : sinon, j’en parle à Julien courbet !!! »

Un quatrième :
Vos matricules, on va déchirer leur race : j’ai le portable à Maître Collard !!! »

Le commandant :
« Ha non ! Pas Collard !!! »

Jésus se présente devant la porte d’entrée et dit :
« Ouvrez les portes et laissez venir à moi les enfants… »

Le commandant :
« Mais ?!? enfin !!! »

Le capitaine, blasé :
« Bof… »

Le brigadier Aumont :
« Finalement, le capitaine a très bien résumé la situation…
Il faut laisser faire [et non pas l’SFR ! Ça fait rire personne ? Bon : j’aurai essayé !]
Jésus, c’est l’homme des miracles par excellence…
Ouvrez-les ces putains de portes !!! »

Le capitaine :
Aumont : vous vous lâchez de plus en plus, je trouve ! »

 Le commandant :
« Je préfère le voir comme ça plutôt que déprimé, comme ces derniers temps ! »

Théo, regardant Jésus :
« Sacré gamin ! Si on considère que les chiens n’engendrent pas des chats : je te dis pas la crise de narcissisme que je vais ma payer, moi !!! »
 

Pineau :
« Dépêchons, Messieurs ! Jésus attends… »

Le brigadier Aumont :
« T’as l’air bien pressé, toi ! »

Pineau :
« Ce soir, c’est le coup de feu dans mon restau… Et Jésus est l’attraction numéro un un !!! »

Le commandant :
« S’il arrive à ramener le calme à Tripote-Moi-Les-Joyeuses, je m’engage à te le restituer… »

Pineau :
« Ça marche ! »

Le capitaine :
« Et… Quid de la procédure ?!? »

 

 Le commandant :
« Mon pauvre ami : la procédure, on l’a enterrée depuis bien longtemps, peut-être ce jour où cinquante zonards ont foutu la pâtée à trois des nôtres et qu’en haut lieu, on nous a demandé de fermer nos gueules… Pour une histoire de statistiques !!! »

Pineau :
« Je voudrais pas dire, mais tes statistiques sont en train de miauler à ta porte ! »
Jésus ouvre lui même les portes et les jeunes s’engouffrent dans les cellules de la gendarmerie, donc ils ferment les portent…

Le capitaine
:
« J’y crois pas ! Les mêmes qui nous foutaient sur la gueule tout à l’heure nous demandent protection !!! »
Le commandant :
« Qui l’eût cru !!! »
Les détenus, entrant à leur tour, Jésus s’adresse à eux :
« Mes amis, mes frères, n’oubliez pas que ces petits sont le fruit d’une chair qui n’a pas eu la chance d’avoir ce qui rime avec ce nom, je veux dire le « repère »… »
Dédé la Praline :
« Repères ? On est une palanquée à n’en avoir jamais eu, mais on  avait un code d’honneur, nous !!!
Ces branleurs ne sont que de petits cons qui s’attaquent aux plus faibles, et ça, je ne peut pas encaisser !!! »
Jésus :
« Con, tu crois ? Ils ne le sont pas tant que ça !
Ils ont, certes, moins d’orthographe mais beaucoup plus d’idées, crois-moi, que les enfants du temps jadis…
Ils ont dû improviser leurs propres codes dans une société à la dérive, qui ne leur fait aucun cadeau ! »
La suite ? Pour la semaine prochaine, les amis !
Allez en paix et en pêts…

—————————————-

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les os ch’tis et les topettes de Jiji Cinq Sept et les images pieuses pour décorer le blogounet et pour remplacer la soutane un pneu usée

(Les décalages de textes sont dûs à un bug d’unblog.fr qui n’est pas réparé)

 

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 7 juin, 2009 |12 Commentaires »

C’est le deux cent onzième fafiot!

Samedi 6 Juin 2009

(de se souvenir en toute humilité)

mb352110.jpg

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

On a tendance à penser que la barbarie surgit par la volonté d’un seul homme, ce qui est faux. Seule, une conjonction d’idéaux appuyée par un fanatisme exacerbé conduit à l’horreur.

Il en va de même pour vaincre la barbarie. Des hommes, peu nombreux au départ, ont pris la décision, la seule possible afin de mettre  fin à une période d’histoire qui pouvait plonger l’humanité dans un chaos définitif.

6juin1944.jpg

Des hommes, des gamins plutôt, ont été envoyés au combat à des milliers de kilomètres de chez eux, dans un pays qu’ils n’avaient jamais situé sur la carte du monde, avec, pour seul espoir, celui de survivre au massacre assuré.

Beaucoup sont morts sans même avoir eu le temps d’apercevoir le littoral, nombreux sont aussi ceux qui se sont noyés, la majorité ont été tués ou atrocement mutilés après quelques pas sur une plage inconnue, un grand nombre encore ont poussés plus loin, mais la mort était dans chaque grain de sable. Chaque pas effectué était une victoire sur l’horreur, mais les gamins ont avancés, la trouille au ventre, au milieu d’un déluge de feu et d’acier, pour aller libérer un pays inconnu, un pays étranger, du joug d’une idéologie meurtrière.

Cette date est importante tous les ans, et le respect de la mémoire de chacun de ces héros est la seule position à adopter. Des gamins sont venus mourir en Normandie, ils n’avaient pas le choix, mais ils l’ont fait. Et le poids des années a été remplacé, pour eux, par celui d’une croix blanche sur le ventre.

Aujourd’hui, c’est le soixante cinquième anniversaire. Des hordes de journalistes sont fins prêts à trébucher sur ces croix pour prendre des clichés de ce défilé de mode que l’on nous promet depuis plusieurs jours. Un dîner officiel et des amabilités de tous genres sont prévus entre les chefs d’état, à coup de poses photogéniques, de limousines blindées, de services de sécurité démentiels.

cimetiereamericain.jpg

Je crois entendre des balles siffler à mes oreilles, des grenades incendiaires déchiqueter de la chair humaine, je crois voir rougir la mer de sangs mélés, et par respect pour tout cela, pour ces sacrifices quasi inhumains, je ne veux pas voir ces officiels qui pensent commémorer comme il se doit la mémoire de ces héros, mais qui, de manière gauche et peopolisante, ternissent ces instants de recueillement, avec la bénédiction des média.

(franck77)

—————————–

http://www.dailymotion.com/video/x5sd5k

Publié dans:déconno-news |on 6 juin, 2009 |33 Commentaires »

C’est le deux cent dixième fafiot!

Vendredi 5 Juin 2009

(de la bêtise humaine en général, des journaleux en particulier derechef (et dix de der?))

 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

J’étais au volant de ma Jyva 4, lorsque j’écoutus les nymphos de la première radio de France. Je ne sais pas ce qui se passe dans les tronches des journaleux, mais au niveau de la connerie, je crois qu’on a attaqué la quinzaine du blanc.

(voir ça

http://franck77.unblog.fr/2009/06/02/cest-le-deux-cent-huitieme-fafiot/

et ça

http://franck77.unblog.fr/2009/06/04/cest-le-deux-cent-neuvieme-fafiot/).

En ce qui concerne le 65ième anniversaire du débarquement, on aura le droit à Obama Beach, et le président Etasunien visitant les baraques à Fritz en Normandie, en occultant complètement le sacrifice de tous ces gamins qui avaient leur retraite au bout du fusil et qui sont viendus mourir en France pour que 65 ans plus tard, des têtes de cons fassent des défilés de mode sous l’oeil vénal des abrutis de journaleux.

En ce qui concerne l’A330 d’Air France, entre les supputations vendeuses du journal L’Immonde, et la surenchère des masse merdia, on va bientôt atteindre le fond (c’est le cas de le dire), leur soif de scoop et de sensationnel leur titillant leur peu de neurones humaines et d’amour propre.

En effet, les chacals se ruant sur les équipes de secours continuent de scribouiller et de brailler leurs conneries en exploitant des appels de radio-amateurs qui leur vendent des infos piratées qu’ils ne comprennent pas à prix d’or. Les journaleux de radio, de téloche ou de torche poils, font du grand n’importe quoi dans tous les domaines.

Je n’ai pas eu le temps de dessiner, mais je me suis démerdé avec les moyens du bord : 

dbrisa330.jpg

 

——————–

Sinon, pour la fête des Khmers mères, Tante Akule vous propose une recette de saison, qui nous font lécher les babouines rien qu’en la lisant:

Tante Akule propose sa recette cul lit nerfs

Le plateau de fruits de mer et la Brésilienne

Vous avez repéré, c’est comme une fable de la Fontaine.

 Il fait donc un temps à se rafraîchir avec les produits de la mer, et j’en ai sélectionnés quelques uns qui, bien présentés sur le plateau d’un semi-remorque, pourrait avoir de la tronche à un baptême, une première communion, ou tout simplement à la fête des mères, des pairs, des impairs noir passe et manque.

On pourrait commencer par décorer le fond avec des algues que l’on peut trouver sur toutes les côtes de Dunkerque à Tamanrasset. Des Huîtres pourraient constituer les bordures. Ce volatile se reconnaissant essentiellement à sa pine et son QI, on peut s’en procurer des bien fraîches au sortir de toutes les bonnes rédactions (presse écrite, parlée, télévisée, dégueulée, …). Au centre du plateau, des boules de mouchot, ou des moules de bouchot. La moule doit être légèrement humide: c’est un signe d’activité récente, donc de fraîcheur . Si elle est ouverte, jetez là, c’est qu’elle vient de servir, et les autres animaux du plateau pourraient en prendre ombrage. Quelques bulots ne font jamais de mal à personne. C’est con, un bulot, mais ça meuble. La langoustine et la crevette rose décorent bien l’ensemble.

plateaufruitsdemer.jpg

Il faut mettre au milieu du plateau, des produits un peu plus consistants. Certains mettent une langouste ou deux avec du homard. D’autres préfèrent le tourteau, s’ils invitent un carrossier pour démonter le véhicule. Moi, je propose plutôt ce que j’ai rapporté de ma pêche au gros: j’ai un fauteuil d’Airbus en parfait état, un bout d’aile droite à peine tordu, un hublot fêlé, et la casquette du copilote. J’ai râté de peu un requin qui décortiquait une hôtesse.

J’ai aussi au congélo trois vieux pneus, un pare-choc de DS, un cadre de vélo, et une centaines d’écrevisses que j’ai capturées à la sortie des égouts. Ça permet de compléter, mais ce sont surtout des fruits de rivière.

Vous nappez le tout d’un coulis de kérosène et vous servez sur la pointe des pieds avec un muscadet sur lie.

(Pineau)

—————————

Que tout ceci ne nous empêche pas de déconnobloguiter à donf comme des fouxes et des fouzes, et dans la limite du raie zonable……

(pour la charadounette, continuons de râfléchir sur le fafiot précédent. Il ne manque plus qu’une énigme à trouver…)

La treizième déconno-charadounette en attendant le deux cent dixième fafiot!

Vendredi 5 Juin 2009

(de balancer la soudure)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Dans le cadre de nos activités culturelles, nous vous proposons de râfléchir à une nouvelle charadounette dont voici le lit bêlé :

  1. Mon premier a un développement de la personnalité à partir d’un territoire occupé

  2. Mon deuxième désire leurs moyens de paiement

  3. Mon troisième ne risque pas de se noyer

  4. Mon quatrième ridiculise

  5. Mon cinquième lui fait confiance (à elle)

  6. Mon sixième a des lectures qui font mal

  7. Mon septième jouait au loto

——————————-

Mon tout est une oeuvre cinématographique française dont l’action se passe sous l’Occupation

Publié dans:-- solutions des charades -- |on 5 juin, 2009 |42 Commentaires »

C’est le deux cent neuvième fafiot!

Jeudi 4 Juin 2009

(de la bêtise humaine en général, des journaleux en particulier derechef (de gare?))

 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Pour des raisons de retards dans le taf, je vais faire court, les journées n’ayant que deux bras.

Si il y a encore des ceusses ou des ceuzes qui écoutent les infos sans avoir envie de foutre la téloche ou la radio par la fenêtre, ou bien se torcher le prose avec les baveux, c’est qu’ils ou elles leur manquent des pièces et qu’ils ou elles ne sont pas équipé(e)s pour réfléchir.

On apprend notamment que le journal « Le Monde » affirme que l’Airbus A330 ne volait pas assez vite, d’où accumulation de glace, d’où surpoids du coucou, d’où cassage de gueule du zingue!

Et les putains de blaireaux de journaleux qui resservent cette théorie qu’un des leurs suppute (aux bois) dans leurs journaux à la con. Sont vraiment trops cons les nez de boeufs de la nouvelle fraîche et de la merde en vrac, le véritable scoop à exploiter c’est que la boite noire de l’Airbus était tombée dans le trou des chiottes du siège social de l’Immonde, qui, on le sait, a toute autorité pour interpréter les données.

Pour la peine, je vous remets la scène sur zone, et en plus cela amortira les crayons de couleurs que j’ai un mal fou à retrouver, alors que je voulais redessiner un autre crobard:

a330rioparis.jpg

(Pastel sur débris – « le journalisme prends de l’ampleur, vive l’ampleur »)

Sinon, une autre nympho exploitée par les mêmes connards: Le voyage du président Etasunien Barack Obama en Egypte moderne.

Tout ce qu’ont retiendu les fientes à micro est ce salut, fait en arabe par Barack aux bouanas:

moubarackobama.jpg

(Message fort en arabe de Barak Obama à Hosni Moubarak qui a répondu au Bama dans un arabe littéraire parfait)

Je pense que samedi prochain ces mêmes raclures de bidet vont coller au fion du président Etasunien pour épier la main qu’il mettra au derche de notre première dame de France inaudible au lieu de respecter la mémoire de ces gamins qui sont venus mourir il y a 65 ans en Normandie.

Si tous les morts pour arriver à un monde complètement pourlingue comme celui-ci pouvaient s’exprimer samedi, je pense que pas mal de croix blanches iraient dans la tronche  des gaziers et gazières qui vont faire un défilé de mode sur les plages pour la journée de commémoration sous l’oeil ébahi de ces masses véritablement merdia.

(franck 77)

Mais déconnobloguitons comme des voyouxes et des voyouzes que nous sommes, dans la limite du raie zonable….. 

Publié dans:déconno-news |on 4 juin, 2009 |71 Commentaires »

C’est le deux cent huitième fafiot!

Mardi 2 Juin 2009

(de la bêtise humaine en général, des journaleux en particulier)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Mon amour pour les masses merdia en général, et les journaleux en particulier, n’était déjà pas énorme, voire quasi inexistant, mais trop c’est trop!

Une trentaine d’heures après la disparition de l’Airbus A330 d’Air France, les journaleux sont au summum de leur connerie.

En effet, les Européennes n’étant pas porteuses, Roland Gravos étant dans sa période inintéressante, les canards en shorts satinés tapant à la baballe ayant fini de spolier le peuple en marquant un bubut une fois toutes les secousses sismiques, la disparition d’un coucou est du véritable pain béni. Et pour couvrir l’évènement et broder à tout va en racontant dix conneries à la minute, tous les journaleux s’en donnent à coeur joie.

—————————–

Lundi 1er Juin, milieu de matinée dans toutes les rédactions:


- Hé les gars, j’ai du lourd! Y a un coucou qu’a été paumé entre Rio et Paris. C’est un A330, d’Air France, y a du peuple la dedans.

- Cool Roger, enfin de l’action! Prends le matos et file à Roissy en ambulance. Je veux l’exclu sur les ceusses et ceuzes qui attendent leurs proches. N’oublie pas le filtre à yeux rouges, sinon ça fait reportage sur la myxomatose.

————————-

Lundi 1er Juin, 11h00 à Roissy:

- Allô Boss, ça merde, les familles étaient prévenues deux heures avant nous. On les a juste vu passer au milieu de policiers. J’ai fait un croche patte à un gus qui me paraissait faible pour l’interviewer, mais il avait une sale tronche, pas trop photogénique le gazier.

- Assomme un balayeur, Roger, pour lui piquer son badge pour avoir accès à la salle où ont été amenées les familles, je ne vais pas t’apprendre ton boulot coco.

————————————-

Lundi midi, le 1er Juin, à la téloche et à la Radio :

- Catastrophe aérienne, un Airbus A330 n’a plus donné de nouvelles depuis ……………
Nous n’avons malheureusement pas encore d’images de familles en pleurs, ni de miraculés à disposition  mais nos équipes sont sur le coup! On vous enverra un SMS dès qu’on pourra déconner en direct.

Nous avons en ligne notre consultant spécialiste en coucous plus en l’air:

Le Journaleux :
- Salut Maurice

Maurice :
- Salut Ducon

Le Journaleux :
- Alors Maurice, que s’est-il passé ? Hein que c’est un attentat? Y a un miraculé photogénique? Que dit la boite noire?

Maurice :
-T’es toujours aussi con. On ne sait absolument rien.

Le journaleux :
- On peut évoquer toutes les hypothèses Maurice. Un drame familial, un attentat anti-sémite, la malédiction du triangle noir, le retour de Jack l’Éventreur?

Maurice :
- Putain le boulet…

Le journaleux :
- Alors maurice, est-ce que l’Airbus A330 est un avion fiable?

Maurice :
- Et merde! Ben non Ducon, c’est une véritable merde volante. ça se casse la gueule au moindre coup de vent. Air France les utilise pour faire une petite catastrophe de temps en temps pour aider les journaleux à être au sommet de leur art dans la connerie.

Le journaleux :
- On a piraté le serveur d’Air France pour avoir le pedigree de l’équipage, on voit qu’il avait, en moyenne 10000 heures de vol, et que les hôtesses avaient déjà déroulé du câble. Est-ce que l’on peut dire que l’équipage était « apparemment » compétent?

Maurice :
- T’es vraiment trop con. On a embauché des cheminots de sud rail pour piloter les coucous. Comme ça, si ils décrètent une grève surprise, la sanction est directe et au niveau administratif ça réduit vachement le taf pour les retenues sur salaires.

——————————————

Lundi 1er Juin, 20h00 à la téloche et à la radio:

Salut les p’tits clous, ici Lolo ou Pue Jadas. Nous n’avons toujours pas de nouvelles de l’Airbus d’Air France. Nous avons invité notre spécialiste des coucous plus en l’air Maurice, et le ministre des zincs et de la pêche au gros.

Le journaleux :
- Salut Maurice

Maurice :
- Salut Ducon, je te sens en forme.

Le Journaleux :
- Alors Maurice, que s’est-il passé ? Hein que c’est un attentat? Y a un miraculé photogénique? Que dit la boite noire?

Maurice :
- Tu le fais exprès? On ne sait rien.

Le journaleux :
- Vous avez déja volé Maurice, vous avez plus de 12000 heures de vols à votre actif, c’est pour cela que vous êtes notre consultant, alors est-ce que l’Airbus qui traversait l’Atlantique a pu s’abîmer en mer?

Maurice :
- Merci Ducon, de m’avoir posé cette question. En fait quand l’avion fonctionne bien, il est dans les airs. Si par contre, il se casse la gueule, cela dépend de ce qu’il y a en dessous : cela peut être la mer, la terre, le sable, une tarte pour 8 personnes ou la tronche de Diam’s (*)

((*) ne rêvons pas!)

Le Journaleux :
- Bonjour Monsieur le ministre des zincs et de la pêche aux gros.

Le ministre :
- Bonjour le fouille merde.

Le Journaleux :
- Alors Monsieur le ministre, Que s’est-il passé ? Hein que c’est un attentat? Y a un miraculé photogénique? Que dit la boite noire?

Le ministre :
- On m’avait prévenu, mais vous en trimbalez une couche olympique!

Le Journaleux :
- On dit toujours: « pas de nouvelles, bonnes nouvelles », l’avion est peut-être toujours en l’air?

Le ministre :
- C’est une hypothèse. C’est vrai qu’il doit être en roue libre en ce moment, on va étudier la question.

Le Journaleux :
- On parle d’une possibilité d’attentat, ou d’une erreur de trajectoire d’un missile sol-air ou d’une épidémie foudroyante de grippe A avec la carlingue percée par toutes ces queues en tire-bouchon. Qu’en pensez vous ?

Le ministre :
- Que je me casse Ducon.

————————————–

Lundi 1er Juin, 20h30 à la téloche et à la radio:

Nous avons réussi à choper au turlu un gazier qui a raté le zinc. C’est un enseignant chercheur en grève en voyage d’étude au Brésil pour une classification des plumes dans le fion des brésiliennes.

Le Journaleux :
- Salut Machpro, alors vous avez eu le cul bordé de nouilles?

Machpro :
- Un peu mon n’veu, et en pluche j’ai une place dans un coucou avec des hôtesses brésiliennes. J’va pouvoir leur caliber la rondelle avec mon pied à coulisse pour affiner mon étude.

Le Journaleux :
- Que pensez vous de tout cela? Vous avez une appréhension. Vous sentez-vous miraculé?

Machpro :
- Bien sûr que je suis un miraculé. Et comme je n’ai que treize heures de présence à assurer à mon taf, je vais pouvoir écrire un bouqin la dessus.

Le journaleux :
- Merci Machpro, et soyez prudent sur la route.

————————————–

Mardi 2 Juin, 8h00 à la téloche et à la radio:

Salut les p’tits clous. Bienvenue au morning live, avec l’info en con tinue, nos directs bidouillés et tout et tout.

Toujours pas de nouvelles du coucou, mais nous ne sommes pas restés à nous compter les poils du fion.

On a réussi à dégoter la liste des passagers, avec adresses et turlus et tout et tout, bref que du bonheur!

Nous avons pu faire chier une famille en pleurs, ce matin à l’heure du laitier. C’est une famille « sans histoire » de Méquallot-en-Bourbey en plein coeur du Limousin Normand. Leur fille, ingénieur chez Michelin depuis au moins 15000 kilomètres, diplômée en Tubuless à 2,5 à l’avant, était partie à la chasse aux cailles outchou pour apporter le meilleur grain à la maison mère.
Nous avons demandé à son père s’il était inquiet, si leur fille se droguait et si il voulait recevoir nos flash infos par SMS.
C’est avec beaucoup de dignité, qu’il ne nous a rien dit. Mais au nom de la liberté de la presse, nous avons fait partir une voiture satellite avec deux opérateurs musclés qui vont arrivés à lui faire cracher le morcif.
Nous vous tiendrons au courant.

————————————–

Mardi 2 Juin, 8h17 à la téloche et à la radio:

Flash Info : Un pilote Brésilien a crû apercevoir des lumières orange sur la baille.

Nous avons envoyé une moto

————————————–

Mardi 2 Juin, 9h23 à la téloche et à la radio:

Flash Info : Les lumières orange étaient une fausse alerte. C’était des gaziers de Greenpeace, qui avait enfilé des gilets jaunes pour changer la roue d’une baleine.

————————————–

Mardi 2 Juin, 10h00 à la téloche et à la radio:

Le porte avion Charles-de-Gaulle a été dépêché sur la zone de recherche entre l’Amérique du Sud et L’Afrique maritime, il sera sur site fin 2010.
Le président Etasunien a fait détourner sur la zone les bateaux péniches de débarquement qui faisaient route vers Obama Beach pour aller à la chasse aux cons le 6 juin en Normandie.

—————————-

Flash Info hyper important:

Les joueurs de l’équipe de France taperont dans la baballe, ce soir, avec un brassard noir en match amical contre le Nigéria.

—————————————-

Et maintenant, que vont faire les journaleux ?

Je pense qu’ils sont capables encore du pire ces cons là :

a330rioparis.jpg

Mardi 2 juin 2009 à 21h02 :

Les autorités Brésiliennes sont optimistes quant à la découverte de la zone de crash. Ils espèrent que bientôt, la boite noire enverra un bip à Lula.

————————————-

Pour toute demande de nymphos, une cellule de crise a été mise en place, avec un numéro vert :

NUMERO

—————————————–

On peut déconnobloguiter sur ce que l’on veut dans la limite du raie zonable. Il est sûr que les journaleux sont hors concours…

(franck 77)

Publié dans:déconno-news |on 2 juin, 2009 |94 Commentaires »

C’est le deux cent septième fafiot!

Lundi 1er Juin 2009

(de parler de la saintitude de l’esprit)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Aujourd’hui, c’est le lundi de Pentecôte, qui arrive pile poil après le dimanche de Pentecôte. Les hasards du calendar font bien les choses quand même!

Vous connaissez désormais la vocation culturelle de ce blogounet qui n’en est pas à sa première conférence bondieusale, mais il est bon de connaître le pourquoi du comment qui permet à certains et certaines de se tirer sur l’élastique dans l’ignorance totale.

Vous vous souviendez(*), qu’il y a 10 jours, le gérant de Nasa-rêtes tes conneries SARL, est partie sur son orbite pas pâle pour aller réparer le télescope du grincheux qui ne pouvait plus mater les Saints en se tripotant les objets du culte.

(*) http://franck77.unblog.fr/2009/05/21/cest-le-deux-cent-quatrieme-fafiot/

Jésus avait promis qu’il enverrait à son équipe, dix jours plus tard, une carte postale musicale et un coffret avec les spécialités du pays.

Ça n’a pas fait un pli. le dimanche, alors que les apôtres préparaient le vide grenier qui a toujours lieu le lendemain à Mézydonc-Ymboncoult, qu’ils étiquetaient les prix sur les gros bouts laissés par Jésus, vl’a t’y pas qu’une lumière s’abattit sur eux, dans un énorme flash, avec des langues de feux qui leur léchouillaient le cigare, alors qu’ils avaient vu à la météo la veille, qu’après dissipation des brumes matinales, le temps devait être dégagé sur une majeure partie du pays, avec, cependant, quelques pluies fortes du côté de Lorient, mais que les éclaircies se situeront toujours entre les averses.

ausgiessungheiligengeiste.jpg

(Livraison de l’Esprit Saint et de caisses de langues – Huile sur BA 13 – rayon frais Maxi-Maux)

Comme promis, c’était leur poteau qu’il leur avait balancé une bafouille lumineuse, avec feux de bengaux, braises toutes faites et une caisse de langues.

Les apôtres se mirent à baragouiner dans toutes les langues, pour aller dégoiser par monts et par veaux (de pentecôte) la parole du dabe. En fait,  avant d’aller faire leur tiercé, ils avaient juste de quoi faire un couplet avec Le Père, qui était aux cieux, Le Fils qui était au mieux de sa forme après la classique de Jérusalem, et cette dernière minute de Bernard Glass, leur permit de jouer placé le Saint-Esprit dans l’épreuve désormais célèbre de la Sainte-Trinité

Des mals embouchés disent que la Pentecôte est une vue de l’esprit, et que ce n’est pas saint. Certains mexicains affirment que c’est duraille d’avoir un esprit saint dans un porcin. Moi je dis que le Saint Esprit peut-être sympatoche et qu’avec, on n’a pas besoin de se farcir la méthode à six mille, ou bien les cours linguistiques par correspondance, pour parler la langue de boeuf sauce piquante.

Le lundi de pentecôte, quant à lui, n’a absolument aucune signification religieuse. Quand on ligote les saintes écritures, on apprend que le lendemain de la Pentecôte, tout le monde est retourné au taf sans cul férir. Sur le coup de midi, les ceusses et ceuzes qui avaient joué la veille dans la 2ème à Auteuil, s’ont allés au PMU du coin pour aller palper la sainte trinité dans l’ordre ou dans le désordre tout en se sirotant un Kir Sauvignon ou un fond de culotte (Fond de culotte = Suze Cassis).

En fait, la fériérité (**) du lundi de pentecôte est une invention de Jean Branlpahune, qui vouait un culte pour Saint Dycat et qui a réussi à faire passer une loi le 8 Branlôse 1886 pour transformer ce lundi en une journée de rienfoutage.
((**) Mot de l’Esprit Saint dernière édition).

La France, fidèle à son habitude, à sû créer un vrai boxif ce jour là depuis 2004 en causant journée de solidarité pour tout ce qui est vieux. Mais ce sera le sujet de causerie de demain.

———————————-

Effets mes Rides :

Aujourd’hui, c’est la Saint Justin. Donc, je souhaite particulièrement la fête à Justine Titegoutte, qui a reçu le saint esprit grâce au saut des générations.

———————————-

Mais que ceci ne nous empêche pas de déconnobloguiter à donf sur ce que l’on veut et autre chose, dans la limite du raie zonable.

(franck 77)

Publié dans:déconno-news, l'athée au logis |on 1 juin, 2009 |33 Commentaires »
123

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique