C’est le deux cent trente neuvième fafiot !

Lundi 10 Août 2009

(de faire dans la moule tant que c’est la saison)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Aujourd’hui, nous vous proposons une recette collective! Franck 77 récupère les ingrédients et Pineau est aux fourneaux

Tante Akule propose sa recette cul lit nerfs

La moule de bout chaud avec la frite dans son boc.

moulefrite.jpg

Il faut profiter que le mois d’août se termine par biroute et non pas par ongre, pour se boulotter la fameuse moule de bout chaud.

Tante Akule, qui en connait un rayon, persiste et signe en disant que la meilleure moule de bout chaud vient du Mont Sein Miche, elle.

On peut en trouver aussi, Place  Clichy, à Paris-sur-Seine, au rayon frais du Sexe-Shop fournisseur en gros des morues et maquereaux du Boulevard Poissonnière, mais les moules proposées ne sont pas forcément de bout chaud.

Pour accéder à la moule de bout chaud, il faut tout d’abord être syndiqué. La traversée des grèves étant un passage obligé pour atteindre les champs moulifères, il faut être armé d’un piquet de grève et d’une tapette à crabe pour parcourir les sables émouvants plus vite qu’un ch’val au galop en évitant de se faire pincer les arpions au milieu de moutons pré salés, et de s’éclater les nougats contre l’enclume des jours.

La chasse à la moule de bout chaud se fait avec beaucoup de doigté lorsque la lune est dans le poisson, si on en croit le zodiac, qui est pourtant prohibé, à cause des remous de l’hélice dans la vallée.

Dès que vous voyez un bout chaud, vous risquez d’y trouver aggrippine aggripées des moules. Le bout chaud est à la moule, ce que la pelle à merde est à une chanson du groupe 130A, c’est à dire un support.

Pour faire quitter la moule de son bout chaud, il faut lui promettre un avenir meilleur, et lui dire que ce n’est pas en léchant un pieu en chêne qu’elle fera partie de la cour des glands.

En fait, la moule ne se cueillle, ni ne se gaule pas. Elle se taquine. J’ai connu des moules qui restaient accrochées à leur pieu, mais à la longue, elles devenaient flapies et perdaient leur goût.

Je ne vous parle pas de la récolte de la moule sauvage, ou moule des bois, qui, en période de rût, s’apparente à la chasse à cour, les chevaux étant remplacées par des cabris au lait  et les filets à papillons par des larfouillets garnis.

Reste à aller traquer la frite de boc. Des chasseurs aguerris traquent la frite de boc à mains nues, mais c’est sans compter sur la morsure possible de l’animal.

Je tiens à préciser, tout de suite, qu’on a trop tendance à confondre la frite de boc avec le serre-nouille des buissons, plus communément appelé, la vipère de calebard. Pour ne pas s’y tromper, il existe deux différences fondamentales:
Premièrement, la frite de boc se pèle alors que la vipère de calebard s’astique.
Secondement, la frite de boc laisse des pelures alors que la vipère de calebard laisse des traces.

La façon la plus sûre de capturer la frite de boc et de l’emprisonner dans un filet, elle perd en vivacité ce qui permet de la peler sans se blesser.

On lit, dans certains grimoires, que la première frite de boc apprivoisée, le fut par Mantier, un gazier qui, non content d’avoir la main verte, avait, en plus, la patate.

Maintenant que les moules ont été regroupées dans le frigo, et que les frites de bocs ont été domptées, je laisse le soin à Pineau et Tante Akule de vous mitonner la moule de bout chaud avec la frite dans son boc

(franck 77)

moulefrites.jpg

Pour 3 personnes, il faut compter quatre litres de moules et le double de bière.Vous trouvez des moules sur le tas de moules de votre quartier:

tasdemoules.jpg

La moule séparée de son bout chaud devient triste et se ferme à toutes propositions au net ou mal au net. La première manip consiste donc à lui faire ouvrir la gueule car une moule fermée est comme un con sommable. On place donc les quatre litres de moules dans un grand faitout après leur avoir conseillé le maillot de bain car elles vont faire trempette dans deux boutanches de vin blanc spécial crustacés ascendants mollusques. On émince une bonne demi-quinzaine d’ échalotes puis on met le feu aux nouilles, ou Pluto (l’ ami de Mickey), le fenouil. Les moules, sentant la température monter et le pinard bouillir, se mettent à gueuler. Elles n ont pas le temps de la fermer avant de casser leur pipe. C est ce que l’ on appelle crever la gueule ouverte. Cette première étape réalisée il faut arroser çà, et  les convives peuvent se siffler un litre de bière chacun.

poildemoule.jpg

(moules non grattées encombrant le frigo)

La deuxième étape se court contre la montre entre Cancale et Perd-ses-Polices. Il faut faire fondre une noix de beurre dans les poils pour faire revenir le sel et le poivre qui avaient profité de l’ occase pour aller voir si c’ est plus bath ailleurs.On doit alors verser une partie du jus de cuisson des moules et y incorporer un demi litre de crème fraîche et une lichette de farine. On touille à feu doux avec la fameuse touilleuse à nouilles, du coup. Y a sûrement une contrepêterie là dedans, mais bon! On versera la sauce onctueuse sur les moules qui ne le sont pas moins.

Merdum, j’ ai failli oublier les frites de boc. Heureuseument que la niche était fermée, elles sont toujours là! A ce moment précis, la frite ne doit pas rester dans le boc. Il faut la sortir pour la passer à l’huile et la chauffer un peu. Une moule de bout chaud sans la frite de boc bien huilée, c’est carrément du gachis.

Allez, à table, et n’oubliez pas qu’il reste de la bière.

                  Pineau 

Vous pouvez laisser une réponse.

27 Commentaires Commenter.

  1. le 10 août, 2009 à 8:16 DIDIER 02 écrit:

    Salut les déconnos et oses :
    @ franck 77:si je ne branle rien sur le blog le w.e, c’est que j’ai pas mal de moules à manger !!

    Info : mort sur ordonnace , un médecin est retrouvé mort avec deux balles dans la tête!!
    Prescription : aprés avoir pris deux doliprunes, prendre des ubfen !!
    ubfen, cible la douleur!!
    ubfen, a……gît en profondeur………2 mètres sous terre !!!

    Répondre

  2. le 10 août, 2009 à 8:58 kiridam écrit:

    Didier …bonjour ! ;)
    c’est marrant quand on parle de moule je pointe toujours ma frimousse , y a tellement de choses à dire mais ce matin je ne dirais rien j’ai pas le temps ;)

    Pineau et Franck très beau fafiot qui ne manque pas d’inspiration , on voit qu’il y a du vécu quand même derriere tout ça mais , une petite rectification la moule de Bretagne est nettement meilleure et plus gouteuse que celle de normandie ,mimi ne me contredira pas ;)

    mon ptit doigt me dit que Didier sera fort inspiré par ce fafiot ;)
    je prends la route à bientôt tous ;)

    Répondre

  3. le 10 août, 2009 à 9:00 kiridam écrit:

    @ Didier : penses à aller au confessional avant ton départ en vacance ça soulage drolement ;)

    Répondre

  4. le 10 août, 2009 à 9:01 DIDIER 02 écrit:

    kiss kiridam !! bonne route

    Répondre

  5. le 10 août, 2009 à 9:03 kiridam écrit:

    @ Biquette te laisse pas faire avec tous ces males …de plus si le fafiot parle de moules ;)

    Répondre

  6. le 10 août, 2009 à 9:04 kiridam écrit:

    Didier tu vas limite me manquer ;) aller je file je suis une droguée de ce blog ;)

    Répondre

  7. le 10 août, 2009 à 12:16 Pineau écrit:

    Salut la foule,

    @ Kiridam, si tu n’es pas encore partie à la vacance: C’est vrai que la moule bretonne a de la tronche, mais moi qui crèche non loin de l’île de raie, je te garantis que la moule de raie sur son bout chaud supporte très bien la frite de boc.

    Répondre

  8. le 10 août, 2009 à 13:06 DIDIER 02 écrit:

    @ pineau : salut, kiri m’a piqué le trafic pour se barrer en vacances !!

    Répondre

  9. le 10 août, 2009 à 15:34 DIDIER 02 écrit:

    Donc, la moule est protégée par un manteau, sinon elle est à poil dessous………..ha la trompe de sa..lope!!

    Répondre

  10. le 10 août, 2009 à 17:56 DIDIER 02 écrit:

    Aujourd’hui, la moule, demain nous parlerons du chien d’astérix : clitoris !!

    Répondre

  11. le 10 août, 2009 à 19:26 Biquette écrit:

    Bonjour les décon de l’appétit! Qu’est-ce qu’on va s’mettre!

    Répondre

  12. le 10 août, 2009 à 19:28 Biquette écrit:

    On peut garder les coquilles pour faire un collier.

    Répondre

  13. le 10 août, 2009 à 19:36 Pineau écrit:

    Oui, Biquette, on fera un collier à Didier parce que sans le camion, il ne part pas gagnant dans les bois.

    Répondre

  14. le 11 août, 2009 à 8:08 DIDIER 02 écrit:

    Salut les déconnos et oses :
    suite au gentil présent de pineau, il est vrai que cette nuit, avec les coquilles, il y avait pas mal de chats à la queue leuleu !!

    la différence entre un femme à quatre pattes et une biquette, il y en a une qui à la barbichette devant et les mamelles derrière !!

    Répondre

  15. le 11 août, 2009 à 10:42 Biquette écrit:

    DIDIER, c’est pour çà les vacances à la miaou?

    Répondre

  16. le 11 août, 2009 à 10:47 DIDIER 02 écrit:

    Bonjour Madame biquette : pour ça ??? quoi donc miss ??

    Répondre

  17. le 11 août, 2009 à 13:15 Hermès écrit:

    Bonjour aux landais et Ô landaises

    http://www.youtube.com/watch?v=zTvbx3BBUMY

    Demis Roussos : Forever and ever

    Florentino : Le bonheur

    Le bonheur est toujours et à jamais de tous les cœurs

    La quête de tous les instants,

    Le Graal que recherchent tous les êtres vivants
    Le bonheur est toujours et à jamais de tous les cœurs

    Le constant désir d’éternel printemps,
    L’arc-en-ciel qui uni les cœurs des amants.

    Mais le bonheur demande un effort et beaucoup d’imagination,
    Sans cet effort il est rapidement rêve en perdition

    Le bonheur est toujours à jamais et pour toujours le rêve désiré,

    La symphonie inachevée auquel les cœurs s’arriment

    Le besoin toujours renouveler dans lequel l’on s’abîme.
    Le bonheur est toujours et à jamais de toutes les destinée
    La grande soif, la permanente volonté.

    Tout le monde sait que l’on a jamais tout ce que l’on veut

    Et que ça n’empêche pas de trouver le bonheur et d’être heureux.
    Ce n’est ni dans le dénuement ni dans la possession de tout

    Mais dans la connaissance de ce qui est en nous
    Et l’acceptation de notre nature et de nos vérités

    Que nous parviendrons à trouver le bonheur dans la réalité

    Malgré les peurs, les fantômes, les vides qui nous hantent,

    Le monde qui nous agresse et les autres qui nous mentent.

    Le bonheur est dans le parfum d’une fleur

    Le bonheur est sur la peau qu’on effleure

    Mais le bonheur s’il n’est pas d’abord dans ton cœur

    Le bonheur tu ne sauras pas le voir ailleurs

    Répondre

  18. le 11 août, 2009 à 17:44 DIDIER 02 écrit:

    je ne veux pas critiquer, mais les moules commencent à sentir !!

    Répondre

  19. le 11 août, 2009 à 19:00 Pineau écrit:

    Salut DIDIER 02,
    Les poules muent, c’est normal, c’est la saison.

    Répondre

  20. le 11 août, 2009 à 23:10 Biquette écrit:

    DIDIER 10H47, les chats à la queue leuleu….

    Répondre

  21. le 11 août, 2009 à 23:11 Biquette écrit:

    Je viens juste de comprendre que Tante Akule contrepètait avec la frite dans son boc…..

    Répondre

  22. le 11 août, 2009 à 23:15 Biquette écrit:

    Je ne vais pas venir souvent dans les jours à venir, ce n’est pas que je vous snobe avec vos moules qui puent, mais je vais être un rien débordée, gardez moi de la bière au frais.

    Répondre

  23. le 12 août, 2009 à 11:48 DIDIER 02 écrit:

    Salut les déconnos et oses :
    @ franck 77, le facteur est passé.

    Répondre

  24. le 12 août, 2009 à 18:52 DIDIER 02 écrit:

    Au sujet des moules :
    Mollex……..ferme les moules !!
    Durex………ouvre les moules !!

    Répondre

  25. le 12 août, 2009 à 19:06 franck77 écrit:

    Salut la foule en délire, va y avoir fafiot…

    Répondre

  26. le 19 décembre, 2009 à 11:57 Glorfindel écrit:

    J’ai voulu attendre la fin des vacances de la miaou, que vous soyez tous rentrées mes petites chattes ! Mais j’aurais pas dû attendre La Noëlle … elle n’est jamais à l’heure !
    Il y avait longtemps que je n’avais pas autant ri : quel beau 19 décembre, veille de mon 40° anniversaire de mariage ! MERCI …

    « On touille à feu doux avec la fameuse touilleuse à nouilles, du coup. Y a sûrement une contrepèterie là dedans, mais bon!  » : je confirme; le contrepet est resté dans le cale son !!!!!

    Et vive la Fée d’Héres ….

    Répondre

  27. le 6 novembre, 2011 à 20:10 clothilde écrit:

    miam c’est delicieux

    Répondre

Laisser un commentaire

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique