C’est le deux cent quarante sixième fafiot!

Samedi 19 Septembre 2009

(de s’enerver un pneu quand même, mais pas trop…)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Moi je le dis tout net, haut et fort : « De qui se moque-t-on? »

A l’origine, le journalisme décrivait le monde réel. Du temps où les moyens de communication étaient inexistants, et où l’homme de la rue et la ménagère de moins de cinquante ans ne nous beurraient pas encore la raie, les journaleux écrivaient ce qu’ils voyaient et ce qui s’était passé sans aller de leur petite opinion.

Maintenant, les journaleux font le monde, refont même le monde en direct et, pire encore, déforment le monde.

1er exemple flagrant:

Les journaleux nous rebattent les oreilles avec les 23 suicides chez France Telecom, sans nous préciser le pourcentage de ces candidats au rienfoutage éternel qui ont acheté des actions au moment de la semi privatisation, espérant faire la culbute sur les plus values mais en oubliant que dans le privé il fallait gratter un minimum pour faire du chiffre.
Alors que messieurs les journaleux, il y a un suicide toute les cinquante minutes en France, et que cela touche toute la population. Et dans ces suicidés, y a des mecs qui doivent se saigner aux quatre veines pour pouvoir s’accorder un salaire dérisoire après le passage de l’URSSAF, et doivent supporter entendre le témoignage à la radio de cette gigouasse qui avoue , à la TSF, qu’en bossant à la Sécurité Sociale elle a le droit à trois jours pour règles douloureuses et 12 jours pour enfant malade et qu’elle les prend même si son berlingot est intact et si ses mioches grimpent aux arbres. Elle les prend, parce qu’elle le vaut bien!

Madame, qui êtes intervenue pour nous dire cela dans la joie et la bonne humeur, je vous prie de croire en mon plus profond dégoût, et espère, sincèrement, que vous serez chimiotée bien avant moi pour payer votre suffisance et votre égoïsme crasse.

2ème exemple à la noix :

Les journaleux ont fait monter la pression sur la populace avec la grippe cochonne, qui même en pendémie, fait moins de morts que la connerie ambiante. Avant, il y avait la peste noire, la peste bubonique, le typhus, le choléra, et dans le grimoires qui racontent ces évènements on ne lit pas qu’aux premiers symptômes, le Paracétamol suffisait dans 95% des cas pour arrêter le merdier..

Et bin, non, les journaleux font le monde, et font pression involontaire sur le pouvoir qui lit plus les baveux de merde, qu’il ne vit auprès du peuple. C’est pour cela, que la ministre de bonbonnière s’est empressé d’investir des chiées de milliers de rôts dans un vaccin à la con, qui, lui, génèrera certainement plus de viande froide que la gripounette de tarlouze.

3ème exemple à la con :

Gros sujet d’actualité : Chlore Manoudou arrête de prendre ses bains. Il faut commenter, il faut en débattre…
En revenant de mon chantier hier , j’écoutais la radio et ils causaient tous de la raie de Manaudou.
Elle a gratté pendant 5 ans pour avoir la gloire et les honneurs, mais elle en avait plein le tronc.

L’effort ne s’inscrit plus dans la durée.

Mon voisin, qui est en ramier de première, bosse dans une institution de l’état qui lui donne la possibilité d’avoir plus de jours de congés que de boulot. Il me dit : « J’aurais pu faire autre chose, mais je préfère réussir ma vie de famille que ma vie professionnelle ». Mais il oublie de dire que pour lui permettre de gruger le système de cette manière, il y en a d’autres qui sont pressurisés pour pouvoir financer sa connerie.
A son anniversaire, je lui ai offert un rateau. Il l’utilise pour son jardin, alors que je lui offrais comme peigne pour lui coiffer sa tronche de naze.

Chlore Manaudou, certes, a tout gagné et c’est une grande championne. Mais qui connaît Ernest Pinaffont, qui est un sportif émérite et qui a commencé très jeune pour exceller dans son sport?

Ernest Pinaffont a trouvé sa voie en prenant sa première biture à 12 ans la jour de sa première communion. Puis, la passion ne l’a plus quitter.

Avec un entraînement acharné, il a réussi à être champion d’Europe de tir au cubi indoor catégorie rouge et blanc, pulvérisé le record du pinte-athlon sur la route des vins, et est devenu champion du Berry de descente culs secs après avoir décroché un titre hautement mérité de Champion du Monde en bars parrallèles.
Et bien Ernest, lui, n’a décroché qu’à 26 ans, car à la médecine du sport, en voyant sa trogne, ils ont crû que c’était le darron de Jannie Longo, et l’ont foutu à la retraite d’office.

ivrogne.jpg

(Ernest Pinaffont – retraité de 26 ans)

Alors Chlore, que va t’elle faire maintenant puisqu’elle ne va plus enfiler sa combine en peau de morue? Il paraît que les journaleux qui sont au fait de toutes choses en ce bas monde, d’une part, et qui sont cons comme deux bites alignées d’autre part, ne lui ont pas conseillé de pustuler à France-Télécom, car ce serait un coup à ce qu’elle se noie par pendaison!

(franck 77)

Mais que ceci ne nous empêche pas de déconnobloguiter dans la joie et la bonne tumeur, et toujours dans la limite du raie zonable.

 

Publié dans : déconno-news |le 19 septembre, 2009 |6 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

6 Commentaires Commenter.

  1. le 19 septembre, 2009 à 12:51 Sganarel écrit:

    Salut les décons des exemples exemplaires.

    Tout le monde est deçu de la retraite de la nageuse c’est sur. Elle aurait pu faire comme notre jeannie nationale . ………….Si si avec un pédalo …, non Didier pas avec un pet dans l’eau !

    Répondre

  2. le 19 septembre, 2009 à 12:56 Sganarel écrit:

    Manquerait plus que la Biquette fasse comme Laure . Alors là ce serait un sale coup pour la charadounette !

    Répondre

  3. le 19 septembre, 2009 à 17:11 Hermès écrit:

    Tiens ça pourrait être la chanson d’Ernest. :P

    http://www.youtube.com/watch?v=DU78Tki9j9c&feature=related

    M. Brant : C’est ma prière
    Florentino : C’est ma bière

    Elle est tout pour moi
    C’est ma bière
    Je suivrai sa loi
    C’est ma bière
    Toujours avec moi
    C’est ma bière
    La seule blonde qui veut de moi.

    J’accours et mes yeux s’éclairent
    Aussitôt que je vois des bières
    En une gorgée je les bois
    J’en bois sans partage, du matin au soir,
    Pour moi le houblon est sans frontières
    Si tu m’offres quelques bières
    Tu es plus qu’ami un frère
    Même l’éternité
    Ne suffira pas à me faire passer
    L’envie de m’en désaltérer

    C’est ma bière
    Elle est tant pour moi
    C’est ma bière
    Il en reste, donne-la moi.

    Que chaque nouveau jour sur la terre
    Me porte une bonne bière
    Je ne lui demande que ça
    Qu’il y ai des canettes à boire
    C’est dans ce monde ma seule prière

    C’est ma bière
    Elle est tout pour moi
    C’est ma bière
    Je suivrai sa loi.

    J’aime bien la chanson de Morte…

    Répondre

  4. le 19 septembre, 2009 à 19:41 perle de l'oxydant. écrit:

    salut la foule.

    moi j’en connais plein des ernest pinaffont, en bretagne c’est pas ce qui manque ;)

    Répondre

  5. le 19 septembre, 2009 à 19:41 Sganarel écrit:

    Mais ou c’est donc qu’ils sont tous passé .Ils se serait pas barrés chez Nikko 13 à Marseille .J’y suis, les 100 patates c’est lui !

    Répondre

  6. le 19 septembre, 2009 à 19:45 Sganarel écrit:

    Ernest Pinaffont ? J’espére qu’il est né avec un préservatif au moins !

    Répondre

Laisser un commentaire

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique