Archive pour le 23 janvier, 2010

C’est le deux cent soixante dix neuvième fafiot!

Samedi 23 Janvier 2010

(de donner des impressions)

 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Pas plus tard qu’il n’y a pas longtemps, je discutais avec Sigismond.

Sigismond, c’est mon beau frère. Il est ramier de première, ou, pour les nez au frites, il est conducteur de RER A, et fier de l’être. Il aime à se répéter au moins trois fois par jour « Ah, j’suis quand même pas la moitié d’un con! ». Je ne l’ai jamais contredit dans ce jugement de valeur, étant persuadé moi-même qu’il couvre l’essentiel de l’autre moitié.

On va boire un coup de temps en temps au bistrot, histoire de parler d’Eglantine. Eglantine, c’est sa bergère à Sigismond, donc ma frangine. Eglantine est professeur des écoles. Quand on lui dit institutrice, elle monte sur ses grands cheveux, joue les vierges enfourchées et corrige le maloutrou. Bon bref, elle est professeur des écoles en école primaire.

Elle est en arrêt maladie pour dépression depuis 7 ans. En effet, comme les gamins devenaient plus nuls en cours d’année scolaire et que les parents lui demandaient gentiment ce qui se passait, elle leur a répondu qu’ on n’allait pas lui apprendre son métier tout de même!

Et comme cela s’est reproduit pendant dix ans, elle a finalement craqué, et voulant éviter une hémorragie cérébrale du trou de balle gauche, ou une rupture du cortex à Evry, elle s’est mise en arrêt. Mais elle n’est pas malheureuse. pendant les 17 semaines de congés elle va mieux, et elle reprend goût à la vie en se remettant à la lecture de Water-Closer, ou en SuantDuKu, ou en se cultivant en regardant la chaîne GULLI.

Enfin bref, je ne sais pas pourquoi je parle de tout cela.

Où en étais-je? Ah oui, nous étions, Sigismond et moi-même chez « Chez Ginette », café-tabac-loto-presse-pmu-presbytère-bibliobus sur la Place Enrico Machiasse, et nous discutions à propos d’Eglantine devant un kir nature (le kir nature étant un kir sans cassis).

Dans la conversation, il me demande

« - Et toi, ma vieille couille de vache (j’ai beau lui expliquer par Pie+Q qu’une vache n’a pas de couilles, ça l’amuse de m’appeler ainsi) de francky (ça aussi ça m’exaspère (de couilles de vache?)), est-ce que tu donnes comme moi?

- Donner quoi? luiposijelaquestion-je

- Et bien donner pour la lutte contre le cancer, la croix rouge, le sidaction, et tout et tout….
Parce que moi, je donne tous les ans au téléthon, de temps en temps au restau du coeur, mais jamais en hiver, et là, j’ai envoyé un centième de ma prime non médiatique à Tahiti pour le coup de grisou dans les corons.
Et en plus, tu déduis de tes impôts, c’est le top. »

Heureusement  sa sonnerie de téléphone portable a tintinnabulé au moment où j’allais répondre. Ah oui, sa sonnerie, ça doit être « We are the boeufs » ou un truc du genre. C’est Eglantine qui l’appelait lui répétant qu’il devait vite rentrer pour mangeouiller, afin qu’elle puisse faire sa sieste de bonne heure, et aussi que, comme courses, il ne fallait pas de pain.

- Bon Francky, on recausera de ça la prochaine fois. »

Et je le vis monter dans son monospace garé sur la piste cyclable, à cheval sur le trottoir, avec les gilets jaunes repassés sur chacun des sièges, avec son écusson « bébé à bord ».

Je poussis un ouf de soulagement, car si je lui avais donné ma réponse, il n’aurait pas compris mon engagement.

dconnoeuro.jpg

Oui, je n’ai pas honte, je donne.

Déjà, j’oeuvre dans le bon sens, puisque j’ai créé le Déconnothon. Et en plus, je donne volontiers car je sais où va l’argent! La comptabilité est claire et on ne joue pas au Crozemarie qui a tiré à l’ARC sans cible.

Je donne à l’association FRANCOIS AUPETIT, qui s’occupe d’une maladounette qui n’est pas de la branlette de pignouf et qui remise la gastro au rang d’une chiasse de poivrot.

Et puis je donne pour lutter contre des maladies orphelines.

Vous avez sûrement remarqué, chez certains commerçants, des petites boites pour collecter des fonds pour lutter contre la sclérose en plaques. Comme la recherche a déjà pas mal avancée sur ce sujet, j’ai créée une collecte pour une forme de sclérose plus méconnue: la sclérose en tubes. Certes, les esprits sont encore obtus, mais à force de don de soi et d’un peu de son temps, la sclérose en tubes sera un combat de l’avenir, et l’on me remerciera peut-être le jour où la maladie mutera en sclérose en poudre ou en pack de douze.

Je suis aussi actif dans une association qui lutte contre la Triportérite Besmacogyre ou Syndrome de Mimille. En fait, cette maladie très rare, apparaît entre 2 et 53 ans, et le seul traitement existant pour l’instant se prend par lavement bucco-borhinger, en deux prises; la première devant scrupuleusement être prise avant la seconde, pour ne pas souffrir de troubles secondaires tels que des rougeurs au fion, des mains moites ou des raideurs intempestives au niveau des joyeuses.

Enfin, pour les quelques cas désespérés, je donne de la bonne humeur ou une tape fatale afin d’abréger des souffrances qui peuvent être insupportables chez des êtres aimés, mais des fois, drôles à voir, surtout chez les huissiers, ou bien chez des voisins trop curieux.

Bref, je pense que je ne suis pas le mauvais bougre, et que je mets la main au larfouillet quand il faut, et que malgré toutes ses bonnes actions, je refuserais catégoriquement le transfert de mon corps au Panthéon, car j’ai l’impression qu’on y rentre comme Jean Moulin.

(franck 77)

Vous pouvez déconnobloguiter à donf sur ce que vous voulez, et sur d’autres choses aussi, dans la limite du raie zonable….

Publié dans:déconno-news |on 23 janvier, 2010 |26 Commentaires »

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique