Archive pour mars, 2010

C’est le deux cent quatre vingt dixième fafiot!

Mercredi 31 Mars 2010

(de boire à la santé du mort)

 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

C’est à l’heure du café calva, que nous avons appris la triste nouvelle: Jérémy Matournée est décédé prématurément, cette nuit, dans sa 65ème année.

La commune de Mézieux-en-Bourbay est sous le choc.

Jérémy Matournée était le fils de Madeleine Matournée et d’un soldat américain, Humphray Bienfuffé, qui avait débarqué dans la vie de Madeleine à une époque où les sanglots longs des violons étaient un gros tinet monotones, et qui l’avait séduite en lui chantant Beach Omaha Beach, pendant que ses copines allaient chez le coiffeur. Humphray Bienfuffé, était reparti at home sans savoir que sa bannière étoilée avait engendré un  petit d’homme.

Deux ans plus tôt, Jérémy avait eu un frère jumeau, Heinrich, fruit de la passion entre Madeleine et Helmut Von Koudbite, à une époque où il fallait bien être occupé à se faire couvrir autre chose que le feu. Seulement, à la naissance, Heinrich avait un teint vert de gris hérité des bottes de son père, ce qui le faisait ressembler plus à un tzigane qu’à une fourmi, et ce qui ne lui présageait pas un avenir prometteur. Il est mort accidentellement, deux minutes après sa naissance, en tombant dans un évier rempli d’eau.

Jérémy Matournée n’a jamais trop souffert de la perte de ce frère jumeau, l’écart de deux ans et son aversion pour le schnaps y étant conjointement pour quelque chose.

Jérémy Matournée a fait son service militaire dans l’artillerie à Beaune, et a découvert sa voie en côtoyant les canons et en dégoupillant les grenades. Peu de temps après un couscous fort en sauce, il a été convoqué par l’armée, mais la médecine militaire lui ayant trouvé un groupe O rhésus Boulaouane, n’a pas cru bon l’envoyer en Algérie sous le prétexte qu’il aurait pu être considéré comme étant juge et partie.

Comme le disait si justement Emile Bourrafond, maire de la commune de Mézieux-en-Bourbay, au journaliste de la Gazette Bourbayze :
« La commune perd non seulement un administré apprécié de tous, mais aussi sa figure scientifique »

En effet, Jérémy Matournée s’est intéressé très tôt à la dynamique des fluides et aux mélanges étonnants. D’ailleurs, ses travaux font autorité bien au delà des frontières communales, et il a donné des conférences mémorables jusque dans un comptoir de l’Inde, très cher au coeur de Rudyard Kipling célèbre auteur de « Tu seras un homme ma fille » dédié à sa fille Amélie, preneuse de petit tamis à deux mains.

Très peu de gens savent que c’est à lui, que l’on doit cette formule tant usitée dans les lieux publics de communion à l’heure de l’apéritif : « Tiens, patron, r’habille moi le gamin! » ou bien « Profite que je sois en cale sèche, René, pour en remettre une couche ».

 

jeremymatournee.jpg

(Jérémy Matournée – sortant de la Conférence du 12 Mai 2008 sur le réchauffement des gosiers)

Jérémy Matournée a toujours refusé les honneurs, et même en ayant la capacité pour poursuivre ses études jusqu’à une Licence IV, il a préféré faire ses expériences au milieu de ses potes plutôt que d’être enfermé dans un labo chez lui ou terré dans une cave.

Mise à part sa soif de connaissances et de découvertes en ce qui concerne l’état liquide, Jérémy Matournée, participait tous les ans à une épreuve sportive célèbre : le rallye Pastis-Calva, dont il était un candidat redouté, mais respecté.

maillotvainqueurrallypastiscalva.jpg

Très grand finisseur dans les Côtes du Rhône, il n’avait pas son pareil, non plus, pour emmener des grands braquets dans les lignes droites de Bordeaux.

Jérémy Matournée nous manquera à tous. Il a eu une vie brève, mais de comptoir, la plus noble!

En signe de deuil, tous les drapeaux de la commune et le chiffre d’affaire du bistrot de la place seront en berne.

Dans un testament qu’il a rédigé il y a trois ans chez Maître Haruban, suite à un accident au cours duquel il a crû mourir en buvant la tasse dans sa baignoire, il a souhaité n’avoir ni fleur, ni couronne. Par contre il désire une mise en bière sans faux col et un cercueil en fût de chêne.

La cérémonie religieuse, aura lieue dans l’église du village, vendredi 2 Avril 2010 avant l’apéro.

Jérémy Matournée a souhaité être inhumé dans le caveau familial, entre Madeleine Bienfuffée (elle a voulu prendre ce nom par contumas au 50ème anniversaire du débarquement) et son Koudbite,  avec comme épitaphe « Ci git Matournée, qui n’est pas prêt de la remettre »

Ce fafiot tient lieu de faire-part.

(franck 77)

Publié dans:Et ta scie vile |on 31 mars, 2010 |8 Commentaires »

La solution de la vingt et unième déconnocharadounette!

Samedi 27 Mars 2010

(de déconno solutionner le gourbi)

 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Recommémorationnons-nous donc le lit bêlé du zimbrec :

  1. Mon premier est la troisième note de musique.

  2. Mon deuxième ne s’occupe pas des paroles.

  3. Mon troisième sent le pin.

       ——————————-

Mon tout, est une spécialité A.O.C.

——————————

La solution a été enfin trouvée, non sans mal, puisqu’il a fallu donner un nain dix de ch’val genre « mon tout s’affine en cave », vous voyez le genre!

Voici la solution :

  1.  Mon premier est la troisième note de musique.
    C’est LE parce que LE c’est mi (leucémie)

  2. Mon deuxième ne s’occupe pas des paroles.
    C’est ROQUE parce que ROQUE fait l’air (Rockefeller)

  3. Mon troisième sent le pin.
    C’est FORT parce que FORT est des Landes (forêt des landes)

       ——————————-

    Mon tout, est une spécialité A.O.C.
    C’est donc LE ROQUEFORT


    roquefort.jpg
     
    (Roquefort, à ne pas confondre avec AC DC qui est aussi du rock fort)
    ————————————————– 

Comme d’habitude, nos deux grands compétiteurs ont solutionné le probloque.

Pineau, a eu un éclair de lucidité entre deux apéros en trouvant LE.

Et Biquette, notre chèvre préférée, après l’absorption de 3 kilos de chocolat, a trouvé le reste, une fois que j’ai largué le nain dix de ch’val dans la narture.

Je donne une mention particulière à Seb, Francis, Marco, Sganarel et Nikko 13 qui se sont penchés sur le truc avec doigté, finesse et  sûrement un verre à la main.

———————————————————

Voici le moment venu de donner les cadeaux somptueux aux récipients d’air :

Seb, Francis, Marco, Sganarel et Nikko 13 recevront, à un moment donné, par virement, la considération de Déconnoland.

Pineau, quant à lui, a gagné le droit de ramasser son abri de jardin dans le champs du voisin, abri qui s’était barré le jour où une Xantia lui est tombée sur le cornet.
En pluche, il reçoit une panoplie de ménage pour sa casbah : Un seau de 3 mètre cube, une éponge de cinq kilos, une paire de bottes en cailles ou d’chou, un gilet de sauvetage.
Et pour le réconforter, il recevra un ticket d’entrée pour faire deux heures de rameur dans le centre d’Eliotness le plus proche.

Biquette, the Biquette, la terreur de la déconno-charadounette, a gagné un cubi de vin chaud avec le service de verres assortis finement ciselés à la bouche.
Elle recevra aussi, un de ces quatre sans faute, le DVD de l’épisode 1 de la Saison Bouze du Docteur House, plus un bocal de civet de lapin confectionné par l’homme du Picardie.
Et, au diable les varices, elle recevra les ficelles de caleçons de Déconnoland, dans leur écrin en peau de chien chie là retourné, et une brosse à fion numérotée avec son certificat d’origine.

————————————————————————

Le passage à l’heure d’été

La solution de la vingt et unième déconnocharadounette! dans -- solutions des charades -- cadeauhorlogeinversee

N’oubliez pas de vous réveiller à deux plombes du mat cette nuit pour dire « bordel à cul de pompe à merde il est déjà trois plombes ».

Personnellement, je mettrais cette heure perdue à profit en écoutant le dernier CD de Diam’s : début de l’écoute, 2 heures et fin de l’écoute, 3 heures.

(franck77)

Publié dans:-- solutions des charades -- |on 27 mars, 2010 |35 Commentaires »

C’est le deux cent quatre vingt neuvième fafiot!

Vendredi 26 Mars 2010

(de sortir quelques nymphos)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Se mettre un pneu au courant de la nactu s’impose

Thé au logis 

Les pèdes au fil

Ah, que c’est poilant d’écouter les journaleux assoiffés de sensationnel en ce qui concerne les affaires de pédophilie dans l’église catholique.

Dans le dernier hors série du Pêt Lorrain consacré à un test de calcaire dans les différentes eaux de bites  bénites, on peut lire en gros sur la couverture :

« Pédophilie: L’église est secouée par l’affaire! », suite de l’article en page du milieu….

iphoto123953402653510jpg.jpg

(Ben au Hit 16(64) joignant le geste à la parole pendant la Bénédiction Urbi et Grosse bite)

Effectivement, en page du milieu, autour de la photo de Ben Au Hit 16 (64?) donnant la dimension maxi d’un goupillon farceur, on peut véritablement croire que l’église est vachement secouée car on lit la phrase suivante :

« Le pape Benoit XVI est éclaboussé par la pédophilie! »

C’est que, comme le disait Gainsbourg, quand on le secousse, il mousse. N’empêche que ça fait tâche, même si la fécondation in vitraux est plutôt tendance de nos jours.

N’empêche que le petit Jésus est un peu fautif sur ce coup là! Car se présenter à loilpé devant des rois mages qui avaient, chacun,  un casier judiciaire long comme le bras, il était inévitable que les gaziers bandent comme des ânes, au grand dam du boeuf qui n’y pouvait plus rien…

(voir notre document :
http://franck77.unblog.fr/2010/01/06/cest-le-deux-cent-soixante-treizieme-fafiot-2/)


D’ailleurs j’ai toujours été étonné que le barbu soit crucifié au lieu d’être empallé.

Maintenant, il y a un bouquin causant d’un cureton amerloque qui a pratiqué l’apposition des mains sur les glaouies d’un candidat à la communion et dans un numéro spécial de l’Express consacré à Cohn Den Bite, on peut lire, une fois qu’elles ont pû être décollées,  dans »les bonnes feuilles », comme ils disent, une lettre de l’archevêque de Munich (ta mère), devenu Ben Au Hit 16(64?), pour ces dames, assurant qu’il (le pape) le couvrait (le curé).

Si le Pape a couvert un curé pédophile, il ne faudrait peut être pas que ce soit le curé Trécy, car au niveau du goupillon farceur, c’est un coup à le retrouver collé sur le plaftard de la chapelle Cystite….

Moi je dis que tout cela, c’est juste histoire de lancer du discrédit sur le catholicisme. Cela ne m’étonnerait pas que cela vienne de quelques abonnés du Coran alternatif, qui lancent des fausses rumeurs tellement ils sont jaloux de ne pouvoir se taper des vierges uniquement que quand ils sont  en état de marmelade devant une ambassade. Essayez de bander avec chacune des couilles propulsées à des centaines de mètres de la Beyrouth, vous verrez, ça énerve.

Je respecte le curé de ma paroisse, l’abbé Tateudo, qui, quoiqu’il arrive, aura toujours l’habit de prêtre.

—————————-

Solidarité 

Sidaction

J’ai entendu sur ReuTeuLeu, Pierre Bergé, la terreur des myopathes, dire qu’il fallait appeler le numéro gratuit 110.

sidaction.jpg

Alléché par l’annonce, j’ai appelé le 110 :

- Allô le 110?

- Oui, ici Lucie Daction.

- C’est bien gratuit comme numéro?

- Tout a fait. Vous pouvez donner par chèque, carte bancaire, mandat postal ou virement….

- Enfoirée

- Ah non vous faites erreur de numéro.

Comme quoi, on entend pas mal de conneries sur les ondes…..

—————————-

Société

Le passage à l’heure d’été

C'est le deux cent quatre vingt neuvième fafiot! dans déconno-news cadeauhorlogeinversee

Nous rappellons aux fanas de la grosse aiguille que s’ils entendent trois dings au lieu de deux dans la nuit de samedi à dimanche, cela voudra dire que l’heure doit être changée aux montres et non pas que les pédés doivent changer de sens.

(Je tiens à préciser que je n’ai rien contre les homosexuels, lesbiennes et autres gouinasses. J’en connais quelques uns et unes, et qui portent même une montre. Je fais, moi-même,  régulièrement du lèche vitrine avec Bertrand Secsuel, président d’honneur (honoris causa mon cul ma tête est malade) du mouvement « ni bite, ni couilles ».

( Je ne voudrais pas être poursuivi par la Halde aux chaussures au sujet de propos tenus sur ce blogounet).

(franck 77)

 

Publié dans:déconno-news, Les nymphos en vrac |on 26 mars, 2010 |5 Commentaires »

Un point sur la vingt et unième déconno-charadounette en attendant le deux cent quatre vingt neuvième fafiot!

Vendredi 26 Mars 2010

(de déconno-charadouner en dilettante Quechua derechef)

 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Recommémorationnons-nous donc le lit bêlé du zimbrec :

  1. Mon premier est la troisième note de musique.

  2. Mon deuxième ne s’occupe pas des paroles

  3. Mon troisième sent le pin.

——————————-

Mon tout, est une spécialité A.O.C.

——————————

Nous allons essayer d’être brefs et circoncis.

Pineau a trouvé mon premier qui coulait de source (comme Pineau des Charentes) :
Mon premier est la troisième note de musique, c’est LE, parce que LE c’est mi (leucémie).

En ce qui concerne mon deuxième, ça gravite bien autour de l’air.

Quant à mon troisième, les Landes y sont vraiment pour quelque chose…

Bon, il faut retourner au taf de ch’val, mais comme le dit l’adagio d’Albinoni, le travail (entre les bras) c’est la santé (entre les jambes).

(franck 77)

Publié dans:-- solutions des charades -- |on 26 mars, 2010 |6 Commentaires »

C’est le deux cent quatre vingt huitième fafiot!

Mercredi 24 Mars 2010

(de causer du Docteur House)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Hier, histoire de me détendre le neurone gauche, j’ai zieuté à la téloche le premier épisode de la célèbre série amerloque « Docteur House ».

Pour les ceusses et ceuzes qui ne connaissent pas le zimbrec, chaque épisode est construit de la même manière:
Au démarrage, un gazier ou une gazière est en pleine activité, soit au taf, soit en pratiquant un sport, et, tout d’un coup, il ou elle s’effondre en bavant, ou en saignant des yeux ou en puant du fion.

C’est à ce moment là que se pointe le générique.

Image de prévisualisation YouTube

Puis, la dirlo de l’hosto arrive avec un dossier bleu sous le bras dans le burlingue de House, en résumant grosso merdo le pedigree du plaintif, et lance le top départ de la gamberge.

 

Le Docteur House, c’est un grand ponte de la médecine, qui est capable de diagnostiquer des maladies rares genre présence d’un cure dent dans un estogom, herpès au talon d’Achille, ou enflement de l’intérieur.
Pour se faire mousser, il est épaulé par  d’autres toubibs, grands pontes eux aussi, qui aiment être traités comme des sous-merdes, mais se poilant quand même en passant leurs temps à torturer le patient, même si les exams n’ont rien à voir avec ce qu’il a.

Au premier épisode, le patient convulse ou il faut l’intuber. Au deuxième, on perce, ou il faut regarder la cervelle à coeur ouvert. Au troisième épisode, c’est la redif de la saison 3.

Dans tous les cas, les grands pontes diagnostiquent 8 maladies différentes, donnent des traitements qui peuvent tuer le patient, tout en parlant de la pluie et du beau temps ou de leurs états d’âmes.

Voilà un peu le topo du truc.
Je vous donne le trombinoscope des personnages principaux de la série :

personnagesdocteurhouse.jpg

——————————————–

Je m’en va vous raconter celui d’hier :

DOCTEUR HOUSE – épisode 1 Saison bouze

« LA VIE DURAILLE »

Emile Grimpoire, un cheminot, venant de faire le trajet Ville-à-Couilles-Blètes / Z’y-Va-les-Cormeilles  arrête sa bouzine sur le quai n° 2. Un de ses collègues lui glisse un mot à l’oreille à la descente de la motrice.
Et là, Emile tombe à terre, les yeux ouverts, comme horrifiés par ce que son pote vient de lui baver dans l’esgourde.

christianmahieux.jpg

(Emile Grimpoire)

Générique………

Burlingue du Docteur House.
Il vient d’arriver, avec sa veste de moto, ses cuissardes, et son sac Quechua sur le dos, en boitant de la guibole:

House :

« - Kiwi, kiwi, kiwi. »

(Les autres toubibs, sont autour de la table de conférence, en attendant le client qui aura la bonté d’avoir une maladie à la con.
Le docteur House a déjà le dossier bleu sous le bras que Cul-dit (la dirlo des lieux) lui a fourgué dans l’ascenseur.)

House :

« - Salut les niais, toujours aussi cons?
Aujourd’hui c’est le cas d’un homme blanc, Emile Grimpoire, 35 ans, pré-retraité de la SeuNeuCeuFeu, qui s’est cassé la gueule de sa bouzine en apprenant qu’il avait taffé alors que c’était un jour de grève.
Depuis, il bave partout et crie Aline, pour qu’elle revienne en prenant la voix d’Aschiéri le Clown.

Allez, faites chauffer votre mou au lait qui vous sert de cervelle.

Cameron :

« -Surmenage? »

House :

« -C’est a force d’être assise sur Chase, que vous avez les portugaises ensablées? J’ai dit qu’il bossait à la SeuNeuCeuFeu. Le surmenage n’est pas dans la liste des maladies professionnelles »

Thirteen :

« -Dépression? »

House :

« Tiens, pas encore claquée numéro 13?
Dépression, mon cul, il avait son bifton  dans la poche pour emmener sa bourgeoise et ses huit chiards dans un camp de vacances au bord de la mer, quatre semaines en juillet pour la somme de 28,50 Euros tout compris »

Foreman :

« -Escarbille? »

House :

« -Alors le négro spirituel, c’est à force de tripatouiller le fion de numéro 13 que vous voyez tout en noir?
Le dernier cas d’escarbille a été relevé en 1946! Ce n’est pas parce que le gazier profite des avantages du début du siècle dernier qu’il en subit forcément les causes.
J’vous trouve mous de la bite ce matin, j’ai envie de virer tout le monde.
Mais allez quand même lui faire un électro-encephalo-enculogramme sans l’éborgner du genou comme dans l’épisode de la semaine dernière

Taub :

« -Je suis passé le voir dans sa piaule avant de venir, il demandait à boulotter une merguez »

House :

« -Enfin un truc intéressant. Je n’ai pas que des cons dans cette équipe de bras cassés, ça me ferait presque bander.
Bon Taub, allez lui passer un scanner à plat, faites lui un doigté argentin et analysez lui le raisiné pour voir s’il ne force pas trop sur le biberon.
Et vous Kutner, vous en pensez quoi?
Ce n’est pas parce que vous venez des îles qu’il faille vous palucher en écoutant les blancs becs dégoiser leurs conneries »

Kutner :

« -Je lui ai fais les fouilles à l’ Emile et j’ai trouvé ça: »

Kutner tend une carte plastifiée à House

Celui-ci réfléchit longuement, lance quatre fois sa balle contre le burlingue histoire de faire chier Cul-dit qui passe ses journées à mater sa chieuse sur sa web cam, se relève reprend sa canne :

House : 

« On ne peut rien pour lui, c’est une carte d’adhésion à Sud Rail. S’il reprend le boulot ça va le tuer, autant l’euthanasier tout de suite.
Quant à moi, je vais aller faire le pieu en larfouillet à l’autre têtard de Wilson, ça lui trouera le fion à ce cancérologue de mes deux. Entre potes, faut bien se détendre un pneu »

Il s’enfile un godet de vicodine dans le cornet et reprend sa canne :

- Kiwi, kiwi, kiwi……..

Générique de fin.

(franck 77)

——————————————

 

Pour les propales sur la déconno-charadounette en cours, il faut les écrire la dessus :

http://franck77.unblog.fr/2010/03/21/cest-la-vingt-et-unieme-deconno-charadounette-en-attendant-le-deux-cent-quatre-vingt-septieme-fafiot/

 

Publié dans:Docteur House |on 24 mars, 2010 |14 Commentaires »

C’est le deux cent quatre vingt septième fafiot!

Mardi 23 Mars 2010

(de se tirer sur l’élastique aussi)

 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais aujourd’hui il y a grève en France. Comme le ridicule ne tue pas, on y retrouve les enseignants qui ne sont ni en congé maladie, ni en congé maternité, ni en repos, ni en stage. On y retrouve aussi les gaziers de la vie duraille qui persistent dans leur nombrilisme exaspérant et qui ont la chance d’avoir des passagers passifs et bêlants.

Bref, les forces vives de l’économie débrayent, alors que, bizarrement, pendant ce temps là, les richesses qui les financent sont toujours produites. Mais d’où vient l’argent?

A Déconnoland, on va se tirer sur l’élastique aussi en pondant un fafiot minimaliste.

Nous rappelons que la 21ème déconno-charadounette n’avance pas terrible (tout comme un SeuneuCeuFiste moyen), et qu’il faut continuer à réfléchir sur le fafiot précédent:

http://franck77.unblog.fr/2010/03/21/cest-la-vingt-et-unieme-deconno-charadounette-en-attendant-le-deux-cent-quatre-vingt-septieme-fafiot/

J’ai une pensée zémue pour le fonctionnaire de base, qui ne fait pas grève aujourd’hui, jour d’action(?), parce qu’il n’avait pas fini de lire son journal hier, et qui s’est retrouvé comme un con, ce matin, devant la machine à café vide, tout simplement parce que l’intendance n’a pas suivie :

 

http://www.dailymotion.com/video/x13lnc

(franck 77)

Publié dans:déconno-news |on 23 mars, 2010 |6 Commentaires »

C’est la vingt et unième déconno-charadounette en attendant le deux cent quatre vingt septième fafiot

Dimanche 21 Mars 2010

(de déconno-charadouner en dilettante Quechua)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

En ce qui concerne la vingtième déconno-charadounette lancée par Pineau avant qu’une Xantia ne lui soit passé dessus, vous avez pu remarquer que les gaziers et la gazière qui ont trouvé la solution, ont eu peau de balle en récompense, dans la mesure où les lots, dont la quantité n’avait d’égale que la somptuosité, se sont retrouvés par trois mètres de fond dans la cave Pinuchesque.

Donc, les ceusses et ceuzes qui ont envie de crier au scandale peuvent envoyer un courrier de réclamation,  affranchi de façon iguane, au siège social de Déconnoland, accompagné d’un chèque d’une centaine de rôts pour frais de dossier.

Mais pour rattraper le coup, j’ai décidé de lancer une micro déconno-charadounette, car comme le dit si bien le proverbe: un tien, entre les bras, vaut mieux que deux tu l’auras, entre les jambes.

Voici donc le lit bêlé du zimbrec :

  1. Mon premier est la troisième note de musique.

  2. Mon deuxième ne s’occupe pas des paroles

  3. Mon troisième sent le pin.

——————————-

Mon tout, est une spécialité A.O.C.

——————————

Il est temps de mettre en branle vos six napses, et, connaissant votre sagacité (au jasmin?) je crois que le zimbrec sera dégourdi en moins de temps qu’il ne faut à un militant FSUesque pour envoyer un arrêt maladie après une journée de grève.

(franck 77)

Publié dans:-- solutions des charades -- |on 21 mars, 2010 |19 Commentaires »

C’est le deux cent quatre vingt sixième fafiot!

Jeudi 18 Mars 2010

(de faire un retour momentanément passager et provisoire)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais quand j’ai du taf à chier partout, ça ne fait pas semblant. D’ailleurs, je n’ai qu’égratigné le retard qui s’est accumoncelé, et c’est donc une visite rapide que je souhaitais entreprendre afin de vous dire que je bouge encore et que, comme dit le proverbe, même la plus belle fille du monde (entre les bras) ne peut donner que ce qu’elle a (entre les jambes).

Il y a des lustres et des lampadaires que je m’amuse à ajouter « entre les bras » et « entre les jambes » dans les proverbes. Essayez, ça ne sert à rien et des fois c’est poilant.

Catastrophe naturelle

La tempête de raie

Parmi les zévènements récents, nous pouvons avoir une pensée zémue pour Pineau qui a du bréler son calebard par un vent de six beau-forts sur l’échelle du zef. Au turlu, il m’a raconté un pneu ce qui s’était passé, mais je lui ai remonté le moral en lui disant que sa casbah avait pris de la valeur, dans la mesure où elle se situe, désormais,  à 1 kilomètre de la baille au lieu de 7 avant.

tempterochelle.jpg

(La Rochelle sinistrée)

***************************************

Justice et médecine

Des accouchements à la chaine (de tinette?)

Dans les petites nouvelles Freche fraiches, il y a le procès sympatoche de cette p’tite dame qui serrait le kiki de ses gluants au fur et à mesure qu’elle les dépotait. J’ai beau tourner le probloque dans tous les sens,  je pense qu’elle a fait un bien fou à la trésorerie de la C.A.F. ( Caisse à Fion), et je reste persuadé que les mémères qui ont raté le stage de croisement des jambes devraient en prendre de la graine.

caflogo2009.jpg

(Logo de la C.A.F.)

***********************

Catastrophe redondante

Les victoires de la musique

Il y a eu aussi les victoires de la musique, merci du cadeau….
Avec Ginette et Philémon, on faisait nos pronostics devant la téloche. Dans chaque catégorie, on avait bon quand on optait pour les morcifs écrits au balai à chiotte.
La cerise sur le râteau, c’était la chanson originale de l’année choisie par le public qui devait taper le numéro par SMS, ou sur 3615 Foumoila.
Ça n’a pas fait un pli, c’est Coeur de Pirate qui a décroché le pompon, en bêlant avec sa voix de portière de Dauphine vingt cinq fois de suite une phrase à la con. Résultat des ours, 3 victoires pour auteur, compositeur et interprète.
Je ne sais pas vous, mais personnellement je me sens capable d’écrire un textounet à la noix, sur un tempo de chambre, et de le brailler comme un âne pour gagner des breloques de tarlouzes

rogergicquel.jpg

(Un coeur piraté)

N’empêche qu’en étant obligé de se coltiner l’audition, derechef, du chef d’oeuvre, Roger Gicquel a lancé son célèbre « La France à peur » avant d’ajouter « Arrrgh » pour peaufiner la chose.

*********************************

 

Et ta scie vile

Pourtant, que ses créations étaient belles 

Sinon, le coup dur des coups durs c’est la mort du grand Jean Ferrat. J’aurais préféré Yvette Horner, mais elle, son accordéon la maintient debout.

Tout a été dit, écrit sur Ferrat. Je l’écoute depuis une trentaine d’années, et je ne m’en lasse pas.
Je l’ai croisé en 1993. Il était juste derrière moi à la sortie d’un immeuble réputé, je lui ai tenu la porte, et il m’a dit merci. C’est vous dire la gentillesse du gars.
Le plus con, c’est qu’il ait dépoté son chrysanthème la veille du vote pour les régionales. Ceci a contribué au taux d’absention scandaleusement élevé d’une part, et, d’autre part, au manque de la troisième voix, tant attendue, pour le parti communiste, par Marie-Georges Buffet et Robert Hue.

jeanferrat.jpg

(Jean Ferrat)

Pour illustrer sonoriquement le fafiot, j’ai longtemps hésiter entre le chef d’oeuvre de Coeur de Pirate et une chansonnette à la con de l’Ardéchois. Non, j’déconne.

J’ai choisi un poème d’Aragon, qui n’était pas un manchot, non plus, au niveau de la pouésie, mis en musique et interprété par Jean Ferrat : « La complainte de Pablo Neruda ».

————————————————————

Bon, après cette petite remontée bloguinesque, je vais retourner à mon taf de ch’val, car, comme dit le proverbe, il faut battre le fer (entre les bras) pendant qu’il est chaud (entre les jambes)

(franck 77)

—————————————-

Eire at home :

A la mise sous presse, notre correcteur Jérémy Duscotch, a constaté que le Logo de la CAF n’était pas bon!

Il faut le remplacer par celui-ci :

caf.jpg

Ça fait Caisse à Fion quand même…..

Publié dans:Les nymphos en vrac |on 18 mars, 2010 |16 Commentaires »

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique