Archive pour le 18 mars, 2010

C’est le deux cent quatre vingt sixième fafiot!

Jeudi 18 Mars 2010

(de faire un retour momentanément passager et provisoire)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais quand j’ai du taf à chier partout, ça ne fait pas semblant. D’ailleurs, je n’ai qu’égratigné le retard qui s’est accumoncelé, et c’est donc une visite rapide que je souhaitais entreprendre afin de vous dire que je bouge encore et que, comme dit le proverbe, même la plus belle fille du monde (entre les bras) ne peut donner que ce qu’elle a (entre les jambes).

Il y a des lustres et des lampadaires que je m’amuse à ajouter « entre les bras » et « entre les jambes » dans les proverbes. Essayez, ça ne sert à rien et des fois c’est poilant.

Catastrophe naturelle

La tempête de raie

Parmi les zévènements récents, nous pouvons avoir une pensée zémue pour Pineau qui a du bréler son calebard par un vent de six beau-forts sur l’échelle du zef. Au turlu, il m’a raconté un pneu ce qui s’était passé, mais je lui ai remonté le moral en lui disant que sa casbah avait pris de la valeur, dans la mesure où elle se situe, désormais,  à 1 kilomètre de la baille au lieu de 7 avant.

tempterochelle.jpg

(La Rochelle sinistrée)

***************************************

Justice et médecine

Des accouchements à la chaine (de tinette?)

Dans les petites nouvelles Freche fraiches, il y a le procès sympatoche de cette p’tite dame qui serrait le kiki de ses gluants au fur et à mesure qu’elle les dépotait. J’ai beau tourner le probloque dans tous les sens,  je pense qu’elle a fait un bien fou à la trésorerie de la C.A.F. ( Caisse à Fion), et je reste persuadé que les mémères qui ont raté le stage de croisement des jambes devraient en prendre de la graine.

caflogo2009.jpg

(Logo de la C.A.F.)

***********************

Catastrophe redondante

Les victoires de la musique

Il y a eu aussi les victoires de la musique, merci du cadeau….
Avec Ginette et Philémon, on faisait nos pronostics devant la téloche. Dans chaque catégorie, on avait bon quand on optait pour les morcifs écrits au balai à chiotte.
La cerise sur le râteau, c’était la chanson originale de l’année choisie par le public qui devait taper le numéro par SMS, ou sur 3615 Foumoila.
Ça n’a pas fait un pli, c’est Coeur de Pirate qui a décroché le pompon, en bêlant avec sa voix de portière de Dauphine vingt cinq fois de suite une phrase à la con. Résultat des ours, 3 victoires pour auteur, compositeur et interprète.
Je ne sais pas vous, mais personnellement je me sens capable d’écrire un textounet à la noix, sur un tempo de chambre, et de le brailler comme un âne pour gagner des breloques de tarlouzes

rogergicquel.jpg

(Un coeur piraté)

N’empêche qu’en étant obligé de se coltiner l’audition, derechef, du chef d’oeuvre, Roger Gicquel a lancé son célèbre « La France à peur » avant d’ajouter « Arrrgh » pour peaufiner la chose.

*********************************

 

Et ta scie vile

Pourtant, que ses créations étaient belles 

Sinon, le coup dur des coups durs c’est la mort du grand Jean Ferrat. J’aurais préféré Yvette Horner, mais elle, son accordéon la maintient debout.

Tout a été dit, écrit sur Ferrat. Je l’écoute depuis une trentaine d’années, et je ne m’en lasse pas.
Je l’ai croisé en 1993. Il était juste derrière moi à la sortie d’un immeuble réputé, je lui ai tenu la porte, et il m’a dit merci. C’est vous dire la gentillesse du gars.
Le plus con, c’est qu’il ait dépoté son chrysanthème la veille du vote pour les régionales. Ceci a contribué au taux d’absention scandaleusement élevé d’une part, et, d’autre part, au manque de la troisième voix, tant attendue, pour le parti communiste, par Marie-Georges Buffet et Robert Hue.

jeanferrat.jpg

(Jean Ferrat)

Pour illustrer sonoriquement le fafiot, j’ai longtemps hésiter entre le chef d’oeuvre de Coeur de Pirate et une chansonnette à la con de l’Ardéchois. Non, j’déconne.

J’ai choisi un poème d’Aragon, qui n’était pas un manchot, non plus, au niveau de la pouésie, mis en musique et interprété par Jean Ferrat : « La complainte de Pablo Neruda ».

————————————————————

Bon, après cette petite remontée bloguinesque, je vais retourner à mon taf de ch’val, car, comme dit le proverbe, il faut battre le fer (entre les bras) pendant qu’il est chaud (entre les jambes)

(franck 77)

—————————————-

Eire at home :

A la mise sous presse, notre correcteur Jérémy Duscotch, a constaté que le Logo de la CAF n’était pas bon!

Il faut le remplacer par celui-ci :

caf.jpg

Ça fait Caisse à Fion quand même…..

Publié dans:Les nymphos en vrac |on 18 mars, 2010 |16 Commentaires »

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique