C’est le deux cent quatre vingt sixième fafiot!

Jeudi 18 Mars 2010

(de faire un retour momentanément passager et provisoire)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais quand j’ai du taf à chier partout, ça ne fait pas semblant. D’ailleurs, je n’ai qu’égratigné le retard qui s’est accumoncelé, et c’est donc une visite rapide que je souhaitais entreprendre afin de vous dire que je bouge encore et que, comme dit le proverbe, même la plus belle fille du monde (entre les bras) ne peut donner que ce qu’elle a (entre les jambes).

Il y a des lustres et des lampadaires que je m’amuse à ajouter « entre les bras » et « entre les jambes » dans les proverbes. Essayez, ça ne sert à rien et des fois c’est poilant.

Catastrophe naturelle

La tempête de raie

Parmi les zévènements récents, nous pouvons avoir une pensée zémue pour Pineau qui a du bréler son calebard par un vent de six beau-forts sur l’échelle du zef. Au turlu, il m’a raconté un pneu ce qui s’était passé, mais je lui ai remonté le moral en lui disant que sa casbah avait pris de la valeur, dans la mesure où elle se situe, désormais,  à 1 kilomètre de la baille au lieu de 7 avant.

tempterochelle.jpg

(La Rochelle sinistrée)

***************************************

Justice et médecine

Des accouchements à la chaine (de tinette?)

Dans les petites nouvelles Freche fraiches, il y a le procès sympatoche de cette p’tite dame qui serrait le kiki de ses gluants au fur et à mesure qu’elle les dépotait. J’ai beau tourner le probloque dans tous les sens,  je pense qu’elle a fait un bien fou à la trésorerie de la C.A.F. ( Caisse à Fion), et je reste persuadé que les mémères qui ont raté le stage de croisement des jambes devraient en prendre de la graine.

caflogo2009.jpg

(Logo de la C.A.F.)

***********************

Catastrophe redondante

Les victoires de la musique

Il y a eu aussi les victoires de la musique, merci du cadeau….
Avec Ginette et Philémon, on faisait nos pronostics devant la téloche. Dans chaque catégorie, on avait bon quand on optait pour les morcifs écrits au balai à chiotte.
La cerise sur le râteau, c’était la chanson originale de l’année choisie par le public qui devait taper le numéro par SMS, ou sur 3615 Foumoila.
Ça n’a pas fait un pli, c’est Coeur de Pirate qui a décroché le pompon, en bêlant avec sa voix de portière de Dauphine vingt cinq fois de suite une phrase à la con. Résultat des ours, 3 victoires pour auteur, compositeur et interprète.
Je ne sais pas vous, mais personnellement je me sens capable d’écrire un textounet à la noix, sur un tempo de chambre, et de le brailler comme un âne pour gagner des breloques de tarlouzes

rogergicquel.jpg

(Un coeur piraté)

N’empêche qu’en étant obligé de se coltiner l’audition, derechef, du chef d’oeuvre, Roger Gicquel a lancé son célèbre « La France à peur » avant d’ajouter « Arrrgh » pour peaufiner la chose.

*********************************

 

Et ta scie vile

Pourtant, que ses créations étaient belles 

Sinon, le coup dur des coups durs c’est la mort du grand Jean Ferrat. J’aurais préféré Yvette Horner, mais elle, son accordéon la maintient debout.

Tout a été dit, écrit sur Ferrat. Je l’écoute depuis une trentaine d’années, et je ne m’en lasse pas.
Je l’ai croisé en 1993. Il était juste derrière moi à la sortie d’un immeuble réputé, je lui ai tenu la porte, et il m’a dit merci. C’est vous dire la gentillesse du gars.
Le plus con, c’est qu’il ait dépoté son chrysanthème la veille du vote pour les régionales. Ceci a contribué au taux d’absention scandaleusement élevé d’une part, et, d’autre part, au manque de la troisième voix, tant attendue, pour le parti communiste, par Marie-Georges Buffet et Robert Hue.

jeanferrat.jpg

(Jean Ferrat)

Pour illustrer sonoriquement le fafiot, j’ai longtemps hésiter entre le chef d’oeuvre de Coeur de Pirate et une chansonnette à la con de l’Ardéchois. Non, j’déconne.

J’ai choisi un poème d’Aragon, qui n’était pas un manchot, non plus, au niveau de la pouésie, mis en musique et interprété par Jean Ferrat : « La complainte de Pablo Neruda ».

————————————————————

Bon, après cette petite remontée bloguinesque, je vais retourner à mon taf de ch’val, car, comme dit le proverbe, il faut battre le fer (entre les bras) pendant qu’il est chaud (entre les jambes)

(franck 77)

—————————————-

Eire at home :

A la mise sous presse, notre correcteur Jérémy Duscotch, a constaté que le Logo de la CAF n’était pas bon!

Il faut le remplacer par celui-ci :

caf.jpg

Ça fait Caisse à Fion quand même…..

Publié dans : Les nymphos en vrac |le 18 mars, 2010 |16 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

16 Commentaires Commenter.

  1. le 18 mars, 2010 à 3:51 Seb écrit:

    Salut Franck et z’autres !

    Merci pour ces nactus fournies ! J’pensais pas hier qu’il y aurait un nartik’ aujourd’hui !

    Mais bon, tel est pris (entre les bras) qui croyait prendre (entre les jambes) ! ! !

    A tout bientôt,

    Seb

    Répondre

  2. le 18 mars, 2010 à 7:25 Sganarel écrit:

    Salut les décon’des nouvelles de Franky cause to hollywood chewing gomme ….

    Enfin le Franky a donné une augmentation aux sans fafiot qui bossent sur son chantier et qui le retenaient en otage!

    Jeannot il parlait de la montagne, mais jamais de la souris dont elle a accouché .
    Tu sais pas mon Roger ….ben la france , elle a toujours peur c’est la FRANCOPHOBIE en ce moment !

    Répondre

  3. le 18 mars, 2010 à 12:37 marco écrit:

    Salut Franck,
    Salut Seb qui était déjà en pression à 3 plombes 51 et
    Bonjour à Sganarel qui s’est rasé ce matin à 7h25 sur son ordi.
    Franck, tu ne parles pas du policier qui s’est fait refroidir dans ton département à Dammarie les Lys par un gars de l ETA?
    Qu’est ce que l ETA vient faire chez toi?
    Bonne fête cyrille, j’en connais pas mais bonne fête quand même.
    A+ et bonne journée aux lecteurs.

    Répondre

  4. le 18 mars, 2010 à 14:50 Biquette écrit:

    Salut les garçons, une hirondelle, entre les bras, ne fait pas le printemps, entre les jambes.

    Répondre

  5. le 18 mars, 2010 à 18:00 jijimagiccinqsept écrit:

    8-) Salut tout le monde !!! :P

    Ha, Franck : tu es reviendu, « yes !!! »…
    Dis : pour la plus belle femme du monde, quand on prétend qu’elle ne peut donner que ce qu’elle a, c’est pas tout à fait vrai, dans la mesure où elle peut donner des tentations sans en avoir ! Mais : ce que j’en dis… :( [Hein ? Ca sent le vecu ?!? J'sais pas...]

    Pour le poète qui nous a fait faux bond :

    http://www.youtube.com/watch?v=mkGtkM40sdg

    Dernière publication sur  : Adieu Manitas...

    Répondre

  6. le 18 mars, 2010 à 18:34 marco écrit:

    @ jiji
    Salut jiji, tu n’aurais pas sous le coude, une chanson de GIQUEL. Je pense qu-il avait poussé la chansonette dans une émission de TV.
    A+
    salut et bon courage à Pineau qui doit continuer à essorer sa maison.

    Répondre

  7. le 18 mars, 2010 à 21:58 Pineau écrit:

    Salut tatousse,

    J’ai essoré (entre les bras), et c’est sec (entre les jambes).

    Répondre

  8. le 19 mars, 2010 à 7:36 Sganarel écrit:

    Salut les décon’attend les nids d’hirondelle avec le printemps !

    @ Marco
    salut mon polo . En temps que président de la CUBA (confédération unifiée des blogeurs associés) je pense a me raser tous les jours .

    @Pineau

    force combien la prochaine charadounnette ? On peut pas avoir un sudoku ?

    Répondre

  9. le 19 mars, 2010 à 8:15 joëlle écrit:

    Comme d’hab, dur avec la caf
    Marrant le logo afrique/ballon ?? subliminal ?? et que penser de l’espèce de fer à cheval autour ??
    La caf, ton univers infernal ! bon, pas -paraît-il- pour la région parisienne… mais j’en doute
    à+

    Répondre

  10. le 19 mars, 2010 à 17:37 jijimagiccinqsept écrit:

    8-) Salut tout le monde !!! ;)

    @ marco

    Je n’ai pas trouvé un site qui diffuse la chanson de Roger Gicquel, mais j’ai chopé le texte et les références !

    Année 1981
    Auteurs compositeurs Roger Gicquel
    Label EMI
    Référence 2C 008-72467
    Pochette Thierry Giquel
    Durée 3 m 1 s

    Paroles :

    « J’aurais tant voulu prendre vos mains,
    Mais j’avais peur qu’on me les retire,
    Ou bien même, vous auriez pu dire,
    Que vous connaissiez trop le refrain.

    Vos yeux, je refusais de les voir,
    J’avais peur d’y lire la surprise,
    Un baiser souvent, quoi qu’on en dise,
    Est moins engageant qu’un long regard.

    Je cherchais des mots apprivoisés,
    Vous auriez pu croire à un blasphème,
    Si javais osé le « je vous aime »,
    Qui, au fond de ma gorge, s’est noyé.

    Si javais voulu me montrer tendre,
    Errer mes doigts le long de vos joues,
    Trouver le creux chaud de votre cou,
    Sans doute eussiez-vous pu vous méprendre.

    Maintenant que vous n’êtes plus là,
    Enhardi au seuil de votre cou,
    Je jette la nuit les mots damour,
    Que vous n’auriez pas voulu de moi.

    Mais demain j’aurai plus de courage,
    Je prendrai vos mains et dans vos yeux,
    Je chanterai le cri dun aveu,
    Et vous en laisserai l’héritage. »

    C’est tout ce que j’ai en stock pour l’instant, mais je ne désespère pas de trouver ! :)

    A plus…

    Dernière publication sur  : Adieu Manitas...

    Répondre

  11. le 19 mars, 2010 à 18:15 Sganarel écrit:

    Resalut les décon’atrappas des mouches avec du vinaigre….

    Je profite du vide sidéral blogounesque pour la derniére ligne droite de ma campagne antiélectorale. Du moment que mes chiméres sont incorrectement politique.
    Je voulais faire part a ceux qui on dépenser leur énergie de Droite à Gauche pour se rendre à la mairie Dimanche , que selon les sondages des experts à la Sofres Ipsos et autre Teinturier que le score des abstentionistes dont je m’honore d’être un illustre représentant va encore augmenter Dimanche et atteindre grosso modo les 55%.

    Savez-vous qu’un politologue de renom , pour la premiére fois à reconnu que les gens n’allant plus voter , en majorité ,ne se reconnaissent plus dans le fonctionnement d’un systéme politique qui coûte extrément chére aux contribuables en terme de remunération des élus et plus largement de fonctionnement du systéme , alors qu’il demeure impuissant devant une économie mondialisée .

    Aussi je recommande a ceux qui sont allé voter dimanche , d’y renoncé Dimanche. Il y a tant de choses plus gratifiante a faire comme par exemple : Dormir , faire l’amour, aller au champignon , au jardin, s’engueuler avec le voisin , aller au musée, au cinoche….etc

    Surtout quand on sait que 87% des personne interrogées 1 ans aprés chaque élection considére que c’est comme si elle avait chié dans un violon , fusse t-il un Stradivarius !

    Voilà ,voilà,voilà ….

    Répondre

  12. le 20 mars, 2010 à 14:17 Hermès écrit:

    Bonjour à toutes et à tous

    Bonjour sieur Sganarel

    J’en ai deux.

    http://www.youtube.com/watch?v=ihNgbmTNtMI

    J. Ferrat : Que serai-je sans toi
    Florentino : Le poète qui s’en va

    Refrain
    Le poète qui s’en va fait partie des belles rencontres.
    Le poète qui s’en va savait les mots qui rendent conscient
    Son heure s’est arrêtée au cadran de la montre
    Mais le poète qui s’en va on le chantera longtemps.

    Il avait les mots et la voix pour parler des choses humaines
    De nos fêlures les plus profondes sources de nos passions
    Il avait compris le pourquoi de nos douleurs et de nos peines
    Et combien peuvent être cruelles dangereuses et vaines
    Les utopies qui nous hantent et nous poussent à la déraison
    Il avait compris je crois la méfiance envers les illusions.

    Refrain

    Ces chansons nous parlaient de ce qui nous concerne
    Par ces paroles et ces écrits il nous décillait les yeux
    Ces poèmes n’étaient pas des quinquets de taverne
    Ils sont d’aujourd’hui et de demain à jamais moderne
    Pour l’homme qui veut être plus qu’un pion dans un jeu
    Et qui a compris qu’un destin s’accomplit si on le veut.

    Refrain

    C’était un homme de cœur et un véritable artiste
    Pas un de ces bobos qui ne sont parvenus
    A exister et qui finalement n’existent
    Que par ce que leurs parents les ont précédé sur la piste
    Si le destin ne leur avait fait cette fleur qui les aurait reconnu ?
    Ils seraient restés sur la rade des illustres inconnus.

    Refrain

    Le poète qui s’en va fait partie des belles rencontres.
    Le poète qui s’en va savait les mots qui rendent conscient
    Son heure s’est arrêtée au cadran de la montre
    Le poète qui s’en va avait, lui, du talent.

    Répondre

  13. le 20 mars, 2010 à 14:19 Hermès écrit:

    Chansons ( à quoi pensiez-vous mal au trou ? )

    http://www.youtube.com/watch?v=TdRZL_Q3ujs&feature=related

    Jean Ferrat : Aimer à perdre la raison
    Florentino : Voter pour ne pas perdre la région

    Voter pour ne pas perdre la région
    Voter quitte à donner le pouvoir au pire
    En faisant taire ses convictions
    Et en se berçant d’illusions
    Faire le mauvais choix mais se dire :
    Voter pour ne pas perdre la région

    Ah c’est toujours le citoyen qu’ils caressent
    Pour l’inciter à aller voter
    Dans les marcher ils s’empressent
    Et aussitôt ils l’oublient et le délaissent
    Et n’en ont plus rien à faire dès qu’il a voté

    Voter pour ne pas perdre la région
    Voter quitte à donner le pouvoir au pire
    En faisant taire ses convictions
    Et en se berçant d’illusions
    Faire le mauvais choix mais se dire :
    Voter pour ne pas perdre la région

    Du soir au matin, ils briguent vos voix
    Et vous noient sous leur faconde
    Il en est même qui n’hésitent pas
    A dire tout et n’importe quoi
    Et à aller jusqu’à l’immonde

    Voter pour ne pas perdre la région
    Voter quitte à donner le pouvoir au pire
    En faisant taire ses convictions
    Et en se berçant d’illusions
    Faire le mauvais choix mais se dire :
    Voter pour ne pas perdre la région

    Répondre

  14. le 20 mars, 2010 à 14:31 Hermès écrit:

    Je ne sais plus si je vous l’ai dite celle-là.

    Si oui, pardonnez mon alzaimmèreeeeeeeeeeee

    http://www.dailymotion.com/video/x27j3y_serge-lama-les-petites-femmes-de-pi_music

    S. Lama : Les petites femmes de pigalle
    Florentino : Des méthodes géniales

    Les voyou de haute volée mènent la belle vie
    Ils ne sont pas inquiétés, ils ont des amis
    Et du coup, ils se croient tout permis,
    Ils pillent vos biens sans mal et puis
    S’enfuient

    Pour voler vos avoirs ils ont des méthodes géniales
    Jour et nuit, ils se remplissent le portefeuille sans mal
    Ils mettent la main sur les sous, les outils, les biens
    Et se foutant bien de la loi, comme toujours, ne laissent rien

    Ils ont un savoir faire, des méthodes géniales
    Alors tout le monde crie, tout le monde s’emballe
    Mais, il n’est plus temps, il n’est plus temps, vraiment
    Plus temps et vous l’avez dans l’cul c’est navrant !.

    Les voyou de haute volée n’ont jamais les mains sales
    Ils se couvrent de tout et ni l’opprobre ni le scandale
    Ne les met à genoux, quand ça va mal ils s’enfuient
    En emportant les sous et vont mène la belle vie
    Sans soucis

    Pour s’faire des pépites ils ont des méthodes géniales
    Ils font des faux avec soin plus vrais que la normal
    Et trouvent toujours un moyens de vous piquer vos sous
    Et grâce à leurs p’tits tours ils savent vous prendre tout

    Ils ont un savoir faire, des méthodes géniales
    Ils sont malins, quand ils sentent que vraiment ça va mal
    Ils foutent le camp, ils foutent le camp, ils foutent le camp
    Avec l’argent et vous l’avez dans l’cul c’est navrant !.

    Ils ont un savoir faire, des méthodes géniales
    Ils sont en toute part, à Neuilly comme à Pigalle,
    Même je crois au sein de l’Eglise qu’elle manne
    Ils ont même réussi à mettre l’économie mondiale en panne

    Ils sont un savoir faire, des méthodes géniales
    Ils sont dans l’péché, la drogue, l’eau minérale
    Pour se faire de l’argent, de l’argent, de l’argent
    Et tant pis pour ceux qui l’auront dans le cul évidemment
    *
    {Chœurs}
    Ils ont un savoir faire, des méthodes géniales
    Ils sont en toute part, à Neuilly comme à Pigalle,
    Même je crois au sein de l’Eglise qu’elle manne
    Ils ont même réussi à mettre l’économie mondiale en panne
    Ils sont un savoir faire, des méthodes géniales
    Ils sont dans l’péché, la drogue, l’eau minérale
    Pour se faire de l’argent, de l’argent, de l’argent
    Et tant pis pour ceux qui l’auront dans le cul évidemment

    Répondre

  15. le 20 mars, 2010 à 18:42 Biquette écrit:

    FRANCK,c’est drôle aussi avec les contrepètries, et je ne résiste pas au plaisir de faire celle là: mieux vaut une escapade avec une salope(entre les bras) qu’une escalope avec une salade(entre les jambes)….

    Répondre

  16. le 22 mars, 2010 à 10:42 Francis écrit:

    le logo de la CAF, c’est le bon voyons ! il représente les africains (en jaune), au milieu du désert vert…c’est évident !

    Répondre

Laisser un commentaire

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique