Archive pour juin, 2010

C’est le trois cent dix huitième fafiot!

Lundi 28 Juin 2010

(de ne pas se faire entôler en refusant d’être un fils de pub)

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

Vous n’êtes pas sans savoir que pour écrire des conneries sur un blogounet, il faut avoir un hébergeur qui, comme son nom l’indique, vous héberge. L’hébergeur en question est unblog.fr.

Un hébergeur, ne fait pas son taf pour la beauté de l’art, car tout le monde doit vivre. Donc la principale source de revenus de l’hébergeur est la pub qui vient s’immiscer sur les articles des blogs. En général, la pub essaye de coller au plus près du sujet traité dans l’article.

Récemment, j’ai vu sur le blogounet de la FSU Côtes du Rhône un articulet qui traitait de la 17ème journée de grève de l’année ayant pour revendication le manque de moyens. Et bien au milieu du fafiot, il y avait une pub pour un traîne con, c’est vous dire si je ne dis pas que des conneries.

Vous avez pu remarquer que le blog de la déconnitude n’est entaché d’aucune pub à la con! La raison est que ,comme Déconnoland a pû revendre un tableau de maître l’année dernière, et bien on a débloqué des crédits pour ouvrir  un compte premium.

Le principe du compte premium est que vous donnez une somme pour une durée de 13 mois afin de bénéficier d’une chiée de bytes de place pour garer vos conneries, et aussi de se faire payer si on accepte les pubs ou bien, quand on est un gazier grognon comme mézigues, de refuser toute pub.

D’ailleurs, le compte premium de Déconnoland arrive à échéance dans un mois, vous pouvez le constater en haut à droite dans le tableau de bord du blogounet :

tableaudeborddeconnoland.jpg

(Ce n’est pas un appel aux dons, mais cotiser pour l’oeuvre ne serait pas une chose bête en cours…)

Vous profitez en premier lieu de ce compte premium, puisque je me casse le tronc à  accompagner chaque fafiot de musique qui a un rapport avec le sujet traité (par exemple, Gotainer qui chante « Primitif » en ce moment a plusssse fait pour la musique de publicités que Sud rail pour l’avancée des trains).

Je me suis dit, franck77, et si tu désactivais le refus des pubs pour voir ce que cela donnerait. Je suis venu, j’ai testu, j’en ai eu plein le cul! Jugez  Dingo  plutôt:

————————————————————–

J’écris un joli fafiot sur l’amour, le temps qui passe, la poésie ondulatoire, bref sur tout un tas de conneries qui font bander les romantiques, et de quoi est-ce que je m’aperçois-je? V’lan, au moment où le héros part pour la Crête, c’est à dire entre la deuxième et la troisième strophe, je me retrouve avec cette pub à la con :

 

« Avant je puais des ribes, mais depuis  que je me lave les tringlots avec le détergent aux huiles essentielles de décap four, je peux poser les nougats sur mon burlingue »

.
Moi je vous le dis, à ce compte là, la poésie en prend un coup dans le cigare…

 

——————————————————————

En deuxième texte je me suis lancé dans une oeuvre prosaïque causant de la beauté du sport, vantant le sublime de l’effort, l’abnégation dans la souffrance et la capacité à se surpasser. Bref, rien qu’en me relisant, je me suis promis d’acheter le bouquin si je le faisais éditer.

C’est au milieu du chapitre détaillant la communion des supporteurs avec les gladiateurs des temps modernes que la pub à la con s’est glissée :

 

Madame, vous voulez combler de joie votre mari de supporteur pour la fête des paires? N’hésitez pas, offrez lui la vulve-à-Zahia, trompette ribérienne à trois trous et à une corde, en croûte de vachette de porc retournée, livrée dans son étui en peau de morue.

vuvuzeladepocheentonnoir.jpg

(Vuvuzela de poche inoxydable)

Je ne suis pas bégueule, mais le fafiot en avait pris tout de suite un coup dans le cornet!

 

—————————–

Je ne suis pas du genre à baisser la tête ni à me laisser baver sur les rouleaux. Je me suis mis alors à écrire un superbe sujet sur Marcel Bigeard (pas l’entraîneur des petits rats de l’Opéra, mais la tête brûlée de para).

Ma plume, excitée par ce concentré de tant de patriotisme en un seul homme, écrivait la biographie du costaud en allant de la guinguette à gégène jusqu’à la cuvette de Ðiện Biên Phủ tout en passant par la Lorraine.

Et là, boum, la mouche dans le lait, la pub à la con vient à s’imposer comme une accidentée de la route dans un tableau de Picasso:

 » Vous avez des problèmes de cuvette à devenir fou? Ne vous inquiétez plus. En écoutant le CD live d’Indochine, vous vous rendrez compte que vos chiottes ne sont pas si dégueulasses que cela!« 

 bigeardinstructionsautcuvette.jpg

(Marcel Bigeard expliquant, avec des mots viets, la technique du canard pour nettoyer la cuvette)

Moi je vous le dis, c’est à désespérer d’écrire.

———————————-

Je me suis dis, franck 77, ne baisse pas les bras. Tu sais que l’homme est un loup pour l’homme, mais tu sais aussi qu’un jour la chevillette qui tire sur la bobinette tombera en rade et que tu lui mettras bien profond à ce carnassier, avec ou sans beurre du petit chaperon rouge.

Donc, je me remis à l’ouvrage et écrivus une tragédie en trois actes sur l’agonie de cette équipe de France qui a passé plus de temps dans les transports en commun que sur le terrain.

J’en étais arrivé à la montée poussive des gaziers dans l’avion jaune, que v’lan, passe moi l’éponge, la pub s’affichait sans cul férir :

« Vous avez les miquettes en avion? Vous ne voulez pas laisser dans la peine vos proches en cas de crash en disparaissant à tout jamais dans les flots bleus? Adoptez la ligne Jaune, la seule ligne qui possède des avions avec 13 boites noires. »

 raymonddomenech.jpg

(Raymond expliquant qu’il a gagné la seconde mi-temps du match, et persistant à dire que l’entraînement en vélo a payé puisqu’ils reviennent en jaune à Paris)

Mais pourquoi tant de haine nom de diou de bordel de gnou?

——————————-

Ma décision fut prise. je vais renoncer à devenir un homme du XXIème siècle. Je refuse toute pub à la con sur mon blogounet, et je n’accorderais , de temps en temps, que la présence de pubs à moi, moulées à la louche et ciselées à la bouche.

(franck 77)

Publié dans:déconno-news |on 28 juin, 2010 |19 Commentaires »

En attendant le trois cent dix huitième fafiot!

Lundi Vendredi 25 Juin 2010

(de se méfier de nos nerfs)

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

Le Grand Charles disait très justement, entre autres,  que « La France serait un beau pays s’il n’y avait pas les français », j’abonde dans son sens.

Je n’ai pas pour habitude de m’énerver contre tout, mais là, trop c’est trop! C’est la goutte d’eau qui fait déborder l’ours.

Le premier qui me demande pourquoi j’ai les nerfs en pelote, je lui fous ma main sur la gueule.

Je me méfie de mes nerfs, donc j’attends que ma tension baisse avant d’écrire un fafiot, sur je ne sais quel sujet encore, mais aucunement sur tout ce qui peut me donner l’envie d’acheter un lance flammes.

Donc, en attendant :

Un SUDUKU pour pas fienter

En attendant le trois cent dix huitième fafiot! dans déconno-news suduku

Voici les règles :

  1. La somme des cases de chaque ligne doit être égale à 9
  2. La somme des  cases de chaque colonne doit être égale à 9
  3. La somme des cases de chaque carré doit être égale à 9
  4. Seul le chiffre 1 peut être utilisé

——————————————————

Une petite vidéo pour détendre, sans fondement, certes, mais qui va au fond des choses :

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans:déconno-news |on 25 juin, 2010 |17 Commentaires »

C’est le trois cent dix septième fafiot!

Lundi 21 Juin 2010

(de supporter les boeufs)

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

Cette année, c’est le 70 ème anniversaire d’un évènement qui avait de la gueule :

afficheappel18juin.jpg

Mais aujourd’hui, l’ennemi est toujours à notre porte.

La chienlit qui avait gagné la France depuis presque 30 ans, s’est installée définitivement ce viquinde. Heureusement, un homme de l’ombre est arrivé à Londres.

Cet homme, acceuilli à l’aéroport, avait sourire aux lèvres, barbe de trois jours et capuche sur le cigare. Certaines mauvaises langues prennent ce sourire pour du mépris, cette barbe pour de la négligence et la capuche pour de la z’y va terie!

Je dis NON! Cet homme est l’homme providentiel. Il est viendu à Londres pour organiser la résistance. Ce sourire est un sourire de contentement personnel, cette barbe est de trois jours car il a balancé son rasoir sur la tronche d’un Lyonnais qui lui bavait sur les rouleaux, et cette capuche est une couverture normale quand on entre en résistance.

Cette résistance au bon goût, au bon jeu, et à la bonne image de la France prendra de l’ampleur. En effet, ce futur chef de file des gaziers qui ont les pouces dans le cul, fera une annonce à la BBC, et fera placarder une affiche qui restera dans l’histoire.

En avant première, comme notre envoyé spécial Jean Branlepahune a accepté de se faire enculer entre deux tranches de pain, le chef de la résistance lui a permis de photographier cette affiche :

londresanelka.jpg

C'est le trois cent dix septième fafiot! dans déconno-news pdf londresanelka1.pdf (version papelard)
(Affiche propriété exclusive de franck77.unblog.fr)

Je pense que nous allons entrer dans une période sombre de notre histoire, que le marché noir va reprendre vigueur et que le Général Edouard Leclerc viendra nous filer des ticksons de rationnement point repère.

(franck 77)

 

Publié dans:déconno-news |on 21 juin, 2010 |12 Commentaires »

C’est le trois cent seizième fafiot!

Dimanche 20 Juin 2010

(de découvrir que la recherche est pompeuse pour La Boudeuse)

bandeauterreocean.jpg

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

Dans la grande série, on nous prend pour des burnes, et, seul, le canard enchainé détient la vérité dans la mesure où il fait la pluie et le beau temps dans toutes les rédactions nationales, voire même, internationales, je vais vous prouver que le blog de la déconnitude n’est pas un media à négliger, loin de là!

C’est en lisant un article d’une revue hautement spécialisée, en l’occurence Le Parigot catégorie Société, que l’interviouve de Monsieur Patrice Franceschi m’a mis l’anus à l’orteil, et m’a obligé à pousser mes investigations plus avant.

En premier lieu, pour situer la chose, qui est Monsieur Patrice Franceschi?

Déjà, pour cela, j’ai utilisé la technique qu’a adopté Patrick Poivre d’Arvor, grand journaleux romantique de Ploumeur Bodou, qui a gagné un fric astronomique pour présenter des infos de merde à la téloche à la grand messe du 20 heures pendant des lustres et des lampadaires, et qui a avoué sur ReuTeuLeu, la semaine dernière, qu’un journaliste, aujourd’hui, je le cite «  ne parle pas d’un évènement, ou d’un acteur de l’actualité sans consulter Wikipédia, qui est devenue la bible encyclopédique du journaleux du XXIème siècle ».

Ayant l’intention de pustuler pour obtenir un numéro de carte de presse afin de couvrir certains évènements, dont l’extension de la connerie humaine, j’ai suivi ce conseil de maître et sur Gogole, j’ai tapé OuiOuiMerdia puisque je ne l’ai pas en lien, puis j’ai tapoté le blaze du mec.

Voici le lit bêlé énoncant le pédigrée du gazier :

Patrice Franceschi est un aventurier français né à Toulon en 1954 de parents corses.

patricefranceschi.jpg

Depuis les années 1970, cet écrivain, cinéaste, marin et pilote, multiplie les expéditions à travers le monde (Amazonie, Afrique, Nouvelle-Guinée, etc.), expéditions qu’il qualifie de campagnes d’exploration. Président de la Société des explorateurs français (2002 – 2006), détenteur de la grande médaille de l’exploration de la Société de Géographie, Patrice Franceschi est également à l’origine de nombreuses missions humanitaires dans les zones en guerre (Bosnie-Herzégovine, Kurdistan, Somalie, Afghanistan, etc.).

Ce monsieur a des titres honorifiques à chier partout, il a, entre autres breloques :

  • Chevalier de la Légion d’honneur
  • Médaille de l’Académie de Marine
  • Lauréat de l’Académie française (prix Broquette-Bonin)
  • Médaille d’or de l’Académie des sports
  • Victor de l’aventurier
  • Prix Liotard de la Société des explorateurs français
  • Grande médaille de l’exploration de la Société de Géographie
  • Il figure même dans le who’s who :
    http://www.whoswho.fr/biographie-FRANCESCHI-Patrice_430648.html

    Par contre, là, pour aller zieuter sa fiche d’identité, il faut raquer 6 Euros, et comme je n’avais pas de monnaie sur moi, je vais continuer sans.

    On parle beaucoup en ce moment de missions ministérielles à la con, et des prix démentiels, pour mener à bien, ou non, ils s’en foutent eux mêmes, toutes ces couillonnades qui font que le seul constat viable que l’on puisse faire en ce bas monde est que l’homme est l’animal le plus con de la création.

    Et bien, figurez-vous, que cet aventurier a été missionné par Jean Louis Borloo, grand écologiste ministèriel après l’heure et gros défenseur de l’eau dans la mesure où il ne l’utilise, ni pour boire ni pour se laver.

    Et la mission a nettement plus de gueule que celle de la mère Boutin qui doit aller se taper l’odeur des bidonvilles alors que deux cent mètres plus loin, il y a des footeux milliardaires qui tiennent en haleine des beaucoup moins riches et des plus cons qu’eux, les regardant taper dans une baballe.

    Non, Monsieur Patrice Franceschi, en plus d’être corse, aviateur, écrivain, et cinéaste est fier car il a décroché la mission Terre Océan, une mission du grenelle de la mer autour du monde. Et ce Grenelle de la mer autour du monde, il ne l’effectue pas au volant d’une C5 déclassée ou d’une Twingo pourave, mais à bord d’un fameux trois mâts, en bois d’arbre, appelé La boudeuse, Hissez haut, les jolis matelots.

    Pour vous prouver ma bonne foi, je vous mets le lien sur le site officiel de la mission:

    http://la-boudeuse.org/

    laboudeuse.jpg

    En zieutant attentivement cette mission, et la fiche technique de la Boudeuse, on lit ceci :

    Les scientifiques attachés au CNRS, au CNES ou au Muséum d’Histoire Naturelle se relaieront à bord de La Boudeuse. Ils étudieront l’état de la biodiversité, les modifications climatiques, la montée des eaux, la pollution, les problèmes de la pêche, l’évolution des territoires ou encore les effets de la déforestation, en travaillant de concert avec les chercheurs et les universités locales, apportant des moyens techniques et performants bien souvent inexistants sur place. Lobjectif fixé est d’approfondir les connaissances de l’existant, dinventorier les espèces (faune, flore, espèces endémiques…) mais aussi d’examiner les ravages dus à lactivité humaine et au réchauffement climatique.

    Rien que ça! Diderot et Gérard Lambert peuvent aller se rhabiller avec leur encyclopédie de ménagère.

    Vous me connaissez, je ne suis pas là pour jeter la pierre à King Kong. Moi-même, si j’étais chercheur au CNRS, au lieu d’autopsier le trou de balle de Jeanne Calment pour découvrir le gêne de la longévité, ou au lieu d’aller taquiner la sardoche dans le golfe du mexique pour savoir si elle est capable de produire elle-même la boite qui l’entoure avec la languette qui va bien, je pustulerais à deux mains pour parcourir le monde sur ce fameux trois mâts et pour écrire une carte postale à Borloo en lui confirmant que les hommes sont bien des salopiauds qui chient partout sans jamais rien essuyer et qu’on a découvert un thé au rhum en Martinique qui sert moins le kiki que celui de ta laisse (il faut avoir des lettres en math pour comprendre cette phrase).

    Et même si on ne me filait qu’un hélico pour survoler le monde, tourner des reportages au téléobjectif et coucher sur du papier glacé les clichetons du sillage destructeur de mon engin, je ne ferais pas la gueule.

    Seulement voilà, le rêve se termine prématurément faute de crédits. J’ai eu beau fouiller partout, je n’ai pas eu la trace du contrat de cette mission, ni eu connaissance du budget initial, mais toujours est-il, que, malgré la participation financière de l’état et de sociétes diverses, après un départ en fanfare de Fécamp en Octobre 2009, pour une durée minimum de deux ans, l’écrivain baroudeur, crie à qui veut bien l’écouter, qu’il a déjà dépensé tout le fric et que le rafiot sera mis aux enchères dans le prochain port pour éponger ses dettes.

    laboudeusemissionterreocean.jpg

    Il a cependant demandé une aide à Borloo de 500000 Euros qui fait la sourde oreille. De toute façon, cette « rallonge » ne servirait à couvrir que l’endettement en cours, et ne lui donnerait pas plus de flouze pour mettre de l’essence dans les voiles.

    En analysant, en mobylette, la situation, moi, franck 77, qui ne suis qu’un être primaire je constate simplement qu’au départ, un Etat, en partant d’un congrès demandé par un animateur-producteur télé héliporté, a été capable d’affréter un joli trois mâts, en mettant à la tête un aventurier, de lui fournir un pont d’or pour inviter des chercheurs de farniente du CNRS à constater l’immensité océane de la connerie, et que cet écrivain baroudeur (comme il se définit lui-même) a bouffé la grenouille en huit mois.

    La Boudeuse est actuellement en rade en Martinique, ce qui est un peu mieux que le long d’un quai brumeux à Gdansk.

    Les 33 scientifiques qui participent à la mission ont écrit une bafouille à Nicolas Sarkosy pour réclamer les 500000 euros promis par l’état, ce qui permettrait de continuer la mission.

    D’ailleurs voivi un extrait de la missive des touristes :
    « La Boudeuse doit continuer ses expéditions et son programme d’exploration scientifique. Ils apportent non seulement des résultats inédits, mais également l’esprit d’aventure qui manque aujourd’hui à la science moderne, renouant ainsi avec la tradition des grandes expéditions naturalistes »

    2295245unsphenodonsereproduitl039agede111ans.jpg

    Si je comprends bien, ils veulent faire avancer leur trois mats en bois en dégageant la piste au coupe-coupe dans la forêt amazonniene, et veulent créer eux mêmes leur longues vues avec un tronc creux et un paquet de lentilles afin  d’épier un indigène en train de se fabriquer un couteau aztèque. Bref il ne faut pas les prendre, ni pour des Kon-Tiki, ni pour des Buffon

    Alors, le canard enchaîné qui frimait il y a quelques temps en exhibant un document que n’importe quel crétin peut créer avec un traitement de texte quelconque pour affirmer qu’une grenouille de bénitier émargeait à 9500 euros par mois pour un seul rapport sans même pouvoir y mettre la langue, je pense qu’ils sont petits joueurs quand on pense à l’énormité de la somme qui a déjà été bouffée par le comité national scientifique, avec, à leur tête, un aventurier.

    Alors soyons fous. Patrice Franceschi est un écrivain baroudeur et si il  réussit à entôler un Etat avec ses scientifiques à l’ancienne, je vais tenter ma chance, et je vais, de ce pas, envoyer cette missive à l’Elysée:

    emeu.jpg

    Monsieur le Président de la République, monsieur le Ministre, messieurs et mesdames les Jurés (j’anticipe).

    Je me permets de vous détourner de vos tâches hautement capitales pour la France et pour vous-mêmes, et vous demande de m’accorder des crédits colossaux, pour mener à bien une mission que vous jugerez utile et indispensable une fois que je me serais tiré avec la caisse.

    Je suis Ecrivain déconnobloguiteur et, dans un souci de recherche pour le devenir de l’humanité, j’aimerais survoler la connerie dans le monde entier afin d’y découvrir des zones endémiques, une flore intestinale et explorer des cons-trées dans lesquelles la main de l’homme n’y a jamais mis les pieds. Pour ce faire, juste 5 petits millions d’euros suffiront pour amorcer cette mission qui durera un mimimun de 25 ans. mais il est entendu, que si j’ai bouffé le flouze bien avant que ça me reprenne, je me réserve le droit de convoquer Le Parigot pour lui dire que vous êtes des sacrées enflures et que si vous ne subvenez pas au sauvetage de mon escroquerie, je serais prêt à divulguer tout document tapé dans ma cave et susceptible de baiser tout le monde et même le Canard enchainé.

    Dans l’attente de votre accord tacite et d’une avance de 500000 euros pour mes faux frais, je vous promets, en retour, de vous envoyer des jolies cartes postales, aussi timbrés que les chercheurs fonctionnaires que je ne risque pas d’embaucher pour qu’ils piquent dans ma gamelle.

    Signé : votre très dévoué franck 77

    C’est le trois cent quinzième fafiot!

    Samedi 19 Juin 2010

    (d’affirmer que le sport de haut niveau peut faire mal au cul)

    Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

    Je ne suis pas footeux pour un sou, mais la coupe du monde m’interpelle, surtout quand on parle de notre équipe de boeufs.

    Déjà, l’image de la France, dans le monde, qui représente un pays perpétuellement en grève, peuplé de cons prétentieux, sales et malpolis, je l’approuve à 300%, même si ça  me troue un peu le fion quand même.

    Mais là, trop c’est trop.

    Parlons un peu de Nicolas Anelka. Je préviens tout de suite la Halde aux chaussures que ce qui va suivre n’aura aucune connotation raciste, puisque que tous les propos sont vrais.

    Nicolas Anelka est bien français, puisqu’il est né à Versailles , de parents Martiniquais. Il joue dans l’équipe de Chelsea (Angleterre), car son compte en banque y supporte mieux le climat.

    Le baveux Le Parigot, qui est dans ses petits souliers ce matin, car son supplément détachable vendu le 9 Juin 2010 intitulé « Le guide complet du Mondial » avait en Une ce superbe joueur, qui, sur une double page, disait qu’ »il voulait être champion du monde », Le Parigot, donc, a du mal à relayer les propos tenus par  leur poulain à l’encontre du patron(?) de l’équipe de France, Raymond Domenech, à la mi-temps de France Mexique, qui étaient : »Va te faire enculer, sale fils de pute! ».

    filsdepute.jpg

    Ce titre de l’équipe est sans équivoque! Le seul reproche que je puisse faire au journal sportif, est que l’investigation n’ait pas été poussée plus loin à ce sujet afin de vérifier ce qu’a fait  Raymond par la suite, juste pour voir s’il a suivi les conseils d’un de ses employés.

    Personnellement, si Raymond ne renonce pas aux sommes exorbitantes allouées pour être aussi nul et incapable de mener ses troupes  j’espère qu’il se fera empaler!

    Les journaleux ont beau dire que le contribuable ne met pas la main à la poche pour filer trois siècles de SMIG par jour à cette bande d’emmanchés, mais moi, patron de ma petite boite uni-personnelle, figurez vous que j’ai reçu une lettre, ce matin,  de la part du Crédit Agricole me sommant de leur envoyer mon dernier bilan clôturé fin 2009, afin de clarifier ma situation et d’évaluer mon autorisation de découvert de trésorerie.

    campagnequick2007anelka.jpg

    (Anelka ventant les mérites de son quick halal et aux fines herbes,
    sûrement le meilleur à foutre aux chiottes)

    Le Crédit Agricole, fait partie des sponsors officiels de l’équipe des boeufs. L’ensemble des sponsors a signé des contrats pour un montant de 5 millions de rôts pour l’équipe de France, staff compris et ce, quelque soit la nature de la prestation des pros(?) uniquement pour la coupe du monde 2010.

    On apprend aussi, que ces contrats mirobolants courent encore pour 4 ans!!!

    Je ne m’appelle pas Domech, mais j’ai mal au cul quand même! Je vais donc, de ce pas, agrafer la copie de ce fafiot sur mon bilan 2009 que je vais adresser au  Crédit Arboricole, en espérant qu’ils auront assez, de mes frais bancaires annuels conséquents, pour engraisser ces tâches.

    ——————————————–

    Sinon, hier, à la sortie d’une grand surface, un syndicaliste CGT, portant un maillot de l’équipe de France, voulait me faire signer une pétition contre la réforme de retraite. Je lui ai dis, simplement, qu’en étant patron, je ne verrais jamais ma retraite, ce à quoi, il m’a répondu « C’est logique » (sous entendu, profiteur).

    Dernière petite chose. Notre cher Nicolas Anelka, hors contrats publicitaires, préfère se faire appeler Abdul-Salam Bilal, après s’être converti à l’Islam.

    Hier, l’apéro géant, saucisson pinard prévu dans le quartier de la Goutte d’Or a été interdit pour cause de connotation raciste!

    Par contre , la phrasounette d’Anelka à l’encontre de son employeur, ou le doigt d’honneur de Gallas fait aux journaleux ne sont pas du tout répréhensibles et ne troublent pas l’ordre public!

    Je m’en vais donc, de ce pas, acheter un bon gros saucisson bien sec, pour aller l’emmancher dans le fondement de ce demeuré cégétiste, qui cotise sûrement plus pour ces milliardaires de merde de footeux que pour la retraite des canards à grande gueule.

    ———————————————-

    La Question du jour

    Raymond Domech doit-il suivre le conseil d'Anelka?

    Chargement ... Chargement ...

    (franck 77)

    Publié dans:déconno-news, La question du jour |on 19 juin, 2010 |2 Commentaires »

    C’est le trois cent quatorzième fafiot!

    Vendredi 18 Juin 2010

    (de causer de la tôle du 17 juin)

    Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

    Pour une fois que je regardais le foot pour pouvoir en causer, je n’ai pas été déçu du canard.

    Une fois n’est pas coutume, j’ai pris ma mine HB, et j’ai crayonné deux ou trois moments pris sur le vif :

    Match Mexique-France, 103ème minute :

    francemexique02.jpg

    Match Mexique-France,Conférence de presse – Ribéry explique :

    francemexiqueribery.jpg

    Match Mexique-France, Scéance de décrassage :

    francemexiquedecrassage.jpg

    ———————————–

    Et maintenant quelques messages personnels :

    Publié dans:Les nymphos en vrac |on 18 juin, 2010 |7 Commentaires »

    C’est le trois cent treizième fafiot!

    Jeudi 17 Juin 2010

    (de refileuzefer pour la troisième année consécutive)

    Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

    Aujourd’hui, c’est le grand rendez-vous annuel pour les philosophes que nous sommes!

    Vous vous souviendez que nous avons relevé le gant  en 2008 et 2009 :
    http://franck77.unblog.fr/2009/06/18/cest-le-deux-cent-dix-septieme-fafiot/

    Cette année, nous allons récidivé, et celui qui dit de lapin est dix lexiques

    Zieutons déjà ce qui a été proposé :

    Série L (littéraire) coefficient 7

    - La recherche de la vérité peut-elle être désintéressée ?

    - Faut-il oublier le passé pour se donner un avenir ?

    - Expliquer un extrait de la « Somme théologique »de Thomas d’Aquin.

    Série S (scientifique) coefficient 3

    - L’art peut-il se passer de règles ?

    - Dépend-il de nous d’être heureux ?

    - Expliquer un extrait du « Léviathan » de Hobbes.

    Série ES (économique et social) coefficient 4

    - Une vérité scientifique peut-elle être dangereuse ?

    - Le rôle de l’historien est-il de juger ?

    - Expliquer un extrait de « L’éducation morale »de Durkheim.

    Les deux années précédentes, nous avons choisi le sujet de philo de la série L. Cette année, nous allons opter pour la série S, parce que l’art m’inspire d’une part et que c’est moi Raoul d’autre part.

    Donc balançons la soudure :

     L’art peut-il se passer de règles ?

    Avant de poser cette problématique, nous sommes en droit de nous poser la question: qu’est-ce que l’art?

    L’art touche une chiée de domaines. Quand on nous dit art, le commun des mortels pense à tout ce qui touche à l’esthétique : la peinture, la sculpture, la poésie, la littérature et tout un tas d’autres conneries.

    Mais il ne faut pas occulter le fait que l’art désigne avant tout un ensemble de procédés pour arriver à un produit fini. En effet, l’art ne nourrit pas simplement l’esprit mais se finalise aussi dans les domaines techniques. En effet quand on parle d’un ouvrage d’art, on pense plus au Pont de Noirmoutiers qu’à un morceau béton joué dans un concert de rock.

    Lorsque que l’on parle d’homme de l’art ou d’art de l’ingénieur, nous pouvons, d’emblée, affirmer que l’art ne peut pas se passer de règles. En effet, si le gazier qui veut construire un stade ou une maison de retraite sans tenir compte de la pesanteur, de la résistance des matériaux, des contraintes physiques et chimiques des éléments de construction, et de toutes les connaissances  techniques accumoncelées pendant des lustres et des lampadaires, et bien son oeuvre risque de se casser la gueule, ayant pour conséquence, dans le cas du stade, de soulager la terre d’une poignée de demeurés, et dans le cas de la maison de retraite, d’alléger provisoirement le montant des cotisations.

    Même dans l’antiquité, le grand philosophe Pythagore, qui était mathématicien à seize heures, a démontré que l’art mathématique avait besoin de règles, ne serait-ce que pour tirer des traits bien droits pour les crobards utiles à l’invention  du thé au rhum qui porte son blaze.

    La question est donc résolue en partie. Mais nous n’allons pas nous tirer sur l’élastique pour autant, car on a solutionné le probloque côté Bouygues, mais il reste entier du côté Art, avec un grand tas.

    Quand on nous cause art, nous pensons, sans cul férir, à Beaux arts, donc, l’art est forcément beau. Par extension, la beauté semble être une règle de base à respecter pour l’art.

    L’art est forcément soumis à des règles, la beauté n’étant plus qu’une constatation de l’application de certaines règles.

    En effet, on ne peut pas imaginer Géricault peindre Le Radeau de la Méduse avec sa trompette. On ne peut pas non plus demander à Michel Ange de peindre le plaftard de la chapelle Cystite, sans l’avoir au préalable démonter et poser contre la Tour de Pise pour avoir plus de liberté dans ses mouvements. Donc, comme toute oeuvre de création, l’art n’est pas bégueule sur les règles, sinon il n’y aurait que du Jeff Koons ou du Stephan Büchel dans les musées.

    Cependant, l’art, en plus d’être beau, doit se montrer original. Donc, une transgression des règles permet d’arriver à l’originalité. Il existe, cependant, des mectons qui ont pondus des trucs bien léchés, en se fiant uniquement à leurs instincts et en se pliant à aucune règle. Mais là, on touche au génie. C’est ce qu’a remarqué Kant, qui se faisait mousser en se faisant appeler maître, et qui affirmait que le génie était celui qui imposait ses propres règles à l’art.

    Mais peut-on réellement s’imaginer un artiste qui peigne sans connaître les couleurs, qui compose en ignorant la musique? A entendre certains programmes de radios libres ou à visiter certains musées d’art modernes, nous constatons que l’art qui ne respecte pas les règles de base existe. Il est à chier, mais il existe. Et en plus d’exister, il est encensé par des experts qui mettent un bronze de Rodin au même plan que celui de Kiki, le caniche abricot de ma voisine.

    On ne peut cependant affirmer que l’art suit rigoureusement des règles, car dans ce cas il pourrait s’enseigner, et se réduirait à une uniformisation de toutes les créations, ce qui serait un gros tinet gonflant.

    Mais ce n’est pas tout cela, c’est bientôt l’heure de l’apéro, et on a un métier. Pour conclure, je ne vais pas vous lire Descartes, ayant fait impasse pour cause de GPS, mais je vais vous citouiller André Gide « Une des grandes règles de l’art, c’est de ne pas s’attarder », ce que je vais faire de ce pas, car cet aprèm c’est l’épreuve de lancer du nain et il y a des points à gratter.

    (franck 77)

    Publié dans:le bac philo |on 17 juin, 2010 |12 Commentaires »

    En attendant le trois cent treizième fafiot!

    Jeudi 17 Juin 2010

    (d’attendre l’arthrite)

    Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

    En attendant une éventuelle suite, posons nous la question philosophique :

    Où est Charlie?

    retraite62ans.jpg

    Publié dans:Où est Charlie? |on 17 juin, 2010 |Pas de commentaires »

    C’est le trois cent douzième fafiot!

    Samedi 12 Juin 2010

    (de faire son festival)

    Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

    Hier soir, nous n’avons pas perdu bêtement notre temps à regarder des gaziers à pattes palmées taper dans une baballe pendant une heure et demi pour obtenir un résultat à l’image de leur capacité, c’est à dire nul.

    Il parait qu’ils ont eu de très belles occasions, mais je crois que même en plein milieu de Belfort, ils rateraient les occasions du lion.

    Je vais vous épater, et pas seulement aux morilles. Vous connaissez mon affection pour les gens et ma devise, enfin une de mes devises.

    Tiens, au fait je ne vous ai jamais parlé de mes devises? Je ne veux pas parler de mes devises que je vais sournoisement planquer dans la banque du Vatican en passant par le missel creux de soeur Boutin, mais des devises que les grands chevaliers s’accordaient pour se motiver pour aller terrasser le dragon Ratapoil, celui qui crachait du feu par le mauvais bout, ou bien celle qu’un pays ou qu’une assoc se donnent pour expliquer le but de l’aboutissement de leur finalité.

    Par exemple, le maire de Paris a pour devise « Fluctuat nec vergétures », Pasqua « Ni dieu, ni loi », Bertrand Secsuel « ni bite, ni couille », la Belgique « l’avoir dans l’oignon fait la force une fois », Ben au Hit 16(64?) « Gourbi et grosse bite » , l’équipe de France « Il vaut mieux enjamber une pute que se faire amputer une jambe » enfin bref, cette liste est non exhaustive et puis voilà.

    Et bien, en ce qui me concerne, j’ai deux devises perso : 

    • « Tout est relatif »

    • « Plusssse d’un c’est le boxif »

    Et bien hier, la seconde devise a trouvé tout son sens.

    Hier et aujourd’hui, se déroule le 14 ème festival Montereau-Confluence à Montereau-fault-Yonne.

    L’année dernière je vous en avais causé :

    http://franck77.unblog.fr/2009/06/16/cest-le-deux-cent-seixieme-fafiot/

    Pour cette année, l’affiche est un peu moins fournie, je trouve, mais je pense que l’on va passer de bons moments, notamment cet aprèm.

    affichemontereauconfluences2010.jpg 

    Vendredi 11 juin :
    Scène 1 :
    17h00 : IME
    18h00 : Memoryam
    19h00 : Jena Lee
    20h30 : Tom Frager & Gwayav’
    22h15 : Florent Pagny
    00h30 : Martin Solveig

    Scène 2 :
    17h30 : CESAR
    18h30 : Sexes faibles
    20h00 : Broken Box
    21h30 : The Deans
    23h45 : Sourya

    Samedi 12 juin :
    Scène 1 :
    14h00 : Barricades
    15h00 : Golden Gate Quartet
    16h30 : Suzanne Véga
    18h30 : Renan Luce
    20h45 : Alain Souchon
    23h00 : Olivia Ruiz

    Scène 2 :
    13h30 : Mebrouk
    14h30 : Sophia s »en mêle
    16h00 : Bezed’h
    18h00 : Carbonne
    20h00 : Blues Power Band
    22h15 : Le Révérend

    Bon , hier, comme on a un métier, nous sommes allés voir et écouter Florent Pagny, en laissant de côté Martin Solveig, chevalier des arts et des lettres (je ne déconne pas) pour avoir recyclé les vieux disques rayés et donner du bonheur aux malentendants.

    Certes, Florent Pagny est plus classique, mais sa palette est variée, sa voix est superbe et un orchestre latino avec cuivres et percussions qui vont bien, ça envoit plus le bois qu’une carte mère et une aiguille à tricoter rayant un vinyle de Fred Gouin.

    Quand on voit un artiste se produire sur scène, c’est là que l’on se rend compte si on l’aime ou non.

    Hier, je me suis rendu compte que j’aimais réellement ce que faisait Laurent Pagny.

    Je sais que vous vous en foutez comme votre première Denise, mais je continue quand même.

    Vous allez vous dire, il ondule un gros tinet de la touffe le francky, il nous parle de devise et après de festival et de  main au Pagny.

    J’y viens.

    Hier, en sud Seine-et-Marne, le temps était incertain, preuve en est, qu’au moment où  l’artiste chantait « n’importe quoi »,( c’est le titre, pas un medley de pots pourris), il s’est mis à pleuvoir à pierre fendre, à vaser comme à Soissons.

    Et bien figurez-vous, et ça je l’ai découvert hier, qu’il y a des gaziers qui viennent dans les festivaux équipés de pébroques! Sur 15000 personnes, il y avait, à la louche, 3528 connards avec des parapluies de toutes tailles. D’où ma devise « Plus d’un c’est le boxif ».

    Mais on peut se demander où va se loger la connerie humaine. Seuls les mecs qui mesuraient 2mètres 48 au garrot pouvaient voir ce qui se passait sur scène. Il y avait certes des écrans géants pour rattraper le coup, mais si on va dans un festival pour zieuter un écran tout le temps, c’est comme si on allait faire une virée au bois de Boulogne tout de suite après une coloscopie.

    Je n’avais pas pris mon appareil photo pour immortaliser le truc, mais le coeur y était. J’ai tenté de prendre un clicheton avec mon turlu portable, mais comme il faisait du café et envoyait un fax en même temps, il y a eu du grain sur la bobine

    Heureusement, comme dit si justement Catherine Laborde, l’écrivaine cocue éleveuse de grenouilles sur une petite échelle, que les averses étaient entrecoupées d’éclaircies, sinon on n’aurait vu que des baleines.

    catherinelaborde.jpg

    (Catherine Laborde, journaliste gribouillonnante qui a même une rose à son nom,
    pas comme Evelyne, qui, elle, a un Délhiat)

    Bon, mis à part ce léger détail qui m’a passablement énervé mais qui n’aura plus de conséquence dès que j’aurais reçu le lance-flamme que j’ai commandé sur le net , nous avons passé un excellent moment, et nous irons voir l’artiste en salle couverte au milieu de gaziers en hauts de forme, juste histoire de se remettre dans l’ambiance.

    Je vous laisse les clés du blogounet, car nous allons dès 15h30 écouter l’excellentissime Golden Gate Quartet, et nous enquillons le tout jusqu’à La Souche.

    On restera peut-être un pneu, pour Olivia Ruiz, mais je sens qu’elle va vite nous bassiner avec ses chansonnettes donnant la recette de la crêpe flambée ou de la mousse au chocolat.

    Toujours est-il que je vais glissouiller dans ma fouille l’appareil photo prêté par mon pote Num Eric, car je vous balancerais peut-être deux ou trois clichetons « live » sur le fafiot de demain pour immortaliser le zimbrec.

    (franck77)

     

     

    C’est le trois cent onzième fafiot!

     Vendredi 11 Juin 2010

    (de continuer dans les nymphos en vrac)

     

    Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

    Mon fan club me demande souvent comment j’arrive à écrire autant de conneries inutiles. En réponse, je dis qu’il suffit de lire ou d’écouter les merdias. Je ne fais que reporter les conneries des autres, et encore, comme j’ai un métier en dehors, je n’en sélectionne que quelques unes.

    ———————————————————–

    Société

    Apéro saucisson-pinard et des voiles nom de dieu

    La première nympho parle d’un apéro géant organisé sur fesses-bouc.

    Moi, perso, de fesses-bouc je m’en tape, et en pluche je ne vois pas l’intérêt d’organiser un apéro géant à 12000 personnes, car le temps de trinquouiller avec tout le monde, les glaçons ont fondus et on doit ingurgiter un jaune à 35 degrés, ce qui donne soif.

    Bon, même si je m’en badigeonne le nombril avec le pinceau de l’indifférence de ces couillonades, il y a un apéro qui ressort du lot, preuve en est que celui ci risque de faire tâche d’huile dans les médias.

    Sylvie François est née et habite la Goutte d’Or, un quartier dans le 18ème arrondissement de Paris. Pour les ceusses et ceuzes qui ne connaissent pas Paris, la Goutte d’Or est un quartier où vous avez plus de chance d’acheter des rahat-loukoums à deux heures du mat que de rencontrer un petir rat de l’Opéra.

    Pour moi, qui me ballade souvent pedibus dans la Capitale, je trouve ce quartier sympatoche, car cela permet de voyager à peu de frais.

    Sylvie François, donc, est une gazière qui a un compte fesse-bouc, et qui s’est dit : »Tiens, les apéro géants s’organisent partout pour faire chier la maréchaussée, et bien moi je vais en organiser un, et v’lan passe moi l’éponge ».

    Et puis comme elle veut sortir du lot, elle a nommé son apéro géant « saucisson-pinard »

    Même un gazier comme moi qui voit une affiche comme celle-ci:

    saucissonetpinard.jpg

    (Saucisson-Pinard – Goutte d’Or)

    ne peut qu’être alléché. C’est tout de suite plus attirant que « Huile de foie de morue et Coloscopie ».

    Et bien figurez-vous que SOS Racisme, qui a plus fait pour désirer Harlem que pour faire de la pub aux Auvergnats, a l’intention de demander au préfet de faire interdire l’évènement en soutenant que :  »Cet apéro est clairement raciste ».

    Je n’ai pas de jugement de valeur à porter sur cette réaction, mais j’aimerais bien me tourner vers le mec pour lui suggérer que ni le saucisson, ni le pinard ne risquent d’être mal traités pendant cette réunion.

    Mon voisin, celui qui taille la haie mitoyenne à hauteur de sa bite, et qui entôle le quartier, avait organisé un apéro « bite au cul et couilles pendantes ». A ma connaissance, ni l’association des eunuques dégagés ni le club des petits porteurs n’ont porté plainte à la Halde aux chaussures.

    Je pense sérieusement qu’il faudrait songer à arrêter les conneries.

    Moi, qui suis athée, comme Ribéri pour aller au but, je ne vais pas porter plainte contre l’organisation des communions au mois de juin.

    Je ne vais pas non plus porter plainte contre les réunions d’abrutis qui vont soutenir des milliardaires dans les stades.

    Et le premier qui trouve quelque chose de raciste dans ce que je viens de dire, je suis près à lui acheter un saucisson halal et aux fines herbes en signe de bonne foi.

    Alors, s’il vous plaît, le mot racisme a le droit de se reposer de temps en temps.

    ———————————————————–

    Sport – Coupe Immonde de Foutre

    Un accident en marge de la Coupe du Monde de Foot

    Ayé, c’est parti! Le congrès des cons les mieux payés du monde va commencer aujourd’hui!

    J’ai entendu, ce matin sur ReuTeuLeu que la fête risque d’être « un peu » gâchée par le décès, dans un accident de la route, d’une arrière petite-fille de Nelson Mandela, ce qui « risque » de compromettre la présence du grand homme pour la cérémonie d’ouverture.

    mandelapienaar95.jpg

    (Mandela-Pienaar – Coupe d’Or)

    Le journaleux a continué sur sa lancée en disant que la Fondation Mandela ne savait pas si la famille aura le temps « d’encaisser le coup » avant le démarrage de la Coupe du Monde.

    Je savais déjà que le monde du foot n’était pas un vivier de Prix Nobel, mais, pour sortir des conneries aussi épaisses j’organiserais bien une coupe du monde de saut à l’élastique de jokari pour tous ces nez d’boeufs.

    ———————————————————–

    Sport – Coupe Immonde de Foutre derechef

    La misère connait le foot, l’inverse, on s’en fout!

    Il parait que tout le peuple sud africain est derrière son équipe pour la coupe du monde!

    A part Ted, Ted Simpsom habitant d’un bidonville dans la banlieue de Jeanne qui s’bourre. A l’arrivée de Mandela au pouvoir, on lui avait promis le tout à l’égout pour égayer sa masure. Doué d’une patience infinie, il est allé, la semaine dernière, voir le responsable de l’assainissement du secteur pour lui demander la date de début des travaux, et , juste histoire de coller à l’actu, pour lui dire que la coupe est pleine.

    Le responsable lui a dit que tout le budget accumoncelé depuis des lustres et des lampadaires a été réquisitionné pour construire des beaux stades tout neufs, et qu’il doit être fier de son pays et patriote en suivant la compétition.

    Ted est vraiment de bonne composition, il a dit merci et est reparti dans son taudis en se demandant comment il allait pouvoir suivre l’évènement, comme il n’avait pas de télé. Mais le monde n’est pas aussi cruel que l’on pense, il s’est vite consolé en se rappelant qu’il n’avait pas l’électricité non plus.

    ———————————————————–

    Justice

    Ouverture du procès des bourreaux du petit Dylan

    Interrogé au sujet du petit Dylan maltraité pendant plusieurs années, Hugues Aufray n’a voulu faire aucune déclaration.

    ———————————————————–

    Environnement

    Des gaziers qui vont faire banquise

    Agés de 22 à 43 ans, Emmanuel Hussenet, Luc dénoyer, Anne Quéméré et Gauthier  sont quatre français qui s’apprêtent à s’ancrer à un bout de banquise puis à se laisser dériver pendant un mois.

    Il parait que c’est pour sensibiliser le public à la fin annoncée de la banquise polaire, qui aura très probablement disparu dans moins de dix ans.

    Pour constater la chose, ils vont, je cite, « regarder ce qui se passe sous leurs pieds ». Je ne suis pas contrariant, mais si ils ont des engelures, ils vont se réchauffer les tringlots au chalumeau, ce qui fera fondre la glace. Et s’ils ont des ampoules, et qu’ils oublient de les éteindre, cela fera aussi fondre la banquise.

    Bref, ils ont trouvé des sponsors pour ne rien glander pendant un mois sur un terrain ressemblant à la bibliothèque d’un joueur de foot.

    canarddebanquise.jpg

    (Le premier qui me ramène pour bosser c’est mon piolet sur la gueule)

    Pour éviter « de mauvaises rencontres », je cite toujours, « nous sommes équipés d’un fusil pour faire fuir les ours polaires ». Donc, si je suis bien leur raisonnement, ils sont partis pour prouver que les ours polaires verront leurs terrain rétrécir, non pas , à cause de 4 canards d’humanoïdes qui vont organiser un apéro géant à quatre sur ce dit terrain en tirant des coups de feu pour fêter le 14 juillet de la connerie, mais à cause de la fonte des glaces.

    Moi je vous le dis, il y a des calottes glaciaires qui se perdent.

    —————————————————

    LA QUESTION DU JOUR

    Pensez vous que Rama Yade?

    Chargement ... Chargement ...

    ————————————————-

    (franck 77)

    12

    Le Plateau Télé de KeNnY |
    Soft Liberty News |
    t0rt0ise |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
    | Cema
    | Le bon coin politique