Archive pour le 20 juin, 2010

C’est le trois cent seizième fafiot!

Dimanche 20 Juin 2010

(de découvrir que la recherche est pompeuse pour La Boudeuse)

bandeauterreocean.jpg

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

Dans la grande série, on nous prend pour des burnes, et, seul, le canard enchainé détient la vérité dans la mesure où il fait la pluie et le beau temps dans toutes les rédactions nationales, voire même, internationales, je vais vous prouver que le blog de la déconnitude n’est pas un media à négliger, loin de là!

C’est en lisant un article d’une revue hautement spécialisée, en l’occurence Le Parigot catégorie Société, que l’interviouve de Monsieur Patrice Franceschi m’a mis l’anus à l’orteil, et m’a obligé à pousser mes investigations plus avant.

En premier lieu, pour situer la chose, qui est Monsieur Patrice Franceschi?

Déjà, pour cela, j’ai utilisé la technique qu’a adopté Patrick Poivre d’Arvor, grand journaleux romantique de Ploumeur Bodou, qui a gagné un fric astronomique pour présenter des infos de merde à la téloche à la grand messe du 20 heures pendant des lustres et des lampadaires, et qui a avoué sur ReuTeuLeu, la semaine dernière, qu’un journaliste, aujourd’hui, je le cite «  ne parle pas d’un évènement, ou d’un acteur de l’actualité sans consulter Wikipédia, qui est devenue la bible encyclopédique du journaleux du XXIème siècle ».

Ayant l’intention de pustuler pour obtenir un numéro de carte de presse afin de couvrir certains évènements, dont l’extension de la connerie humaine, j’ai suivi ce conseil de maître et sur Gogole, j’ai tapé OuiOuiMerdia puisque je ne l’ai pas en lien, puis j’ai tapoté le blaze du mec.

Voici le lit bêlé énoncant le pédigrée du gazier :

Patrice Franceschi est un aventurier français né à Toulon en 1954 de parents corses.

patricefranceschi.jpg

Depuis les années 1970, cet écrivain, cinéaste, marin et pilote, multiplie les expéditions à travers le monde (Amazonie, Afrique, Nouvelle-Guinée, etc.), expéditions qu’il qualifie de campagnes d’exploration. Président de la Société des explorateurs français (2002 – 2006), détenteur de la grande médaille de l’exploration de la Société de Géographie, Patrice Franceschi est également à l’origine de nombreuses missions humanitaires dans les zones en guerre (Bosnie-Herzégovine, Kurdistan, Somalie, Afghanistan, etc.).

Ce monsieur a des titres honorifiques à chier partout, il a, entre autres breloques :

  • Chevalier de la Légion d’honneur
  • Médaille de l’Académie de Marine
  • Lauréat de l’Académie française (prix Broquette-Bonin)
  • Médaille d’or de l’Académie des sports
  • Victor de l’aventurier
  • Prix Liotard de la Société des explorateurs français
  • Grande médaille de l’exploration de la Société de Géographie
  • Il figure même dans le who’s who :
    http://www.whoswho.fr/biographie-FRANCESCHI-Patrice_430648.html

    Par contre, là, pour aller zieuter sa fiche d’identité, il faut raquer 6 Euros, et comme je n’avais pas de monnaie sur moi, je vais continuer sans.

    On parle beaucoup en ce moment de missions ministérielles à la con, et des prix démentiels, pour mener à bien, ou non, ils s’en foutent eux mêmes, toutes ces couillonnades qui font que le seul constat viable que l’on puisse faire en ce bas monde est que l’homme est l’animal le plus con de la création.

    Et bien, figurez-vous, que cet aventurier a été missionné par Jean Louis Borloo, grand écologiste ministèriel après l’heure et gros défenseur de l’eau dans la mesure où il ne l’utilise, ni pour boire ni pour se laver.

    Et la mission a nettement plus de gueule que celle de la mère Boutin qui doit aller se taper l’odeur des bidonvilles alors que deux cent mètres plus loin, il y a des footeux milliardaires qui tiennent en haleine des beaucoup moins riches et des plus cons qu’eux, les regardant taper dans une baballe.

    Non, Monsieur Patrice Franceschi, en plus d’être corse, aviateur, écrivain, et cinéaste est fier car il a décroché la mission Terre Océan, une mission du grenelle de la mer autour du monde. Et ce Grenelle de la mer autour du monde, il ne l’effectue pas au volant d’une C5 déclassée ou d’une Twingo pourave, mais à bord d’un fameux trois mâts, en bois d’arbre, appelé La boudeuse, Hissez haut, les jolis matelots.

    Pour vous prouver ma bonne foi, je vous mets le lien sur le site officiel de la mission:

    http://la-boudeuse.org/

    laboudeuse.jpg

    En zieutant attentivement cette mission, et la fiche technique de la Boudeuse, on lit ceci :

    Les scientifiques attachés au CNRS, au CNES ou au Muséum d’Histoire Naturelle se relaieront à bord de La Boudeuse. Ils étudieront l’état de la biodiversité, les modifications climatiques, la montée des eaux, la pollution, les problèmes de la pêche, l’évolution des territoires ou encore les effets de la déforestation, en travaillant de concert avec les chercheurs et les universités locales, apportant des moyens techniques et performants bien souvent inexistants sur place. Lobjectif fixé est d’approfondir les connaissances de l’existant, dinventorier les espèces (faune, flore, espèces endémiques…) mais aussi d’examiner les ravages dus à lactivité humaine et au réchauffement climatique.

    Rien que ça! Diderot et Gérard Lambert peuvent aller se rhabiller avec leur encyclopédie de ménagère.

    Vous me connaissez, je ne suis pas là pour jeter la pierre à King Kong. Moi-même, si j’étais chercheur au CNRS, au lieu d’autopsier le trou de balle de Jeanne Calment pour découvrir le gêne de la longévité, ou au lieu d’aller taquiner la sardoche dans le golfe du mexique pour savoir si elle est capable de produire elle-même la boite qui l’entoure avec la languette qui va bien, je pustulerais à deux mains pour parcourir le monde sur ce fameux trois mâts et pour écrire une carte postale à Borloo en lui confirmant que les hommes sont bien des salopiauds qui chient partout sans jamais rien essuyer et qu’on a découvert un thé au rhum en Martinique qui sert moins le kiki que celui de ta laisse (il faut avoir des lettres en math pour comprendre cette phrase).

    Et même si on ne me filait qu’un hélico pour survoler le monde, tourner des reportages au téléobjectif et coucher sur du papier glacé les clichetons du sillage destructeur de mon engin, je ne ferais pas la gueule.

    Seulement voilà, le rêve se termine prématurément faute de crédits. J’ai eu beau fouiller partout, je n’ai pas eu la trace du contrat de cette mission, ni eu connaissance du budget initial, mais toujours est-il, que, malgré la participation financière de l’état et de sociétes diverses, après un départ en fanfare de Fécamp en Octobre 2009, pour une durée minimum de deux ans, l’écrivain baroudeur, crie à qui veut bien l’écouter, qu’il a déjà dépensé tout le fric et que le rafiot sera mis aux enchères dans le prochain port pour éponger ses dettes.

    laboudeusemissionterreocean.jpg

    Il a cependant demandé une aide à Borloo de 500000 Euros qui fait la sourde oreille. De toute façon, cette « rallonge » ne servirait à couvrir que l’endettement en cours, et ne lui donnerait pas plus de flouze pour mettre de l’essence dans les voiles.

    En analysant, en mobylette, la situation, moi, franck 77, qui ne suis qu’un être primaire je constate simplement qu’au départ, un Etat, en partant d’un congrès demandé par un animateur-producteur télé héliporté, a été capable d’affréter un joli trois mâts, en mettant à la tête un aventurier, de lui fournir un pont d’or pour inviter des chercheurs de farniente du CNRS à constater l’immensité océane de la connerie, et que cet écrivain baroudeur (comme il se définit lui-même) a bouffé la grenouille en huit mois.

    La Boudeuse est actuellement en rade en Martinique, ce qui est un peu mieux que le long d’un quai brumeux à Gdansk.

    Les 33 scientifiques qui participent à la mission ont écrit une bafouille à Nicolas Sarkosy pour réclamer les 500000 euros promis par l’état, ce qui permettrait de continuer la mission.

    D’ailleurs voivi un extrait de la missive des touristes :
    « La Boudeuse doit continuer ses expéditions et son programme d’exploration scientifique. Ils apportent non seulement des résultats inédits, mais également l’esprit d’aventure qui manque aujourd’hui à la science moderne, renouant ainsi avec la tradition des grandes expéditions naturalistes »

    2295245unsphenodonsereproduitl039agede111ans.jpg

    Si je comprends bien, ils veulent faire avancer leur trois mats en bois en dégageant la piste au coupe-coupe dans la forêt amazonniene, et veulent créer eux mêmes leur longues vues avec un tronc creux et un paquet de lentilles afin  d’épier un indigène en train de se fabriquer un couteau aztèque. Bref il ne faut pas les prendre, ni pour des Kon-Tiki, ni pour des Buffon

    Alors, le canard enchaîné qui frimait il y a quelques temps en exhibant un document que n’importe quel crétin peut créer avec un traitement de texte quelconque pour affirmer qu’une grenouille de bénitier émargeait à 9500 euros par mois pour un seul rapport sans même pouvoir y mettre la langue, je pense qu’ils sont petits joueurs quand on pense à l’énormité de la somme qui a déjà été bouffée par le comité national scientifique, avec, à leur tête, un aventurier.

    Alors soyons fous. Patrice Franceschi est un écrivain baroudeur et si il  réussit à entôler un Etat avec ses scientifiques à l’ancienne, je vais tenter ma chance, et je vais, de ce pas, envoyer cette missive à l’Elysée:

    emeu.jpg

    Monsieur le Président de la République, monsieur le Ministre, messieurs et mesdames les Jurés (j’anticipe).

    Je me permets de vous détourner de vos tâches hautement capitales pour la France et pour vous-mêmes, et vous demande de m’accorder des crédits colossaux, pour mener à bien une mission que vous jugerez utile et indispensable une fois que je me serais tiré avec la caisse.

    Je suis Ecrivain déconnobloguiteur et, dans un souci de recherche pour le devenir de l’humanité, j’aimerais survoler la connerie dans le monde entier afin d’y découvrir des zones endémiques, une flore intestinale et explorer des cons-trées dans lesquelles la main de l’homme n’y a jamais mis les pieds. Pour ce faire, juste 5 petits millions d’euros suffiront pour amorcer cette mission qui durera un mimimun de 25 ans. mais il est entendu, que si j’ai bouffé le flouze bien avant que ça me reprenne, je me réserve le droit de convoquer Le Parigot pour lui dire que vous êtes des sacrées enflures et que si vous ne subvenez pas au sauvetage de mon escroquerie, je serais prêt à divulguer tout document tapé dans ma cave et susceptible de baiser tout le monde et même le Canard enchainé.

    Dans l’attente de votre accord tacite et d’une avance de 500000 euros pour mes faux frais, je vous promets, en retour, de vous envoyer des jolies cartes postales, aussi timbrés que les chercheurs fonctionnaires que je ne risque pas d’embaucher pour qu’ils piquent dans ma gamelle.

    Signé : votre très dévoué franck 77

    Le Plateau Télé de KeNnY |
    Soft Liberty News |
    t0rt0ise |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
    | Cema
    | Le bon coin politique