Archive pour septembre, 2010

C’est le trois cent cinquantième fafiot!

Jeudi 30 Septembre 2010

(de dire adieu à Monsieur Georges Charpak)

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

Vous connaissez l’affection particulière que je porte pour la science et ses chercheurs. Attention, je vous parle des vrais chercheurs. Je ne vous cause pas du gazier du CNRS qui réussit à pomper du fric public en menant ses recherches sur les chouilles étudiantes, ni de cette directrice de recherche qui n’a pas eu de mal à convaincre la Cour des Comptes pour financer ses études sur la psychologie de la guenon initiée à l’usage du vibromasseur à jet rotatif en milieu péri-urbain.

Quand j’avais  appris la mort de Guy Béart ou de Marc Blondel , cela ne m’avait  fait ni chaud ni froid, mais aujourd’hui, ça me troue un peu le fion.

guybeartmarcblondel.jpg

En effet, notre grand Prix Nobel de Physique, Georges Charpak est mort ce jour et à l’heure où je vous cause.

charpakgeorges.jpg
(Georges Charpak – triptyque en deux morceaux)

Si vous vous jetez sur Ouiouimerdia, l’encyclopédie du oueb , vous apprendrez qu’il est né le 1er août 1924 dans le village de Dąbrowica en Pologne, aujourd’hui Doubrovytsia en Ukraine et mort le 29 septembre 2010 à Paris, aujourd’hui toujours Paris sur Seine.

Ceci confirme bien que le prix Nobel est bien français, non mais!

En apprenant la nouvelle ce matin, je suis allé reprendre une douche dans ma cage de Faraday, et j’ai fait cinq tours de cyclotron afin de reprendre mes esprits.

Georges Charpak était à la physique des particules, ce que Rocco Siffredi est à la physique des parties couilles, c’est à dire un mètre étalon.

Il a tout bonnement irradié dans son domaine, la physique des particules à haute énergie. Ce n’est pas pour rien s’il a fait de la résistance pendant la seconde guerre mondiale, et qu’il en a bricolées (des résistances) en temps de paix.

Et son prix Nobel, il ne l’a pas volé. Il ne s’est pas contenté d’avoir un brelan de barbus dans un panier à salade pour décrocher la timbale, ni d’écrire des trucs à la con comme Le Clézio.

En 1992, il a reçu son Prix Nobel pour l’invention et la mise au point de détecteurs de particules, en particulier la chambre proportionnelle multifils, une percée dans la technique d’exploration des parties les plus infimes de la matière.

Pour résumer l’affaire, avant cette invention, si on voulait choper des particules, il fallait avoir des bons yeux et un petit tamis (comme Mauresmo). Avec la chambre de Charpak, la détection est entièrement électronique. Et bien, grâce à ce procédé, tout le matos médical utilisant des faisceaux de particules se retrouve dopé, et le gazier qui se fait irradier la trompette pour savoir s’il va mourir guéri, reçoit moins de gros bouts dans la tronche étant donné qu’il est exposé moins longtemps.

Donc, moi je dis : « Respect, Môssieu Charpak ».

charpakdetecteurparticules.jpg
(Georges Charpak posant derrière un plat de lentilles à côté d’un détecteur de particules)

J’ajouterais même qu’un artiste comme monsieur Charpak qui arrive à convaincre une particule chargée d’aller ioniser un gaz noble (qui a donc déjà la particule de naissance) dans une piaule, juste histoire de séparer les ions des électrons, afin d’aller coller les ions sur des cathodes et les électrons sur des anodes qui se mettent à couiner au premier contact, et bien je dis qu’il en a dans le citron et qu’il a le droit de tutoyer les anges.

Et le premier gazier qui vient me dire que la chambre de Charpak, c’est de la branlette de pignouf et qu’il a fait mieux en inventant la z’y-va-terie à ressorts et auto-induction, je lui passerais ses hémorroïdes au déprotoniseur à incubation sphérique et les lui ferais sécher dans un calorifugeur magnétique double corps comme des vieilles figues molles, non mais!

(franck 77)

——————————————————

Compléments d’infos :

Depuis la parution de cet article, notre standard est porté au rouge (comme mon nez). Nous allons essayer de répondre à vos inquiétudes:

**********************

Une suggestion de Mme Bonnet M.:

« J’aurais souhaité que certains chercheurs qui ont eu contact avec lui viennent nous dire qui il était vraiment. »

Notre réponse : 

Nous pouvons vous communiquer le numéro de téléphone d’un éminent chercheur qui vous dira que Georges Charpak était vraiment son voisin de palier….

**********************

Un hommage de M. Jérémy L, de Ville-à-Couilles-Blètes :

« J’étais très ému de l’interprétation de Charpak dans « Certains l’aiment chaud » jouant de la trompette aux côtés de Marilyn Monroe »

Merci de votre intervention Jérémy, mais c’est Tony Curtis qui est mort, lui aussi aujourd’hui, qui avait le rôle, alors que c’est Boris Vian qui jouait de la trompette, mais nous partageons votre émotion.

Publié dans:La recherche scientifique qui me trouve |on 30 septembre, 2010 |29 Commentaires »

C’est le trois cent quarante neuvième fafiot!

Mardi 28 Septembre 2010

(de faire dans mes pensées, ou sur le balcon, enfin bref, là où il y a  de la place…)


(The Golden Gate QuartetI want to be ready)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Comme tous les ans, en pluche de la rentrée des gaziers qui créent l’évènement puisqu’on cause d’eux après leurs deux mois et demi de vacances, on a aussi la fameuse rentrée littéraire.

On retrouve tous les politiques qui écrivent des bouquins en expliquant qu’ils ou elles sont les meilleur(e)s alors qu’on les a déjà vu(e)s à l’oeuvre.

On doit s’infuser le nouveau Lévy, ou le dernier Nothomb, sans lesquels tout bonheur terrestre serait impossible.

A Déconnoland, nous ne sommes pas peu fiers de présenter un ouvrage qui va s’arracher dans les sous-bois et les Quartiers de Haute Sécurité. Ce paveton de 1238 pages est issu d’un esprit fait con bien connu des ceusses et ceuzes qui hantent ces lieux.

En effet, si on vous balance, en exclusivité mondiale, la couvrante et la quatrième de couvrante, vous allez voir ce dont il s’agit au sujet duquel :

fcouverturemespensseessurlebalcon.jpg

C'est le trois cent quarante neuvième fafiot! dans déconno-news pdf couverturemespenseessurlebalcon.pdf
(Cliquouiller au dessus pour y voir plus clair)

————————————————

la4emecouverturemespenseessurlebalcon.jpg

pdf dans déconno-news la4emedecouverturemespenseessurlebalcon.pdf
(Cliquouiller au dessus pour y voir plus clair)

Dans cet ouvrage, qui fera date dans l’histoire de la connerie, outre le best-oeuf des fafiots déconnolandesques, vous y trouverez des pensées de toutes les couleurs, dont voici un florilège :

« C’est en se perchant que l’on devient percheron ».
tiré de « Emile Danslepan, sa vie, son oeuvre » aux éditions « Le chat perché »

C’est en se tâchant que l’on devient tâcheron.
Félix Watermann

« Qui range ses lunettes dans l’étui, ménage sa monture »
Juliette Binocle

« Qui a brûlé une bagnole en 2008, brûlera une meuf en 2009″.
 (Tahar Tagueule – (extrait de « z’y va mes pensées »)

« Merdum, où j’ai t’y casé la boite de madeleines? »
Amédée Proust (« A la recherche de mes tongs perdues » – chez le gars Limard)
 

« Ch’est au pied du mur, qu’on voit le machon »
Manuel Do Santos « Maçonnerie générale » – 28, Rue Enrico Machiasse à Courbevoie – dans l’atelier à 7h30.

« Sympatoches, les chaussettes à doigts «  
Mao Ses Tongs

« Trop de Polev tue Polev »
tiré de « Moscou pas comme-ça » - Léonid Brejnev 

« Vaut mieux avoir un coup dans l’aile que des ailes dans le cou »
Jérémy Matourney in « Dédé, r’habille le gamin » aux Éditions Flemme à Riom

« Quand je pense qu’hier à cette heure ci, on était demain… »
Gilbert Proust
« A la recherche de mon heure perdue » aux éditions « Cherche midi »

Il faut battre le fer, entre les bras, pendant qu’il est chaud, entre les jambes.

La plus belle fille du monde, entre les bras, ne peut donner que ce qu’elle a, entre les jambes.

Si ça pèle le matin,
ça caille aux raisins…

« Hiver 54″ – Abbé Pierre
 

Qui a la chiasse, laisse des traces
Jérémy Dupapier, tiré de son roman autobiographique « Souvenirs de chasse » aux Editions « Cherche la sortie »

 « Au royaume des enfoirés, les enculés sont rois ».
Michou dans « Mes pensées de bien au fond » aux Editons Latex
 

Tout arrive entre les bras à qui sait attendre entre les jambes

« Si tu ne dors que d’un oeil, zieute autre chose, et tu dormiras sur tes deux orteils » 

« Mets un doigt, j’ai pas pied ».
tiré de « Mes mémoires à moi » de Loana aux Editions du Zodiac
 

« Aller tout droit c’est prendre un virage rectiligne »

« Quand il pleut à Sceaux, la rue Jean Jaurès est glissante »

« Que la force soit avec vous et avec votre aspro »
Evangile selon Saint Thol

 

« Quand Shiva, tout va »

 

« C’est en fêtant les Robert, que l’on met le nez dans les Saints »

 

« Quand le gay mue, ça fait clochettes »

« C’est quand la voix est à portée de la main, que l’invisible s’entend à l’oeil nu »« C’est en inversant le processus que tout retour en arrière prend de l’avance »
tiré de « Le va et vient pour les nuls » de Jérémy Azérault
 

« Qui vole un boeuf a de la place dans son congélo »
Tiré de « Mes mots de chez Maximo », de Jérémy Aucongell.

 

(© franck.pr77)

——————————————————————————————-

Seriez-vous prêt(e) à acheter ce superbe livre?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

(Pour les ceusses et ceuzes qui se tâtent, le prix est indiqué sur la quatrième de couvrante, juste en dessous du code barre)

 

 

Publié dans:déconno-news |on 28 septembre, 2010 |15 Commentaires »

C’est le trois cent quarante huitième fafiot!

Vendredi 24 Septembre 2010

(de compter les ceusses et ceuzes qui vont mourir avant l’âge de l’arthrite)


(L’addition – Yves Montand)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Hier mardi 23 septembre, il y avait grève, phénomène rare en France, mais une fois n’est pas coutume. Je n’ai pas pu savoir combien il y avait de gaziers et gazières à hurler des niaiseries dans la rue, car j’étais aux moules et au purin.

Je suis reviendu trop tard à mon huître, et j’ai donc loupé le baveux télévisé de 19h58, qui est ce qu’on a fait de mieux en engin de propagation de conneries, depuis le radar à jet rotatif, et l’industrialisation de la pierre à ricochet.

Je n’ai donc pas eu la réponse à la grande question du jour : « Z’étaient combien? »

Pourtant, j’avais envoyé en mission de comptage ma soeur Frénégonde. Frénégonde a  56ans. Elle est instit mais préfère le terme professeur des écoles. De toute façon, elle est en longue maladie depuis 4 ans, car des parents d’élèves l’ont fait déprimer bêtement. En effet, ils avaient scolarisés des enfants qui avaient tout à apprendre et se sont rendus compte, que Frénégonde, en fait, ne s’occupait que des bons élèves parce que les cahiers étaient plus vite corrigés. Quand elle a appris que l’incompétence était remboursée par la sécurité sociale, elle s’est donc mise en arrêt longue maladie. Pour sa retraite, elle est partante pour 65ans, car étant au taquet au niveau des points qu’elle a eus par ancienneté, elle n’est pas pressée, et préfère recevoir, en attendant, son salaire confortable par rapport à ce qu’elle apporte à la société, c’est à dire une charge scandaleuse.
Du coup, lundi soir, je lui ai filé un coup de turlu pour lui confier une mission. Je lui ai demandé de se porter, le lendemain, au 12bis Avenue Gambetta, et de compter les gaziers et gazières qui allaient passer en manifestant.

Comme elle se came jusqu’au croupion pour ne pas reprendre le taf, elle est arrivée sur les lieux avec une plombe de retard, et comme elle n’a pas la force de garder les yeux levés, pendant une demi heure, elle a compté 325 fois son clébard, un yorkshire qui a un regard nettement plus éveillé que sa maîtresse, mais qui est con aussi quand même.

yorkshire.jpg

J’ai tout de suite compris que le résultat, qu’elle a oublié de me donner d’ailleurs, n’allait pas être significatif.

J’ai pris mon mal en patience et non pas en levrette comme le suggérerait ce fêlé du gourdin qui m’a envoyé une lettre d’insultes en prétextant qu’il était arrivé sur mon blogounet en tapant « nymphos » sur gogole et qu’il était tombé sur le portrait de Marie-Georges Buffet.

Donc, ce matin, sous les couilles de 7heures,  je suis allé chez mon fournisseur habituel de caouas sur la place Enrico Machiasse à Mézieux-en- Bourbey, en espérant trouver les chiffres fatidiques dans mon baveux préféré « Le Parigot ».

Je me suis retrouvé dans le même état qu’une contractuelle devant une bagnole sans essuie-glace en voyant les rayons vides!

« Merdum », me fis-je à moi même et à Jean-Claude (le maître des lieux) qui me demandait si je voulais un noir ou un berger blanc.

Je lui dis que j’avais beau être vaginal ce matin, le noir m’irait mieux au teint et qu’il n’était pas déjà neuf heures.

Je lui fais : »dis donc Jean Claude, tu t’es astiqué le percolateur un peu trop longtemps ou tu as oublié d’aligner la presse ce matin? »

Alors, le tavernier me dit:
« Ben ma vieille couille de vache (nous sommes très complices), il y a eu grève hier, donc il n’y a pas de baveux le lendemain, comme d’hab ».

Comme quoi, la C.G.T. du livre ne se donne pas les moyens de rendre compte des manifs, ce qui est, somme toute, assez curieux. Mais si ils étaient là pour réfléchir, ça se passerait sûrement autrement.

Du coup, je suis allé sur Internet, en honnête homme du XXIème siècle, et j’ai consulté différentes sources, qui étaient aussi diverses que variées et pas pareilles individuellement l’une de l’autre.

En gros, il y a eu 1000000 de manifestants selon la police, et trois fois plus selon les syndicats. Comme quoi, on dit que le français part en couille dans l’éducation, mais les maths en ont un sérieux coup dans la tronche aussi.

En fait, le comptage des syndicats c’est çà :

comptagesyndicats.jpg

Et celui de la police c’est ça :

comptagepolice.jpg

Les syndicats tiennent en compte le nombre de pingouins sur un mètre de large, la vitesse moyenne du cortège, le temps de trajet, le nombre de canettes vidées et le nombre de cagettes de merguez commandées.
En gros, soit une rangée de 900 kilos de large sur 4 litres de long passant à 0.5 mètre seconde celsius, le résultat est 3 000 000 de manifestants.

les policiers, comptabilisent sur leur carnet à souches les gaziers qui passent devant eux; en fait, ils comptent exactement les ceusses et ceuzes qui défilent, mais ils se foutent des mals au trou qui sont sur les trottoirs!
En gros, soit une rangée de 900 euros de prunes de large, passant pendant 3 belotes moins les piétons hors piste, cela donne1 000 000 de manifestants.

En pluche, comme la fonction publique ne connaît même pas le nombre de ses salariés, ce n’est pas pour connaître le nombre de grévistes, surtout, qu’hier, il y en avait 458697, qui ne pouvaient pas sortir en dehors des heures légales de la sécu, alors que les contrôleurs étaient, eux-même en grève!

Bon, aujourd’hui, je suis d’une grande bonté, j’opte pour le nombre  des syndicats, soit 3 millions.

Une chose est sûre, statistiquement, c’est que ces 3 millions de personnes vont mourir un jour, et que 25% mourront avant l’âge de 65 ans, soit 750 000 personnes.

Statistiquement toujours, 225000 partiront d’un cancer, 210000 d’une maladie cardio-vasculaire, 15000 à cause du diabète, 15000 autres avec Alzheimer, 3750 par accidents, 13125 se suicideront , 1875 feront des mauvaises rencontres, et tout le restant dépotera son chrysanthème pour des raisons rigolotes ou insoupçonnables.

Je vous ai regroupé mes calculs sur ce camembert bien fait afin de bien fixer les esprits :

C'est le trois cent quarante huitième fafiot! dans déconno-news camembert1

En conclusion, je ne voudrais pas jouer les oiseaux de mauvaise aux burnes, et je sais que les syndicalistes, qui me liront, crieront un rôt sur le bidet, mais parmi les ceusses et ceuzes là :

manif23septembre20101.jpg

manif23septembre2010b.jpg

manif23septembre2010c.jpg

…….j’aperçois quelques têtes de vainqueurs!

(franck77)

Publié dans:déconno-news |on 24 septembre, 2010 |17 Commentaires »

En attendant le trois cent quarante huitième fafiot!

Jeudi 23 Septembre 2010

(de remonter le courant en restant sur mon rail)

 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Aujourd’hui, pas la peine de raconter des conneries sur le fafiot, vous pouvez les lire sur vos banderoles habituelles…

En attendant :

Où est Charlie?

monetgrandpalais.jpg

(Escarbille blues côté sud – Claude Monet – (peint peu de temps avant sa retraite))

(Franck 77)

Publié dans:Où est Charlie? |on 23 septembre, 2010 |5 Commentaires »

C’est le trois cent quarante septième fafiot!

Mardi 21 Septembre 2010

(de faire un retour au Bled)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Hier, dans ma boite à bafouilles, j’ai reçu le courrier de Kevin Biloute d’Hazebrouck, âgé de 9 ans, élève de CM1 à l’école primaire « Chteeve Mac Queen » de son bled.

Voici le début du lit bêlé de la missive:

« Chair franck77,

je viain sous vent sur thon belogue, et jèmerè ke tu craie une cataigori ortograf conjugayzon et gramère car je cent ke cé tannée sa vapa fer……. »

Ensuite, dans son courrier, il m’expliquait que cette année, il était dans une classe double niveau CM1-CM2 avec une instit qui vient le lundi et le mardi, et une seconde instit qui assure le massacre le reste de la semaine. Or la seconde instit a déjà été malade pendant deux semaines depuis la rentrée pour cause de déprime parce qu’elle a vu qu’il y avait des enfants qui n’étaient pas bons dans sa classe, et la première est syndiquée à la F.S.U.. Si, en pluche, je vous dis que les parents du petit Biloute sont à la F.C.P.E., vous voyez que le lardon n’est pas garanti de la gelée ce dont au sujet de laquelle son année scolaire.

Alors, mon petit Kevin, je ne vais pas te laisser tomber.

Je vais créer la catégorie « l’orthographe, la conjugaison et la grammaire pour les nuls », et je viendrais, de temps en temps, parce que je n’ai pas que ça à foutre, dispenser des cours de base, qui t’aideront à taguer ce que tu veux avec la certification qualité ISO9001 de l’Académie Française.

doisneauinformationscolaire.jpg

(l’information scolaire – Paris 5e – 1956 – Robert Doisneau)

Balançons la soudure:

Leçon 1

L’Alphabet comporte 26 lettres :

a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y et z

Exercice sur la leçon 1 :

Combien de chiffres comporte l’alphabet?

———————————————–

Leçon 2

Nous comptons six voyelles dans l’alphabet qui sont les lettres:
a, e, i, o, u et y

Exercice sur la leçon 2 :

Quelle lettre connaît Demis Roussos?

———————————————–

Leçon 3

Les lettres qui ne sont pas des voyelles sont appelées des consonnes, et certaines ont des noms marrants.

Exercice sur la leçon 3 :

Est-ce logique que le « p » soit placé avant le « q »?

———————————————–

Leçon 4

P et I, ça fait PI
P et E, ça fait PE

PI et PE, ça fait PIPE

Exercice sur la leçon 4 :

Connais tu quelqu’un de ton entourage qui en fait aussi?

———————————————–

Leçon 5

La règle du a et du à.

Quand on peut remplacer a par « avait » dans une phrase, le a est sans accent


exemple :
           il a un bateau à voile
           il (avait) un bateau (avait) voile
le second « a » a un accent, parce que l’on ne peut pas le remplacer par « avait »

Exercice sur la leçon 5 :

Orthographions bien la phrase suivante :

                il (a) dit (a) Maria

(merdum, y a un truc qui déconne)

———————————————–

Leçon 6

La règle des 2 p.

Les mots les plus courants commençant par ap prennent 2 p sauf apaiser, apercevoir,  apesanteur, apeurer, apiculture, apitoyer, aplanir, aplatir, aplomb, apostrophe, après, apéritif,…

Exercice sur la leçon 6 :

Connais tu quelqu’un qui en prend plus que deux ? (des apéritifs)

—————————————————

Voilà Kevin, la première session est finie.
Je te donne rendez-vous à un de ces quatre sans faute, pour une autre couche.

Je crois que l’on va faire du bon boulot ensemble cette année….

(franck77)

C’est le trois cent quarante sixième fafiot!

Vendredi 17 Septembre 2010

(de vous divulguer mon secret)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Vous avez sûrement remarqué, chères fidèles déconnobloguiteuses et chers fidèles déconnobloguiteurs que je ne glande pas grand chose ce dont au sujet de laquelle la mise à jour de ce blogounet, et ce, depuis la fin de la Grande Boucle.

D’ailleurs, à ce propal (1), je dois vous délivrer un secret me concernant, mais avant de vous livrer cet aveu d’importance, il faut vous restituer un peu les choses, surtout sur les étagères du haut, là où la poussière s’accumoncelle, et remettre le contexte en place, surtout côté garage, parce ce qu’on ne peut plus déplier la table de ping-pong.

Les ceusses qui pondent des blogounets ont des raisons aussi diverses que variées pour le faire. L’une c’est pour dire que sa vie c’est de la merde en tube et qu’elle va se noyer par pendaison dans trois mois trois jours et trois secondes après le début de la création de son blog (2), l’autre c’est pour partager sa passion pour les traîne-cons en général, et les deux lattes de Tassigny en particulier, un autre encore nous dévoile des poèmes de toute beauté au niveau du massacre orthographique,…

En ce qui me concerne, j’ai voulu deviendre un homme de mon temps, en couchant sur les bytes (3) , mes réflexions et constatations que m’inspirent le monde, l’entourage, le sol, le sous-sol et le tréfonds. Vous allez me dire, tiens le franck77 va se prendre pour le Dalembert de la connerie, et va vouloir nous imposer une reconnaissance encyclopédique de ses fafiots à la con.

A ces allégations sous jacentes, je réponds non et non, ce qui, pour résumer ma réaction ferme,  mais cependant nuancée, me fait répondre deux fois non.

On reprend souvent cette pensée profonde qui nous dit qu’on est toujours le con de quelqu’un. Et bien, le fondement même de ma puissance créatrice est que je sois un gros con pour tout le monde, mais, qu’à contrario, je dois lutter bec (4) et ongles, contre le reste du monde peuplé de cons.

Je ne sais pas si vous vous rendez compte du côté Dantesque de la tâche, mais si on n’a pas un minimum de matériel, d’hygiène de vie, de maîtrise de soi et de concentration cérébro-spinale, mieux vaut prendre une carte de syndicaliste tout de suite et astiquer son piquet de grève en attendant le Grand Soir plutôt que de vouloir s’attaquer au sommet de la connerie avec un bob cochonou sur le cornet, des lunettes en bois avec des verres en peau de saucisson sur le tarbouif, et des tongs étanches aux tringlots.

C’est, en gros, pour toutes ces raisons, que je vais vous dévoiler un secret, que j’ai toujours gardé au plus profond de moi comme un héritage séculaire de traditions en seize trales.

J’en vois déjà qui rigolent sournoisement en supputant que le franck77 va  larguer son secret contre une centaine de rôts, ou contre une obligation se signer une pétition à la con ou bien cliquouiller une pub de seconde zone.

Vous êtes vraiment des mauvaises langues. Je m’informe en amphi, ou je m’infirme en faux (5), il n’y aura rien de tout cela.

Donc, mon secret, le voici :

Mais avant, passons une page de pub :

« Vous avez la merde au cul et ça colle aux poils?
.
Utilisez donc FESS’NETT

-

fessnett.jpg
.
Avec FESS’NETT vous aurez la raie nette à toute occasion »……
.
merci FESS’NETT
.

——————————————————————-

Il est temps, maintenant, de vous délivrer mon secret, faites en bon usage…:

lesecret.jpg
(Cliquouiller au dessus, pour avoir connaissance du secret)

—————————————————————————

(1) un propal – des propos
(2) des fois bien avant, s’il n’y a ni visiteurs, ni commentaire sur le blogounet

(3) on écrit plus souvent sur un clavier que sur du papier maintenant, donc, les idées ne sont plus couchées sur du papier, mais sur des bytes! Alors, je vous en prie, non mais!
(4)
voyez ma tronche….
(5) j’ai du mal, depuis tout petit, avec cette expression

(franck 77)

———————————————————- 

Effets mes rides

Aujourd’hui, nous fêtons les Renaud, les Reginald, les Ronald et les Lambert.

Alors Bonne fête à l’idôle des jaunes, qui arrive à pondre des jolis textes tout en Séchan des teilles.

Le dicton du Jour :

« Le jour de la Saint-Lаmbеrt, qui quittе sa place la perd. »… ta ta ta

(franck 77)

Publié dans:déconno-news, Effets mes rides |on 17 septembre, 2010 |23 Commentaires »

C’est le trois cent quarante cinquième fafiot!

Dimanche 12 Septembre 2010

(d’avoir de l’avance pour faire reculer le progrès)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Il y a un gazier, en ce bas monde, qui tire bien son épingle du jeu. Son blaze est Kenneth Feith.

Kenneth Feith est une âme charitable qui a passé trente ans de sa vie à rendre les voitures moins sonores.

Une récente étude du département américain des Transports révèle que les voitures hybrides provoquent deux fois plus d’accidents que des voitures normales.

En effet, comme les traine cons qui tournent au 220 volts et au jus de goyave ne font pas plus de bruit qu’un pêt sur une toile cirée, les cyclistes qui n’ont pas graissé suffisamment leur chaînes de spad, les piétons qui ont les portugaises ensablées ou  les mectons qui ont les calots embourbés ont plus de chance de se faire rétamer la tronche par une bagnole bio que par un 35 tonnes.

renaultprojet.jpg

(La Renault Bouze 4 pattes motrices hybride à batte-hue (avoine et jaja))

C’est pour cette raison, somme toute valable, que Kenneth Feith, l’expert de l’O.N.U. s’est vu confier la mission inverse, en l’occurence de faire en sorte que l’on puisse entendre ces bagnoles silencieuses à l’oeil nu.

Moi qui vous cause dans le poste, je vous le dis, on vit dans un monde formidable. Je suis pressé de voir la première voiture hybride avancer à grands coups de  cornes de brume, ou avec un lance flammes intégré.

N’empêche que le Kenneth, qui avait gentiment passé trente ans de son existence à faire fermer leur gueule aux mécaniques diverses, va pouvoir, tranquillou, aller jusqu’à la retraite en pondant des normes foireuses tout en testant des boites à meuh pour égayer la marche des berlingots aphones.

C’est un peu comme si un chercheur avait passé la moitié de sa vie à faire en sorte que les calendos ne dauffent plus, et qu’au bout d’un moment, on lui demande de trouver un moyen de les différencier pour ne pas que les végétariens les confondent avec une bavette à l’échalote.

(franck 77)

 

 

Publié dans:La recherche scientifique qui me trouve |on 12 septembre, 2010 |3 Commentaires »

En attendant le trois cent quarante cinquième fafiot!

Jeudi 9 Septembre 2010

(de finir de compter)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Et si on relançait la débiteuse à conneries?

En attendant :

Où est Charlie?

ouestcharlie7septembre2010.jpg

 

Publié dans:Où est Charlie? |on 9 septembre, 2010 |2 Commentaires »

C’est le trois cent quarante quatrième fafiot!

Vendredi 3 Septembre 2010

(de subir la rentrée)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, « la rentrée », ça me gonfle. La France est le seul pays au monde où les journaleux font leur titre de baveux sur la rentrée des enseignants, comme si c’était un évènement de les voir partir bosser (quoique…)!

Je ne vais pas m’emmerder, je reprends la Une du Parigot d’une précédente année et ça fera l’affaire pour le fafiot du jour.

parisien02092008blog.jpg

Cliquez en dessous pour la version papier:

C'est le trois cent quarante quatrième fafiot! dans déconno-news pdfparisien02092008.pdf

On nous a beurré aussi la raie, il y a une semaine avec le prix du cartable!

Je ne vais pas me casser le tronc, je ressors aussi le fafiot de l’année dernière qui en causait ce dont au sujet duquel :

http://franck77.unblog.fr/2009/08/18/cest-le-deux-cent-quarante-deuxieme-fafiot/

 

Vous allez me dire, tiens le franck77 avec sa grande gueule de canard va encore ronchonner.

Je dis non, et le premier qui pense ça, ce sera ma main sur le cigare.

Comme tout le monde, je suis un être de chair et de sang qui évolue tant bien que mal au milieu de contemporains qui attirent plus le lance flammes que le baiser, mais je fais avec, et comme dirait Richard Clayderman oeuvrant pour mettre en musique une pub pour WC Net, je compose.

Hier, mon grand lardon, en reviendant de sa nécole, était fier de nous raconter sa journée. C’est avec plaisir que j’ai constaté l’efficacité de l’équipe pédagogique du collège « Les Nids de Skuds et Rôts « , quand Philémon nous a montré qu’il avait déjà la liste de ses profs, l’emploi du temps, le calendar des vacances scolaires et celui des grèves.

Sa prof de Franquaoui leur a même déjà demandé de ligoter avant le 32 septembre, au choix , soit « Vipère au poing », soit  »Poil de carotte ». Vous voyez le genre.

Je suis allé vérifier dans ma bibliothèque monumentale  si j’avais les chefs d’oeuvres. C’est vrai que l’histoire d’un chiard de couleur queue de vache qui se fait tartiner la tronche à coups de pelle, ou celle d’une vieille peau qui gonfle la couleuvre de calebard à sa descendance, c’est le genre de bouquin qu’on remise soigneusement avec amour….

Finalement, je n’ai pas retrouvé. J’ai filé à Philémon « Poil de culotte » de Brigitte Lahaie, en lui confirmant que le slibouze dauffait le Renard et que le poil était roux, et que si la prof chicanait qu’elle aille se faire voir chez Raboliot.

Non mais, ce n’est pas parce que la FSuesque va s’amuser à faire chier les gamins en leur donnant des lectures de merde toute l’année qu’elle va nous imposer l’éditeur!

(franck 77)

Publié dans:déconno-news |on 3 septembre, 2010 |19 Commentaires »

C’est le trois cent quarante troisième fafiot!

Mercredi 1er Septembre 2010

(de ligoter les bafouilles des lecteurs et lecteuses)

 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

C’est incroyable le nombre de lettre d’insultes que je reçois en message privé, ou sur mon mail deconnoland@orange.fr.

Je ne peux malheureusement pas répondre à tous les courriers, les journées n’ayant que deux bras d’un côté, et ayant du taf à chier partout de l’autre (c’est vous dire que les côtés sont pris).

Par exemple, Mlle Agnès B. de Cheverny-Meyvolé m’écrit :

« Bonjour franck77!

Pendant mes deux mois de vacances, j’ai lu tout ton blog, et je trouve que tu exagères en répétant que les enseignants sont des feignasses incompétentes. J’en profite d’être en arrêt maladie pour t’écrire ma désapprobation et………. »

Autre exemple, M. Emile Grimpoire, 35ans, ancien retraité de la S.N.C.F. :

« Salut franck 77!

Les cheminots que tu escarbilleshouspilles à chaque grève, c’est à dire tous les dix fafiots, te disent merde, et vont te mener la vie duraille cette année dès qu’on aura trouvé un syndicaliste qui sait écrire… »

C'est le trois cent quarante troisième fafiot! dans la bafouille des lecteurs et teuses adncorbeaugregory

De Bertand D., de Paris-sur-Seine :

« Salut ma biche,

la dernière photo que tu as mise de moi sur ton blogounet ne fait pas parti des meilleures. Je t’en envoie une, en lien, de mon meilleur profil. J’ai posé à côté d’un couloir de bus pour te prouver qu’ils ne sont pas aussi larges que tu le prétends, grand fou.

Je t’attend toujours à l’hôtel Deville, pour te faire le coup du grain de sable dans les sacoches….. »

De Jean Branlepahunemaisbienpayé, directeur de recherche au CNRS :

« Bonjour Monsieur,

Depuis deux ans, j’effectue des statistiques bi-polaires à résultats convergents concernant l’activité de votre blog, et la tendance intrinsèque d’une évolution exponentielle du taux de fréquentation indiciel se fait sentir. En moyennant le flux pondérable de la participation attractive en considérant que le taux positif de valeur qualitative de vos propos approche epsilon moins un, je ne manquerais pas de vous faire part de mes résultats définitifs qui n’auront qu’une valeur indicative probante qu’au bout d’un temps de prise d’échantillons raisonnable que j’estime à 10 ans.

Mais, en tout état de cause, je vous jure que la recherche en France n’est pas un nid de faux chercheurs comme vous le supposez dans certains de vos écrits….. »

De mon voisin, de l’autre côté de la mitoyenneté :

« Monsieur,

Suivant les articles n° 671 et 672 du code civil,  je vous demande, par lettre en recommandé avec accusé de réception, de tailler vos arbres comme je le fais moi-même, c’est à dire ras la bite.

Pour faire valoir ce que de droit…… »

De Ginette Q. ,de Mézieux-en-Bourbay

« Salut ma vieille couille de vache,

Tu ferais mieux de reviendre chercher ton slibouze que tu as oublié chez moi, j’ai dû garer des pièges à hyènes dans ma carrée pour éviter l’émeute…. »

A la vue de ce florilège, vous pouvez constaster qu’être auteur d’un blogounet qui n’a pour unique but que d’amuser la galerie, n’attire pas forcément que des sympathies…

(franck 77)

Publié dans:la bafouille des lecteurs et teuses |on 1 septembre, 2010 |12 Commentaires »

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique