Archive pour mars, 2011

Contrôles de connes essence – Questions n° 11 et 12 (En attendant le trois cent soixante dix neuvième fafiot)

 

Mercredi 30 Mars 2011

(de continuer le contrôle des connes essence pour la bonne cause)


(Yves Jamait – Et je bois)

 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

En attendant le trois cent soixante dix neuvième fafiot, Déconnoland a décidé, en partenariat avec l’ Association ” France Alsa-meurt”, de lancer un contrôle des connes essence, afin d’exercer les neurones de nos clientes et clients pour les préserver de cette maladie par qui sonne le glas de la bonne sans thé neurologique implacable.

En effet, des exercices quotidiens de la matière grise permettent d’éviter d’onduler de la touffe et de ne pas oublier de  se connecter sur le blog de la déconnitude.

Aujourd’hui nous allons poser la :

Question n° 11 – Catégorie: Code de la Route

codelaroute11.jpg

Sur ce carrefour, à une heure de grande affluence:

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

——————————–

Question n° 12 – Catégorie: Code de la Route

codedelaroute12.jpg

Le conducteur de la voiture blanche doit :

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

————————————-

(franck77)

Pour reluquer les autres contrôles de connes essence, il faut viendre là :

http://franck77.unblog.fr/tag/controle-des-connes-essence/

C’est le trois cent soixante dix huitième fafiot!

Mardi 22 Mars 2011

(de confirmer que la force de frappe française, ce n’est pas de la branlette de pignouf)


(Renaud – Les 3 matelots)

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

Je ne sais pas si vous avez remarqué la chose, mais maintenant, à la téloche, la moindre nympho ne peut plus être traitée sans qu’un gazier ou une gazière ne sorte un tableau noir, ou un graphique à la con ou nous fasse une projection diapos pour nous expliquer le zimbrec, car il se doigte que la ménagère de moins de 50 ans, qui zieute le baveux, au lieu d’être à sa place devant le bac à évier (*),  veut devenir l’homme du XXIème siècle et qu’elle veut comprendre le pourquoi du comment ce-fesse et quoi donc.

Comme les radios ne peuvent montrer les crobards sur les ondes pour que les auditeurs puissent les entendre à l’oeil nu, elles conseille d’aller visiter leur site internet pour aller consulter le dossier complet avec une section infographie tout en culeurs qui présentera une centrale nucléaire coupée en deux pour expliquer le drame de Sachisurmayamaha, un cheveu coupé en quatre pour une explication scientifique sur l’établissement du poux sur la tête à Toto, ou d’une bonne femme coupée en huit pour montrer comment le pervers du périphérique  prépare son quatre heures.

Comme le blog de la déconnitude n’a pas l’intention d’être à la traîne et que nous voulons que les déconnoblogiteuses et les déconnobloguiteurs, même si la majorité n’a pas encore payé sa cotisation annuelle, soient à la pointe de l’information, nous allons, nous aussi, utiliser notre service déconnographique.

Nous allons dévoiler  notre premier document déconnographique causant du porte avion Charles de Gaulle.

Nous avions déjà édité un articulet concernant les petits soucis de navigation de ce fleuron  de la marine nationale de guerre française:

http://franck77.unblog.fr/2009/03/14/cest-le-cent-quatre-vingt-unieme-fafiot/

Après huit ans en rade (de Toulon?), nous affirmons haut et fort que, désormais :

Le « Charles de Gaulle » est opérationnel au large de la Libye!

Et voici notre document déconnographique qui le confirme :

porteavioncharlesdegaullepage001.jpg
©franck.pr77

———————————————————————
Version papelard du document déconnographique :


C'est le trois cent soixante dix huitième fafiot!  dans déconno-news pdfporteavionscharlesdegaulle.pdf

——————————————————————————-

Moi, je’vous l’dis comme j’vous l’cause, il a intérêt à garer ses miches le bouffeur fou de tripes au lit car  ça va chier chez les benghaziers…

—————

[(*) La table à repasser étant déjà réquisitionnée...]

(franck 77)

Publié dans:déconno-news |on 22 mars, 2011 |8 Commentaires »

En attendant le trois cent soixante dix huitième fafiot!

Dimanche 20 Mars 2011

(de se rendre compte que c’est l’printemps)


(Pierre Perret — C’est l’printemps)

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

En attendant que les gueules de loup boutonnent, que les bourgeons bourgeonnent, que Pauline Carton cartonne, qu’Eric Clapton, que le thé Lipton, que mon beauf lichtrogne, que les lits gigognent, que les bougons bougonnent, que les Harley Davidson, que la Haute Garonne, que les sonos tonnent, que les canons de Navaronne et que tout le monde déconne, je vous propose un intermerde printanier tout droit sorti de mon esprit fait con :

Le Jeu des 7 différences :

printemps.jpg
printemps.jpg

————————————————————————

Un petit évènement blogosphérique qui a l’air de rien mais qui a son importance!
.
Figurez-vous que le Blog de la Déconnitude est rentré dans le Top Ten des blogounets d’unblog.fr les plus commentés!
.
La preuve en image :

—————————————————————————–
blogslespluscommentes.jpg

——————————————————-
.
Merci aux ceusses et ceuzes qui n’ont pas peur des débats d’idées ou qui sont assoiffés autant de connaissances que de vin chaud…

Publié dans:-- Le jeu des 7 différences -- |on 20 mars, 2011 |12 Commentaires »

C’est le trois cent soixante dix septième fafiot

Mardi 15 Mars 2011

(de se mettre au parfum depuis le début)


(Orchestral manoeuvres in the dark - Enola gay)

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

Je ne sais pas pour vous, mais pour bibi, en ce qui me concerne personnellement moi-même, l’humanité m’emmerde! Et ce n’est pas parce que c’est mardi  que je dis ça.

Tout ce viquinde, j’ai bossé comme un nègre pour essayer de tenter d’approcher une amorce de début de tentative de rattraper le retard qui s’est accumoncelé dans ma petite entreprise. Pour me détendre, à la place de garer comme un con mon cadoche en plein milieu de l’allée centrale de carrouf, je me suis regardé les JT de 20 heures du bellâtre qui sort de sa housse le viquinde sur France Boeufs et qui fait autant le renommée de la connerie journalistique que Jean Michel Apathie, ancien vendeur de bagnoles, qui pose des questions aussi cons que mon beauf qui a sa photo dans le Guiness des records tellement sa couche est épaisse.

Bien m’en a pris, car regarder ses prestations nullissimes apporte plus d’eau à mon moulin que de lettres à Elise.

Vous n’êtes pas sans savoir, qu’au pays du soleil levant, une secousse de magnitude pratiquement maximale sur l’échelle de Richter a débridé le pays, et que le tsunami qui a suivi a retaillé tout avant que le poil ne se rétracte. En exclusivité ReuTeuLeu, j’ai entendu de mes yeux vu je ne sais plus quel connard de journaleux qui disait que le Japon était un pays balèze préparé aux catastrophes car il est bête et discipliné et qu’il y avait seulement 4 blessés et 25 morts dont 3 graves après une secousse qui aurait quand même fait sauter les plombages à Zahia et donné une gueule cassée à son harmoniste Munichois par contumace.

Finalement, les heures passant, on se rend compte que la nature n’aime pas que l’on se foute de sa gueule, et que si elle balance la sauce, ce n’est pas pour avoir une alerte orange sur les endosses dans cinq départements après dissipation des brumes matinales.

Vendredi 11 Mars 2011 :

Le bellâtre, donc, salivait déjà le vendredi soir, parce qu’il avait un bon stock d’images sensationnelles à montrer. Pensez donc, ça avait plus de gueule que le soutif d’Aurélie qu’il nous avait exhibé le jour même de sa disparition ou la tronche des jumelles juste avant qu’on les refoute dans leur étui.

vendredi11marsa.jpg

D’ailleurs, il a déjà dû acheter les droits pour concocter le best of des gadins qu’il compilera pour les fêtes de fin d’année. Vendredi soir, il avait, en expert, un gazier qui s’appelait Montagner. Je l’avais écouté le midi même à la TSF et il expliquait que des vagues montaient en l’air et que quand ça tremble, ça secoue (ne rigolez pas, le mecton est un expert payé par l’état pour sortir comme un cancre son cours de géo de sixième, à l’époque où les profs savaient lire). On l’a donc laissé récidiver le soir même à une heure de grande écoute! Après, il ne faut pas se plaindre que nos chères têtes blondes et basanées confondent  la calotte glaciaire avec les kellog’s corn flakes et qu’ils pensent que les habitants de Montereau sont les Faislesvoir alors que ce sont les Monterelais.

vendredi11marsbmontagnier.jpg

 En substance, il nous a dit, et je répète mot pour mot ce qu’il a dit, sinon on va me taxer de déconnitude malfaisante : « C’est la tectonique des plaques qui a fait qu’une plaque descend vers le bas pendant qu’une autre remonte vers le haut et que ça frotouille épais, ce qui a pondu un boxif indescriptible.

Question du bellâtre :
 » La tectonique ne débande donc t’elle jamais? »

Réponse du scientifique stagiaire de Science et Vie:
« Et bien non! Aujourd’hui, il s’est passé exactement ce qui s’est passé le 26 décembre 2004 sous ma Matra, et comme les mêmes causes engendrent les mêmes effets, vous en voyez ce qui en découle »

Le bellâtre :
« Merci Professeur Montagner. Restez un brin avec nous car je voudrais que vous me dédicaciez votre 45 tours  On va s’aimer sous tri thérapiques« .

Nous avons, avec nous, sur le plateau, l’ambassadeur du Japon Yasuo Yamaseiko Képahaleur

vendredi11marsdsaito.jpg

Le bellâtre :
« Bonjour son excellence »

Yasuo :
« Bonjour misérable vermisseau »

Le bellâtre :
« Votre pays a connu un séisme de degré 12 sur l’échelle de Stephan Eicher qui n’en comporte que 9. Est-ce que ça vous a fait mal? »

Yasuo :
« Non, nous restons fiers dans la douleur. Nous sommes sereins, d’où notre couleur! »

Le bellâtre :
« Bon , vous êtes des pros de la construction sur ressorts à boudins, mais avouez que le Tiramisu qui est arrivé au dessert vous en a mis un bon coup dans les dents »

Yasuo :
« Nous avons pu parer à toute éventualité. Nos Toyota et nos Mitshubishi suréquipées ont pu se garer sur les toits avec l’assistance au créneau livrée en série sur tous nos modèles »

Le bellâtre :
« En bref, son Eminence, vous n’avez besoin de personne pour vous sortir du merdier? »

Yasuo :
« Non, infinitésimale crotte, les Etats Unis étaient prêts à faire décoller des bombardiers de leurs bases du Pacifique, mais nous avons encore de la lumière, preuve en est que ma mère Nachimawa Chimiokassé arrive encore à compter ses perles à rebours et sans lunettes. »

Le bellâtre :
« Merci beaucoup sa Luminescence »

Yasuo : 
« Alligator »

Le bellâtre :
« Bon, ce n’est pas tout ça, on va causer d’un autre grand sujet de la nactu, le match de rugby de demain entre nos boeufs et les ritals comptant pour le Tournoi des VI nations. Notre envoyé spécial à Rome, Jean Kullassec, a pris la température chez nos bleus :

vendredi11marsechabal.jpg
(L’homme de cromagnon: « Les ritals, on va se les bouffer à la Bolognaise »)

Samedi 12 Mars 2011

samedi12mars20heuresh.jpg

Salut tout le monde! Finalement, chez les Nippons, ça a du chier un brin quand même.

samedi12mars20heuresa.jpg

Moi qui vous cause, et qui n’ai pas révisé ma géo depuis que je suis sorti du Lycée Con d’Orsay, je ne savais pas que le Japon, qui a une connaissance pragmatique du nucléaire étant donné que c’est le seul pays au monde a avoir pris deux bombes de ce métal là de la part d’un grand pays blagueur sur la tronche, mais qui, après avoir constaté qu’il pouvait avoir de la lumière pour pas cher, et bien n’a pas hésité à construire 3 centrales par mètre carré avec des fondations profondes et solides dans les failles sismiques, et au bord de la baille pour refroidir les noyaux en fusion en cas de rupture d’eau potable.

J’en profite pour balancer des nouvelles images  impressionnantes en oubliant qu’il y a des gaziers qui sont dans les bagnoles qui se tirent la bourre avec les bateaux de pêche à 30 kilomètres des côtes, car ça risque de gâcher notre plaisir de savourer les vidéos

Nous avons fait un point avec la ministre de l’écologie, du développement du râble et de l’écharpe autour du cou :

samedi12mars20heurese.jpg

En substance, elle nous assure que dans l’état actuel de ses informations qu’elle a collectées en écoutant ReuTeuLeu, le Limousin ne risque rien, et que si l’évolution stagne, ça ne deviendra pas pire.

Nous avons cherché un gazier qui n’était pas à la pêche ce samedi pour nous expliquer ce qui s’est passé dans la dynamo, ce dont au sujet de laquelle la centrale de Sétoufuchiachezmomo

Le bellâtre :
« Allô, Charlie, Où est Charlie? Papa Tango? »

Charlie :
« Sors de sous le bureau Ginette, vl’a la téloche »

samedi12mars20heuresc.jpg

le bellâtre :
« Salut Charlie, vous êtes aux 35 heures à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, la question est simple : comment ce-fesse? »

Charlie :
« Salut Kent. Et bien figurez vous qu’après le tremblement de terre, qui n’a pas fait bouger d’un iota la centrale, il y a eu ce putain de tiramisu qui a renversé le seau destiné à refroidir le coeur du réacteur et comme vous avez plus l’air d’un con in fine qu’un spécialiste de la comprenette concernant la fusion en milieu confiné, et que e=mc² et que je vous passe les détails, je préfère vous filer un crobard expliquant le zimbrec »

samedi12mars20heuresd.jpg

Le bellâtre :
« Merci Charlie, mais vous êtes un peu salaud, j’aurais bien voulu le colorier moi-même »

Sans transition, pendant qu’on est dans les catastrophes naturelles, nous recevons notre invitée du jour, Nolwenn Leroy qui a commis l’exploit d’être pétée de tunes en trois mois  tout simplement en pompant les standards du folklore breton, en détroussant Alan Stivell et en se mettant à califourchon sur Tri Yann.

samedi12mars20heuresf.jpg
(Tri Yann après le drame de l’Amoco Cadiz)

Le bellâtre:
« Bonsoir Nolwenn, vous ne pensiez pas recevoir autant de flouze en bretonnant la digue du cul en gaélique

Nolwenn :
« Hihihi Tri materlod, kent à veaux »

samedi12mars20heuresb.jpg

Le bellâtre :
« Merci Nolwenn, arrivée d’air chaud.
Samedi prochain, nous recevrons Francis Evrard pour causer de la sortie de son dernier trente centimètres avec une nouvelle version de la chanson du folklore breton « J’entends le loup, le renard et la belette » qu’il a adaptée en cellule en lui donnant  le titre de « Suce moi le bout, mon gros dard et ma quéquette »

Ne quittons pas la Bretagne et écoutons le tirage du loto effectué par notre bretonne, Vanessa Dolmen

vanessadolmen200912031159377657.jpg
(Tirage du Loto après le drame de l’Amoco Cadiz)

Dimanche 13 mars 2011 : 

Le bellâtre:
« S
alut la foule en délire, bientôt le viquinde qui se tire et moi qui ne vais pas tarder à en faire autant.

Ce viquinde a été placé sous le signe du Japon, ce qui nous arrange bien étant donné qu’il n’y a jamais de grève à couvrir en dehors des heures ouvrables.

Mes p’tits loups, nous avons encore une méga chiée d’images impressionnantes à vous offrir, mettez vos lunettes et matter la 3D bande de salopards

dimanche13mars20heuresa.jpg

Sur place, en dehors du chaos et de la désolation, il y a les drames humains. Notre envoyé spécial Alonzo Puthe a interrogé ce couple d’enseignants chercheurs français qui quittent le pays avec leur rêves perdus de se tirer sur l’élastique pendant encore trois ans chez les nippons aux frais du contribuable :

dimanche13mars20heuresc.jpg

« C’est désolant et rageant. Le japon est un pays formidable. Mon épouse qui, en cherchant bien, a découvert où était ma bite et qui faisait de la recherche sur le congès parental hors métropole et moi qui cherchais à établir le record de remplissage de grilles de Sudoku en petit bassin sommes contraints de rentrer au pays pour chercher des potes pour leur faire une projection diapos. J’en ai la gorge nouée. »

Le Bellâtre :
« Merci Jean Branlepahune pour ce témoignage poignant »

« Comme vous l’avez beaucoup appréciée depuis deux jours, nous avons invité sur notre plateau, ce soir, Nathalie Kociusco-Morizet, ministre de la merde dans les yeux et du nom à la con. Bonjour Nat, alors que vous inspire ces beaux reportages pas voyeurs pour un sou? »

Nathalie :
« Bonsoir les gens, c’est effroyable, on pensait qu’il n’y aurait que quelques centaines ou quelques milliers de morts, mais on arrive à des dizaines de milliers de morts et de disparus. On n’a pas tout compris et  on se dit qu’il y a urgence aussi a essayer de retrouver des survivants.

dimanche13mars20heuresb.jpg

Le bellâtre : 
« Donc, Paulette tu as décidé de bouger ton cul dans le bon sens? »

Nathalie :
« En effet Docteur,  la  France a proposé son aide, les équipes de la sécurité civile partent dès ce  soir, seulement deux jours après le début de la catastrophe. Il ne reste plus qu’a charger le coucou à la main et à attendre l’ouverture de l’Ambassade Niakouaise pour obtenir les visas »

Le bellâtre :
 » Nous rejoignons sans cul férir le Sapeur qui va nous dire ce qu’il a prévu de faire :

dimanche13mars20heurese.jpg

dimanche13mars20heuresd.jpg

Le sapeur :
« Bonsoir les gens, et bien comme vous pouvez le constater, nous avons mis les valoches dans le coucou, on s’est baqués pour être tous beaux pour le 20 heures, et on va mettre la viande dans les torchons des poltron le minaret pour déhotter à la fraîche demain matin »

le bellâtre:
« Alors mon lieutenant colonnel, quelle sera votre mission? »

Le sapeur :
« Et bien Jean-louis, dans ce genre de catastrophe, une lutte contre le temps s’enclenche. C’est pour cela, que dès demain soir, nous serons à pied d’oeuvre pour décharger l’avion à la main et pour nous diriger vers un endroit où on entendra une feignasse geindre sous un bloc de béton et qui n’aura même pas pris le temps, en 4 jours, d’aller chez Alim s’acheter une teille de flotte pour s’humecter les babouines en attendant les secours. »

Le bellâtre :
« Merci mon adjudant et Banzaï »

« En bref, en France, comme cela faisait six semaines qu’il n’y a avait pas eu de manif dans les rues, et que la température était clémente, les franquaouis, en signe de solidarité pour le peuple nippon en général et pour leurs propres gueules en particulier, ont sorti les calicots, les piquets de grève et les merguez pour brailler des conneries contre le nucléaire.

dimanche13mars20heuresf.jpg

La FSU dénonce un manque de moyens pour changer les ampoules dans la classe B2 du Lycée Luis Mariano à Tremblay–les-Gonzesses et le responsable du Syndicat Sud Rail ne veut pas mourir d’un incident nucléaire en France à l’âge de 39 ans, alors qu’il aimerait profiter de sa retraite qu’il prendra en décembre prochain.

Voilà les nymphos que se terminent, les morts et les disparus se comptent par dizaines de milliers, mais ayons une pensée z’émue pour nos deux potes qui se font enculer sous la douche depuis 439 jours, au lieu de nous pondre des reportages à la con et indécents pour votre plus grand plaisir.

439jours.jpg

A suivre, la météo de Nathalie Rihouet qui indiquera une alerte orange du côté de Banyuls parce qu’il risque d’y avoir une précipitation de 3 mm d’eau.

Puis votre film du dimanche soir « Hiroshima mon amour ».

En causant de cela, Pierre Desproges, le plus  grand philosophe du XXème siècle, après Pierre Dac, disait à ce sujet :

Hiroshima, mon amour, quel étrange cri ! Pourquoi pas « Auschwitz mon Loulou »?

(franck 77)

C’est le trois cent soixante seizième fafiot!

Samedi 5 Mars 2011

(de prouver que l’homme n’est pas bête)


(Florent Pagny – C’est comme ça)

iceberg.jpg

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

Vous qui lisez ce blogounet depuis quelques temps et qui comptez, pour certains et certaines, parmi les plus fidèles, vous commencez, peut-être, à être convaincus que l’Homme (non pas avec un grand H mais avec une grande gueule) est l’animal le plus con de la création. Certes, j’ouvre les portes ouvertes et je base mon raisonnement avec un appris au riz défavorable, alors qu’avec une béchamel c’est plus goûtu.

Mais la connerie humaine n’a pas de limite, et j’en sais quelque chose étant donné que j’ai fixé, moi même, le déconnomètre étalon entre la planète Xéros, qui ne me la copiera pas, et la Lune, qui, comme son nom l’indique, est totalement con.

Figurez-vous que, moi qui ai un un métier, au contraire de mon voisin , retraité de la SNCF depuis 45 ans (ce n’est pas son âge, puisqu’il avait 38 ans quand il l’a prise (sa retraite)) et qui essaye péniblement de s’accrocher à la vie en repeignant tous les six mois son grillage et en taillant la haie mitoyenne ras sa bite pour reluquer un laborieux comme moi (qu’il ne voit jamais puisque je suis laborieux), et bien, figurez-vous, que j’essaie de comprendre le monde qui m’entoure et  que je ne voudrais pas m’enfoncer dans le troisième millénaire comme Michou dans sa clientèle la plus huppée, mais plutôt comme Polanski dans la cadette de César.

Vous savez aussi, chères déconnobloguiteuses et chers déconnobloguiteurs, que pour rester collé à la réalité, aussi bien Russe qu’au Jasmin, je consulte régulièrement le Parigot en m’enfilant, en tout bien tout honneur, deux ou trois noirs au trocson jouxtant mon logis sis Place Enrico Machiasse à Mézieux-en-Bourbay, localité fort sympatoche sur les bords de Monchorte, rivière giboyeuse, même si elle ne recèle pas autant de micro organismes et de sels minéraux que l’eau de Vologne ( Comme on dit chez nous, jeux de mots, jeux de Villemin).

Vous allez me demander, puisqu’à mon contact vous êtes devenus des êtres doués d’intelligence, de dix cernements et de vestes d’arbitres, pourquoi, franck77, un homme aussi affûté sur la compréhension de ton contemporain, t’abaisses-tu à ligoter le Parigot pour t’abreuver de nouvelles fraîches alors que la lecture du  Monde Diplomatique, de Libération Helvétique, du Figaro Acte 3 Scène 2, du Canard Enchaîné et de Water-Closer suffit à compiler le savoir journalier d’un honnête homme?

Ma réponse sera claire  : franck77 n’est qu’un être de chair et de sang, et quand Jean Claude (le maître des lieux) consent à me filer mon caoua dans une tasse qui n’a qu’une anse, il ne me reste qu’une main pour ne tenir qu’un journal qui a l’avantage de me donner la teneur des journaux radiophoniques et télévisés du jour, le programme télé du soir qui me dit qu’Anne Roumanof refête ses vingt ans de carrière sur Paris Première, qu’il y aura, sur France Boeufs, le huitième de finale de la célèbre Émission « Qui veut baiser ma mère » qui fait fureur chez les Biloutes et le beuze sur internénette, qui me dit, en plus du temps de la veille, qu’aujourd’hui les averses seront entrecoupées d’éclaircies au nord d’une ligne Lorient – Isabelle Aubray, et qu’au niveau de mon horoscope, mes amours seront contrariées, que mon travail sera plus ou moins rémunéré, que pour ma santé j’aurais une Ford Tonus, et que pour mon comportement en général, j’aurais tendance à écrire des phrases trop longues.

Comme disait Georges Marchais qui a plus fait pour le renommée du Vème Congrès que Marie Georges Buffet pour sauver le genre humain (et ce n’est pas Joëlle qui me contredira, sinon  c’est ma main sur la tronche), même si ce n’était pas votre question , cela reste, et restera ma réponse, non mais!

Ou en étais-je? Ah oui, à ma deuxième fine Cognac.

Ah non, donc, hier matin, je compulsais le Parigot en touillant mon noir non sucré, quand, subidainement, ou sous endettement (j’ai du mal avec les adverbes de conjonctivites) mon esprit sagace (qui agace aussi son monde) tombe sur un articulet confirmant bien que la connerie humaine est aussi insondable qu’un panel de gaziers interrogés sut l’utilité morale d’user de la fessée, hors convention de Genève, pour réprimander des z’y-vateries redondantes

Voici , in ext’un seau, le lit bêlé de la filouterie :

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Un iceberg au secours des Canaries

Recherche :
Un projet fou est en préparation. Des scientifiques, très sérieux, souhaitent tracter des icebergs pour fournir de l’eau douce à ceux qui en manquent. Dès 2012, un bloc devrait être acheminé vers les Îles Canaries.

1343003ice.jpg 

Après avoir passé un siècle à les craindre et à les éviter, les navigateurs polaires vont-ils se muer demain en chasseurs d’icebergs ? Des chercheurs envisagent en tout cas très sérieusement de tracter ces glaçons géants des rives du Groenland jusqu’aux îles Canaries pour abreuver les populations victimes de sécheresse et fournir en eau douce les climatiseurs.

L’enjeu est de taille : un iceberg de 30 millions de tonnes pourrait en effet fournir 30 milliards de litres d’eau, soit l’équivalent de la consommation annuelle d’une ville de 555 000 habitants! Mais le défi technologique est de taille car cela en ferait le plus gros objet jamais transporté en mer. Ce sont les coulisses de ce défi insensé que relate ce soir sur France 3 le réalisateur Jean-Michel Corillion dans un documentaire* diffusé ce soir sur France 3.

Un projet vieux de trente-cinq ans

L’histoire débute il y a trente-cinq ans. Inquiet des carences en eau douce dans son pays, le prince saoudien Mohamed al-Fayçal contacte l’ingénieur naval Georges Mougin, proche de l’explorateur polaire Paul-Emile Victor. Il rêve de remorquer par voie maritime au large de ses côtes un iceberg géant pour s’en servir de réservoir naturel. En 1976, le prince finance même la création d’une société baptisée Iceberg Transport International. 

En 1977, les deux hommes organisent le premier congrès international sur l’utilisation des icebergs, qui réunit des ingénieurs, des scientifiques et des militaires. Pour des raisons à la fois techniques et financières, le projet est finalement gelé. Mais en 2009, l’entreprise Dassault Systèmes propose à Georges Mougin de tester sur ordinateur, à l’aide d’un logiciel de simulation, si le transport d’iceberg est faisable. Bingo!

A condition d’obtenir des financements, l’opération devrait être testée en grandeur nature au printemps 2012 au large de Terre-Neuve… précisément cent ans après la catastrophe du « Titanic ».

Un glaçon de sept millions de tonnes tracté à 2 km/h

Pour sélectionner « son » iceberg, Georges Mougin envisage donc de se rendre dans un an dans une zone à l’est de Terre-Neuve réputée pour ses conditions de dérive ouest-est. Ce secteur rassemble au printemps des centaines de morceaux de glace descendus du Groenland par le courant du Labrador. L’Ice Patrol canadienne publie quotidiennement la position de tous les icebergs les plus significatifs. « Il existe aujourd’hui des bulletins d’évaluation des courants marins aussi précis que les prévisions de
Météo France et notre objectif est de placer l’iceberg dans un courant favorable pour l’emmener où on veut, explique l’ingénieur naval. Compte tenu de sa masse, nous ne le tracterons pas à plus de 2 km/h. »

Avec un bateau remorqueur standard, Georges Mougin estime pouvoir diriger son glaçon géant jusqu’aux Canaries en 141 jours. A condition d’éviter les collisions en mer. Le choix de ces îles espagnoles est lié au fait qu’elles manquent d’eau douce. Depuis des décennies, l’université de Terre-Neuve étudie la dérive des icebergs. Des entreprises se sont fait une spécialité de les détourner de leur trajectoire avec des remorqueurs avant s’ils s’approchent trop près d’une plate-forme pétrolière.

Une course contre la fonte

Pour réduire la fonte de l’iceberg, les ingénieurs ont imaginé une sorte de jupe en textile qui enveloppera la partie immergée du glaçon et l’isolera de l’eau de mer. Un matelas d’eau douce fondue, constituant une sorte de double vitrage protecteur, se créera ainsi au fil du trajet entre l’iceberg et la jupe. Une ceinture flottante encerclera l’iceberg sur une hauteur de douze mètres (six mètres en surface et six mètres sous l’eau) pour le protéger de l’érosion. D’après les simulations effectuées par Dassault Systèmes, ce système de protection permettrait à l’iceberg de ne perdre en moyenne que 38% de sa masse pour un voyage entre Terre-Neuve et les Canaries.

Un réservoir immense au Groenland

Georges Mougin ne manquera pas de matière première. « Les glaciers constituent en quelque sorte des distributeurs naturels de glaçons géants, et l’on estime qu’autour du Groenland il s’en détache tous les ans pas moins de 40000 qui pèsent de 180000 t à 30 millions de tonnes », détaille Cédric Simard, directeur du projet de simulation 3D conçu par Dassault Systèmes. Contrairement à la banquise, constituée d’eau de mer gelée et peuplée d’animaux polaires, les icebergs sont des montagnes d’eau douce à la dérive qui finissent, un jour ou l’autre, par fondre en mer. « Vu les problèmes de ressources en eau douce qui vont se multiplier avec le réchauffement climatique, ce n’est pas une mauvaise idée d’essayer de récupérer l’eau des icebergs, reconnaît le climatologue Jean Jouzel. Mais on a toujours considéré jusqu’ici que c’était infaisable. »

-o-o-o-o-o-o-o-

Je vous ai laissé ligoter le zimbrec pour vous forger votre propre opinion, même si je suppute (aux bois?) qu’à cette heure ci, vous êtes plutôt entre la bassine et le fromage, mais j’ai le respect du client!

En ce qui me concerne, lire des conneries pareilles, ça me troue plus le fion que la couche d’ozone!

On nous gonfle le boudin en inventant des lois nous empêchant de péter pour ne pas monter le Danfos d’un pouillième de degré par siècle, on nous beurre la raie en inventant des bateaux avec panneaux solaires, alors que les voiles, ce n’est pas si con que ça, on crie un rôt sur le bidet parce  qu’on fait le maillot brésilien à la forêt Amazonnienne, on nous supplie d’acheter uniquement des bagnoles garées pour ne pas polluer nos gueules d’atmosphère, on nous conseille de devenir végétariens pour ne pas se viander, on nous pompe le raisiné pour nous faire cracher notre bilan carbone, et vl’a t’-y pas, que des scientifiques méprisent la calotte et vont s’amuser à dilapider de l’énergie pour embarquer un glaçon de 7 millions de tonnes dans la cage d’un serin juste histoire de brouiller son pastaga!

Jean Jouzel, climatologue de son état, dit que ce n’est pas grave, parce que la faune ne vit pas sur les icebergs mais sur les banquises!

jeanjouzel.jpg
(Jean Jouzel – Déconnologue)

Vous pouvez aller dire à Môssieu Jouzel, de ma part, que c’est un gros con! Il a peut -être obtenu la médaille d’or du CNRS en petit bassin et il est peut-être docteur Honoris Causa (mon cul?) de l’observatoire des culs nus au Nimbus, mais moi qui n’ai qu’un CAP d’ébarbilleur d’ectoplore et le brevet de secourisme en eaux profondes je peux vous affirmer que les morbacs qu’il a dans son calebard vivent très bien sur sa calotte, mais que le glaçon qu’il balance dans son 51 a le mérite de retarder le réchauffement de la flotte.

Quant à Georges Mouzin, un Malouin qui a tâté de la pêche à la morue du côté de Terre-Neuve (le bled, pas le clébard), aura peut-être la bonté de clamser avant de vider la glacière.

En lisant des conneries pareilles, je donne raison à Yann Arthus Bertrand qui s’évertue à continuer de filmer en SuperConnard les méfaits de son hélicoptère…

(franck 77)

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique