C’est le trois cent quatre vingt quatrième fafiot!

Vendredi 29 Avril 2011

(de couvrir l’évènement)


(Claude Nougaro – Dansez sur moi)

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

Quel beau jour, nom de diou, pour vous narrer un petit conte de Pêt Rôt de derrière les fa dièses.

Un conte de Pêt Rôt

“le Prince qui a maqué Kate ”

Il était une fois, dans un pays où les gazons étaient verts, où les rosbifs étaient à la menthe, et où l’archevêque était maître Kanter Bourré, une famille qui s’était inventé des sujets afin de toucher des compléments sans lever le petit doigt. 

Tout avait commencé dans la nuit des temps, c’est à dire du temps où les calebards étaient nettoyés au mirror et où il pleuvaient des hallebardes, des vraies, pas cette pisse de vache qui tombe sur le royaume depuis des lustres et des lampadaires.

Une mousmée était la petite fille du Roi Georges V, ce qui a plus de tronche qu’être cousine de la main gauche du Baron Formule 1. Le Roi Georges V s’était uni à la princesse Mary de Teck, planche résistant à l’eau, ce qui n’est pas inutile dans ce royaume dont la production principale est la culture du framéto.

De cette union, sont nés Edouard VIII (l’héritier de la tinette) et le petit Albert, Duc d’York, qui devint nouveau singe du royaume après jet d’éponge de son frangin.

Le Duc d’York étant devenu Georges VI, accrocha le jambon au clou avec Lady Elizabeth Bowes-Lyon, qui, je le rappelle, en était à 2 à zéro à la mi-temps, et qui dépotera Elizabeth Alexandra Mary de Windsor et rien d’autre d’intéressant.

A la mort de son dab, la petite Elizabeth fut propulsée Gouine of the Royal Kingdom et n’a pas déculté de son trône depuis le 6 février 1952.

220pxelizabethiibuckinghampalace07mar2006.jpg
(The Gouine Elizabeth, sur pied)

La Gouine s’était maquée avec Philip Mountbatten, duc d’Edimbourg qui n’était pas dernier pour la déconne.

Enfin bref, on ne va pas se mélanger les nougats en entrant dans les détails trouducutoires, mais parmi sa descendance directe, la gouine a réussi à pisser une côtelette  à grandes esgourdes dont le blaze plus commun est Prince Charles et qui attend depuis plus de 60 balais que la vioque à galure dépote son chrysanthème afin de poser son fion sur les cagouinsses royaux sertis de diamants finement ciselés à la louche.

princecharles.jpg
(Le Prince Charles, mari de Lady Gaga)

Le prince Charles s’était marié à une Lady, qui n’en avait que le nom, Lady Diana Spencer, une gentille personne de marque, marque and Spencer, cela va de soit.

La lady était adorée de tous les sujets, les verbes et les compléments du royaume car elle était simple et généreuse. En effet, elle n’hésitait pas à passer une heure ou deux tous les quinze  jours à côtoyer la misère, la détresse, ou la maladie, avant de retourner dans les palaces, sur les yachts ou autres lieux à la con pour se faire coiffer la touffe par des langues orientales.

Malgré la présence de cette épouse accorte, le prince Charles préférait se caler les étagères à mégots dans les nibards de Laidie Camilla, une rombière qui concurrence la gouine avec des galures importables, mais qui doit avoir des talents cachés de pompeuse de particules.

C’est dans des circonstances troubles que Lady Diana rencontra son douloureux destin en se scratchant comme une merde sous les tringlots du Zouave de l’Alma, à Paris sur Seine, dans une Mercos qui roulait entre 85 et 192 kilomètres heure, ce qui a été confirmé par l’enquête puisque l’aiguille du compteur numérique du véhicule était restée coincée dans cette zone là.

Du coup, le prince Charles, profita de l’occase pour passer la bagouse au doigt de son tréteau en surveillant de loin la dure enfance de ses deux lardons condamnés à étudier dans les meilleurs écoles sans même être boursiers, à pratiquer tous les sports sans même transpirer, et  à lichetrogner sans  même avoir à casquer.

Un des deux lardons a pour blaze William Arthur Philip Louis Mountbatten-Windsor, en deuxième position pour être le boss du royaume.

Un jour pas comme un autre, alors que le prince avait déboursé 200 livres pour être aux premières loges d’un défilé de mode, vl’a t-y pas qu’une apparition de rêve se fit sur le présentoir à pétasses. Catherine Elizabeth Middleton avait sur les endosses une robe en tulle gras, laissant apparaître un soutif et un calbut noirs, sans même avoir le persil qui dépassait du cabas. Le Prince fut ému par autant de beauté, de grâce et de charme et, accessoirement, par les pare chocs au garde à vous et le panier à crottes à balancier perpétuel.

Les puristes diront que les deux se sont rencontrés à l’université de Saint Andrews, les jaloux rétorqueront que la « Kate » s’était inscrite dans l’école de bourges du gazier afin de mieux l’alpaguer pour être sur les rangs pour devenir Gouine of the Kingdom, et bien moi, je crois aux contes de jolies princesses et de princes charmants en affirmant que le futur pilote de Yann Arthus Bertrand (vous ais-je dis que le prince, outre son job de futur roi, est un gazier qui pilote des tondeuses à l’envers?) a connu le coup de foudre et de gourdin princier avec cette apparition hors du temps.

Il parait que deux milliards et demi de gaziers et de gazières dans le monde vont reluquer le mariage des deux tourtereaux, qui ont déroulé du câble aux frais des sujets de sa majesté depuis dix ans, à la téloche.

williametkate.jpg
(William et Kate, en bleu de travail)

Perso, je ne pourrais pas pas voir si le prince a revêtu son habit de para, ou si Kate est encore à loilpée sous une robe à la con, mais avec une douloureuse de 33 millions de rôts pour régaler une pléiade de parvenus et ébahir les rétrécis du bulbe qui bavent devant les deux artistes, j’espère qu’aux douze coups de minuit, ce soir, le tampax de la Kate se transformera en citrouille, ce qui fera faire des éconocroutes de feu d’artifesses aux ceusses et ceuzes qui se promettent mutuellement l’un à l’autre en passant un joint de vidange au doigt et en passant la nuit de noces à l’hôtel de la fouine et du Berry réunis.

Oui, je sais, je n’ai pas de coeur! Mais quand je lis que la famille royale réglera « tout ce qui touche au mariage », il ne faut pas trop oublier que c’est grâce à la dîme et à la gabelle instaurées sournoisement par la Gouine, que les carrosses roulent encore et que les Phantom hantent les garages royaux.

La Gouine ne m’a pas invité aux agapes (Chef Lieu des Hautes Alpes) et j’en suis bien aise. En effet, si on la croise par hasard pendant la partouze royale, il parait qu’on n’a pas le droit de lui jacter et qu’il faut regarder ses tringlots en évitant son regard!
Ben merde alors! De toute façon, avec mon bol légendaire, je me serais retrouvé derrière les cages à miel de son dadais, et je n’aurais pas pu voir si la Kate avait les agrafes de la page du milieu alignées dans le dos…

©franck.mar77

Publié dans : les contes de Pêt Rôt |le 29 avril, 2011 |16 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

16 Commentaires Commenter.

  1. le 29 avril, 2011 à 12:15 michelehardenne écrit:

    Un commentaire en direct à la « Zitrone » :)
    Je ne voulais pas manquer ce papotage royal, Sir Franck!

    Dernière publication sur MICHELE HARDENNE : Plume de nacre

    Répondre

  2. le 29 avril, 2011 à 13:15 Pelure d'Oignon écrit:

    Ben … C’est même pas ce que j’ai pas écouté sur ReTeLe , ni pas vu sur TeuFeu1…

    Mais c’est bien quand même , mon Zitron .

    Répondre

  3. le 29 avril, 2011 à 13:38 franck77 écrit:

    Salut ma belgienne et mon indien préférés!
    .
    papotage royal: c’est magique de chez Royco?

    Répondre

  4. le 29 avril, 2011 à 13:48 Pelure d'Oignon écrit:

    Dis donc , Franky ( je sais ta main ..etc )

    T’as oublié celle-là :

    La mariée ?

    En blanc , ce matin , enfoncée ce soir ….

    Je sais , je sais , mais c’est juste pour payer mes cotises en retard …

    Répondre

  5. le 29 avril, 2011 à 14:13 Pelure d'Oignon écrit:

    Un ReuTeuLeusien a posé une question :
    connaissez vous l’origine du god save the king ?

    ++++++++++++++++++++++++
    Dans mon infinie bonté , je lui ai fait profiter de mon inculturation prolabiale et lui ait donné la clé de la ceinture de chasteté de ça couine :
    Je la remets ici ; y a pas de raison de se faire du bien sans mâle …

    +++++++++++++++++++++

    Oui .
    C’est quand the King ne peut pas et que la Queen veut ..
    Ainsi , le gode save the King .

    Répondre

  6. le 29 avril, 2011 à 16:00 franck77 écrit:

    Resalut pelure d’oignon!
    .
    Tu n’as pas honte d’écrire des conneries sur ce blogounet sérieux et deculmenté?

    Répondre

  7. le 29 avril, 2011 à 18:00 Pelure d'Oignon écrit:

    Eh ho , Frank !!!

    Faut pas dékhonner quand même !!! C’est qui qu’a commencé , hein ?
    Je te cite :

     » (de couvrir l’évènement) »

    J’suis sûr que tu aimerais lui servir de couverture , à  » l’événement  » , non ?

    Faut dire que si elle disait oui , je n’irais pas dans la niche du chien …

    Bon , des valises à préparer . @ pluche , s’il y a un nouveau fafiot . On va pas passer la nuit sur la future couine ..

    Quoique , quoique …

    Répondre

  8. le 29 avril, 2011 à 19:13 Le Quidam écrit:

    Bonjour bien aimé peuple du Royaume de la Déconnitude

    L’un dans l’autre, Léon six Trônes nous aurait certainement souligné la présence d’Elle Tonne et de Monsieur

    Répondre

  9. le 29 avril, 2011 à 21:40 laviederaymond écrit:

    Bravo.
    tout est clait et net.

    Dommage que les anglais soient cons à ce point.

    Répondre

  10. le 30 avril, 2011 à 8:51 Sganarel écrit:

    Salut les décon’sort le prince c’est la princesse qu’on rentre ….!

    Même princier le mariage c’est comme un menu au resto , à peine est t-on servi qu’on regarde déjà le plat du voisin .

    Sous les ponts de paris……Ah non les rosbeefs , n’allez pas encore effrayer notre zouave !

    Répondre

  11. le 30 avril, 2011 à 18:28 tsalagi écrit:

    Salut, sacré humour mais c’est vraiment drôle tourné comme ça !

    Oui, on en a marre de la famille rot ayalle qui haie tale son freak et de leur raie-volution :D

    Répondre

  12. le 1 mai, 2011 à 11:08 Pineau écrit:

    Good morning,

    L’info du jour est que l’on ne sait pas où les deux tourtereaux sont partis en week end (info sur reuteuleu). Cà, c’est de l’info qui tient la route. A quand les béatifications sur l’autel de la connerie?

    Répondre

  13. le 1 mai, 2011 à 11:55 Sganarel écrit:

    Salut les décon’sort l’assiette anglaise ,y Bernard qui rappe .

    Le gars il lui demande sa main ! Tu parles qu’elle lui tend elle s’appelle pas quête pour rien. Bonne poire le Williams !

    Répondre

  14. le 1 mai, 2011 à 12:02 Pineau écrit:

    C’est la teuf…
    Ben Oït 16 64 a sorti la bière.

    Répondre

  15. le 3 mai, 2011 à 17:45 film xxl écrit:

    « Lady Diana Spencer, une gentille personne de marque, marque and Spencer »
    Celle là m’a fait pleurer de rire!

    Dans le même registre mais plus connu « Bonne poire le Williams » comme l’a dit @Sganarel :D

    Répondre

  16. le 29 mai, 2011 à 18:35 Amédée Pan écrit:

    Ben ouais, ils se sont enfilés à l’anglaise ! Et y paraitraît qu’elle a sacrément couiné !Et moi j’vous dis que son string elle l’a piqué à Stéph de Monac’…parce qu’il est en principe…ôté ! Et pan, dans l’rocher.
    Amédée Pan (dans la lune)

    Répondre

Répondre à Pelure d'Oignon Annuler la réponse.

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique