Archive pour mai, 2011

C’est le trois cent quatre vingt huitième fafiot!

 

Samedi 28 Mai 2011

(de constater que la France est la reine des fêtes à la con)

 


(Georges Chelon – Le mur mitoyen)

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

Hier, je suis rentré fourbu, lavedu, embourbu, éreintu, vermoulu d’une dure semaine de labeur. Je garais ma Jyva 4 devant mon home (comme on dit aux States) et je commençais à décharger mon matos conséquent qui me sert essentiellement d’outil de travail les heures ouvrables quand je percus dans l’air un je ne sais quoi d’inhabituel.

Bien que l’heure fut tardive, (n’étant pas du style à rentrer du taf tout de suite après l’heure de l’apéro du midi et j’ai les noms),  les bourgeons bourgeonnaient à tour de bras, les oiseaux oiselaient à tir d’ailes, les arbres arbricotaient à Thoury-Férottes, les saxophones saxophonaient à Touré Kunda, bref une ambiance leste, légère comme dans les scènes de films d’Arcady où l’on voit les pieds noirs fêtant en même temps un mariage , une circoncision et un cassage de gueule en règle des arbis qui voulaient chourrer le business de la came et des putes.

Bref, je me demandais si je m’a gourré de quartier.

Il ne me restait plus qu’à sortir mon casque de chantier, mes pompes de sécurité et mon échafaudage 12 marches quand j’apercus le voisin du fond (contrôleur retraité de la SeuNeuCeuFeu) se diriger tout droit vers moi.

Quand je dis tout droit, j’embellis la situation. En effet, il avait la démarche significative du gazier qui a commencé un apéro trois jours avant les autres et qui tente quand même d’aller d’un point A à un point B en tricotant un pull jacquard avec ses arpions et en négligeant le fait que  le plus court chemin d’un point à un autre est la ligne droite,  à condition que ces derniers soient bien l’un en  face de l’autre comme l’affirmait notre grand philosophe Pierre Dac.

Pour préserver l’anonymat, j’appellerais ce voisin Jean-Claude, ce qui est son véritable prénom car j’aime bien brouiller les pistes.

Malgré une trajectoire aléatoire et un angle balistique douteux, après un calcul différentiel de correction de rayon de courbure et une étude asymptotique du point d’impact compensée par les moindres carrés, je me dis « Nom de dieu de bordel de gnou, le JC vient m’causer ».

Il aime bien qu’on l’appelle JC, parce que, quand il est bourré, c’est plus simple à dire pendant les contrôles d’identité d’une part, et que sa vision biblique de la vie l’apparente aux messie, dans la mesure où il est toujours entre deux eaux en profitant d’un ancien testament à son bénéfice tout en attendant le nouveau ( le beaujolais, pas le testament) d’autre part.

Il se gourre de deux mètres pour me serrer la main et tout en embrassant le thuya du voisin d’en face de chez moi il dit :

« Chalut franckhche, c’nest le fnête des voichnins zojourdhui, vniens chboire un cnoup toute l’nimpache(*) est chémnoi »

Je fais constater aux linguistes invertébrés que le fait d’avoir attaqué un apéro en ayant supporté l’épreuve des qualifs  a pour résultat que le sujet parle mi-ch’ti mi-auvergnat, ce qui ne manque pas de charme.

Moi, vous me connaissez, quand c’est pour se torcher la gueule, demandé aussi gentiment, je ne résiste pas et  ne suis pas là pour vexer bêtement les gens. Sur ce , je dis à JC :

« Bien sûr JC, je suppose que Ginette et Philémon (**) sont déjà chez toi. Il me reste à rentrer un carter pilchard et ma dégauchiseuse à rétro-pédalage, et je viens faire la chouille »

Sur ce, le JC fit un demi tour à 1260°(***) Chelchiusse et tenta de rejoindre son huitre en se fiant à son instinct et à la souvenance de la dernière position de son verre.

ftedesvoisins.jpg
(Fête des voisins à Z’y-Va-les-Cormeilles)

Et oui, je ne m’y habituerais jamais! Le con qui a inventé la fête des voisins devrait être passible des tribunaux, autant que le ceusse qui a inventé le fête de la moule marinière ou que le fumier qui a inventé la fête des secrétaires, tout comme le gazier qui a pondu la fête de la plume dans le fion.

Vous me direz, bandes de voyouxes et de vouyouzes assoiffés de sexe et de sang et regroupés comme des boeufs derrière des barrières en plein coeur de Manhattan que je suis invivable, imbuvable, que je n’aime rien, que je n’aime pas les gens et que je vomis l’humanité entière et que je voudrais bien qu’on reparte du Big Bang juste pour voir si le singe redeviendrait aussi con (merci Môssieur Cavanna) !

Et bien oui, tout ce que vous dites est vrai, et en plus vous devez aimer cela puisque  vous guettez chaque fafiot comme des drogués de déconnitude.

Figurez-vous que j’y suis allé à cette chauterie, comme dirait Isabelle Mergault, et que je me suis bien marré. En effet, jusqu’à cette fête, je croyais que mes voisins étaient tous des cons. Et bien, hier, je me suis rendu compte que j’étais aussi un voisin.

Enfin bref., chacun est allé chercher chez lui quelques teilles pour renforcer l’intendance, et on a discuté de la théorie du verre poreux jusqu’à une heure avancée moins le quart.

Comme toute les bonnes choses ont une fin, après s’être enquillé douze pousse-café, on s’est mis d’accord pour aller mettre la viande dans les torchons. Vous allez me dire que ce n’est pas comparable aux accords du G8 (qui, après avoir fait chier les habitants de Deauville pendant deux jours, en a conclut qu’une chanteuse ritale aphone a bien reçu une giclée non amendable), mais ce moment de con vivialité fait oublier nos différents bêtes (en cours?) et mesquins de voisinage.

Et c’est le coeur serein, l’âme légère, l’esprit fait con et la bistouquette à la main, que j’ai consciencieusement,  en admirant les étoiles, pissé dans la boite à lettres de mon voisin, car je sais que, dès demain matin dix heures, il recommencera à tailler la haie mitoyenne ras sa bite pour pouvoir reluquer chez moi…

(*) J’habite une impasse (pair et manque?)
(**) Ma dulcinée et le fruit de nos entrailles.
(***) A vos calculettes, le demi tour est bien complet (si j’ose dire)!

©franck.mar77

 

Publié dans:déconno-news |on 28 mai, 2011 |19 Commentaires »

C’est le trois cent quatre vingt septième fafiot!

Mercredi 25 Mai 2011

(de faire un point sur les nymphos)


(Stephan Eicher – Déjeuner en paix)

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

En général, quand j’écris un fafiot une fois toutes les secousses sismiques qui ont lieue dans le calbut d’un eunuque, et bien c’est que j’ai du taf à chier partout! Je ne voudrais pas me vanter, mais c’est le cas depuis quelques semaines.

Et oui, les cotisations que vous me versez pour vous poiler sans même avoir honte ne suffisent pas à mettre du beurre dans mon pinard. Donc, j’ai un métier à côté, moins marrant certes, mais un métier qui me bouffe à peu près 32 heures par jour.

Comme les journées n’ont que deux bras, le fafiot sera bref en plus d’être court, et je vais essayer d’être aussi synthétique que circonscrit, ou circoncis, enfin un truc du genre qu’on ne va pas tortiller trois fois du fion pour couler un bronze bien vertical.

Hier soir, histoire de me mettre au parfum de l’actu, que j’avais laissée chez Sophie Tell le viquinde dernier, je me suis culté dans le canapuche pour écouter le Play Mobil, juste pour voir si les choses bêtes en cours prenaient de l’ampleur, et pour me remettre à niveau ce dont au sujet desquelles les nymphos .

pujadas24mai2011.jpg

En ouverture de journal, j’ai appris que le ministre de l’intérieur voulait démonter les compteurs des bagnoles pour les exposer sur le bord de la route. c’est quand on voit ça qu’on se dit que l’époque des brocantes a vraiment commencé.

radarpedagogiquer.jpg
(Radar pédagogique avec témoin d’huile et pression des pneus)

Ensuite, il a causé de l’enquête sur l’affaire DSK. J’ai repéré que seul des gaziers estampillés NY-PD pouvaient s’y coller (si j’ose dire). Remarquez, les ricains sont devenus prudents sur ce coup là. Ils ne vont pas envoyer des pom-pom girls avec un maillot moulant sur les endosses où serait écrit NY-BO-Q, de peur que le suce pêt ne fasse une rechute.

adndsk.jpg

En tout cas, il parait que l’ADN a jacté. En effet, le shérif a fait des prélèvements dans la piaule de Sophie Tell, et il a récolté  un baril de giclée de grenouille avec une Spontex. Il parait même, qu’en retirant le papier peint, il en a déduit que c’est le liquide assez minable du Pinocchio en goguette qui a servi de colle pour les derniers travaux de rénovation ! Preuve que le gazier avait ses habitudes dans la suite et la suite dans les idées. 

Bon, là je déconne, car l’ex dirlo du FMI (Fouille Moi l’Intimité derechef) a le droit à la présomption d’abstinence.

Ensuite, je suis allé grailler un bout et je suis reviendu juste pour zieuter la météo:

meteodsk.jpg

Effectivement, cela nous pendait au nez depuis le viquinde dernier: Dimitri Popespo nous raconte que le nuage de jus de paf qui a décollé de Manhattan arrive sur nous. Les ceusses et ceuzes qui crêchent au nord d’une ligne Lille Roubaix pourront aller sur le balcon sous les couilles de jeudi pour aller recueillir des retombées séminales qui leur permettront de recoller leurs vases cassés ou terminer leur maquette.

otages.jpg

Sinon, à part ça, les deux têtes de suppositoires sont toujours dans le désert à branler le chameau tout en chantonnant Alkaïdi Alkaïda, juste histoire de ne pas remplir leur déclaration d’impôt… 

©franck.mar77

Publié dans:déconno-news, Les nymphos en vrac |on 25 mai, 2011 |16 Commentaires »

C’est le trois cent quatre vingt sixième fafiot!

Lundi 16 Mai 2011

(de profiter du merdier pour me déclarer)


(Florent Pagny – C’est comme ça)

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

Vous avez pu constater, depuis quelques jours, que c’est un beau boxif français aussi bien dans l’hexagone que dans le pays du pentagone et je ne vous parle même pas de ce qui se passe du côté du déconnogone!

Quand je pense que Nicolas Hulot, commercial en shampoing décoiffant pour ULM s’est déclaré candidat à la présidentielle  dans l’HLM de Pascal Sevran, qu’Eva Joly s’est mise sur les rangs juste histoire de vouloir être la première présidente avec un accent à couper au couteau, que Bezancenot, s’étant rendu compte que s’il était élu, il perdrait son job pépère qui ne lui prend que 35 heures par semaine pour vider ses sacoches, a décidé de jeter l’éponge, et bien je commençais à me tâter.

Marine le Pen a déja enfilé sa côte de maille, Jean Pierre Chevènement est ressorti du coma pour se présenter.

Du côté de la droite, ça se déchire à tout va et les candidats vont être une chiée, du côté de la gauche on essaie d’organiser un vote à un euro le bulletin pour départager des candidats qui se bouffent la gueule en attendant DSK, l’homme providentiel qui aurait niquer tout le monde debout sous un porche.

Heureusement, ce viquinde fut inespéré pour moi. En effet, le seul concurrent sérieux dans l’affaire de la présidentielle de deux milles bouses était bien Dominique nique nique Strauss Yes he Kahn.

V’la-t-y pas que l’on supputte (aux bois?) que le Président du FMI (Fouille Moi l’Intimité?) est accusé de grimpette ancillaire avec punaisage dans les tentures et course à l’échalote après Sophie Tell, soupçonné, en pluche, d’avoir eu le temps de foutre un cadenas à la lourde pour avoir tout loisir de remplacer le plumeau Océdar par le sien (qu’est son dard) entre les menottes de la soubrette qui ne pensait pas salir les draps qu’elle venait d’utiliser pour refaire à neuf l’établi Doministrauskanesque (tu l’as sens?).

Et bien, comme un grand principe politique est d’être un bel enfoiré, je profite de ce boxif intégral, et surtout que DSK risque de ne pouvoir se présenter pour les élections présidentielles pas avant  2072,  j’en profite donc pour annoncer ma candidature à la fonction suprême:

franck77president.jpg

Je m’en va vous peaufiner un programme de derrière les fa dièses, qui ne sera pas plus con que celui des autres, et dont je vous ferais part un de ces quatre sans fautes dans le temps et dans l’espace.

Et voilà, je me suis déclaré officiellement, et c’est une bonne chose de faite!

Et je préviens le ceusse ou la ceuze qui veut m’impliquer dans une affaire trouducutoire afin de me couvrir d’eau propre, de me clouer sur une poule au riz  et de me discréditer en m’envoyant une soubrette accorte avec le pot d’échappement emballé en lingerie fine et les pare chocs de la même teinte que la carrosserie, que j’occupe régulièrement la chambre 104 à l’Hôtel du Condor à Mézieux-en-Bourbay, surtout le jeudi !

©franck.mar77

Publié dans:Présidentielles 2012 |on 16 mai, 2011 |30 Commentaires »

En attendant le trois cent quatre vingt sixième fafiot!

Samedi 7 Mai 2011

(de penser que l’existentiel mon mari)


(Yves Jamait – C’est la vie)

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

En ce moment, je me pose moulte questions dans mon moi intérieur. Je n’irai ni par Katmandou, ni par par Katchemins pour vous poser une question de confiance :

Voulez-vous que le Blog de la Déconnitude continue-t-il caisse?

Chargement ... Chargement ...

N’hésitez pas à vous confier dans les coms pour dire ce que vous attendez de cet espace, ce qui vous plait, ce qui vous énerve, quelle rubrique vous désirez voir apparaitre,  ou tout ce qui vous passe par la tête sur tout et n’importe quoi, enfin bref, il s’agirait de faire un point précis ce dont au sujet duquel…

Me fais-je bien con prendre?

(franck 77)

Publié dans:déconno-news |on 8 mai, 2011 |18 Commentaires »

C’est le trois cent quatre vingt cinquième fafiot!

Dimanche 1er Mai 2011

(de dire ce qu’il me plait et que ça fait clochettes)


(Francis Cabrel – Petite Marie)

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

Honnêtement, je suis vanné! Mais le viquinde n’est pas fini.

On a bien fait la chouille à ButineMarionGame Palace jusqu’aux horreurs. Moi j’vous l’dis, danser sur les Bee Gees avec Lady Chattehurlée ou Lady Commandement, ça vous met un peu sur les rotules. De diou de Diou quelle belle fête c’était!

Bon, quand le DJ a déposé sur la platine le vynil de Bézu et comme tout le monde commençait à se mettre en file indienne et que j’ai vu que, juste derrière moi, se positionnait Elton John (plus familièrement appelé Elton Jonc dans les milieux interlopes) qui était prêt à atteler pour une queue leu leu des familles, j’ai tapé sur l’épaule de ma voisine qui me précédait par devant et qui suivait celui qu’elle avait au derrière et je lui ai dit « Passe moi les clés de ton Austin Martine, je vais aller chercher les crosbacks ».

Il était temps, car Elton John avait déjà déplié sa tête de pont et était à deux doigts de rallier le Mont-Saint-Michel à la côte.

En fait, cela m’ a donné l’occase de mettre les adjas, de sauter dans ma Jyva 4 et de filer à Rome pour aller faire une autre chouille en l’honneur de JP2.

Et encore, j’hésitais. j’avais reçu une invitation du PCF Maubeuge pour tenir un stand de muguets sur la place Kirikou Surlalune,  une autre de Marine pour désamianter la Pucelle, et enfin une dernière de mon beauf, syndiqué à Sud Rail pour aller faire des heures sup entre Bastille et République. Et bien j’ai décliné toutes ces charmantes invitations qui m’ont fait du bien où je pense, et j’ai filé dès le poltron le Minaret en direction de la Place Saint Pierre pour aller béatifier le Polak qui a plus fait pour donner des preuves d’humanisme et d’amour que Léonard de Vinci pour calmer le Parkinson, (celui qu’est à 3euros20 de l’heure du côté de la Place de l’Etoile).

Et oui, je vais honorer Jean Paul II, le premier Pape qui avait le sens du rythme et qui a introduit la musique Pope dans les homélies aux champignons.

Jean Paul II était quand même un pape plus avenant que Ben au Hit 16 (64?), et plus propre que Pie VII. Son vrai blaze ressemblait à celui d’un maçon, Karol Józef Wojtyła, et sa devise officielle était « Totus tuus ego sum, Maria », ce qui, en version latrine veut dire : « N’oubliez pas de ramasser tous mes mégots sous le sommier, Maria! »

Vous vous souviendez? Dès qu’il a dévissé sa tiare, la vox populi a scandé comme un seul homme « Santo Subito! » ce qui veut dire, en Rital, « Saint tout de suite! » et non pas « Sans eau mon apéro! » comme vous le supputtassiez bande de voyouxes et de voyouzes que vous êtes!

jeanpaul2.jpg
(Jean Paul II – avant de coincer la bulle)

L’intention populaire était justifiée, mais on ne devient pas Saint comme on devient Reine d’Angleterre, non mais!

Avant il faut être Vénérable, puis Bienheureux.

Vénérable, il l’est depuis le 19 décembre 2009 car le Pape à casque à pointe a pondu un décrêt qui a reconnu « l’héroicité de ses vertus ». Ceci n’était qu’une formalité, il suffisait juste de montrer une Eminence sans trace de frein dans le fondusse.

Par contre, pour passer le deuxième tour, il faut avoir une réputation de Sainteté et avoir commis au moins un miracle!

Là, ça calme.

Et bien figurez-vous que JP2 pourra deviendre Béat, puisque que Soeur Marie Simon-Pierre, religieuse française des maternités Soubiroux and Co est venue du diable vos verres pour attester qu’elle était la preuve vivante que Popaule pouvait aller au cirque pour exposer ses numéros.

En effet, Marie Simon-Pierre, à 49ans, souffrait de la maladie de Parkinson au niveau aigue, c’est à dire qu’avec la tremblante du mouton qu’elle se chopait, elle égrennait son chapelet 25 fois plus vite que ses collègues. La Daronne Supérieure, un soir, lui dit :

  »Ma petite Marie, il faudrait peut-être songer à se ressaisir, car ruiner la cuistance rien qu’en écossant les petits pois, ça fait désordre, alors qu’à l’origine, vous étiez rentrée dans les ordres. J’m'en va vous donner un truc de belle mère : écrivez le blaze de Papounet sur un papelard et demain il fera jour! »

Alors, la soeur lacha le chapelet du curé Trécy qu’elle avait l’intention d’égrenner en Suisse, et marqua comme un cochon, sur un tickson de caisse de chez Alim,  »Jean Paul II » d’une écriture aussi lisible que celle d’un médecin de campagne beurré comme un p’tit Lu.

Sous le coup des quatre plombes du mat, elle se sentit pénétrée par une chaleur divine et entendit une voix qui lui dit « Ressors le papelard et retente le coup Paulette ».

Alors Soeur Marie Simon-Pierre sauta à terre comme DSK sur sa secrétaire, et écrivit, sans trembler, et en Gothique, le blaze de son bienfaiteur sans même déborder!

soeurmariesimonpierrelamiraculee.jpg
(Marie Simon Pierre – ex vibro ma soeur 12 Wojtyla)

Plus tard elle dira « C’était incroyable, mon bras s’était remis à marcher! », alors que la veille elle écrivait comme un pied, comme quoi tout se tient!

Et bien, ce coup là a été homologué par le Vatican, ce qui permet de Béatifier Popaul ce dimanche.

La Béatification est l’acte solennel par lequel le Pape déclare qu’un culte public peut-être accordé à un serviteur de Dieu. mais contrairement aux Saints qui peuvent être priés et tripotés par toute l’Eglise, les Bienheureux le sont dans un périmètre restreint.

Bon, Popaul n’est que le régional de l’étape pour l’instant, mais les qualifs continuent et son fan club est en train de travailler la chose pour le canoniser.

Nous l’avons dit, pour être canonisé, il ne faut pas aller à la foire du trône, mais avoir fait un autre miracle. Il parait qu’un gazier qui était sourd comme un pot et qui a retrouvé la vue en se grillant la couenne avec un cierge béni par Jean Paul 2 pendant la quinzaine du blanc s’est remis à marcher alors qu’il ne parlait plus depuis des lustres, a déposé son dossier médical dans le casier de Ben au Hit, pour qualifier l’ex pontife sur le Cour Central.

A priori, Monseigneur Vingt trois, pendant un 421 endiablé, alors qu’il m’avait aligné trois fiches devant mon nénette à fond m’a dit que l’orbi et gourbi était bien engagé et que JP2 sera canonisé avant que ça le reprenne!

J’en suis bien heureux. On va pouvoir amortir le barbec en sortant la braise du congélo pour arroser ça.

©franck.mar77

Publié dans:déconno-news, l'athée au logis |on 1 mai, 2011 |13 Commentaires »

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique