Archive pour le 11 mars, 2012

C’est le quatre cent quatorzième fafiot!

Dimanche 11 Mars 2012

(de causer de la journée de la femme)

 


(Yves Jamait – OK, tu t’en vas)

 

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

Jeudi dernier, dès l’aube, alors que je me tapais mon petit noir bien serré au café-bar-tabac-PMU-Presbytère-Loto de la place Enrico Machiasse de Mézieux-en-Bourbey, tout en ligotant le Parigot, vl’a t-y-pas que mon pote de trocson  Jérémy Matourné me demande tout de gigot, à brûle pourpoint et sans cul férir, dans un vieux relent de Calva : « Et toi Franck77, que vas-tu faire pour la journée de la femme? »

Je tardais un peu pour répondre à Jérémy car j’étais en train de zieuter mon horoscope du jour qui me balançait qu’au niveau du coeur j’allais avoir des palpitations et l’habitat secoué, pour le turbin j’allais me castagner avec un collègue alors que je suis le seul gazier dans ma petite entreprise, et que pour la Ford j’aurais une tonus.

Fort de cet effet mes rides, je portais mon regard vers le père Matourné en regrettant qu’il ne fut pas un des mes collègues, car le fait divers relatant sa beigne aurait déjà figurée dans le baveux avant même que le forfait ne fut accompli.

C’est la mort dans l’âme, comme dirait le producteur de Johnny annulant un concert sous prétexte qu’on ne peut pas allumer le feu quand il tombe des hallebardes (suisses?), c’est la mort dans l’âme donc, que je répondus à mon collègue sportif (Oui, nous faisons souvent des bars parallèles pour garder notre taille ramequin et conserver notre teint de jeune fille):

« Tu sais Jérémy, la journée de la femme, pour mézigue, ce sera comme pour la journée de la mucco-vit six doses, de la lèpre aphteuse, des genoux cagneux ou des pieds paquets, j’ai plutôt tendance à m’incliner devant un aussi grand fléau. »

C'est le quatre cent quatorzième fafiot! dans déconno-news jeremymatournee

(Jérémy Matourné)

Le sang de Jérémy ne fit qu’un tour d’alambic et pesta gallène:

« Comment, toi franck77, qui est un phare de la pensée constructive, un monument de l’analyse factorielle à rétrocession  bi-polaire, le Kilimandjaro de la pensée déconno-philocoque tu ne bougeras pas le petit doigt pour honorer la journée de la femme et donner une impulsion à une cause aussi noble que douce à explorer? »

Je vous l’avoue, là, mon pote Jérémy m’en avait  foutu un sacré coup dans les baguettes. Je décidus alors, après mon taf quotidien, de faire avancer les choses et de donner un coup de pouce à l’affaire et de mener une ou deux actions ponctuelles qui, si elles aboutissent, feront que cette journée de la femme sera à marquer d’une bière blanche dans le maintien de l’ordre de la jarretière et du panier garni réunis.

Le soir même, en revenant plus tôt du bistrot afin de faire partager dès poltron le minaret à Cunégonde, ma dulcinée, ma détermination à mettre en branle une action fémino-concrête, je pris mon turlu et appela Daniela L’Ombre-au-Zoo qui est à la garde ce que la route est à Maxime Le Forestier, c’est à dire une chienne.

Daniela_Lumbroso-191x300 journée de la femme dans déconno-news

(Daniela L’ombrozoo – Une chienne qui monte la garde)

Je salua l’énervante avec bienveillance et lui proposa tout de go d’illuminer son début de soirée en lui exposant ma proposition de loi à faire adopter un de ces quatre sans fautes afin que la parité soit respectée dans tous les domaines de la vie. Je lui exposa ma tactique qui est de ne pas imposer d’un seul bloc la chose mais de procéder par petites touches.

En effet, mon idée grandiose était de commencer par la parité derrière les camions poubelles : une femme à gauche  sur le marche pied coté pair, et un homme à droite côté impair.

Daniela me dit « Pauvre con » et me raccrochus au pif.

Cunégonde, se tournant vers moi me dit: « Ça s’est mal passé chéri pour ton idée? Tu vois, nous sommes en droit de demander l’égalité mais il faut respecter aussi notre fragilité! ».

Noyé dans mes pensées, je repris mon turlu et continuais mes démarches pour apporter ma bière à l’édifice de la condition féminine : « Allo, Dodo la Saumure, c’est Franck 77. Dis moi voir, t’aurais-t-y pas par hasard de la place dans ton chenil pour héberger une femelle qui a du chien mais vachement de robes? ».

Nous nous sommes mis d’accord sur un enlèvement sur site en respectant un tarif syndical, et c’est en sifflotant, l’esprit reposé,  que je suis allé dans la salle de bain pour pisser tranquillou dans le lavabo avec la certitude du devoir accompli ce dont au sujet de laquelle cette merveilleuse journée de la femme.

———————————————–

(©franck.mar77)

****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires, il suffit de cliquouiller ici 

****  Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un apercu  général ici

**** Pour les timides qui veulent me clouer sur une poule au riz, l’adressse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

deconnoland@orange.fr

Publié dans:déconno-news |on 11 mars, 2012 |9 Commentaires »

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique