Archive pour août, 2012

C’est le quatre cent trentième fafiot!

Samedi 25 Août 2012

(de rendre une location avec des observations ce dont au sujet desquelles)


(Lekinn – Weakness)

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

Ayé, nous sommes débarassés des vacances, le rienfoutage dans le Jura se termine aujourd’hui!

On range les pédalos et comme le proprio de la loc est un branque qui préfère encaisser plutôt que de s’occuper normalement de son affaire, il est de bon ton de lui laisser nos observations sur notre séjour locatif dans cette superbe région.

C'est le quatre cent trentième fafiot! dans déconno-news mont-blanc1-300x210
(Mont Blanc depuis le Colomby de Gex Vendredi 17 août 2012 à 15h34m12s)

Voici, texto, le lit bêlé du zimbrec :

M. et Mme Franck77
10, place Enrico Machiasse
77800bouses Mézieux-en-Bourbay

 à  La cancoillotte-sur-Lesdois
ce samedi 25 Août 2012.

Monsieur,

Nous avons été globalement satisfaits de la location en cours de séjour.

Nous aimerions revenir, cependant, sur un des 13 points de vos conditions générales.

En effet, suivant l’article 7 concernant l’état des lieux, l’état de non propreté doit être signalé au propriétaire ou à la personne chargée de la remise des clés.

Nous avons spécifié à la porte d’entrée (qui était la personne chargé de la remise des clés) que le ménage n’était pas du tout fait!

Cette porte, forte aimable au demeurant, nous a désigné l’autre porte qui enfermait les compteurs d’électricité et de gaz qu’il fallait dès poltron le minaret relever, afin de maintenir votre pression financière ante-location via vos mails.

Ce placard cachait amoureusement aussi une serpillère dont le seul usage aurait pu salir un bouledogue, si celui-ci eut l’idée de se refaire une beauté avec.

Nous avons eu, tout de même, eu le droit au comité d’accueil des huit chaises retournées sur la table qui nous a bien avertis que le mouton était l’animal domestique préféré du logis.

Nous vous faisons grâce de la crasse qui avait définitivement pris position sur les parties supérieures des points lumineux, cette crasse ne nous troublant pas plus que cela étant donné que l’ascension des ces sources n’était pas au programme de nos randonnées futures.

Nous pouvions aussi noter cet état sur les maniques qui nous gênait un peu plus dans la mesure où elles auraient pu servir accessoirement à la cuisine.

Comme vous nous avez laissé aimablement un mot nous avertissant que « le locataire précédent » avait brisé la lunette des toilettes (que vous n’avez absolument pas changé au plus vite), nous supposons que sur votre prochain mot doux laissé sur la table du salon, vous préciserez que les locatiares précédents (en l’ occurence, nous) ont mités les protections des matelas et des oreillers.

Ayant pratiqué votre location en été, nous tenons à vous préciser, pour votre gouverne, que la fenêtre de la chambre qui loge la bagatelle de quatre personnes (soient 50% de l’effectif admissible) ne peut s’ouvrir, non pas à cause d’une défaillance mécanique, mais tout simplement parce que les odeurs de la fosse septique tapent aux carreaux afin d’odoriser généreusement la carrée.

Cette inhabitabilité estivale et hostilité à retenir du monde de cette pièce expliquent, peut-être, la taille de la casserole qui ferait peur à une boite de petit pois, même demi fins.

Certes, comme vous nous l’avez indiqué sur notre messagerie de téléphone portable, nous ne partageons peut-être pas la même notion que vous de la propreté.
Cependant, en général, nous avons pour habitude de rendre une location plus propre que lors de notre arrivée (celle-ci étant la 8ème).

Dans la mesure où nous avons réglés 30 euros (obligatoires, dixit l’article 7 des fameuses condition générales) pour le ménage non fait à notre arrivée et que nous vous avons laissé votre chalet dans un état acceptable (en comparaison à l’état initial), nous n’allons tout de même pas vous réclamer 60 euros pour nos deux prestations, mais seulement la défalcation des 30 euros initiaux que nous vous avons réglés rubis sur l’ongle.

Il va de soit que le dépôt de garantie nous devra être restitué dans son intégralité (normalement ce jour, en même temps que l’état des lieux, mais n’ergotons pas sur la procédure étant donné que vous avez du mal à vous occuper physiquement de votre affaire) car nous ne sommes pas responsables des dégâts occasionnés par les juilletistes et aoûtiens d’avant notre passage.

Etant donné que vous êtes pointilleux sur les encaissements, nous nous permettons d’être satisfaits à hauteur de nos règlements.

Nous certifions donc sur l’honneur, Monsieur, que nous avons occupé votre location « en bon père de famille » et que nous vous restituons votre bien en un état légèrement plus présentable que lors de notre arrivée.

Nous vous prions de croire en notre plus profond respect.

Chaud devant, Hue bijou!

Famille franck77, non mais!

————————————————-

(©franck.mar77)

****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires, il suffit de cliquouiller ici

****  Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un apercu  général ici

**** Pour les timides qui veulent me clouer sur une poule au riz, l’adressse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

deconnoland@orange.fr

Publié dans:déconno-news |on 25 août, 2012 |5 Commentaires »

C’est le quatre cent vingt neuvième fafiot!

Samedi 18 Août 2012

(de revenir de loin pour en arriver plus près )


(les Violons Barbares – Makedonsko)

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

Et oui, franck77 est reviendu d’un endroit où si l’on n’y va pas, on ne peut pas en revenir puisqu’on n’y est pas allé.

En fait (des bûcherons?) je suis allé en cure de désintostiquation car j’étais devenu addict. Mon beauf qui est con comme une herse, et qui a donc des responsabilités syndicales, m’avait fait remarquer que j’étais accroc à des revues spécialisées et qu’il m’avait souvent vu ressortir d’établissements  mentionnés dans les revues suce dites.

En effet, s’en m’en rendre compte, j’étais devenu un félé du mandrin, un dingue de la rondelle, un taraudeur fou, un limeur compulsif, un inconditionnel du marteau-pilon, un fana du chalumeau, bref je ne pensais qu’à percer, trouer, limer, emplatrer, en un mot comme en cent, je ne perdais jamais une occasion pour déballer mes outils.

Certes, il y avait des compagnons de cure qui étaient plus atteints que moi et qui avaient sombré dans des fétichismes encore plus farfelus du style sniffer des calebards culottés comme des cafetières ou se déguiser en évêque de Bruges pour se faire talquer les objets du culte.

Le psychologue qui m’a suivi m’a tout d’abord fait comprendre qu’il fallait absolument que je me sépare de ma collec de revues que j’avais amoureusement accumoncelées depuis des lustres et des lampadaires. C’est ce que j’ai fait dans la douleur. J’ai mis à peu près quinze jours pour m’en remettre.

Une fois cette étape passée, il m’a conseillé de ne pas toucher à mes outils, sauf si bien sûr, un cas d’urgence se présentait du genre trou à boucher ou fissure à colmater.

Je vous avoue que j’en est bavé à un tel point que je sentais me pousser des babines.

Depuis que je suis reviendu de la cure, je me sens mieux. Certes, je reçois régulièrement les mêmes revues spécialisées, mais je les parcours maintenant très vite et je les jette dans la foulée. En pluche, je gagne en rangement et Cunégonde (ma dulcinée) ne m’engueule plus sous prétexte qu’il est inutile de conserver les revues de Brico-Dépôt, de M. Bricolage, de Castorama ou de Lapeyre puisqu’on les recoit tous les dix jours suivant les promos.

Je suis retourné, une fois, dans un de ces établissement spécialisés pour acheter un petit ensemble armoire et étagère en bakélite polymérisée gris anthracite d’un charme fou, afin d’y fourrer tous mes outils à mains électro-portatifs et tout mon attirail allant du mandrin, à la clef à pipe en passant par un jeu complet de rondelles et de flacons de lubrifiant.

J’avais failli rechuter il y a 10 jours en croisant une superbe brouette (de Zanzibar?) chez Gamm-Vert, mais tel Ulysse résistant à l’appel des sirènes indiquant l’heure de la soupe, je suis passé à côté d’elle sans même la saisir par les poignées, et c’est à ce moment précis que je me suis rendu compte que j’étais guéri et que le temps de m’exciter sur la mèche était raie velue.

C’est la conscience enfin tranquille que je suis parti deux petites semaines dans le Jura, patrie d’Hubert Félix rendant dingues Biquette et Sganarel.

D’ailleurs, entre deux randonnées, nous nous transportimes au musée de la pipe à Saint-Claude et c’est mézigue qui ai pris ce clicheton de la photo d’un gazier à côté de son don:

C'est le quatre cent vingt neuvième fafiot! dans déconno-news dsk_pipe_saint_claude-300x200

————————————————-

(©franck.mar77)

****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires, il suffit de cliquouiller ici

****  Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un apercu  général ici

**** Pour les timides qui veulent me clouer sur une poule au riz, l’adressse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

deconnoland@orange.fr

Publié dans:déconno-news |on 18 août, 2012 |9 Commentaires »

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique