Archive pour le 20 mars, 2013

C’est le quatre cent cinquante et unième fafiot!

Merdredi  20 Mars 2013

(de se dire que c’est plus le printemps que Monoprix)


(Pierre Perret – C’est le printemps)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Je ne sais pas si vous avez remarqué, bande de voyouxes et de vouyouzes que vous êtes, autant assoiffés de déconnitude que de vin chaud, que les campagnes de sensibilisation vont bon train.

Comme dirait mon beau-frère, qui est autant syndicaliste qu’alcoolique: «  C’est en voulant chercher des réponses, que finalement on arrive à se poser des questions. »

Oui, je sais, je vous avais prévenu, il est vraiment syndicaliste! Et bien c’est en suivant cette maxime de bonne tenue, que je fus tenu en haleine devant cette affiche de sensibilisation que j’avais vue sur le cul de l’autobus 23 qui assure la ligne entre  Mézydonc-Ymboncoult et Ile-Enhule-sur Seine :

C'est le quatre cent cinquante et unième fafiot! dans déconno-news depistage-rectal-300x188

Dès que j’ai lu le lit bêlé du zimbrec, je me suis dit : « franck77, ça n’arrive pas qu’aux autres et il faudrait songer à consulter. »

Certes, ma démarche était plus qu’hésitante, mais finalement je pris mon courage à deux mains et le turlu de l’autre pour prendre rendez-vous avec Jérémy Hundoigt, qui est au dépistage déconno-rectal ce qu’est l’addition de 100 centimètres, c’est-à-dire un maître en la matière (si j’ose dire!).

C’est à 10heures pétantes que je l’ai vu hier matin.

D’emblée, je lui ai avoué la cause de mon inquiétude dans la mesure où, étant donné mon âge avancé, j’avais une forte chance d’être atteint par ce fléau, et qu’ayant eu des cas sérieux dans ma famille, dans mon entourage et même chez des gaziers que je ne connaissais ni de la lèvre ni de la dent mais qui m’ont imposé leur infirmité sans demander mon avis, j’avais le droit de savoir.

Jérémy Hundoigt est ce genre de spécialiste qui met tout de suite à l’aise ses patients apeurés. Déjà, il me demanda de retirer tout ça pour savoir si j’étais vraiment à poil sous mes vêtements. Il a eu le bon goût de m’autoriser à garder mes tongs, comme elle étaient étanches et que le carrelage était froid.

Il m’a dit : « Mon cher franck77, d’avoir eu le courage de viendre jusqu’à moi est tout à votre honneur, et comme je vois que votre inquiétude vous mine comme le vase du même nom, je vous prie de grimper sur la table, de poser vos guitares en chasse neige et de me présenter votre trou de balle afin que je puisse dépister de façon iguane et comme il se doigte. »

Présenté comme ça, la confiance fut totale et je laissus l’homme de l’art sonder mon fondement afin qu’il puisse effectuer le dépistage déconno-rectal qui allait me délivrer, ou non, du joug pesant appuyant avec lourdeur de sa masse écrasante une angoisse qui me turlupine (de ch’val?) depuis que j’ai lu cette saloperie d’affiche.

A un moment, pour détendre l’atmosphère, et au plus profond de son examen, il m’a fait bouger les paupières avec deux doigts en imitant la voix de Tatayet.

Une fois l’opération achevée (comme ma table), il me demandit de me refroquer et d’attendre 5 minutes pendant qu’il allait analyser l’objet de toutes mes inquiétudes tranquilou dans son labo (minable?) jouxtant son burlingue.

A son retour, il ne put s’empécher d’avoir la mine des mauvais jours. Il avait une mauvaise nouvelle à m’annoncer. L’examen déconno-rectal était sans appel : ma connerie était bien là, dans un état plus qu’avancé. Il n’avait pas eu besoin du microscope pour distinguer à l’oeil nu beaucoup trop de polypes pour être honnêtes. Il m’avoua que même avec une chimio-thérapie de vache, j’avais plus de chance de perdre tous mes poils qui puent bien qu’un pouillième de mon air con. En fait, il n’avait pas vu ça depuis un contrôle hinault piné chez Sud-rail et dans un colloque de la FSU.

Alors, avec mon oeil aussi humide que la culotte de Zahia en quart de finale de la coupe des vainqueurs de coupes, un regard aussi triste qu’une chanson de Berthe Sylva et un abattement aussi important que celui d’un journaleux sur sa feuille d’impôt, je lui demandus: « Docteur, soyez franc, pas comme l’âne qui encule, et direct, comme le Paris-Vintimille, vais-je m’en sortir ou suis-je condamné? ».

Il me dit: « franck77, la connerie, même si elle est incurable, n’est pas forcément un handicap dans la vie. » J’en connais beaucoup, qui n’ont jamais dévoilé leurs pâtes au logis mais qui ont dégoté  des très hautes responsabilités dans tous les domaines! De ce fait (de Pâques?), vous pouvez vous en sortir, mais ce qui est sûr, c’est que vous êtes condamné…à ne sortir que des conneries! ».

Finalement, c’est le coeur et le larfouillet légers que je ressortus de chez Jérémy Hundoigt. J’ai trouvé enfin un but concret à ma vie : celui de montrer à la face du monde que m’on esprit fait con est du nombre et que je laisserais ma connerie prendre de l’ampleur! Et vive l’ampleur, non mais!.

————————————————————————–

(©franck.mar77)

****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires , il suffit de cliquouiller ici

**** Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un apercu général ici

**** Pour les timides qui veulent nous clouer sur une poule au riz, l’adresse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

deconnoland@orange.fr

***** Une nouveauté, le lien fesses-bouc : http://www.facebook.com/franck.duconno

 

Publié dans:déconno-news |on 20 mars, 2013 |13 Commentaires »

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique