Archive pour mai, 2013

En attendant le quatre cent cinquante cinquième fafiot!

Samedi 25 Mai 2013

 (de se tailler un con dans le filet)


(Georges Brassens – Le temps ne fait rien à l’affaire)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

En attendant la suite un de ces quatre sans faute,  on va présenter le con du jour, qui, après délibération, a été élu con de la semaine.

Ce midi, sur ReuteuLeu, l’invité du « journal inattendu » présenté par Florence Cohen était Guy Forget.

En attendant le quatre cent cinquante cinquième fafiot! dans Le con de la semaine guy-forget

(Guy forgeant sa réputation de tapeur de balles jaunes avec Leconte en Suisse…)

A la question de la Denise Fabre albinos des ondes longues : « Habitez-vous en Suisse pour cause d’exil fiscal? », le sportif basané à la carrière courte (dixit le gazier) répond :

« Non, j’habite en Suisse parce que mon fils y est né »

Je lui décerne la palme du jour avec tuba assorti deDiou!

la Denise Fabre albinos de ReuTeuLeu(Florence Cohen dite « la Denise Fabre albinos de ReuTeuLeu)

 ———————-

(©franck.mar77)

 ****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires , il suffit de cliquouiller ici

 **** Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un aperçu général ici

 **** Pour les timides qui veulent nous clouer sur une poule au riz, l’adresse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

 deconnoland@orange.fr

 ***** Une nouveauté, le lien fesses-bouc : http://www.facebook.com/franck.duconno

Publié dans:Le con de la semaine |on 25 mai, 2013 |11 Commentaires »

C’est le quatre cent cinquante quatrième fafiot!

Lundi 20 Mai 2013

 (de narrer le bout d’un instant dans un style épuré)


(Dire Straits – Sultans of swing)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Hier, dimanche 19 mai, c’était la première journée mondiale du boudin-purée!

Cette journée, qui défend une  cause noble, fera date dans l’histoire, sera à marquer d’une bière blanche, et, comme le dit si bien Jérémy Hundoigt, mon proctologue, entrera dans les annales.

Cette journée  a été créée pour sensibiliser la population à l’existence de l’oppression  et de la promiscuité éhontée que doit subir la purée, obligée de côtoyer des boudins.

Certes, le boudin a le droit d’exister! D’ailleurs la LDDDDDB (Ligue De Défense Des Droits Du Boudin) porte haut les couleurs du boudin, qu’il soit noir ou blanc!

Cette première journée mondiale du boudin-purée existe afin de rappeler que le boudin fait partie intégrante de la société, mais que la purée a, elle aussi, le droit d’avoir un peu d’intimité de Diou!

A cette occasion, sur la Place Enrico Machiasse de Mézieux-en-Bourbey, a été organisée une foire aux boudins accompagnée d’un concours de lancer de purée…

C'est le quatre cent cinquante quatrième fafiot! dans déconno-news boudin_puree

Je ne voudrais pas me vanter, mais c’était une putain de bonne journée! J’vous’l'dis comme j’vous’l’cause : elle laissera autant de traces dans nos slips que dans nos mémoires!

Mézigue, qui était à l’origine de cet évènement, j’avais mis les petits plats dans l’écran, et j’avais mis sur pied un programme qui a fait des jaloux jusqu’aux festival de connes qui se déroulent en ce moment sur la Croisette.

Les festivités ont commencées dès poltron le minaret à 8 heures pétantes sur la Place Enrico Machiasse avec petit déjeuner pour tous. On a distribué des croissants au garçons, aux filles, aux gouines, aux tarlouzes, aux transbio et au beurre. C’est vous dire si ça swinguait la baguette sur les coins de la boite en bois dès le chant du coq.

Ensuite, la fanfare municipale a ouvert officiellement la grande foire aux boudins et à la purée en jouant « Tiens voilà du boudin » et « Purée de nous autres » qui deviendront certainement les hymnes de cette journée mondiale.

Tout de suite après, les visiteurs de la foire pouvaient déambuler au milieu des stands dédiés aussi bien à la purée qu’au boudin.

Le midi, bien sûr, les gens pouvaient se restaurer à volonté. Comme il pleuvait à pierre fendre, les patates, qui allaient entrer dans la composition des purées onctueuses, étaient cuites au barbecue. Pour les puristes, en aparté avec loggia, voici la recette de la purée au barbecue :

1.  Comptez entre 4 et 5 patates par convive (le roi?)

3. Epluchez les patates et réservez.

2.  Sortez le barbec sous un hangar couvert.

3.  Mettez une couche de feuilles  de Parigot en boulettes.

4.  Explosez des cageots à coup de lattes et parsemez finement le résultat sur les boulettes.

5.  Sortez la braise du barbec précédent du congélo, et posez là sur l’ensemble.

6. Foutez le feu au Parigot, qui enflammera les cageots, qui, eux même, dégèleront la braise qui retrouvera une deuxième vie.

7. Une fois que l’ensemble est bien braisé (comme ma sœur), sortez le barbec sous la pluie battante.

8. La flotte qui remplira à une vitesse grand V le barbec tellement ça vase, au contact du foyer, ébullira comme il se doigte.

9. Benner les patoches dans la baille en maintenant la braise à température.

10. Une fois que les patoches sont moelleneuses, sortez les du barbec avec une passoire et  véhiculez-les (comme le yuku du même nom) dans un plat très creux, mais avec un fond plat.

11. Prenez un écrase patates à main digne de ce nom (et non un engin électrique de feignasse) et écrasez les patates avec amour d’une main et fermeté de l’autre.

12. Une fois que les patoches sont écrasées versez du lait en conséquence dans une casserole avec 4 ou 5 baies écrasées, rallumez  la braise et faites chauffer sur le barbec, ou sur le gaz (si vous en avez marre de vous faire chier la bite avec la cuisson au barbec sous la flotte).

13. Incorporez le lait chaud doucement dans les patoches écrasées jusqu’à ce que le résultat ressemble méchamment à une purée!

14. Vous pouvez rajouter du beurre, la quantité pouvant aller de la noix à la motte, cela dépendant du tonnage de patoches épluchées.

15. Gueulez un grand coup « à table! » et balancez la purée dans des assiettes à des couettes.

En ce qui concerne la cuisson du boudin, démerdez-vous parce que je n’ai pas que ça à foutre de filer des recettes.

L’après midi s’est passée excellemment et l’atmosphère était bonne d’enfant.

Vint le moment très attendu du concours du lancer de purée. En guest star, ou, si vous préférez, en vieille pie, nous avons eu la visite d’un ancien directeur du F.M.I. (Fouille Moi l’Intimité), instance  internationale qui, pour l’instant, en  a plus fait pour le bien-être de ses dirigeant(e)s et employé(e)s que pour la santé économique mondiale.

Cet ancien directeur, donc, s’est prêté au jeu et nous a fait une démonstration de lancer de purée sur un boudin qui aurait fait pâlir n’importe quel footballeur déconcentré par le chant mélodieux des vulvazahias, et ratant un pénalty.

Après ce super concours, gagné, soit dit en passant par les frères Hullé (Yvon et Jacques), l’élection de Miss Boudin, pouvait commencer.

C’est finalement la candidate présentée par l’amical des portugais de Mézydonc-Ymboncoult, Conchita  Delcola (surnommée Conchi Dans la colle) qui a emporté le morceau avec l’épreuve de la danse du bas-ventre au son du yukulélé à fuel. Il est vrai que sa manière de se trémousser de l’endroit où les poils puent bien, nous les a foutus (les poils). Conchita Delcola , élue à l’unanimité Miss Boudin 2013 de Mézieux-en-Bourbey a gagné, en pluche des ficelles de caleçons du jury, son poids en patoches (soit environ deux stères), un viquinde beauté en théssalo de Tefoutre-de-Maguiole, et le droit de se barrer avec sa dauphine.

dauphine dans déconno-news

Afin de profiter de ce grand élan de solidarité, nous avons insisté pour que le bénéfice de la journée soit partagé entre  la (LDDDDDB) et la ligue contre la lèpre.

A cet effet, et pour réunir encore plus de fonds, sur la scène musicale,  le célèbre groupe « J’tape d’undoigt » nous a gratifié d’un pot pourri de ses meilleurs gosses-pêles.

C’est devant un grand feu de camp que s’est terminée cette première journée mondiale du boudin-purée de Mézieux-en-Bourbey, en espérant que cet évènement fera partie des classiques au même titre que  la journée du coussin péteur, de la sacoche de mini-vélo ou bien des fêlés du bocal.

Ce matin, il ne restait plus que quelques cageots sur la place, et c’est la tête pleine de bon souvenirs que nous vous disons « à pluche, arrivée d’air chaud et à vous les studios de Diou! »

cageots

———————————————————————–

(©franck.mar77)

 ****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires , il suffit de cliquouiller ici

 **** Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un aperçu général ici

 **** Pour les timides qui veulent nous clouer sur une poule au riz, l’adresse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

 deconnoland@orange.fr

 ***** Une nouveauté, le lien fesses-bouc : http://www.facebook.com/franck.duconno

Publié dans:déconno-news |on 20 mai, 2013 |6 Commentaires »

C’est la solution de la vingt neuvième déconno-charadounette en attendant le quatre cent cinquante quatrième fafiot!

Samedi 18 Mai 2013

 (de filer la soluce sans cul férir)


(Charles Trenet – La route enchantée)

C'est la solution de la vingt neuvième déconno-charadounette en attendant le quatre cent cinquante quatrième fafiot! dans -- solutions des charades -- larouteenchantee

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Et oui,  la déconno-charadounette a  déjà été trouvée alors que j’avais transpiré à grosses gouttes pour la pondre tellement j’étais bourré.

Tout d’abord recommémorationnons-nous le lit bêlé de la chose :

——————————————

Mon premier  ne mesure pas au ré, mais après.

Mon deuxième met au rebut

Mon troisième a un aspect peu ragoûtant

Mon quatrième lui fait confiance

Mon cinquième a des planches très grandes

Mon sixième se situe dans un vieux porte monnaie

———–oooooooo———-

Mon tout est un jour particulier en France avec une législation claire comme de l’eau de moche

———————————————-

Voici la soluce que tout le monde attend, enfin presque :

——————————————

Mon premier  ne mesure pas au ré, mais après.
C’est LE, parce que LE côte au mi ( leucotomie)

Mon deuxième met au rebut
C’est LUN, parce que LUN jette (lingette)

Mon troisième a un aspect peu ragoûtant
C’est  DI, parce que DI fait rance (différence)

Mon quatrième lui fait confiance
C’est DE, parce que DE la croit (Delacroix)

Mon cinquième a des planches très grandes
C’est PENTE, parce que PENTE a long de skis (pantalon de ski)

Mon sixième se situe dans un vieux porte monnaie
C’est COTE, parce que COTE est en bourse (côté en bourse) 

———–oooooooo———-

Mon tout est un jour particulier en France avec une législation claire comme de l’eau de moche
La soluce est donc LE LUNDI DE PENTECOTE

—————————-

On ne peut pas dire que la difficulté fut grande tant les forces en présence pour résoudre le zimbrec étaient de première catégorie.

En effet, Antoine, qui s’est découvert une âme de déconno-charadouneur de première bourre après avoir crapahuté sur les chemins menant à Compostelle nous a trouvé trois solutions en moins de temps qu’il ne faut à un supporter du PSG pour sortir d’une librairie de la rue Kléber avec une pile de bouquins qu’il ne saura jamais lire sous le bras.

Quant à Biquette, qui tout comme à son habitude, vient du diable les ovaires pour récupérer des lots qui décorent le dessus de sa cheminée qui doit être longue comme un âne tellement elle accumoncelle les trophées dans cette discipline, est venu damer le fion à Antoine en faisant trois propales de bonne à Blois et comme il se doigte.

D’ailleurs, vous pouvez ligoter la réflexion des duettistes ici.

Antoine et Biquette, les récipients d’air du jour, ont, comme d’habitude, les ficelles de caleçons de Déconnoland avec accolade en italique et une poignée de mains fraîchement coupées au tribunal des voleurs situé loin de l’Oxydant.

Pour Antoine, c’est avec une émotion non dissimulée (de chèvre) que je lui offre une paire de genouillères tricotées par les Carmélites de Jouy-en-Josas, afin qu’il puisse continuer son chemin spirituel vers Saint-Jacques de Compostelle sans trop se niquer les articulations des guitares. En effet, Antoine fait partie de ces derniers pèlerins qui se parfument le trajet sur les genoux, alors que son podologue reste culté tranquillou dans son burlingue rue de la Raie à Nice en attendant l’heure du golf journalier!

Pour Biquette, qui a reçu déjà tous les trophées que l’on peut espérer dans ce jeu que toute la blogosphère nous envie, je ne sais plus quoi lui offrir. Je lui offrirais bien du chocolat, mais elle n’arrête pas d’en boulloter en déconno-charadounant. Je pense que les sœurs Bénédictines de Père-Dominique-en-Robe-de-Bure-sur-Yvette (Yvette qui est une petite rivière giboyeuse sympatoche qui se jette dans Monchorte, autre rivière riche en anguilles de calecif) vont lui tricoter un ensemble lingerie (soutien-prunes, coupe crotte et porte-jarretelles) en toile de jute avec enluminures assorties et porte bouteilles amovible.

N’oublions pas Joëlle, qui n’a strictement rien branlé sur ce coup là, mais qui ne s’en cache pas. Je lui offre le fac-similé du fixe chaussettes du Colonel Fabien, ainsi qu’un bon avec la personne pas du tout de son choix pour admirer  le clair de lune à Maubeuge mercredi midi prochain.

Enfin, pour Sganarel, qui n’en a  pas fait beaucoup  plus que Joëlle sur ce coup là, je lui offre 4 « W », 2 « Z », 3  »Y », et  1 « H » aspiré qui compte que dalle afin qu’il puisse nous ramener une breloque de son prochain concours de scrabble.

———————————————————————–

(©franck.mar77)

 ****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires , il suffit de cliquouiller ici

 **** Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un aperçu général ici

 **** Pour les timides qui veulent nous clouer sur une poule au riz, l’adresse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

 deconnoland@orange.fr

 ***** Une nouveauté, le lien fesses-bouc : http://www.facebook.com/franck.duconno

Publié dans:-- solutions des charades -- |on 17 mai, 2013 |8 Commentaires »

C’est la vingt neuvième déconno-charadounette en attendant le quatre cent cinquante quatrième fafiot!

Jeudi 16 Mai 2013

 (de déconno-charadouner comme des brutes)


(Cat Stevens – Lady d’Arbanville)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Et si pour relancer la machine, nous faisions marcher nos six napses en nez lucie dent une déconno-charadounette des familles?

Comme dirait un supporter avec le QI d’un beignet: « Z’y va! ».

Balançons la soudure :

——————————————

Mon premier  ne mesure pas au ré, mais après.

Mon deuxième met au rebut

Mon troisième a un aspect peu ragoûtant

Mon quatrième lui fait confiance

Mon cinquième a des planches très grandes

Mon sixième se situe dans un vieux porte monnaie

———–oooooooo———-

Mon tout est un jour particulier en France avec une législation claire comme de l’eau de moche

—————————

Pour les ceusses et ceuzes qui veulent savoir comment résolvationner une déconno-charadounette, il suffit d’aller zieuter les archives en cliquouillant la dessous :

http://franck77.unblog.fr/category/solutions-des-charades/

(franck77)

—————————————————

(©franck.mar77)

****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires ou pour faire une propale pour la déconno-charadounette, il suffit de cliquouiller ici

****  Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un apercu  général ici

**** Pour les timides qui veulent nous clouer sur une poule au riz, l’adressse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

deconnoland@orange.fr

***** Une nouveauté, le lien fesses-bouc : http://www.facebook.com/franck.duconno

Publié dans:-- solutions des charades -- |on 16 mai, 2013 |31 Commentaires »

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique