Archive pour la catégorie 'A la messe de jiji cinqsept'

La messe de Jiji Cinqsept du 20 Septembre 2009

PLUS FOLLE LA MESSE (épilogue).

Acte 1

Le C.H.U.D. (Centre Hospitalier Universitaire de Déconnoland) fut envahi par une lumière équivalente à celle du soleil, depuis la salle des autopsies.

Martine :

“Jésus : arrête de faire le con ! C’est vrai quoi,  tu vas finir par nous faire remarquer…”

Le médecin légiste, visage décomposé, sortit précipitamment en criant :

“Les ca-ca… Les ca-ca !!!”

Le Dr Hachain-Hénin :

“Je ne savais pas que tu étais devenu proctologue : une nouvelle promotion ?!?”

Le Légiste :

“Mais non : les cadavres !!!”

Hachain-Hénin :

“Et alors ?!?”

Le légiste :

“Y-y-y…”

Hachain Hénin :

“Les cadavres, ça te fait marrer, toi !!!

T’as des goûts simples, tu t’amuses d’un rien…”

Le légiste :

“Mais non : y… Ils sont tous ressuscités, tonnerre de Dieu !!!”

C’est ainsi que Fleur, l’infirmière, fut sauvée et se trouva libérée, faute de victimes…

Pendant ce temps, le révérend Jiji Cinqsept se réveillait et décida de jeter sa soutane pour vivre une nouvelle vie avec Martine, laissant la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses à son successeur, sans le moindre regret…

http://www.youtube.com/watch?v=4yf7eD-HKoU&feature=related

Acte 2

Ramouch, Manu et Goliath avaient retrouvé les trois ritals qui avaient piqué le Van de ce dernier : autant dire qu’ils passaient un sale quart d’heure !!!

Ramouch, avec un sourire sadique :

“On se les fait à l’ancienne : à l’arme blanche ?…”

Manu :

“Ha non : beaucoup trop salissant !!!

La dynamite, peut-être ? Ca nous rappellerait le 14 juillet : un petit bouquet final de derrière les fagots !!!

Goliath :

“Vous déconnez ferme, les mecs : tout ça demande une équipe entrainée au bruit et demande un minimum de matériel… Non : je serais pour les foutre à poil et les barbouiller de confiture !!! Et puis, on laisserait mijoter quelques jours, non loin d’un apiculteur…”

Manu et Ramouch :

“Tu crois qu’on a que ça à foutre ?!?

C’est bien une de tes idées, pfff !!!”

A ce moment, Théo (qui n’était autre que Dieu venu incognito à Déconnoland) fit son apparition et s’adressa en latin aux trois prisonniers…

Ceux-ci se prosternèrent devant lui, à la grande surprise des trois autres.

Ramounch, Manu et Goliath :

“Que leur as-tu dit ?!?”

Théo :

“Vous ne pourriez comprendre… Mes enfants : je dois partir avec eux au Saint Siège.”

Goliath :

“Saint siège ?… En attendant, nous : on l’a dans le cul !!!”

Ramouch et Manu :

“Saint Siège ? Tu veux dire… Là-bas, à Rome ?!?”

Théo :

“Je dois les emmener à la source. J’ai un recadrage à faire concernant une hiérarchie qui s’est écartée de ma vérité et de l’essentiel…

Goliath :

“Je ne sais pas, vous, les gars… Mais moi : je pige que dalle !!!”

Ramouch et Manu :

“Concernant nos points de vue, comparés au tien, y’aurait comme du cousinage…”

Goliath :

“Hein ?!?”

Ramouch et Manu, dans un soupir :

“Laisse tomber…”

Les trois truands en costard suivaient Théo. Les quatre disparurent dans un nuage de fumée, à la stupéfaction des trois autres…

Ramouch :

“Délire !!! On va boire un coup, les mecs ?…”

Les deux autres, la bouche grande ouverte :

“Faut au moins ça…”

http://www.youtube.com/watch?v=qAGYhAYcgxU&feature=related

Acte 3

Le très Saint Père “Grégoire vingt-douze” fut très surpris de voir débarquer en pleine nuit quatre hommes dans sa chambre par le plafond qu’ils venaient de pulvériser…

Théo :

“Toc-toc, c’est nous !!! [Il faudra que je travaille mes attérissages, moi…]”

Grégoire vingt-douze :

“Sapotâcheu !!! Terroristes ?!? Artung… Biziklet !!!”

Théo :

“Plait-il ?…”

Grégoire vingt-douze :

“Harrrh… Exzusez-moi, des soufénirs de cheunesseu !!!

Théo :

“Mon pauvre vieux : tu as vraiment un accent à décorner les boeufs !”

Le bon Grégoire :

“Mais gui êteu fous ?!?”

Théo :

“Ha : parcequ’il faut que je sous-titre ?!?

Je suis Dieu, Pauvre tache, ton maître !!!”

Le pauvre Pape appela les gardes suisses qui reconduirent Dieu hors des limites du Saint Siège, avec les hommes de main, tueurs à gage engagés par un cardinal un peu trop zèlé, qui voulait mettre un terme à la carrière du curé de Déconnoland, pas assez rigoriste à son goût… Pas assez aux ordres !!!

Les trois ritals :

“Pourquoi avez-vous laissé faire, Seigneur ?!?”

Théo :

“Parceque “ce qui est écrit” va bientôt se réaliser… suivez-moi : vous êtes sauvés, car grande est votre foi… Je vous absous de tous vos péchés”

L’un des trois :

“En attendant, quel con ce Grégoire !!!”

 http://www.dailymotion.com/video/xd396_brassens-quand-on-est-con

Acte 4 (et dernier)

Et pendant ce temps-là, qu’est-ce qu’il faisait, notre bon Francky, administrateur “temporaire” du paradis ?…

Franck 77 :

“Oui, ben Franck : y’s'fait chier !!! “

Gariel :

“T’as pas toujours dit ça…”

Franck 77 :

“J’aurai toute l’éternité pour fréquenter tous nos chers disparus… Mon village, ma famille, mes potes, mon métier, mon blog me manquent !!!

Et puis, tout est trop parfait, ici… Et tellement formaté !”

Gabriel :

“Avoue quand même qu’on a vécu de sacrées aventures, non ? souviens-toi de cette sourate que tu as rectifiée… Du voyage qui t’a propulsé à l’origine des cultures et ta rencontre avec Zeus et Bacchus, ce dernier ayant rectifié le nez du Sphinx avec son char infernal ! Et ce voyage à Florence à l’époque de Savonarole !!! C’est pas tout le monde qui peut se permettre d’inscrire ça dans ses souvenirs, même parmis nos Saints…”

Franck 77 :

“Je sais, mais je suis gourmand : je demande encore une autre part d’imprévu !!!”

Gabriel se retourne vers l’écran de contrôle pointé vers la planète :

“Nom de lui !!! Tu demandais une autre part d’imprévu ?… Tu viens d’être exhaussé : ces connards d’humains viennent de faire sauter la Terre avec des armes de destruction massive !!!”

Franck 77, reprenant une posture de gestionnaire :

“Putain de moine : il va falloir renforcer les effectifs dans le bureau des admissions, sinon Pierrot va me faire un caca nerveux (il n’est déjà pas à prendre avec des pincettes, en ce moment !) !!! Il va nous en arriver des brouettées…”

A cet instant Dieu fit son apparition et fit une accolade à Franck 77.

Dieu :

“Merci pour ton coup de main…”

Franck 77 :

“Par contre, je ne te félicite pas pour ce qui s’est passé en bas !!!”

Dieu :

“Ho dit : tu n’as qu’à t’en prendre aux humains !!!

Je n’y suis pour rien… De toute façon, tu as désormais l’éternité pour les engueuler un à un !!!”

Puis il se retrourne vers Gabriel :

“Gaby : tu ne sais pas où j’ai rangé le manuel intitulé : ”construire une planète en moins de huits jours ?…”

Ainsi se termine la messe de Jiji qui a été très heureux de partager le blog de son ami Franck 77.

Allez en paix et en pêts !!!

—————————-

——————————–

curevlo.jpg

—————————————-

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les os ch’tis et les topettes de Jiji Cinq Sept et les images pieuses pour décorer le blogounet ….

et pour faire le ménage dans le confessionnal….

—————————————–

——————————————–

LE CONFESSIONNAL EST ICI :

http://franck77.unblog.fr/2009/06/21/le-confessionnal-de-la-chapelle-de-tripote-moi-les-joyeuses/

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 20 septembre, 2009 |Pas de commentaires »

La messe de Jiji Cinqsept du 6 Septembre 2009

« PLUS FOLLE LA MESSE !!!

«  Episode n° 20 : « Nazbrock et Déripette : quel beau couple…« 

Bienvenus Ô vous, qui poussez la porte sans oser entrer !!!

Nous ne mordons pas, savez-vous ? Les débats sont ouverts [« Tous verts ? » C’est drôle ! Merci au monsieur du troisième rang qui s’est cru obligé de préciser la chose…]. N’hésitez pas à laisser une petite bafouille, aujourd’hui ou un autre jour ! Retrouvons nos personnages dans ce nouvel épisode, en direct de la petite chapelle de Tripote-Moi-Les-Joyeuses…

cahpelle1.jpg

Paulo, le chauffeur de l’ambulance, composait le numéro du standard du « Centre Hospitalier Universitaire de Déconnoland », dirigé par Hercule Nazbrock, professeur de son état. Il fut obligé d’éloigner le mobile de son oreille, tellement ce dernier criait…

Paulo :« Je vous assure, professeur, que pour une fois, je n’y suis pour rien : c’est Jésus qui nous a balancé du 500.000 volts dans les mirettes !!! »

Nazbrock :« Jésus ?!? Vous avez encore éclusé le tord-boyau de la « Grosse Lulu », vous !!! J’espère que personne ne fume à côté de vous, sinon, c’est la déflagration assurée… »Paulo :« Ha ça : pas une goutte !!! Et vous savez bien que je suis tricard dans le bar de la « grosse Lulu »… »

Nazbrock :« Je vous envoie une autre ambulance, et une dépanneuse par la même occasion… Il va être content, mon responsable des services économiques (comme si je n’avais pas assez d’emmerdes, tiens !) !!! »

Quelqu’un frappe à la porte du bureau…

Nazbrock :« Qu’y-a-t-il encore ?!? »

La surveillante générale, Ernestine Ladéripette fait son entrée :« Je viens vous annoncer que nos infirmières sont en grève, suite à la mise à pied de l’une d’elles ! »Nazbrock :« Ha, non de Dieu !!! Il ne manquait plus que ça… »

Ernestine Ladéripette :« Il fallait s’y attendre… »Nazbrock :« M’enfin : je ne pouvais pas conserver « Fleur » (car c’est bien d’elle qu’il s’agit ?) dans sa fonction !!! Elle m’a décimé la moitié d’un service de gériatrie… C’est un petit détail, me direz-vous, mais ne croyez-vous pas que les familles des défunts ont de quoi me le foutre à la gueule, mon serment d’Hypocri… Pardon : d’Hypocrate ?!? »

Ernestine Ladéripette :« En fait, elle avait préparé les plateaux avec une application exemplaire, ce soir-là, et les traitements étaient dans l’ordre… »Nazbrock :« Dommage qu’elle les ait tous décalés d’un rang : les survivants ont beaucoup ri ! »

Ernestine Ladéripette :« Je vous trouve bien sévère… Ce genre d’accident arriverait moins si nous avions du personnel en nombre, au lieu de nous mettre la pression pour obtenir plus de rendement ! »Nazbrock :« Est-ce de ma faute à moi, s’il y a autant d’arrêts de travail et qu’on ne trouve plus d’infirmières à recruter ?!? Même les interimaires refusent de travailler pour nous… »

Ernestine Ladéripette :« Et pour cause ! Les filles sont toutes en dépression nerveuse, parce qu’elles n’ont plus de vie de famille : les horaires coupés y étant pour beaucoup… Pour le reste : posez-vous les bonnes questions ! »Nazbrock :« De toute façon, ce dossier n’est plus le mien : c’est la justice qui prend le relais… A ce propos, Je n’ai jamais eu le temps de la remercier pour belle la nuit de garde à vue que je me suis fadée en tant que principal responsable de cet hôpital (ils ont voulu me faire un toucher rectal, merde alors !!!)… »

Ernestine Ladéripette :« Car vous croyez que Fleur est à la noce, en ce moment ?!? »Nazbrock :« Ne faites pas cette tête-là, j’ai contacté le meilleur avocat de Déconnoland : Maître Mollard… »

Ernestine Ladéripette :« Maître Mollard… Le « pitbull » du barreau ?!? »Nazbrock :« En personne ! Il m’a été chaudement recommandé par la marquise « Vercro du Cale-Tronc », ex sociétaire des grands chants et coeurs de la chorale de « Tripote-Moi-Les-Joyeuses », qui en est à son cinquième veuvage… »

Ernestine Ladéripette :« Ha oui, la marquise… Elle n’a pas eu de chance, dans sa vie affective : perdre cinq maris dans des accidents tous plus dramatiques les uns que les autres ! »Nazbrock :« Ça, faut avouer : elle nous a apporté quelques de clients…

Il se tourne vers la fenêtre :« Miracle, je n’y croyais plus ! N’est-ce pas l’ambulance qui transporte le révérant et mon équipe soignante qui arrive enfin ?!? »

La suite sera pour la semaine prochaine…

Allez en Paix et en Pêts !!!

——————————–

curevlo.jpg

—————————————-

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les os ch’tis et les topettes de Jiji Cinq Sept et les images pieuses pour décorer le blogounet ….

et pour faire le ménage dans le confessionnal….

—————————————–

——————————————–

LE CONFESSIONNAL EST ICI :

http://franck77.unblog.fr/2009/06/21/le-confessionnal-de-la-chapelle-de-tripote-moi-les-joyeuses/

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 6 septembre, 2009 |8 Commentaires »

LA MESSE DE JIJI CINQSEPT DU 30 AOÛT 2009

PLUS FOLLE LA MESSE !!!

Episode n° 19 : « Apposer ou conduire, il faut choisir…«  

 

Ha ! Quel plaisir de vous retrouver, en direct de la petite chapelle de Tripote-Moi-Les-Joyeuses en Déconnoland !!! Tout le monde il est beau, tout le monde il est bronzé : les vacances étaient bonnes ?
On retrouve nos personnages…

Une lumière aussi surnaturelle qu’aveuglante envahit soudain l’intérieur de l’ambulance, qui conduisait ce qu’il restait du curé de Tripote-Moi-Les-Joyeuses, accompagné de Martine, Jésus et l’équipe soignante.

Le chauffeur :

« Quel est le con qui a mis ses pleins phares en plein jour ?!? Je ne vois plus rien !!! »

 

Léon, l’un des deux ambulanciers, sur le siège du passager :

« Quel est le malade qui possède un truc pareil ?… »

 

Hubert, le deuxième, se cachant les yeux :

« C’est du triphasé ?… »

Martine, interloquée :

« C’est Zézé… C’est « ju-ju »… C’est Jésus !!! »

 

Le chauffeur, réussissant à stopper l’ambulance dans un champ  :

« Ho, pute borgne !!! Le platane nous est passé au raz de la tronche, dis-donc… (il aurait été content, le patron !) »

 

Léon :

« Pfff ! Il était moins une… »

 

Hubert :

« Ha non : il était moins vingt à ma toquante ! »

 

Léon, soupirant :

« Quel abruti !!! »

 

Le chauffeur, à Martine :

« Au fait : il a fait quoi Jésus ?… »

 

L’urgentiste et Martine :

« Il a appo-ppo, il a a-zé-zé !… »

 

Léon et Hubert :

« Oui, bon : il a apposé !!! »

 

Martine :

« C’est ça : il a apposé ses mains sur Jiji !!! »

 

L’urgentiste Jef :

« Et celui-ci n’a plus aucune fracture ni hématome !!! »

Puis il se retourne vers Jésus :

« Vous n’avez jamais songé à faire médecine, vous ?… »

 

Léon :

« Avant de recruter, Jef, tu ferais bien de lui prendre ses constantes, parque j’ai bien l’impression qu’il nous fait un malaise, ton candidat… »

 

Martine :

« Ne vous inquiétez-pas : ça lui arrive souvent… Il est dans sa phase de méditation.

Allez, Jéjé : on se réveille !!! »

 

Jésus, sursautant :

« Hum ?!? Excusez-moi : Je viens de retrouver la mémoire, et c’est assez traumatisant… »

 

Paulo, le chauffeur :

« Et moi, j’ai perdu l’ambulance : les suspensions sont complètement niquées, quant au pot d’échappement, il est bon pour le Père Lachaise, comme mon CDI, du reste… »

 

Pendant ce temps…
« Manu, arrête de faire ta mauvaise tête et donne-moi ton flingue !!! »

Samson s’adressait à Manu qui tenait en joue un chef de gang qui faisait presque deux fois sa taille, mais avait, en la circonstance les « pouet-pouet »…

Le reste de la bande du Géant tenaient à son tour Manu en joue, à l’aide de flingues ou fusils à pompe.

Manu :
« Crevé pour crevé, je ne partirai pas tout seul : pas vrai « Goliath » ?!? »

Théo :
« Car ce grand dadais s’appelle Goliath ?… »

Samson :
« Tu veux dire ce monstre !!! C’est le plus sanguinaire de tous les chefs de gang de la « cité des boyaux putrides »…
Ce mec-là a dû être placé très jeune, car il voulait tuer Père et Mère pour aller au bal des orphelins ! Même les pitbulls préfèrent se suicider plutôt que de croiser sa route…
Si tu veux entamer une discussion avec lui : prépare ta gousse d’ail, le piquet en bois sans oublier le maillet, l’eau bénite et le crucifix !!!

Manu, visant les glaouies de Goliath :
« Avant que je te fasse une vasectomie avec mon « spécial », tu vas me dire pourquoi tu voulais me liquider !!!

Théo :
« Allons-allons, mes petits : calmons-nous et discutons ! Ne cédons pas à la violence »

Les zonards, se retournant vers Théo :
« Hein ?!? »

Samson :
« Il voulait dire : on voudrait faire un « deal », mecs ! »

Les zonards :
« Ha !… »
Ramounch et tous les copains de Manu firent leur apparition, armes aux poings, tenant à leur tour en joue la bande adverse…

Samson :
« On n’attendait plus que vous pour organiser une petite sauterie, les gars ! »

Théo :
« Jiji n’est plus en danger et Goliath n’a rien à voir avec cette tentative d’hommicide !
Tu peux donc cesser de le menacer… »

Goliath :
« C’est ce que je n’arrête pas de lui dire, à ce nase !!!
Hé-là ! Vise un peu plus haut, s’il te plaît… »

Manu :
« Le van qui nous a foncé dessus, c’était le tien, alors : explique ! »

Goliath :
« Cette nuit, j’avais prêté mon van à trois de mes gars, chargés de faire une petite course pour moi…
Des types qui parlaient moitié en rital et très propres sur eux avec de beaux costards, leur sont tombés dessus !
Ces enfoirés m’avaient chourré mon van : j’en revenais pas !!! »

Manu, baissant son arme :
« Alors, ça change tout !
Mais : qui sont ces emmanchés, bon Dieu ?!? »

Goliath, s’essuyant le front :
« Pffff… (l’a eu chaud, popol !)
Je ne sais pas, mais je les recherche pour leur donner une petite leçon de savoir-vivre, et surtout récupérer mon van !!!
Je propose qu’on s’associe sur ce coup là et après, on réglera notre dette d’honneur… »

Manu (tapant dans la main de Goliath) :
« Ça marche ! (m’a moitié pété la pogne, ce grand con !) »

Samson observait Théo qui avait l’air perplexe.
Théo :
« Accent italien ?…
Et si ne n’était pas Manu mais Jiji Cinqsept, en sa qualité de révérend, qu’on aurait effectivement voulu éliminer ?!? »

La suite, ce sera pour dimanche prochain…
Allez en Paix et en Pêts !!!

curevlo.jpg

—————————————-

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les os ch’tis et les topettes de Jiji Cinq Sept et les images pieuses pour décorer le blogounet ….

et pour faire le ménage dans le confessionnal….

—————————————–

——————————————–

LE CONFESSIONNAL EST ICI :

http://franck77.unblog.fr/2009/06/21/le-confessionnal-de-la-chapelle-de-tripote-moi-les-joyeuses/

 

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 30 août, 2009 |7 Commentaires »

La messe de Jiji Cinq Sept du 12 Juillet 2009

Ici le curé Trécy, heureux de vous annoncer que vous retrouverez votre révérend de tutelle : Jiji Cinqsept, dès la semaine prochaine !
Bonne fête à tous les Olivier !!!
Il semblerait qu’un certain « Saint Olivier d’Ancôme », celui du calendar, ait marqué son époque, mais tout ce qu’on sait de lui, c’est qu’il a vécu de sa naissance, jusqu’à… Heu ! Jusqu’à ce qu’il calanche, en fait… En 1050 ! 
Retrouvons nos personnages…

PLUS FOLLE LA MESSE !!!
Episode n° 18
: « Jiji Cinqsept est de retour : alléluia !!!« 

saintgaudenscollegiale.jpg 

 

« On l’a récupéré, les gars !!! »
C’était l’un des urgentistes qui venait de ranimer notre pauvre Jiji Cinqsept.


Pineau :
« Pour l’équipe soignante : hip-hip-hip ?!? ».
.

La foule :
« hourra !!! »
Martine s’était jetée dans les bras de l’urgentiste, qui avait du rouge à lèvre partout sur le visage.
.
Lui :
« Je suis touché par votre enthousiasme, mais il serait judicieux de le modérer : j’ai une femme très jalouse, qui de surcroît, est internationale de karaté… »
Les autres tendaient la joue espérant le même hommage.
.
L’un d’eux :
« Par contre, y’a encore des célibataires, dans le lot »

.

Dédé la Praline :
« Dites-voir, les « what else » : vous avez fini de draguer la gonzesse de mon pote ?!? »
Quelques bigotes marmonnaient entre-elles, lorgnant Martine  ce qui eut le don d’énerver Réquiem. Avec ce romantisme qui le caractérisait, il leur décocha :
« Vos gueules, les imbaisables !!! »

.

Les Bigotes :
« Hooooooooooo !!! »
.Le Boucher de la Villette :
« Imbaisable… Imbaisable ?
Je m’en ferais bien une ou deux, moi !
Puis, ça nous changerait des douches des geôles du comté… »
Les bigotes prirent leur jambe à leur cou (faillait être souple, quand même !) en criant « au secours !!! »
.

Dédé La Praline :
Savent pas ce qu’elles perdent, ces sapristi d’fumelles !!!

Le commandant de la gendarmerie :
« Messieurs, auriez-vous l’obligeance de rejoindre vos cellules ?
Ça me conforterait, ainsi que la flopée de responsables politiques et juristes qui vont nous tomber sur le paletot avant peu !!! »

.

Jésus, mettant sa main sur l’épaule de Dédé :
« Ecoute les paroles de cet homme de loi… Elles sont pleines de sagesse. »

.

 Dédé la Praline :
« Je le fais parce que tu me le demandes, surtout pas pour faire plaisir à ce gadjo »
Le commandant :
« Gadjo, moi ?!? »
.Le brigadier Aumont :
« Ne vous offusquez pas mon commandant : c’est toujours mieux que d’être traité de « cave »… »

.

Dédé la Praline :
« Laissez-moi saluer mon pote le curé et je suis à vous… »

.

Le capitaine :
« Faudrait peut-être pas exagérer, quand-même !!! »

.

Dédé la Praline, au regard très menaçant :
« On t’as demandé d’ouvrir ton claque-merde, toi : le balai à chiottes ?!? »
Le capitaine regarda vers le ciel en sifflotant, tandis que Dédé prenait la main de Jiji Cinqsept.C’est à ce moment que Jiji se réveilla pour un bref instant et dit :
« Empêche Manu de faire une connerie !!! »
Et aussitôt, il replongea dans le coma.
 

 eglisesaintjeantarbes.jpg

 

Samson, à Dédé :
« T’inquiètes, avec Théo : on va s’occuper de ça… »

Dédé la Praline, faisant un clin d’oeil :
« Merci amis…
(puis, aux autres détenus) la récré est terminée, on rentre au bercail !!! »

Tandis que les détenus entraient dans la gendarmerie, que les jeunes en sortaient, Martine entrait dans l’ambulance, accompagnée de Jésus. Samson posa une question à Théo :
« Je sais que tu es Dieu… Pourquoi n’as-tu rien fait tout à l’heure, quand Jiji est passé de l’autre côté ? »

Théo :
« Mes voix sont impénétrables… »

Samson :
« Je sais que je ne suis qu’une bille, mais ce genre de réponse, c’est pas un peu téléphoné, non ?!? »

Théo :
« Tu pèches par excès d’humilité : je suis sûr que tu as déjà la réponse en toi… »

Samson :
« Pffff !!! T’as quelque chose derrière la tête, et tu as contrôlé tout ça depuis le début ? »

Théo, souriant :
« Hum-hum…
Soit béni, car grande est ta foi !!! »

Pendant ce temps, dans l’ambulance…
Martine, s’adressant à Jésus, tenant la main de Jiji Cinqsept :
« Tu es donc le fils de théo ? »

Jésus :
« Tout me porte à le croire… »

Martine, interloquée :
« Tu n’en es pas sûr ?!? »

Jésus :
« J’ai perdu la mémoire, mais quelque chose me dit que c’est ici que je vais la retrouver… »

Martine :
« Je te le souhaite…
Ton Père : tu ne le trouves pas un peu bizarre ? J’ai vraiment impression qu’il se prend pour Dieu !! »

Jésus :
« Dieu ?!? Tiens…
Mais pour revenir aux humains, une chose me dépasse : pourquoi ces femmes semblaient t’en vouloir à ce point, tout à l’heure ? »

Martine :
« Parcequ’elles m’assimilent à Marie-Madeleine « la pervertie », au sein de « leur » église !!!
Tu sais ? Cette confession qui a cette odeur de naphtaline, qui me porte à ce qu’elle n’ont jamais eu : au coeur…
Aimer celui qui prêche l’amour du prochain, c’est une hérésie pour celles qui donneraient leur culotte, aussi flétrie que leur « fleur d’oranger », à de pauvres gens heureux qui ignorent tout de la haine !!! »

Jésus :
« Marie-Madeleine ?…
 Bon sang, mais c’est bien sûr !!!
Je m’en souviens maintenant…
Mais… Elle n’a jamais été « pervertie » !
Qui a raconté cette ineptie ?!? »

Martine :
« Tu n’as que l’embarras du choix entre ces pouffiasses et tous ceux qui occupent la soit-disant maison de « Dieu le Père », là-bas, à Rome, à commencer par  »la première pierre » de ton église !!!
(ça va pas, moi : je lui parle comme s’il était Jésus en personne…) »

Jésus, nostalgique :
« Les êtres de cette époque semblent s’éloigner de plus en plus de la foi, de l’amour, du repentir et du pardon…
Toutes valeurs enseignées, jadis ! »

Martine :
« Les valeurs, mon pauvre Jéjé… 
Il n’existe plus en ce bas monde que celles cotées en bourse…
Et même ça, ça se casse la gueule !!!
Une chose dont on peut être sûr, c’est que l’apocalypse arrive à vitesse grand « V », y’a qu’à regader les infos !
Penses-tu que si le véritable Jésus revenait là, dans l’instant : on le reconnaitrait ?!?
Tout cela est tellement dépassé, et l’Homme si égoïste… Si con !!! » 
Jésus était assez triste d’entendre ses paroles qui provoquèrent comme un électrochoc dans sa tête.
Les souvenirs du  »Fils de l’Homme » se remettaient doucement en place…

La suite sera pour dimanche prochain !!!
Allez en Paix et en Pêts…

curevlo.jpg

—————————————-

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les os ch’tis et les topettes de Jiji Cinq Sept et les images pieuses pour décorer le blogounet ….

et pour faire le ménage dans le confessionnal….

—————————————–

——————————————–

LE CONFESSIONNAL EST ICI :

http://franck77.unblog.fr/2009/06/21/le-confessionnal-de-la-chapelle-de-tripote-moi-les-joyeuses/

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 12 juillet, 2009 |1 Commentaire »

La messe de Jiji Cinq Sept du 5 Juillet 2009

* INTRO

 

Le curé Trécy :
« Entrez, mes enfants : et l’on vous ouvrira ! »

.

Antoine Couillardin, alors que la porte s’entrouvre :
« Bonjour mon père ! Je ne saurais trop vous recommander de modérer certains de vos propos… »

.

Le curé Trécy :
« Diantre ! Mais en quoi ma prose fut-elle immodérée ?!? »

.

Antoine Coullardin :
« Ben… Tripote-Moi-Les-Joyeuses : c’est pas la paroisse de tout le monde.
L’interprétation d’un mot peut entraîner « le bidule qui crée le bidule », comme dit Dudule !!!

.

Le curé Trécy :
« Pouvez-vous déculotter votre pensée, ami ? »
. Antoine Couillardin :
« Déculotter ? heu … Certaines pensées et leurs formes, ici, on s’en branle un peu, faut le dire ! »
. 

.

Le curé Trécy :
« Very bizarre, the Déconnoland’boys and world !!! »
. Antoine Coullardin :
« And also percutants sur les bords : car, quand on leur demande de frapper, ils ne sont pas bégueules : ça cogne, et après… Ils ouvrent eux-même !!! »
.Le curé Trécy :
« Ha ! quand même ? Bon : je ferai attention la prochaine fois…
.

Antoine Couillardin :
« Ho ! Padré : tu l’ouvres ta turne ? »

.

Le curé Trécy :
« C’est parti !!! »

.

PREAMBULLEA  .gneaux de Dieu, soyez bénits parmi tous ses enfants, dans notre belle chapelle de Tripote-Moi-Les-Joyeuses, en Déconnoland !!!
Savez-vous qu’aujourd’hui est l’anniversaire du décès d’Antoine-Marie Zoccaria, en 1539 ?
Ecclésiastique italien né en 1502, il fut le fondateur de la congrégation des Barnabites [Bar à bites, j'entends là bas ?!?]
Tous ceux qui ont rigolé : dehors !!!
Vous n’êtes vraiment qu’une bande de mécréants…
« Barnabite » : ce nom fut donné à cet ordre car le centre de son activité se tenait dans le cloître de l’église Saint Barnabé, à Milan.
Comment pouvez-vous vous moquer d’un Saint Homme dont la devise fut de :
« relever le niveau de la vie chrétienne et de subvenir par tous les moyens aux besoins des âmes abandonnées » ?!?

Retrouvons nos personnages dans ce nouvel épisode…

PLUS FOLLE LA MESSE !!!
Episode n° 17
: « Ça discute ferme au Paradis, ça chiale à Déconnoland !!!« 

chapellecancale.jpg

Gabriel :
« Pour savonarole, c’est toute une histoire ! C’est Franck qui l’a accueilli juste après le barbecue… »

.

Jiji cinqsept :
« Plait-il ?!? »

.

Gabriel :
« On t’expliquera… »

« Qu’est-ce tu fous-là, toi ?!? »
C’était la voix de notre bon Franck 77, s’adressant à Jiji Cinqsept…

.

Jiji cinqsept :
« Je pourrais t’en dire autant, ma poule !!!
Content de te revoir quand même… »

.

Gabriel :
« Jiji est porteur de bonnes nouvelles : nous avons localisé non seulement Dieu, mais aussi son Fils ! »

.

Franck 77 :
« Ha ! Fille publique de maison de tolérance de nom de « lui » de fientes !!! »
[Traduction homologué Déconnoland : Ha ! Putain de bordel de nom de Dieu de merde !!!]

Jiji Cinqsept :
« Hein ?!, »

.

Franck 77 :
« Excuse Jiji, mais depuis que Dieu le Père s’est fait la malle avec ma Jyva 4, j’ai tendance à faire des prouts nerveux ! Les anges « psy » me disent que je somatise et que je dois édulcorer mon langage !!! Tu parles d’une connerie…
Et toi, dis-moi : qu’a tu fais pour calancher alors que c’était pas ton heure ? »

.

Jiji Cinsept :
« J’ai sauvé un môme qu’un gang ennemi voulait rectifier, et c’est moi qui ai pris sa place sur l’autel des martyrs de ce quartier de merde !!! »

.

Franck 77 :
« Saint Pierre n’est pas content du tout, car tu as rectifié son planning…
C’était le jeune Manu qui figurait sur sa liste des admissions, pas toi, mon poteau !!! »

.

Jiji Cinqsept :
« Tu diras à cet empaffé de Saint Pierre qu’il peut aller se faire f… »

.

Franck 77, l’interrompant :
« Ça va pas, non ?!? Même à Déconnoland, nous avons nos limites… On ne peut pas dire des choses pareilles, enfin !!! »

chapellepointeduvan.jpg

Jiji Cinqsept :
« Mais on les pense si fort… Heu : tu lui diras que Manu décline son invitation et qu’il aura peut-être plus de soixante ans de retard !!! »
.

Franck 77 :
« Et que le curé de ma paroisse aura trente ans d’avance ?
Je vais rectifier le tir, ne serait-ce que pour celle qui n’arrête pas de me baver sur les rouleaux, pour que je te ressuscite !!! »
.


Jiji cinqsept :
« Tu parles de Biquette ? »
Franck 77 :
« Que neni ! Biquette est en deuxième position… Il s’agit de Martine !!! »
Jiji cinqsept :
« Ha bon ?!? Pourtant, elle n’arrêtait pas de faire du gringue à Théo…
En plus, elle est assez anticléricale sur les bords ! »

Franck 77, avec un sourire en coin :
« Ruses pour te rendre jaloux que tout ça !!! »

Jiji cinqsept, troublé :
« Ce pourrait-il qu’elle m’aimât encore, après tout ce temps, toutes ces épreuves ?!? »

Franck 77 :
« Ce pourrait-il qu’il en fut autrement ?
Et cet connerie de « célibat des prètres », cette ineptie appelée « chasteté »…
Tout cela fut inventé par qui ? Dieu le Père ?!? Je n’en n’ai pas trace dans les archives !
Mais probablement dans celle de quelques frustrés, qui veulent ignorer que les premiers adeptes de Jésus étaient de bons pères de famille, qui ne procréaient pas à l’aide de l’esprit saint, mais qui étaient saints dans leur sexualité…
Quand tant de calotins qui se la mette soit-disant sous le bras, enfilent des enfants de choeur, dans la honte de leur perversion !!!
Je suis persuadé que Dieu le Père n’a jamais été opposé au fait que ceux qui le représentent puissent fonder une famille…
C’est le Vatican que ça a toujours gêné, pour des histoires de politique politicienne !
Il ne fallait surtout pas créer de « dynasties »… Comme s’il en était autrement, aujourd’hui comme hier !!! »
On en parlait pas plus tard qu’hier avec le vieux Talleyrand, avec lequel j’ai soupé…
Très cultivé ce mec là, du reste ! »

 

chapellemer.jpg

Jiji cinqsept :
« Qu’entends-tu par « je vais rectifier le tir ? »

Franck 77 :
« C’est pourtant pas dur à comprendre : tu repars en bas avec un message pour « Théo »…
Il a intérêt à se maganier le derche et me rendre ma chiotte !!! »

Jiji cinqsept :
« Je lui dis en ces termes ?!? »

Franck 77 :
« Tu me fatigues ! Allez, barre-toi, et surveille Manu : il se prépare à faire une grosse connerie pour te venger ! »

Jiji cinqsept :
« Bon ben… Topet ! »

Gabriel couvrit Jiji de ses ailes
Jiji Cinqsept :
« Que ce soit bien clair entre nous : j’embrasse pas sur la bouche !!! »

Gabriel :
« Couillon, va ! Tu feras moins le fier tout à l’heure, car si la mort est une délivrance, pour le retour à la vie : c’est l’inverse !!! »
Effectivement, Jiji cinqsept fut pris de terribles douleurs, et des décharges électriques parcourent son corps.

« Putain, la vache : mais ça fait mal, bordel de Dieu !!! »
Ce fut la dernière phrase de Jiji Cinqsept avant de quitter le Paradis.
Il eut le temps d’entendre Gabriel lui dire :
« C’est pas beau de jurer !!! »

La suite, c’est pour la semaine prochaine…
Allez en Paix et en Pêts !!!

curevlo.jpg

—————————————-

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les os ch’tis et les topettes de Jiji Cinq Sept et les images pieuses pour décorer le blogounet ….

et pour faire le ménage dans le confessionnal….

—————————————–

——————————————–

LE CONFESSIONNAL EST ICI :

http://franck77.unblog.fr/2009/06/21/le-confessionnal-de-la-chapelle-de-tripote-moi-les-joyeuses/

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 5 juillet, 2009 |1 Commentaire »

La messe de Jiji Cinq Sept du 28 Juin 2009

Bonjour à tous, fidèles de cette belle chapelle de Tripote-Moi-Les-Joyeuses, dont je reprends les reines en direct de Déconnoland…
Je me présente : je suis le curé Trécy [le premier qui rigole, je le fais excommunier !!! Non mais...]. 
Ben au Hit 16 (64 ?) [qui en avait certainement marre de ma fiole !] m’a confié la délicate mission de remplacer temporairement le révérend Jiji Cinqsept, parti, comme vous le savez, pour un trop long voyage…
Nous fêtons la Saint Irénée, dont beaucoup , à tort, se posent la question :
« mais : c’est qui, cette meuf ?!? »
En fait, il s’agit d’un homme qui fut évêque de Lyon, au IIème siècle du calandar bigotesque.
Il fut l’un des Pater(s) [austère comme dit Nonoss ? Je sais pas !] de l’Église, disciple d’un gus dont le blaze était Polycarpe (que certains mauvais esprits avaient surnommé « Poiscaille Courtois » !), celui-ci ayant eu le temps de tailler quelquefois une bavette avec le bon Jeannot : un pote à Jéjé, calanché en 101 après le fils du boss, à 98 ans (quand même !).
On dit que le foie, ça donne du cholestérol…
La foi, par contre, ça conserve !
Voilà pourquoi je vous conseille, si vous avez une petite faim, de manger du foie en conserve !!!
Retrouvons nos personnages, dans ce nouvel épisode… 

PLUS FOLLE LA MESSE !!!
Episode n°16
: « Vous avez dit sérénité ? C’te blague !!!« 

 

eyguiereslachapelle.jpg

Jiji cinqsept :
« Thééééééééééééooooooooooooo !!! »

Une voix :
« Y’a quelqu’un ?… »

Jiji cinqsept :
« Qui est là ?!? »


Dans le brouillard, se prolfila la silhouette d’un homme en uniforme.
Il dit :
Vous êtes un homme d’église ? »
  Jiji Cinqsept :
« C’est ce que j’étais jusqu’à présent, mais j’avoue que depuis quelques secondes, j’ai légèrement perdu mes repères, à tel point que je ne sais plus où mettre mes cendres…
 

L’homme :
« Faites attention avec vos cendres, je me suis laissé dire que c’était un espace non fumeur, ici !
Et ça ne plaisante pas… »

Jiji Cinqsept :
« Mort de rire !!!
Heu… A bien y réfléchir : Mort tout court, en fait !
Pfffff !!!
Mais, trêve de fiantes : que vous est-il arrivé, l’ami ? »

L’homme :
« Figurez-vous que j’étais aux commandes de mon avion.
 Tout se passait bien, et soudain, hop !  Je me retrouve ici, dans le brouillard…
Je suis très ennuyé, car je voudrais bien savoir ce que sont devenus mes passagers ainsi que mon équipage… »

 

Jiji Cinqsept :
« Haaaaaaaa !!! C’est vous ?!? Ne vous inquiétez-pas, j’ai entendu parler de votre périple, en bas…
Vous avez fait une crise cardiaque et c’est votre copilote qui a posé l’appareil !
Vous pouvez dormir serein, ami : il n’y a eu aucune victime, si ce n’est vous, hélas pour votre famille qui vous pleure… »
Le commandant :
« Ha ! quel soulagement !!! Vous m’ôtez d’un poids : vous ne pouvez imaginer… »
Jiji Cinsept :
« C’est toujours ça de pris ! sur ce, bonne bourre et… Bonne éternité !!! »
Le commandant :
« Trop aimable, révérend !
C’est pas le tout, mais faut que j’y aille, moi : il paraît que je suis attendu au service admission de Monsieur Saint Pierre…
Tiens, voilà la navette !!! Topet ! »
 

 

Il monta dans le véhicule et disparut dans le brouillard, tandis que Jiji Cinqsept continuait à avancer en marmonnant :
« J’ai deux mots à dire à Dieu le Père !!! Je voudrais bien savoir pourquoi Théo ne répond pas… »

Une voix :
« Parce que c’est ton orgueil cumulé à une certaine appréhension qui parle !
Ça fait toujours ça au départ : on se croit éternel, alors que la vie n’est qu’une particule d’infini…
Une étincelle, en somme !
Dieu ne pourra t’entendre que lorsque « colères » et « amour-propre » ne t’empêcheront plus de voir l’essentiel.

Jiji Cinqsept :
« Tu causes comme un livre de B.H.L…
Pour l’appréhension, excuse-moi d’être un gros tinet « hors ligne », mais c’est pas tous les jours qu’on meurt, particulièrement mézigues !!!
S’cuse : j’ai pas encore l’habitude…
Mais au fait : qui est là ?!? »

chapellesixfours.jpg

La voix :
« Ton guide, envoyé par Franck 77 : une connaissance, je crois ? »

Jiji Cinqsept, fronçant les sourcils :
« Franck 77 ?!? Ne me dites pas qu’il a calanché lui aussi !!!
Moi, passe encore, mais qu’est-ce qu’ils vont se faire chier en bas, sans lui…
La silhouette de l’interlocuteur se faisait de plus en plus précise.

Jiji cinqsept (avec l’accent agricole) :
« Seriez-pas un ange, ou un truc comme ça, vous ?!?
Cette tronche : c’est pas celle de tout le monde…
Et je la connais ! »

vangoghegliseauvers.jpg

L’ange, souriant, imitant la voix de Pierre Bellemare :
« Vous trouverez mon portrait dans toutes les bonnes chapelles, églises et cathédrales du coin, particulièrement sur les vitraux ! »

Jiji Cinqsept :
« Gabriel !!! »

Quelques Anges de passage, dont les farceurs :
« Tu brûles mon esprit !!! Hé-hé !!! »

Gabriel agacé :
« Je vous l’ai déjà dit : faudrait « tâcher-voir » à changer la disquette, bande de nases !!!
Celle-là, on l’a déjà sortie à la première messe de Déconnoland, début août 2008 !!! [Pour ceux qui ont le courage de remonter jusque là...]

Jiji Cinqsept :
« Je sais, c’est moi qui ai improvisé le texte, à l’époque ! »
Gabriel :
« Je te remercie !
Je n’arrête pas de me faire chambrer : ça me les brises menu, à la force !!! »

Jiji Cinqsept (moqueur) :
« Chacun sa croix… Du moment que tu aies quelquechose à briser, ça donne une conception « joyeuse » en ton endroit !!!
(Puis, sérieux)
Et mon Franck : que fait-il dans ton paradis s’il n’est pas mort ?!? »
Gabriel explique à Jiji cinqsept ce qui suit [et qui nous servira de résumé pour tous les « ceu’ses » qui prennent l’histoire en cours.] :
« Alors que les anges devenaient de plus en plus déprimés dans un Paradis qu’ils trouvaient sans saveur, Dieu était dépassé par leurs requêtes qu’il ne comprenait pas, car ils voulaient rompre la monotonie de leur quotidien, revendiquant le droit d’avoir recours à la fantaisie et à la distration, voire l’humour.
Il venait de sanctionner un ange hybride nommé Franck 77, dont la liberté de penser ne se concevait que dans « la déconne », ce qui irritait le Créateur, mais ravissait tant autres !
Dieu avait une dent contre les humains qui avaient massacré son fils, il voulait même mettre un terme à l’humanité entière, ce qui lui fut déconseillé par l’Archange Gabriel, et, plus tard, par son fils avec lequel il s’engueula [non : pas Merkel !], conflits de générations oblige !
Tout ça pour dire que Dieu n’était pas à prendre avec des pincettes, et tu connais notre Franck : il n’a jamais appris à se la fermer… Une vanne mal négocié alors que la passion tirait à sa fin, et hop : Franck 77 se retrouve exilé au XXème siècle !!!
Seulement voilà : morosité, marasme, dépression et désespoir s’installèrent à vitesse grand « V » dans ce Paradis tellement parfait, si aseptisé, sans piment et surtout sans originalité !!!
Dans le même temps, revenait aux oreilles du tout puissant une certaine joie de vivre que son « ange déchu » apporta aux autochtones de la fin du XXème siècle, puis sévissant dans le XXIème où il réalisa l’exploit, tout en déridant une majorité de constipés, de devenir une institution !!!
Il revint le chercher à Déconnoland, alors que les anges avaient déclenché une grève pure et dure, ce qui ne c’était jamais vu au Paradis…
C’est là que Dieu fit une dépression nerveuse (suite à un  »burn-out », com’y disent : un de ces trucs inventé par les psy !) et quitta le Paradis en empruntant à son insu la Jyva 4 et le Gêts-Pêt-S spatiotemporel  de Franck 77, tandis que son fils, Jésus, victime lui même d’un choc affectif, décida de prendre du recul et disparu à son tour !!!
Comme Franck 77 était coincé à notre époque et que je n’avais aucun « cadre local » compétent pour administrer un Paradis en crise, j’ai pris sur moi de solliciter notre bon Franck qui, depuis, est notre PDG, jusqu’au retour du Père Eternel Prodigue… »

 

Jiji Cinsept, éberlué :
« Wouaaaaaaaah !!!
C’est donc pour ça qu’il était absent, le bougre…
Quant à Dieu, il crèche actuellement dans ce qui était mon église, jusqu’à ce que ce véhicule ne m’emplâtre, me dispersant aux quatre coins de Déconnoland !!!
On venait juste de retrouver Jésus qui a pris l’identité d’un clandestin.
A eux deux, ils me mettent un joyeux boxif, en bas !!!
Jésus a gardé tous ses pouvoirs, mais le hic, c’est qu’il est complètement amnésique ! »

 

Gabriel :
« Ha ! béni sois-tu, mon bon Jiji !!! Tu m’annonces que Dieu et Jésus sont localisés dans le temps et dans l’espace ?!?
Suis-moi : on va apporter la bonne nouvelle à sa Sainteté Franck le 77ème !!! »
Dire qu’il a envoyé en mission les anges rigoristes, menés par Savonarole, les rechercher dans toutes les époques… »

 

Jiji Cinqsept :
« Savonarole ? Qu’est-ce qu’il vient foutre dans cette histoire ?!? »

 

La semaine prochaine, nous en saurons plus…
Allez en paix et en pêts !!!

curevlo.jpg

—————————————-

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les os ch’tis et les topettes de Jiji Cinq Sept et les images pieuses pour décorer le blogounet ….

et pour faire le ménage dans le confessionnal….

—————————————–

Source des huiles : http://www.isabellebometon.fr/chapelles.html

——————————————–

LE CONFESSIONNAL EST ICI :

http://franck77.unblog.fr/2009/06/21/le-confessionnal-de-la-chapelle-de-tripote-moi-les-joyeuses/

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 28 juin, 2009 |11 Commentaires »

La messe de Jiji Cinq Sept du 21 Juin 2009

Bonne fête à tous les Papas, du moins ceux qui savent qu’ils le sont !!!
Déconnoland et Tripote-Moi-Les-Joyeuses se réjouissent de s’associer à cet évènement qui scelle ce témoignage d’amour filial !
Enfin… Je parle de ces Papas qui ne cognent pas leurs moitiés et ceux qui n’attachent pas leur progéniture au fond de leur cour, bien au triste, bien au froid !!!
Retrouvons nos personnages…

 

PLUS FOLLE LA MESSE !!!
Episode n° 15
: « La mort de Jiji Cinqsept…« 

Dédé la Praline, au commandant :
« Ha oui, car pour la poilade, dans les gendarmeries, tous les gendarmes rient ?!? »

alors que le commandant soupire, le capitaine :
« En parlant de gendarme, il ne faudrait pas oublier le rôle de chacun :
nous sommes la loi, vous êtes des prévenus ! »

Réquiem :
« Tu nous apprends rien ! »

Le brigadier Aumont :
« Ce que nous voulons vous faire comprendre, c’est que les CRS ne vont pas tarder à arriver, ce qui ne nous arrange ni les uns ni les autres… »

Ramounche, un des jeunes :
« Ce keuf a raison, C’est pas des cours de dentelles qu’on leur enseigne ! on dirait qu’ils kiffent à chaque coup de matraque et de rangers qu’ils nous balancent dans les côtes ou les gencives, enfoirés !!! »

le commandant :
« C’est pour ça que vous vous vengez sur nos patrouilles, les gars : à cinquante ou cent contre un… La nuit ?!? »

Manu, un autre jeune :
« Vous n’avez qu’à pas faire ce sale métier !!! »

chapelle2.jpg 

Jiji Cinqsept :
« Pourquoi dis tu « sale » ?… »

Manu :
« C’est tout des bâtards, ces mecs-là ! »
Jiji Cinqsept :
« Développe ta pensée ! »
Manu, pris de court :
« T’es qui, toi, bouffon ?!? Tu sais à qui tu parles ? »

Jiji Cinqsept :
« Fait toi connaître, je ne demande que ça… Éclaires moi de tes lumières ! »

Théo, à l’oreille de Jiji :
« Tu pousses un peu, « l’abbé » ! Ce n’est pas bien de ridiculiser ce gamin qui n’a pas la même forme de culture que toi ! Je dirais même que ce n’est pas chrétien !!! »
Manu sort de la gendarmerie en envoyant valser tout ce qu’il y avait au dessus des tables et des comptoirs se trouvant sur sa route…

Ramounche :
« Pas cool, révérend ! T’as vexé Manu… »

Jiji Cinqsept, devant la désapprobation générale :
« Bon ! Je plaide coupable ! C’est ma faute, ma très grande faute !!!
Allez : je vais vous le rechercher, votre caractériel de copain… »
Jiji Cinqsept sort à son tour de la gendarmerie et se met à la recherche de Manu.
Soudain, il l’aperçoit…

Jiji Cinqsept :
« Ho, Manu ! Attends-moi : je te présente mes excuses !!! »

Manu, continuant sa course :
« Nique ta mère !!! »

Jiji Cinqsept, courant et essoufflé :
« Fait pas l’con, Manu ! Puisque je te dis que je regrette, bordel de Dieu !!! »

chapelle1.jpg

Manu, stoppant illico :*
« C’est pas bien de jurer, Padré !!! »

Jiji Cinqsept, ému :
« Tu respectes au moins ça ? »

Manu :
« Et plus de choses que tu ne crois encore, bouffon !!! »

Jiji Cinqsept :
« Je te l’accorde : sur ce coup là, je suis le roi des cons… Mais il va falloir que nous travaillions notre mode de communication !
Ho ! Attention, fils !!! »
Jiji Cinqsept se jette  sur Manu, tel un rugbyman et le projette sur le trottoir d’en face…
Il s’en fallu de peu que Manu ne soit écrabouillé !

Jiji cinqsept :
« Pffff !!! On l’a échappé belle… Mais pourquoi tu pleures, mon petit ?!? Tu as mal quelque part ?… »

Manu, regardant à terre :
« Révérend, réveille-toi, merde !!! »

Jiji Cinqsept :
« Qu’est que tu racontes, mon bonhomme ?!? Je suis là… Pourquoi évites-tu mon regard ?!? Tu vas me regarder quand je te parle !!! »

Manu, continuant à regarder le sol :
« Putain ! Tu m’as sauvé la peau… Je te jure que je retrouverai le bâtard qui t’as fait ça !!! »

Jiji Cinqsept :
« A qui parles-tu, mon enfant ?…
Ha ben, merde alors !!! »
Il venait de découvrir qu’il y avait un corps à terre, qui n’était autre que… Le sien !!!
Jiji cinqsept fut entouré d’une grande lumière, et il se sentit absorbé par quelque chose d’impalpable, forcément surnaturel…

Jiji Cinqsept :
« Non mais ho ! C’est pas encore mon heure ! Théo !!! Fais quelque chose… Théo !!! »

La suite, ce sera pour la semaine prochaine !!!
Allez en paix et en pêts…

—————————————-

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les os ch’tis et les topettes de Jiji Cinq Sept et les images pieuses pour décorer le blogounet .

——————————————–

LE CONFESSIONNAL EST ICI :

http://franck77.unblog.fr/2009/06/21/le-confessionnal-de-la-chapelle-de-tripote-moi-les-joyeuses/

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 21 juin, 2009 |3 Commentaires »

La messe de Jiji Cinq Sept du 14 Juin 2009

Approchez Mesdames et messieurs, dans un instant, ça va commencer !!!
(J’ai déjà entendu ça quelquepart…)
Quand il y a de la place pour un, y’en a pour deux !
Ainsi, c’est une grande joie de vous accueillir une nouvelle fois en notre belle chapelle de Tripote-Moi-LesJoyeuses au pays magique de Déconnoland !!!
Nous fêtons aujourd’hui le Corps et le Sang du Christ, appelé communément la « fête du Saint Sacrement »…
A ce propos, un grand merci à tous ceux qui ont ou vont donner leur sang aujourd’hui et les autres jours, pour que d’autres puissent vivre !
(évitons de picoler ce jour là : la ligue « anti » risque de faire un caca nerveux…)
Tout le monde est installé ?
Alors, commençons et retrouvons nos personnages !

PLUS FOLLE LA MESSE !!!
Episode n° 14 : « L’écoute, sans qu’on la brouille : ça déconcerte…« 

orgue.jpg

Dédé la Praline, Jésus :
« Ça me trou le cul : tu défends toujours l’indéfendable !!! »

Théo :
« ha ! Je suis rassuré de ne pas être le seul à le penser…
Je n’arrête pas de lui dire, au petit »
 

Dédé la Praline :
« Parce que Jésus est ton fils ? »

 

Théo, souriant :
« Tout me porte à le croire… »

Le commandant, avec un accent du Berry
 :
« Le susdit « Jésus », clandestin de son état, serait donc votre fils ?!?
Bizarre autant qu’étrange…
Et vous,
le dénommé « Chombier »,
« Théophile » de son prénom,
métier, sacristain
vous avez vos papiers ?… »

 

Dédé la Praline, au commandant :
« T’es toujours aussi con, toi !
Puis à Théo: « Laisse tomber ce branque !
A y réfléchir, Jésus et toi, vous avez la même étincelle dans le regard…
Considérant que vous vous possédez la sagesse et l’intelligence, (il se retourne vers les gendarmes) ça compense  !!! »

 

Le Brigadier Aumont :
« S’il fallait posséder le Q.I. d’Einstein pour être gendarme ou policier, notre République ne serait qu’une immense anarchie, pour ne pas dire un joyeux bordel, car on ne verrati pas beaucoup de képis et d’uniformes sur le bord des routes !!! »

 

Le capitaine :
« Aumont : vous êtes à deux doigts de la mise à pieds !!! »

 

Dédé La Praline :
« Camarade capitaine, tu confirmes ce que je dis :
dès qu’un des tiens commence à faire preuve d’un peu d’esprit, il se fait sanctionner… »

benitier7.jpg

Le commandant :
« Excusez-Moi de vous demander pardon, « Môssieur » Dédé alias « la Praline », mais pour faire de la philosophie, j’aimerais que le brigadier Aumont attende au moins d’être à la retraite, (il fronce les yeux) qui risque de venir plus tôt que prévu, d’ailleurs !!! »

 

Réquiem, un autre détenu :
« Vous allez virer Aumont ?!?
Bonjour l’angoisse ! C’est le seul qui soit sympa dans cette turne… »

 

Le Boucher de la Villette, encore autre détenu :
« On ne peut pas dire que vous faites des efforts pour qu’on vous ait à la bonne, les gadjos ! »

 

Le Capitaine :
« J’entends bien, mais à priori : ce n’est pas notre fonction première… Hum ?!? »

 

Le commandant :
« Pas plus que que la vôtre est de porter la bonne parole, Messieurs Dédé, Réquiem et La Villette ! »

 

Dédé la Praline, regardant Jésus :
« Hé : va savoir…
Dis-moi, Jésus, si je reviens à ce qu’on disait tout à l’heure : tu penses que (montrant les jeunes terrés dans les cellules) ces petits branleurs sont plus fut-fut que nous à leur âge ?!? »

 

Jésus :
« La réponse est en chacun de vous… »
Réquiem :
« T’en n’as pas marre de parler toujours en énigmes ? »
Le Boucher de la Villette :
« Il les résout toutes… »
Jiji Cinqsept :
« Ha ! tu connais Saint Exupéry ?!? »

La Villette :
« Non, pourquoi ? »

Jiji Cinqsept :
« Parceque tu as dit une réplique du « Petit Prince » ! »

Pineau :
« Oui ! C’est le serpent qui répondait ça au Petit Prince, dans le désert…
Ma Mère me lisait ça pour m’endormir le soir, quand j’étais enfant. »

Jiji cinqsept :
« Non ! Sans blagues ? Moi aussi !!!
Ce que je ne donnerais pas pour revivre ce temps-là ! »

Réquiem, s’adressant aux deux :
« Vous allez me faire chialer, les filles : ayez pitié de mon rimel ! »

Jiji Cinqsept, piqué au vif :
« Les filles, elles te pissent à la raie, ma grande !!! »

Théo, choqué :
« Jiji, modère ton propos !!! »

camaret.jpg

Pineau, retenant Jiji :
« Toujours aussi impulsif ! Tu ne vas pas te friter avec Réquiem : c’est un fondu, ce mec là… »

Dédé la Praline, tenant Réquiem par le col :
« Tu touches à Jiji, je t’explose !!! »

La Villette, à Réquiem :
« Et pas touche à mon pote Pineau : c’est le seul qui accepte les contrats de réinsertion sans nous juger, dans cette région de merde !!! »

Réquiem :
« Ho ! vous êtes paxés avec ces caves ou quoi ?!? »

Dédé et La Villette se faisant de plus en plus menaçant, Réquiem dit :
« Je rigole, les mecs… »

Le commandant, ironique :
« Tiens-donc, je croyais qu’il n’y avait que les gendarmes qui n’avaient pas d’humour… »

La suite : la semaine prochaine, les amis !
Allez en paix et en pêts !!!

—————————————-

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les os ch’tis et les topettes de Jiji Cinq Sept et les images pieuses pour décorer le blogounet .

Si  y a du rabe, on pourra commander la construction d’un confessionnal

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 14 juin, 2009 |57 Commentaires »

La messe de Jiji Cinq Sept du 7 Juin 2009

« Bercent mon coeur d’une langueur monotone… »Déconnoland n’oublie pas qu’hier, c’était le 65ème anniversaire de cet évènement qui devait changer la face du monde…
Aujourd’hui c’est la fête des Mamans, mais il y a 65 ans : combien ont pleuré pour que nous puissions rire aujourd’hui ?…
Oublier ce « détail » de l’histoire (Jéjé de ReuTeuleu, si tu passes dans le coin !) serait insulter ceux qui se sont fait tuer pour nous, pour qu’un jour, on puisse dire ou faire toutes nos conneries…
Ceci étant dit, retrouvons vite nos personnages !!!

PLUS FOLLE LA MESSE !!! 
Episode n° 13 :
Règle n°1 : Se méfier des vieux chaudrons !!!

arromanches2.jpg

Le brigadier Aumont :
« Commandant, je vous en supplie : ne laissez pas faire ! Les petits vont se faire massacrer !!! »

Le capitaine :
« Les « petits »… Ce qu’il ne faut pas entendre ! Tout à l’heure, je me suis fait encercler par une dizaine d’ados : la taille du plus petit n’était pas en dessous du mètre quatre vingt… Et en plus, il était taillé comme Tyson !!! »

Samson, soupirant :
« De la gonflette, mon colon ! Je les connais pour la plupart : un courant d’air et ils s’enrhument, les petits chérubins…
Dédé la Praline, lui, c’est un tatoué, un dur, un vrai !!!
Vous pouvez me croire sur parole : je me suis colleté avec lui…
Il va te disperser la marmaille aux quatre coins de Déconnoland : vous pouvez déjà contacter les équipes de recherche pour retrouver leurs valseuses !!! »

Jiji cinqsept :
« Tu t’es frité avec Dédé la Praline, toi ?!?
Et… Qui avait gagné ?… »

Samson :
« M’en parle pas… On avait fait match nul, ce qui est assez vexant pour moi, car ce gus n’a jamais fait de sport de haut niveau et il a presque vingt ans de plus que moi !!! Et je peux te dire que les toubibs ont eu du mal à reconstituer nos tronches, avec leurs aiguilles, leurs fils et tout le toutim…
Pas pourri, le Dédé !!! »

Le commandant :
« Je confirme : lors de son arrestation, il m’a esquinté pas moins de huit gendarmes, qui sont encore en incapacité de travail !
Ceci dit, on ne va pas le canoniser : il a quand même dessoudé pas mal de péloquins !!! »

Le brigadier Aumont :
« Je ne voudrais pas dire, mais ceux qu’il a rectifiés ne manquent pas franchement à la société… »

Le capitaine :
« Aumont, reprenez-vous : vous vous égarez !!! »

Le commandant, dans un soupir :
« Je pense que c’est la société qui s’égare, et ce, depuis trop longtemps…
Aumont n’a pas tout à fait tort, car ceux que le « Sieur Dédé » a occis, leur dossiers encombraient un tantinet nos archives depuis des lustres ! »

Le brigadier Aumont :
 » En clair, c’étaient de la la racaille ! »
Le commandant, soudain blême, regarde la photo du Chef de l’Etat…
Il dit :
« malheureux : pas ce terme en ces lieux !!! »
Théo :
« Tiens donc, pourquoi ?… »
Le commandant :
« Voyons : It’s « verboten », ici !!!
La modération dans les propos est devenue une carte de valeur…
En somme : une carte chère« 
Théo, à lui même :
« *Certes, j’ai créé l’homme à mon image, mais j’avoue que je le comprends de moins en moins…
D’ailleurs, me « comprends-je » moi-même ?!? »
[Pour rappel, Théo n'est autre que Dieu qui a déserté son paradis, suite à une déprime... Laissant Frank 77, dont il a emprunté à son insu la Jyva 4, régler les conflits sociaux avec les anges qui avaient déclenché une grève...]

saintmereleglise.jpg

Pineau, amusé par ce qu’il entendait :
« Bon, je vais voir où est Jésus, puisqu’apparemment son « public » est allé donner une branlée à « la relève »… Hum-hum !!! »
Jiji Cinqsept :
« Un peu de charité chrétienne, bordel !!!
Même s’ils ont une taille d’adulte, ils n’en restent pas moins des enfants dont on se doit de diriger les pas… »
 Théo :
« Mais dis-donc : tu progresses, mon Jiji ! »
Martine :
« Jiji, tu as raison : il faut leur pardonner, car ils ne savent pas ce qu’ils font… »
Jiji cinqsept :
« Ho ! Martine…
Si Ben au Hit 16 (64 ?) autorisait le mariage des prêtres, je te ferais une cour effrénée et nous partagerions la même vie !!! »
Martine, confuse :
« Hé bien, mon curé d’amour ?!? »

Jiji Cinqsept :
« Tu as réagi sans le savoir comme notre Seigneur, dans les derniers instants de sa vie terrestre…
Il a demandé à son Père d’épargner tous ceux qui lui avait fait tant de mal !
Ho ! Il eût été tellement plus facile de « Karcheriser » la surface de la terre pour en expurger tous les mécréants !!! »

Théo :
« C’était mon option, au départ… Mais le petit est un baba cool !
Faites des gamins, tiens… »
Flapi :
C’est bien beau tout ça, mais il ne faut pas oublier que si la société rejette ces jeunes, c’est qu’elle veut oublier que c’est elle qui les a créés !!! »

Tout le monde (sauf Théo) :
«  »Flapi… »

 Flapi :
« Oui ?… »

Tout le monde (sauf Théo) :
« Ta Gueule !!! »
Flapi :
« C’est agréable !!! »
Pendant ce temps, Pineau s’était rendu dans la cour intérieur de la gendarmerie, où Jésus méditait…
Pineau :
« Que fais-tu, mon grand ? »
Jésus :
« Je prie, mais je ne sais plus pourquoi…
Je ne sais plus pour qui… »
Pineau, s’asseyant à côté de lui :
« Ho putain ! S’assoir en tailleur, c’est bon pour la marmaille, et crois-moi : je n’ai plus vingt ans depuis longtemps !!! »

vitrailparachutiste.jpg

Jésus :
« Tu sais, ami, ce n’est pas facile de ne plus savoir qui on est, et d’errer dans l’incertitude de vagues souvenirs éphémères… »
[Dans un précédent épisode, Jésus avait également quitté le paradis, victime d'un choc affectif, d'où son amnésie... On en saura plus dans les prochains épisodes, concernant son statut de clandestin.]

Pineau
:
« Je t’ai promis de t’aider et je suis homme de parole !
Avant peu, tu retrouveras la mémoire…
Par contre, il faut que je trouve un autre psy, car le dernier a juste eu le temps de me dire que tu étais victime d’un choc affectif, avant de se tirer au Népal prêcher la bonne parole !
Quand je pense qu’il était anticlérical épidermique…
J’ai pas tout compris, là !
Au fait, ton public t’as fait faux bon ?… »

Jésus :
« Ils ont fait le mur mais ont dit qu’ils reviendraient bientôt.
Dans leur âme, j’ai vu tout le contraire de leur vie… »

Pineau, mettant sa main sur l’épaule de Jésus :
« Je ne sais pas qui tu es à l’origine, mais tu as un bon fond, ami… »

« Ouvrez-nous, par pitié !!! »
C’était la voix déchirante d’un des jeunes…

Le commandant :
« Que dalle, oui ! Vous rusez pour pouvoir entrer et tout casser dans nos locaux !!! »

L’un des jeunes :
« Wallah, j’te jure : les vieux tarés nous fracassent !!! »

Un autre :
« Si vous n’ouvrez pas, y’a non assistance à zonard en danger !!! »

Un troisième :
« Bouge ton cul, batard de keuf : sinon, j’en parle à Julien courbet !!! »

Un quatrième :
Vos matricules, on va déchirer leur race : j’ai le portable à Maître Collard !!! »

Le commandant :
« Ha non ! Pas Collard !!! »

Jésus se présente devant la porte d’entrée et dit :
« Ouvrez les portes et laissez venir à moi les enfants… »

Le commandant :
« Mais ?!? enfin !!! »

Le capitaine, blasé :
« Bof… »

Le brigadier Aumont :
« Finalement, le capitaine a très bien résumé la situation…
Il faut laisser faire [et non pas l’SFR ! Ça fait rire personne ? Bon : j’aurai essayé !]
Jésus, c’est l’homme des miracles par excellence…
Ouvrez-les ces putains de portes !!! »

Le capitaine :
Aumont : vous vous lâchez de plus en plus, je trouve ! »

 Le commandant :
« Je préfère le voir comme ça plutôt que déprimé, comme ces derniers temps ! »

Théo, regardant Jésus :
« Sacré gamin ! Si on considère que les chiens n’engendrent pas des chats : je te dis pas la crise de narcissisme que je vais ma payer, moi !!! »
 

Pineau :
« Dépêchons, Messieurs ! Jésus attends… »

Le brigadier Aumont :
« T’as l’air bien pressé, toi ! »

Pineau :
« Ce soir, c’est le coup de feu dans mon restau… Et Jésus est l’attraction numéro un un !!! »

Le commandant :
« S’il arrive à ramener le calme à Tripote-Moi-Les-Joyeuses, je m’engage à te le restituer… »

Pineau :
« Ça marche ! »

Le capitaine :
« Et… Quid de la procédure ?!? »

 

 Le commandant :
« Mon pauvre ami : la procédure, on l’a enterrée depuis bien longtemps, peut-être ce jour où cinquante zonards ont foutu la pâtée à trois des nôtres et qu’en haut lieu, on nous a demandé de fermer nos gueules… Pour une histoire de statistiques !!! »

Pineau :
« Je voudrais pas dire, mais tes statistiques sont en train de miauler à ta porte ! »
Jésus ouvre lui même les portes et les jeunes s’engouffrent dans les cellules de la gendarmerie, donc ils ferment les portent…

Le capitaine
:
« J’y crois pas ! Les mêmes qui nous foutaient sur la gueule tout à l’heure nous demandent protection !!! »
Le commandant :
« Qui l’eût cru !!! »
Les détenus, entrant à leur tour, Jésus s’adresse à eux :
« Mes amis, mes frères, n’oubliez pas que ces petits sont le fruit d’une chair qui n’a pas eu la chance d’avoir ce qui rime avec ce nom, je veux dire le « repère »… »
Dédé la Praline :
« Repères ? On est une palanquée à n’en avoir jamais eu, mais on  avait un code d’honneur, nous !!!
Ces branleurs ne sont que de petits cons qui s’attaquent aux plus faibles, et ça, je ne peut pas encaisser !!! »
Jésus :
« Con, tu crois ? Ils ne le sont pas tant que ça !
Ils ont, certes, moins d’orthographe mais beaucoup plus d’idées, crois-moi, que les enfants du temps jadis…
Ils ont dû improviser leurs propres codes dans une société à la dérive, qui ne leur fait aucun cadeau ! »
La suite ? Pour la semaine prochaine, les amis !
Allez en paix et en pêts…

—————————————-

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les os ch’tis et les topettes de Jiji Cinq Sept et les images pieuses pour décorer le blogounet et pour remplacer la soutane un pneu usée

(Les décalages de textes sont dûs à un bug d’unblog.fr qui n’est pas réparé)

 

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 7 juin, 2009 |12 Commentaires »

La messe de jiji Cinq Sept du 31 Mai 2009

C’est un grand plaisir que de vous recevoir une nouvelle fois dans la chapelle de Tripote-Moi-Les-Joyeuses au doux pays délirant de Déconnoland, en ce dimanche de Pentecôte !
La Pentecôte : qu’est-ce ? (Comme dirait Mme Tiroir !)
Cela vient d’une traduction grecque de « cinquantième » (pentekostê).
« Et alors ?!? » vous entends-dire…
Vous affolez-pas, mes enfants : vous allez tout comprendre !!!
Les premiers disciples de Jésus reçurent l’Esprit Saint le cinquantième jour après la résurection de Jésus.
Ça se passait dans le Cénacle de Jérusalem.
Ceci étant dit, retrouvons nos personnages !

 

PLUS FOLLE LA MESSE !!!
Episode n° 12
: « J’vous dis qu’ça a changé depuis què’qu’z'années…« 

 

pentecote.jpg

 

Certains jeunes tambourinaient contre la porte de la gendarmerie et d’autres criaient des insanités.
Le commandant :
« Si nous ne contrôlons pas très vite la situation, les CRS vont prendre le dossier en main, et je ne vous dis pas comment ça va chambrer sec, dans le canton, et même au niveau national !!! »

Le capitaine :
« Pour sûr : des têtes vont tomber…
En l’occurence, les nôtres ! »

 Le brigadier Aumont :
« J’en ai marre de ce métier…
Révérant Jiji : une prière ne serait-elle pas bienvenue ?… »

 

 Jijii Cinqsept :
« Tiens-donc ! On se souvient que j’existe ! »

 

Le commandant :
« Pourquoi ne pas faire venir un exorciste, pendant que vous y êtes ?
A près tout : ce ne sont que des mômes… »

Martine :
« Le statut d’enfant est loin d’être ce qu’il était jadis, hélas…
Dans le temps, on aimait nos parents et on respectait les adultes (à défaut, on les craignait !). »

Flapi :
« Ouais, et on conditionnait les mômes pour entrer dans le moule…
C’était bien pratique pour les dirigeants, amis du MEDEF de ces époques là, qui essoraient déjà leurs parents !!! »

Martine :
« Ha non ! Pitié !!! Peut-on articuler une phrase sans que ça dégénère en propagande politique ?… »

Jiji Cinqsept :
« Flapi n’a pas tout à fait tort… »

Flapi, interloqué :
« Tu as été touché par l’esprit saint pour enfin t’en apercevoir ?!? »

vitrailpentecote.jpg

Jiji cinqsept :
« Ne tire pas trop sur les ficelles, Fapi !
Quant aux « mômes », comme vous dites, commandant, ce ne sont pas des anges, mais de véritables démons !!!

Théo :
« Et c’est la faute à qui ? »

Le brigadier Aumont :
« Des parents qui ne font pas leur boulot !!!
A chaque délit que commettent leur progéniture, c’est sur nous qu’on gueule !
Quand l’un d’eux se ramasse une bastos alors qu’il fonçait sans permis dans une voiture volée dans un barrage dressé par nous, on nous montre du doigt, tels des monstres !
Ces mêmes qui nous conspuent nous traitent de laxistes quand leurs caisses crament au bas de leurs HLM !
En plus, ceux qui nous dirigent ne résonnent qu’en statistiques, nous faisant obligation de résultat à des fins électorales…
Ha ! Il est plus facile d’y inclure un délit d’excès de vitesse sur un citoyen lambda à 56 km/h au lieu de 50 !!!
Mais, pendant ce temps-là, des mères de familles sont abandonnées par des géniteurs sans scrupules, leur laissant une flopée d’enfants dont elles doivent assumer l’éducation tout en travaillant en horaires coupés !
Ce sont ceux là qu’on est chargé de virer des cages d’escalier, nous qui sommes deux ou trois, eux qui sont une trentaine !
Et je ne vous parle pas de ces géniteurs (ceux qu’on appelait des « parents », jadis !), qui sont bourrés et shootés du matin au soir…
Comment voulez-vous, « bonnes gens bonnes dames » que ces « petits » aient le sens des valeurs !!! »

Flapi :
« Dans mes bras, brigadier ! Tu as tout compris… »

Le commandant, à Flapi :
« Ho dites, hé ! Faut pas pousser, quand même !!! »

 

Théo, au commandant :
« Vous ne partagez pas l’analyse de cet homme de terrain  qu’est le brigadier Aumont ?… »
Le capitaine :
« Ce qu’il dit tout haut, c’est ce que l’on pense tout bas.
Mais nous sommes des militaires : « devoir de réserve »… »

ausgiessungheiligengeiste.jpg

Le commandant :
« Ce qui est grave dans l’histoire, c’est que je n’imaginais pas qu’un nouveau né, si mignon au départ de sa vie, pouvait se transformer en cauchemar pour les adultes, et ferait régner la terreur jusqu’au sein des représentants de la loi !…
Et que les écoles deviendraient « la cour des miracles » !!!

Dehors, les jeunes improvisaient un rap…

« Ho ! Les Keufs, Ho ! Les beaufs, oui c’est nous qu’on vous niqu’ !
Vot’moral’ vos valeurs, c’est pas nous qu’on les piqu’
On a dû se frayer un chemin par nous mêm’
Parqu’on n’a connu un papa qui nous aim’

Nos mamans n’avaient pas les reins assez solides
On a chouré des caisses, c’étaient de vrais bolides
Et pour pouvoir rêver d’une vie beaucoup plus belle
Y’avait l’économie : tu sais ? La « paralèll’

Ho ! Les Keufs, Ho ! LesBeaufs, oui c’est nous qu’on vous niqu’ !
Vot’moral’ vos valeurs, c’est pas nous qu’on les piqu’ !!! »

Un des détenus qui écoutaient Jésus dans la cour extérieure de la gendarmerie dit :
« Ho ! Les branleurs, là !!! Vous allez fermer vos gueules, oui ?!? »

Un des jeunes :
« Qui t’es, toi, bouffon ?
J’te niqu’ ta race !!! »

Le détenu, aux tatouages assez impressionnant :
« Ho ! Le comique, là : bouge pas, j’arrive !!! »

Jiji Cinqsept :
« Bonjour l’angoisse : Les jeunots viennent de provoquer « Dédé la Praline »…
Paix à leur âme !!! »

La suite, c’est pour dimanche prochain…
Allez en paix et en pêts !!!

—————————————-

quete.jpg

N’oubliez pas la quête pour la réfection de la chapelle de Tripote-Moi-Les Joyeuses et pour payer les os ch’tis et les topettes de Jiji Cinq Sept et les images pieuses pour décorer le blogounet et pour remplacer la soutane un pneu usée . 

Publié dans:A la messe de jiji cinqsept |on 31 mai, 2009 |8 Commentaires »
12345

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique