Archive pour la catégorie 'Effets mes rides'

C’est le quatre cent quatre vingt neuvième fafiot!

Samedi 8 Août 2015

(de tâter de l’effets mes rides derechef (de gare?) bis…)


(Django Reinhardt – Minor swing)

Aujourd’hui,  nous sommes le Samedi 8 août 2015.

Le soleil se lève à 6h32 alors que le seul boulot qu’il fera aujourd’hui sera de se pieuter à 21h18. Y a pas à dire, il y en a qui ont la belle vie, non mais!

La lune est pleine à 44%. De là à dire qu’elle est vide à 56% il n’y a qu’un pas à franchir, celui du  fameux pas sur la lune qui a, si mes souvenirs sont bons, été effectué en 1969 par un gazier du nom d’Armstrong qui jouait de la trompette et qui a escroqué 7 Tours de France parce qu’il piquait les capsules à Paulo.
(Soit dit en passant, je rappelle aux puristes que de se retrouver sur la lune en plein 69 est signe de terrain glissant ou de langue disproportionnée.)

Nous fêtons les Dominique, et je vous vois venir bande de filousques et de filouzes que vous êtes à vouloir faire rimer Dominique avec pique-nique, Dubrovnic ou Salonique, bref, avec une arrière pensée douteuse que moi-même je n’aurais pas eu le pouillième d’un soupçon.

On fête aussi les Cyriaque. Quant aux Scies circulaires, il faudra qu’elles attendent.

C’est le  8 août 1834 qu’a eu lieu la première ascension du Mont Blanc. A cette époque, le connard en tongs comptant beaucoup sur Mondial Assistance n’existait pas encore…

Le 8 août 1815, Napoléon part pour Saint-Hélène. Il a évité la Francilienne en passant par Etampes.

                Dicton du jour :

« Saint Dominique a souvent chaud dans sa tunique ».

Comme quoi, finalement, vous aviez raison, les Dominique sont des belles salopes (comme ma sœur (Dominique?)).

——————————-

(©franck.mar77)

****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires , il suffit de cliquouiller  ici

**** Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un aperçu général ici 

**** Pour les timides qui veulent nous clouer sur une poule au riz, l’adresse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

deconnoland@orange.fr

 

***** Une nouveauté plus du tout récente, le lien fesses-bouc : http://www.facebook.com/franck.duconno

Publié dans:Effets mes rides |on 8 août, 2015 |9 Commentaires »

C’est le quatre cent quatre vingt huitième fafiot!

Vendredi  7 Août 2015

(de tâter de l’effets mes rides derechef (de gare?)…)


(Grand corps malade – Chercheur de phases)

Aujourd’hui,  nous sommes le Vendredi 7 août 2015.

Le soleil se lève à 6h31 et je te bouscule, enfin bref, je ne vais pas raconter la vie de Claude François qui est mort électrocuté un lundi au soleil qui se couchera à 21h20 (faut suivre).

La lune est pleine à 50%. Alors que ma sœur maintient son rythme (voir effets mes rides précédent)

C’est la Saint Gaétan de Thienne. Mézigue, perso, je ne connais pas de Gaétan de Mhienne, donc je m’en tamponne un gros tinet.

Le prénom breton fêté du jour est Levan. Ce qui est  logique pour une région où le climat fait consommer beaucoup d’antioxydant. (Il faut réfléchir un pneu pour celle là).

Le 07 août de l’année 1941 , le poète indien Rabindranath Tagore a dépoté son chrysanthème, et je trouve qu’on a trop tendance à l’oublier. .

                Dicton du jour :

« Qui veut avoir du bon moût, laboure sa vigne en août ».

 A ne pas pas confondre avec

« Qui veut gnavoir de mon bout, savoure la bite en voute »

——————————-

(©franck.mar77)

****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires , il suffit de cliquouiller  ici

**** Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un aperçu général ici 

**** Pour les timides qui veulent nous clouer sur une poule au riz, l’adresse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

deconnoland@orange.fr

 

***** Une nouveauté plus du tout récente, le lien fesses-bouc : http://www.facebook.com/franck.duconno

Publié dans:Effets mes rides |on 6 août, 2015 |1 Commentaire »

C’est le quatre cent quatre vingt septième fafiot!

Mercredi  5 Août 2015

(de tâter de l’effets mes rides…)


(Grand corps malade – Chercheur de phases)

Je ne vais pas me fouler, et je ressors la rubrique « Effets mes rides »

Aujourd’hui,  nous sommes le mercredi 5 août 2015.

Le soleil s’est levé ce matin et se couchera ce soir. C’est vous dire si sa vie est passionnante.

La lune est pleine à 69% (un peu comme ma sœur).

C’est la Saint Abel. Donc les Robert ou les Paulette peuvent aller se brosser

                Dicton du jour :

« A Saint Abel, faites vos confitures de mirabelles. »

 Dicton ou pas, je n’ai pas que ça à foutre aujourd’hui, non mais!

——————————-

(©franck.mar77)

****  Pour commenter le fafiot ou pour lire les commentaires , il suffit de cliquouiller  ici

**** Pour les ceusses et ceuzes qui découvrent ce beau blog, ils ont un aperçu général ici 

**** Pour les timides qui veulent nous clouer sur une poule au riz, l’adresse du courriel ce dont au sujet de laquelle est :

deconnoland@orange.fr

 

***** Une nouveauté plus du tout récente, le lien fesses-bouc : http://www.facebook.com/franck.duconno

Publié dans:Effets mes rides |on 5 août, 2015 |6 Commentaires »

C’est le trois cent cinquante septième fafiot!

Samedi 30 Octobre 2010

(de passer un viquinde en semaine)


(Dire Straits -telegraph road (les 5 dernières minutes du morcif))

Chers déconnobloguiteurs et chères déconnobloguiteuses, bonjour!

En ce premier viquinde de Toussaint une chié de jours après la Pentecôte, mes biens chers frères, mais bien chers soeurs, et bien, il va se passer des choses aussi diverses que variées.

Figurez vous, que d’après un récent sondage, 65% des gaziers et gazières qui ont braillé des conneries dans la rue seront partis chez leur belle doche ce viquinde, bravant la pénurie de coco pour mettre dans le traîne-con estampillé MAIF ou Bébé à Bord.

J’ai même vu, de mes propres nieux, comme je vous vois en ce moment,  une armoire à moustaches, avec un marcel de la CGT sur les endosses faire le plein de son Audi qui gueulait comme un âne quand la débiteuse à coco s’est arrêtée net à 25 litrons versés. Comme quoi, ça gueule tout le temps ces engins là.

Bref, passons. Le forcing a été fait pour que, ce viquinde, les pompes soient approvisonnées afin que tous les enseignants qui sont partis une semaine en vacances puissent en reviendre, et  que  tous les grévistes partent en viquinde. En somme, ce beaux pays de branleurs restera fidèle à l’image qu’il donne au reste du monde qui a été obligé de commander des caisses entières de nouvelles cuisses tellement il se tape dessus en nous regardant.

Sinon, que se passe-t’-ilrque ce viquinde?

Le samedi 30 octobre, il se passe qu’on souhaite la bienvenue. Non, on recommence, il se passe qu’on fête les Bienvenue. Perso, je ne connais ni gazier, ni gazière qui s’appelle Bienvenue. Et si il yen a un qui veut se présenter à moi, il ne le sera pas (bienvenu) si c’est à l’heure de l’apéro, car je tiens à ma tranquilité.

Le dimande 31 Octobre à 3 heures du mat, il faut absolument mettre son réveil à l’heure qui sera 2 heures du mat, et régler la sonnerie à 8 heures du mat pour ne pas vous déshabituer à être réveillé à 7heures du mat.

Le dimanche 31, on fête la Saint Quentin, et pas seulement en Yvelines, et aussi les Wolgang, comme Amédée Housses. Les plus givrés d’entre nous fêterons aussi Allô Gouines en se faisant allumer le potiron avec une tronche de Jeanne Moreau.

Ce sujet a été déjà abordé les années précédentes ici :

http://franck77.unblog.fr/2009/10/31/cest-le-deux-cent-cinquante-neuvieme-fafiot/ 

http://franck77.unblog.fr/2008/10/31/cest-le-cent-vingt-huitieme-fafiot/

 

Puis à une 13h02 de l’aprèm, le départ d’une des plus grandes courses transatlantiques du monde sera donné : celui de la Route du Rhum . Déconnoland sponsorise virtuellement la bateau du skipper Yvan Noblet qui sera à la barre de son superbe voilier Appartcity.com dans la catégorie  Class 40 :

routedurhumappartcity.jpg
(Appartcity.com – concurrent n°25 de la Route du Rom 2010)

Une fois que vous aurez passé la journée à être emmerdé par les petits boutonneusx et les petites pisseuses qui vous menaceront de brûler votre bagnole ou de niquer votre mère si vous ne voulez pas leur filer une barrette de chite orange ou citron pour cause d’Allô Gouines, il faudra vous pieuter de bonne heure, car le lendemain, le lundi 1er Novembre, il faudra faire la bise à tous les saints. Même Ben au Hit 16 (64?) sera au balcon, c’est vous dire s’il y aura du monde.

Le Dicton du jour du 1er Novembre est « La Toussaint venue, laisse là ta charrue« , comme quoi il n’y a pas que moi qui boit.

Et le viquinde prolongé sera fini. Le lendemain, il faudra aller au cimetière pour fêter ses morts. Les puristes iront se recueillir sur la tombe de Jean Jaurès, de Guy Môquet ou de Guy Béart, selon l’équipe qu’ils supportent.

Le dicton du jour est « La neige le jour des trépassés annonce un printemps ensoleillé« , ce qui veut dire, à la louche, que si on va sniffer une ligne sur la boite à mémé, on pourra passer le mois d’avril en calebard à pois. L’est-y pas belle la vie?

(franck 77)

Publié dans:déconno-news, Effets mes rides |on 30 octobre, 2010 |21 Commentaires »

C’est le trois cent quarante sixième fafiot!

Vendredi 17 Septembre 2010

(de vous divulguer mon secret)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Vous avez sûrement remarqué, chères fidèles déconnobloguiteuses et chers fidèles déconnobloguiteurs que je ne glande pas grand chose ce dont au sujet de laquelle la mise à jour de ce blogounet, et ce, depuis la fin de la Grande Boucle.

D’ailleurs, à ce propal (1), je dois vous délivrer un secret me concernant, mais avant de vous livrer cet aveu d’importance, il faut vous restituer un peu les choses, surtout sur les étagères du haut, là où la poussière s’accumoncelle, et remettre le contexte en place, surtout côté garage, parce ce qu’on ne peut plus déplier la table de ping-pong.

Les ceusses qui pondent des blogounets ont des raisons aussi diverses que variées pour le faire. L’une c’est pour dire que sa vie c’est de la merde en tube et qu’elle va se noyer par pendaison dans trois mois trois jours et trois secondes après le début de la création de son blog (2), l’autre c’est pour partager sa passion pour les traîne-cons en général, et les deux lattes de Tassigny en particulier, un autre encore nous dévoile des poèmes de toute beauté au niveau du massacre orthographique,…

En ce qui me concerne, j’ai voulu deviendre un homme de mon temps, en couchant sur les bytes (3) , mes réflexions et constatations que m’inspirent le monde, l’entourage, le sol, le sous-sol et le tréfonds. Vous allez me dire, tiens le franck77 va se prendre pour le Dalembert de la connerie, et va vouloir nous imposer une reconnaissance encyclopédique de ses fafiots à la con.

A ces allégations sous jacentes, je réponds non et non, ce qui, pour résumer ma réaction ferme,  mais cependant nuancée, me fait répondre deux fois non.

On reprend souvent cette pensée profonde qui nous dit qu’on est toujours le con de quelqu’un. Et bien, le fondement même de ma puissance créatrice est que je sois un gros con pour tout le monde, mais, qu’à contrario, je dois lutter bec (4) et ongles, contre le reste du monde peuplé de cons.

Je ne sais pas si vous vous rendez compte du côté Dantesque de la tâche, mais si on n’a pas un minimum de matériel, d’hygiène de vie, de maîtrise de soi et de concentration cérébro-spinale, mieux vaut prendre une carte de syndicaliste tout de suite et astiquer son piquet de grève en attendant le Grand Soir plutôt que de vouloir s’attaquer au sommet de la connerie avec un bob cochonou sur le cornet, des lunettes en bois avec des verres en peau de saucisson sur le tarbouif, et des tongs étanches aux tringlots.

C’est, en gros, pour toutes ces raisons, que je vais vous dévoiler un secret, que j’ai toujours gardé au plus profond de moi comme un héritage séculaire de traditions en seize trales.

J’en vois déjà qui rigolent sournoisement en supputant que le franck77 va  larguer son secret contre une centaine de rôts, ou contre une obligation se signer une pétition à la con ou bien cliquouiller une pub de seconde zone.

Vous êtes vraiment des mauvaises langues. Je m’informe en amphi, ou je m’infirme en faux (5), il n’y aura rien de tout cela.

Donc, mon secret, le voici :

Mais avant, passons une page de pub :

« Vous avez la merde au cul et ça colle aux poils?
.
Utilisez donc FESS’NETT

-

fessnett.jpg
.
Avec FESS’NETT vous aurez la raie nette à toute occasion »……
.
merci FESS’NETT
.

——————————————————————-

Il est temps, maintenant, de vous délivrer mon secret, faites en bon usage…:

lesecret.jpg
(Cliquouiller au dessus, pour avoir connaissance du secret)

—————————————————————————

(1) un propal – des propos
(2) des fois bien avant, s’il n’y a ni visiteurs, ni commentaire sur le blogounet

(3) on écrit plus souvent sur un clavier que sur du papier maintenant, donc, les idées ne sont plus couchées sur du papier, mais sur des bytes! Alors, je vous en prie, non mais!
(4)
voyez ma tronche….
(5) j’ai du mal, depuis tout petit, avec cette expression

(franck 77)

———————————————————- 

Effets mes rides

Aujourd’hui, nous fêtons les Renaud, les Reginald, les Ronald et les Lambert.

Alors Bonne fête à l’idôle des jaunes, qui arrive à pondre des jolis textes tout en Séchan des teilles.

Le dicton du Jour :

« Le jour de la Saint-Lаmbеrt, qui quittе sa place la perd. »… ta ta ta

(franck 77)

Publié dans:déconno-news, Effets mes rides |on 17 septembre, 2010 |23 Commentaires »

C’est le deux cent quatre vingt troisième fafiot!

Dimanche 14 Février 2010

(de fêter la Saint Valentin comme il se doigte)

saintvalentin6.jpg

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Cela n’a pas échappé aux plus romantiques d’entre nous, mais aujourd’hui, c’est la Saint Valentin, un gazier, qui, selon la légende, était, certes, un fêlé du mandrin, mais qui donnait des coups de goupillons farceurs en vrai gentleman.

C’est pour honorer la bonne mémoire de cet amoureux fougueux et bon enfant, que la fête des amoureux a été instituée.

Malgré mon air bourru et mes humeurs bougonnes, je suis, moi-même, un être de chair et de sang d’un romantisme pointu. D’ailleurs, je n’attends pas le 14 février pour donner des preuves d’amour à ma dulcinée, et je suis bourré, tous les jours, de petites intentions qui ne mangent pas de pain.

Par exemple, je lui demande si elle veut laver la vaisselle ou si elle préfère que je l’essuie.
Ou alors,  je lui enfile une burka doublée en laine de verre pour qu’elle ne soit pas gênée par le bruit de l’aspirateur quand elle le passe.
Ou bien, je lui ouvre gentiment le coffiot de la Jyva4 de l’intérieur, pendant que je reste assis à consulter le Paris Turf pour savoir si Unedemai 2 aime le terrain lourd, ce qui laisse tout le loisir à ma chère et tendre pour ranger, par ordre alphabétique, toutes les courses s’accumoncellant dans le cadoche.

Mais il est de bon goût de peaufiner la tendresse et de lustrer les émois le jour de la fête des amoureux.

Comme je ne suis pas bégueule, je vais vous dévoiler ma petite organisation perso de ce jour festif cupidonnesque (tu l’as sens?).

Sous le coup, de cinq heures et demie du mat (on aime, oui, mais pas les feignasses), je réveille Ginette et lui apporte le petit déjeuner constitué du reste de nouilles au gruyère d’hier soir (réchauffé, s’il vous plait) accompagné d’un café Lapuresque (1/3 de bol de café noir+1/3 de bol de gnôle).

Après cette mise en bouche, une fois qu’elle aura terminé le ménage et bouclé le repassage, elle aura quartier libre.

Puis, tout le monde montera dans la Jyva 4 pour aller au restaurant.
Je dis tout le monde, car nous ne sommes pas comme ces romantiques de foire qui enferment leur progéniture dans le placard afin d’aller s’en mettre plein la cloche tout en réduisant la note, nous emmenons Philémon, le fruit de notre amour.

Sur le net, j’ai reçu tout un tas d’offres alléchantes d’hôtels de charme qui proposaient des menus d’un romantisme à faire  bander un Iglesias sur la banquise.

Je me suis arrêté, sans cul férir, sur l’offre du Courte Paille de Mézieux-en-Bourbay, dans la zone commerciale du Grand Branlottin.

courtepaille.jpg

Le côté maison de schtroumpf et la cuisson au feu de bois auraient fait palir de jalousie un Beau de l’air qui tâtait du romantisme en se tripotant, en tout bien tout honneur, les fleurs du mâle.

Le romantisme sera à son comble, lorsque nous poiroterons pendant une demi-plombe avec un verre de kir à la main, entre la sortie et la caisse, pour attendre que d’autres gaziers, des romantiques plus matinaux que nous, décultent.

Nous pourrons nous assoir. La maitresse d’hôtel nous apportera, d’un même élan, le menu et la salade de bienvenue. J’offrirais avec beaucoup de galantine  galanterie la mienne (de salade)  à Ginette, car plutôt d’humeur bovine elle adore brouter, et moi le côté coulis de phallus de gnou sur les feuilles ça me débecte un peu

Enfin, voici l’heure du choix du menu, et tel un grand prince du désert, je ne vais pas regarder à la dépense en imposant, d’emblée, le menu Grillardin :

http://www.courtepaille.com/a-table/menu-restaurant-grillades.php

C’est le top du top Courte-Paillesque : Entrée+Plat+Dessert à 19 Euros 90, avec légumes à volonté ! Excusez du peu!

Certes, le menu Tradition, moins cher (17 Euros), s’en approche :

http://www.courtepaille.com/a-table/menu-restaurant-tradition.php

Mais l’andouillette de ce menu pèse 160 grammes, alors que celle du menu grillardin accuse 240 grammes sur la balance, ce qui, pour un jour de la Saint Valentin, force le respect.

Quant à Philémon, il ne sera pas négligé, et pourra profiter du menu Festipaille,

http://www.courtepaille.com/a-table/menu-restaurant-enfant-adolescent.php

alors que l’année dernière il avait le droit, encore, au menu Paillou, comme quoi, le temps passe, la roue tourne et le turlu pine.

Nous accompagnerons le tout de deux ou trois pichets d’un litre de vin de pays qui stratifie autant la carafe en cristal de Bayeux que l’estogom.

Après ce menu festif, nous irons nous recueillir, sur l’endroit de notre première rencontre, qui était le container à verres usagés de la Place Enrico Machiasse, container dont la couleur verte sublime le romantisme et nous fait remonter des souvenirs en refoulant du goulot.

Puis, une ballade romantique s’imposera, et nous irons tituber sur la grève, mais habitant à plus de 250 kilomètres de la mer la plus proche, nous profiterons de celle ( la grève) d’Ikéa, qui est, à vol d’oiseau, à trois bières du Courte Paille.

Enfin, nous rentrerons dans notre modeste demeure, et prendrons un apéro, moment délicieux, pendant lequel, j’offrirais à l’objet de tous mes désirs, un superbe ensemble de lingerie, acheté sournoisement pendant les soldes chez Rétam, constitué d’un soutien prunes et d’un slibouze en peau de locomotive, afin, de maintenir la terrasse et de brider le moteur, le tout agrémenté d’un porte-jarretelles en peau de pneu rechapé, développement du râble oblige.

Je lui resservirais mon compliment de l’année dernière, qui était passé à l’as, parce que nous étions trop bourrés:

En ce merveilleux jour de la Saint Valentin,
Je t’ai écris avec amour ces quelques lignes.
Tu es ma fée du logis, j’adore ton gratin,
De ton amour, Ginette (*), j’essaie d’en être digne.

vamlentin1.jpg

Ah, qu’il est doux de t’avoir près de moi,
De regarder séparément tes  yeux qui louchent.
D’humer jusqu’à l’ivresse tes dessous de bras.
Avant de les épiler au papier tue-mouche

Accepte maintenant ce tout petit présent,
La preuve de mon amour, une attention qui compte.
Même s’il est moins bien que celui de ton amant,
Ne rien t’offrir m’aurait fait un peu chier la honte.

L’important est que tu te sentes très heureuse.
Et voila Ginette que mon poème se termine.
Ce n’est pas tout ça, désaltère moi la menteuse
Je suis ton Valentin, tu es ma Valentine

[(*) remplacer Ginette par Paulette si elle ne s'appelle pas Ginette]

Puis, nous nous concocterons un plateau télé, en boulottant des pâtes au thon et une banane, tout en regardant deux épisodes du Docteur House que nous avons enregistrés, en admirant le grand ponte faisant douze diagnostiques et ouvrant une boite crânienne à coeur ouvert alors que le patient n’avait qu’un herpès au genou.

valentin2.jpg

Enfin, nous irons mettre la viande dans les torchons et après une brouette de Zanzibar, un aller-retour Paris-Vintimille, une toupie malgache et une vidange-graissage, nous nous endormirons, fourbus mais contents de voir que la flamme de notre amour brille comme au premier jour et que le romantisme, ce n’est pas de la branlette de pignouf.

Y a pas à dire, j’ai la sensualité à fleur du pot, et le ceusse ou la ceuze qui me prétendra, après tout cela, que je ne suis pas romantique pour un sou, ce sera ma main sur la gueule.

(franck 77)

Publié dans:Effets mes rides |on 14 février, 2010 |15 Commentaires »

C’est le deux cent soixante dix septième fafiot!

Mardi 19 Janvier 2010

(de supputer que l’arrêté sera parfaitement rectal)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Bon, la grippe H1N1 commence à nous beurrer la raie. Ça fait 9 mois qu’on est sur le coup, et on ne compte que  246 morts. Heureusement, que la grippe saisonnière est là pour relever le niveau, avec 6200 morts.

La France est en train de revendre à bas prix, à Bakou, et à des pays musulmans, ce qui est un comble, des vaccins contre la grippe cochonne.

Mireille Mathieu, la célèbre interprète de la marseillaise (oeuvre de grondin rouget de Lille) avé l’assent, en a personnellement acheter deux caisses, juste histoire de voir ce que l’on ressent quand on a un rappel.

Nous allons donc prendre un arrêté parfaitement rectal pour mettre fin à cette maladie de tarlouzes et en profiter pour passer à un truc plus sérieux.

———————————————————————————–

 logodeconnolandgouv.jpg

MINISTERE DE LA DECONNITUDE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE DE LAPIN,
DU VIN CHAUD , DES TONGS EN LATEX, DE L’HABITAT DUDULLE DU TERRITOIRE DE DECONNOLAND
ET DE MES DEUX SEINS SANS FRONTIERE

Direction départementale du vaccin en Auxois, de la Caisse A Fion, et du solo de trompette

ARRÊTE PARFAITEMENT RECTAL N° 01-2010-DDCDPM

décrétant que la grippe cochonne commence à bien faire et qu’il faudrait
songer à passer à autre chose

Le Préfet de Déconnoland,
Chevalier de la Rosette de Lyon avec Beaujolpif Assorti,
Officier de Réserve du Patron du Mérite d’être connu,
Docteur Honoris Causa mon cul de l’université de Z’y Va les Cormeilles,
abonné EDF aux heures creuses.

VU le Code de la Santé et notamment les articles S 100 , S 101 et S que t’as mal là,

VU le Code de la Ficelle qu’est alitée,

VU le Code de la poule en daube,

VU la loi modifiée n°51.OPQ du 3 Pêtose An bouze relative aux droits et libertés de dire des conneries en toute impunité,

VU le décrêt du Fion d’un de ces quatre sans faute,

CONSIDÉRANT que la grippe cochonne est une gripounette de tarlouze et que les labos minables, les journaleux et les experts de mes deux en ont assez fait leurs choux gras

SUR proposition du professeur Anne Nevoisturienvenir, du CHU de Tripotes-moi-Les-Joyeuses
SUR proposition de l’Observatoire National des Maladies médiatiques
SUR proposition de Jean Pompain Max, représentant des utilisateurs de pompes à merde

A R R E T E

ARTICLE 1 : on arrête nos conneries avec le coup de la pandémie due au virus H1N1.

ARTICLE 2 : on pense donc que la pandémie est derrière nous

ARTICLE 2 : les 3 milliards de dosounettes en trop, partiront avec l’adjuvant chef à Haïti, pour nourrir les pauvres qui n’ont aucune volonté de s’enrichir, et qui n’ont même pas pris la peine de tenir les murs.

ARTICLE 3 : on rappelle aux teneurs de murs de la métropole que leur action est inutile, dans la mesure où la France n’est pas sur une faille hautement sismique (ta mère?)

ARTICLES 4 : on lance la nouvelle pandémie de nom scientifique gastro-entérite ou chiasse filante

ARTICLE 5 : on constate que cette pandémie est aussi derrière nous

ARTICLE 6 : et qu’elle va laisser des traces dans nos mémoires, nos calbutes et nos chiottes

ARTICLE 7: La Secrétaire Générale de la préfecture de Déconnoland, le sous-préfet, directeur du cabinet au fond du couloir à gauche, les sous préfets d’arrondissements, le Directeur des Doigts Engourdis, le Groupement de la volaille motorisée, la Maison Poulaga élevée en plein air, le Dirlo des services anti z’y vateries chauffantes, le médecin chef du SAMU et complètement SMUR, La compagnie de gardien des pêts, les maires du coin, et tous ceux qui n’ont rien d’autre à foutre que de se tirer sur l’élastique aux heures ouvrables, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté.

Fait à FOUZYDONC-YMBONCOULT, le 19 Janvier 2010

Pour le Préfet et par délégation
le sous préfet directeur des gogues

Kamel AMOI

—————————————————————–

(Vous remarquerez que le sous-préfet Kamel AMOI est toujours en fonction, et qu’il n’a pas rejoint Rachid à Darty pour cause de loi Besson (nos froc?) )

(franck 77)

—————————————————–

augusterodinpenseurdurondingastro.jpg

(Le penseur qui fait flotter le Rondin – bronze coulé par Auguste)

——————————————————

Tante Akule propose sa recette cul lit nerfs

La gastro en terrine

Il y a quelques jours, nos dirigeants, dirigeables essentiellement par la nactu et leur cote de popularité, ont décrété que la grippe cochonne avait vécue (poil aux genoux).

Il est vrai que le fond de commerce commençait à battre de l’ aile et que les 90 millions de doses invendues commençaient à faire désordre. Sachant même qu’elles étaient inoffensives et que personne n’en est mort, pas même les contrées les plus reculées des Deux Chèvres n’en voulaient. Un tel fiasco à la limite du dépôt de bilan n’a pas inquiété nos politiques qui ont, dans la foulée, décrété une épidémie de gastro. Déjà 500 000 compatriotes ont passé l’arme à gauche tout en chiant leur bulletin de naissance, mais tout le monde s’en fout car dès le lendemain, la campagne de panique s’est ébranlée en même temps que la région de Port-au-Prince. Aujourd’hui,  l’on décide si une épidémie est rentable ou non de la même façon que l’on prétend avoir une action sur le climat d’une planète. La frontière entre la politique et la connerie est nettement moins étanche que la frontière entre Haïti et Saint Domingue.

Demain peut-être, trois flocons de neige, des congères au milieu du tunnel sous la Manche, ou une grève surprise des conducteurs du RER pour obtenir une prime de panier lorsqu’ils sont à plus de 10 000 bornes de leur domicile, feront oublier en l’espace d’un 13 heures l’existence même d un pays déjà quasiment rayé de la carte.

Quoiqu’il en soit, notre gastro nous reste un peu sur les bras, et c’est la raison pour laquelle Tante Akule se propose de la mettre en terrine. Une bonne gastro en terrine à l’ apéro, un soir d’été sur la terrasse, il n’y a rien de meilleur.

Pineau, le retour.

————————————————-

Effets mes rides

Joëlle, notre déconnobloguiteuse qui anime le blogounet du PCF de Maubeuge (lien : des gaziers qui ont la déconnitude dans la peau),  a eu un certain âge hier.

Donc, bon anniversaire Joëlle

anniversairjoelle.jpg

—————————————

Le dicton du jour :

« Qui a la chiasse, laisse des traces »

C’est le deux cent quarante et unième fafiot !

Samedi 15 Août 2009

(de vous emmener dans les cous lisses de Déconnoland)

 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais le compteur de visites de Déconnoland s’affole bigrement depuis une quinzaine de jours.

Nous ne sommes pas peu fiers de vous annoncer que le Blog de la Déconnitude frôle les 400 visiteurs journaliers (pour Flapi, cela veut dire qu’il y a presque 400 visiteurs par jour).

De pluche, les commentaires sont toujours là, et de qualité (mais si, mais si…).

Il y a différents moyens d’accéder au blog de la déconnitude :

1. En cliquant sur un lien d’autres blogs qui ont eu l’amabilité de s’acoquiner avec Déconnoland.

2. En tapant Déconnitude, ou déconnoland ou franck77 dans Gogole.

3. En cliquant sur le nom du blog que vous avez tous mis dans vos favoris tellement vous y êtes accrocs.

4. Enfin en tombant dessus par hasard en faisant des recherches sur un mot ou un groupe de mots en utilisant des moteurs de recherche.

Lorsque l’on est administrateur du blog (c’est à dire quand on a les clefs pour y bidouiller, en l’occurrence Pineau et moi-même), on a accès à un tableau de « référants ».

Les référants sont les mots ou groupes de mots qui ont été tapés dans le monde entier par des gaziers ou des gazières qui s’intéressent à des choses précises, et dans la liste des liens qu’ils ou elles ont chopés, ils ou elles ont choisi de sélectionner le Blog de la Déconnitude pour parfaire leurs connaissances.

Je pense que ces « chercheurs », qui ont soif de culture et de documentation fine, n’ont jamais été déçus en viendant consulter nos archives monumentales et le tout, pour la modique somme de « peau de balle ».

Je les remercie de faire confiance à notre banque de données.

Pour vous faire partager les cous lisses de Déconnoland, j’ai fais la capture d’écran, hier soir, de ces fameux tableaux de référants, ce qui vous permettra d’avoir une idée précise des recherches de nos contemporains :

rfrants1et2.jpg

rfrants3et4.jpg

 Regardez bien les tableaux en cliquant dessus, il y a  certaines recherches assez sympatoches…

Effets Mes Rides :

Aujourd’hui c’est l’Assomption.

Ce sujet a déjà été traité l’année dernière, et vous avez remarqué qu’il y a beaucoup de référants la concernant.

Donc, les ceusse et ceuzes qui cherchent une documentation complète sur l’Assomption, tombent sur ce document exceptionnel qui explique ce pourquoi qu’est-ce en quoi ça consiste:

http://franck77.unblog.fr/2008/08/15/cest-le-soixante-septieme-fafiot/

Je ne voudrais pas frimer, mais les archives du Vatican, c’est de la branlette de pignouf à côté!

(franck 77)

Publié dans:déconno-news, Effets mes rides |on 15 août, 2009 |13 Commentaires »

C’est le cent soixante bouzième fafiot!

Samedi 14 Février 2009 

(de supputer que si je suis ton Valentin, tu seras ma Valentine)

saintvalentin6.jpgT

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Le proverbe dit : « Heureux au jeu, malheureux en amour! ». Si l’adage est vrai, le gagnant de la super cagnotte du vendredi 13 hier, aura le chapeau en peau de cornes de cerf aujourd’hui, comme quoi on ne peut pas avoir le beurre,  l’argent du beurre et la mobylette volée du beur…

Dans le livre intitulé « la Saint-Valentin pour les nuls », j’ai relevé deux ou  trois conseils sympatoches qui pourraient servir et donner à cette fête une tournure radieuse.

Il est de bon goût, de ne pas rentrer bourré et de ne pas hurler « qu’est ce qu’on bouffe? » en pissant dans le lavabo. Faire un cadeau à sa dulcinée est indispensable pour ne pas avoir la tronche des grands jours. Evitez les fleurs coupées, car le vase pour les mettre vous l’avez évité de justesse à l’anniversaire de mariage quand vous étiez rentré bourré ce jour là avec une haleine de poney. Mieux vaut acheter des sachets de graines chez Gamm Vert.

Si vous optez pour de la lingerie, essayer d’innover. Chez Mapa, le latex est très tendance surtout au niveau des gants. Vous pouvez, éventuellement compléter cette délicate parure par un lot de vaisselle sale acheté aux Galeries Pastrèsnettes.

Il est de tradition d’agrémenter le présent d’un petit poème. Essayer d’en dégoter un plutôt pastel, ou mieux, composez le vous même.

En ce merveilleux jour de la Saint Valentin,
Je t’ai écris avec amour ces quelques lignes.
Tu es ma fée du logis, j’adore ton gratin,
De ton amour, Ginette (*), j’essaie d’en être digne.

vamlentin1.jpg

Ah, qu’il est doux de t’avoir près de moi,
De regarder séparément tes  yeux qui louchent.
D’humer jusqu’à l’ivresse tes dessous de bras.
Avant de les épiler au papier tue-mouche

Accepte maintenant ce tout petit présent,
La preuve de mon amour, une attention qui compte.
Même s’il est moins bien que celui de ton amant,
Ne rien t’offrir m’aurait fait un peu chier la honte.

L’important est que tu te sentes très heureuse.
Et voila Ginette que mon poème se termine.
Ce n’est pas tout ça, désaltère moi la menteuse
Je suis ton Valentin, tu es ma Valentine

[(*) remplacer Ginette par Paulette si elle ne s'appelle pas Ginette]

Vous pouvez éventuellement l’accompagner musicalement avec votre yukulélé à fioul, ce qui donnera une touche de sensualité à fleur du pot de plus à ce moment inoubliable.

Le dîner aux chandelles est surfait et ringard. Prenez la recette de la raie bien beurrée de tante Akule, et boulottez là sur canapé (je veux parler de la raie).

J’espère que ces conseils vous seront utiles à vous les gaziers qui ont l’intention d’amadouer leur Géraldine.

valentin2.jpg

Sinon, à la place de batifoler comme des niaiseux en murmurant des conneries ou des saloperies dans l’esgourde du gazier ou de l’hallucinée, y a toujours la déconno charadounette de Pineau qui n’avance pas des wagons à dégourdir et dont je réécris le lit bêlé:

  1. Mon premier est à syllabes .

  2. Mon deuxième n’habite pas Londres .

  3. Mon troisième est raide lorsqu’il n’est pas en-dessous .

  4. Mon quatrième est plutôt méchant .

  5. Mon cinquième gratte l’attache du chien .

Celui qui a mis mon tout en application a eu une idée lumineuse .

Publié dans:Effets mes rides |on 14 février, 2009 |23 Commentaires »

C’est le cent cinquante septième fafiot!

Mardi 6 Janvier 2009 

(de causer de citoyennitude derechef et pis Fanny) 

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Le ministre Alain T’es Rieur vient de nous faxer par pneumatique une alerte enlèvement ce dont au sujet de laquelle Déconnoland va la transmettre pour faire valoir ce que de droit:

alerteenlvement.jpg

Depuis hier matin, un enfant manque à l’appel entre Bastille et République.

———————————–

Le rapté a 17 ans, la tronche boutonneuse et s’appelle Antoine Evennou. Il ne peut plus répondre à son doux prénom de Toinou, car il est devenu sourd à se palucher pendant ses quinze jours de vacances.

antoineevennou.jpg

Quand il est sorti de chez ses vieux hier matin, il portait une panoplie de Julliard qu’il a eu à Noël sous le tapin, et une bouteille de lotion Bison Fumé sous le bras pour dégommer ses points noirs.

———————————————–

Le rapteur présumé est un gazier aux cheveux poivre et sel, qui parle en canard et qui est jenenvenplutiste au cirque Aschiéri le Clown

———————————————–

Si vous repérez les duettistes, n’interviendez pas. Foutez leur un mercredi après midi de colle, en leur faisant copier 5000 fois « Je ne dois pas faire chier le monde du travail, sous prétexte que je n’ai rien à foutre ».

——————————————

Effets mes rides : Et pis Fanny (merci Môssieu Desproges pour le coup de Fanny)

Aujourd’hui, c’est le jour de l’Epiphanie. Le calendrier de la poste n’a pas la foi, car l’Epiphanie c’est toujours le 6 janvier.

Les gaziers qui ont boulotté leur galette dimanche sont sûrement en train de pelleter la neige dans le jardin pour planquer les oeufs de Pâques.

En pluche, le coup de la galette fourrée tient plus du folklore qu’autre chose, mais bon, ne soyons pas bégueules, cela permet de tirer quelque chose et de boire un coup.

Vous vous souvenez peut-être que Marie à dépoté le gluant le 25 décembre. Elle a envoyé des faire-parts de naissance à la famille, et du coup le 6 janvier, y a 3 gaziers qui sont viendus en Galilée 16 soupapes et six cylindres en vrac, pour voir le lardon. En gros, ils sont viendus voir la bête les M, et lui offrir des cadeaux à la con, pas à sa taille et hors saison. On ne va pas jeter la pierre aux rois mages, ils avaient fait exprès de ne pas lui acheter la girafe qui couine quand on mord dedans, la bassine bleue pour lui astiquer les nougats, et la grenouillère avec la tronche de Dany Boum imprimé en braille.

roismages.jpg

(Visite de la famille – Peinture sur toile de jute fin Rimsky-Korsakov)

—————————–

Zieutons un peu les présents des pieds nickelés:

Balthazar a apporté la mire :

mire.jpg

Comme les programmes téloches commencent plus tôt depuis la veille, ils se terminent donc plus tôt. Donc pour ne pas que le chiard grelotte en voyant tomber la neige, Balthazar a apporté une mire toute en couleur de chez Fisher-Price.

Melchior,qu’était un peu fêlé du mandrin a apporté son casse croûte, car il savait qu’il allait tirer quelque chose, il a donc apporté Laure.

lauremanaudou.jpg

Quand à Gaspard, il s’y est pris comme un manche car il est toujours à la bourre. Comme il savait que la piaule de la maternité était fréquentée par un cheptel qui refoulait du goulot et qui dauffait à 15 bornes, il voulait acheter de l’encens pour donner une claque aux mauvaises odeurs. Mais la Maison de Valérie était lourded. Il est viendu avec son beau frère Emile qui sentait bon sous les bras. C’est de là que vient l’expression « Emile comme encens« 

———————————–

N’oublions pas la charadounette en cours et déconnobloguitons comme des voyouxes et des voyouzes que nous sommes sur tous les sujets ce dont au sujet desquels on veut causer dans la limite du raie zonable.

(franck 77)

123

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique