Archive pour la catégorie 'Effets mes rides'

C’est le centième fafiot!

Mardi 23 Septembre 2008

(de profiter de l’occasion du fafiot cent, pour passer une journée « sans »)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Il fallait bien que cela arrive un jour, et c’est aujourd’hui!

Le centième fafiot du blog de la déconnitude est publié.

Certes le fafiot ne sera pas plus exceptionnel que d’habitude, mais nous allons tâcher de marquer le coup en décrétant une grosse journée « sans ». On nous bassine avec la journée sans bagnole, sans tabac, etc, je ne vois pas pourquoi je ne ferais pas ma journée sans.

En première approche, je  me suis levé sans me gratter le fion, ce qui m’a permis d’attaquer la journée l’esprit clair.

J’ai pris mon thé sans sucre, mais ça je le fais tous les matins. Fait plus rare, j’ai laissé tomber ma biscotte par terre sans dire bordel de merde, et là j’ai pris sur moi.

J’ai pris ma douche sans eau, et je me suis rendu compte du gain de temps considérable que ça génère, ce qui m’a permis de me sécher, dans la foulée, sans serviette, ce qui ma permis de la remettre dans l’armoire sans la laver.

Je me suis habillé sans me presser, et ça, c’était plutôt appréciable. Bien sûr, je suis parti sans voiture, et j’ai pris le train (j’ai eu du bol c’était une journée sans grève, enfin presque). C’est à partir de là que je me suis rendu compte que le monde extérieur était hostile.

J’ai voulu voyager sans ticket. Le contrôleur m’a foutu une prune sans hésiter. Du coup, je me suis assis sur la banquette sans faire attention en prenant la place d’un gazier qu venait de se lever. Boudiou, je sentais que ça me collait au derrière et que ça ne sans sentait pas la rose. je me relèvus, et je n’ai pas eu besoin de gouter pour savoir ce que c’était. Je chopis le gazier par le colbac, et je lui montris les dégâts. il m’expliquait que lui aussi passait une journée « sans » mais sans concessions. Avant de partir, comme il avait la pizza au bord du four, il l’a déposée dans les cagouinsses, en décrétant que c’était la journée sans PQ pour le développement durable. Et comme c’etait un fan de Sharon Stone, il est parti sans slibouze sous le bénard en oubliant qu’il avait des gros bouts en post-it.

J’arrivus au siège de Déconnoland, et j’ me disa, franck 77, j’m'en va faire une journée sans fafiot.

C’était décidé, j’allais passer la journée sans dire de déconnitudes. J’ai tiendu une minute trente, car voyant tout le matos , même pas fini de payé à Théophile Moitonpèze, qui ne demandait qu’à déconno imprimer,  je n’ai pû m’empêcher de sortir le centième fafiot, qui fait déjà la une du Parigot d’aujourd’hui:

parigot.jpg

Cliquez la dessous pour la version « pas pliée »:

C'est le centième fafiot! dans déconno-news pdf parisien23092008.pdf

(franck 77)

—————————

(de la journée sans voiture)

Depuis quelques années, certains maires estiment qu’une journée sans voitures, ça le fait. On prétend que la voiture pollue, bien qu’ayant de la marge par rapport à la connerie, qu’elle est dangereuse en ville, en un mot qu’on peut facilement s’en passer. Aussi, à grand renfort d’employés municipaux qui bloquent tous les accès au lieu de faire leur boulot, à grand renfort de bus gratos qui sillonnent la ville, on nous fait croire que tout est règlé et que tout va bien. Le maire, fier de son coup, bilante le soir aux infos régionales que c’est un succès total, tellement total qu’il faudra attendre un an pour récidiver. Quand une idée est géniale, on la garde, d’habitude.

Le problème est que pendant cette journée sans bagnoles, l’économie de la ville s’est arrêtée. Beaucoup de commerçants ont baissé le rideau faute de clients qui n’ont que deux bras pour transporter leurs victuailles. Les artisans n’ont pas pu accéder à leurs chantiers qui sont en ville. La compagnie de bus s’est fait indemniser par la commune aux frais du commerçant et de l’artisan qui n’ont pas pu bosser. Le parking extérieur d’où partent la plupart des navettes gratuites n’a pas engrangé les 6 euros par journée et par voiture, ce parking étant déclaré gratos aux frais du contribuable. j’en passe, et des meilleures.

Si quelqu’un a compris l’intérêt de la chose, qu’il éclaire ma lanterne car pour moi, c’est la journée sans lumière.

Que les écolos lèvent le doigt, qu’ils aillent au turbin en draisiène, qu’ils résilient leur contrat EDF, qu’ils creusent leur puits, et qu’ils attendent la malle-poste pour recevoir des nouvelles de Noël Ta Mère, et qu’ils nous accordent une journée sans inepties. Il ne faut pas que je m’énerve, c’est quand même la journée CENT FAFIOTS.

(Pineau)

C’est le quatre vingt dix neuvième fafiot!

Lundi 22 Septembre 2008

(de ne pas y couper, après l’été, c’est l’automne)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Et oui, aujourd’hui c’est le premier jour de l’automne, et les romantiques vont nous ressortir leurs vieux herbiers, leurs odeurs de craies, de tableaux noirs, le vent qui souffle et tout le matos qui va avec l’automne.

Ah qu’elles sont jolies toutes ces feuilles aux couleurs chatoyantes qui vont venir pourrir sur le sol, en cachant sournoisement les étrons canins laissés par des maîtres et maîtresses  indélicacats.

Mais ne cassons pas le charme de cette saison aux milles couleurs, et laissons place à la poésie qui seule, nous sauve de l’absurdité de la vie et nous fait oublier le compteur EDF et le Rap!

La déconnitude n’empêche pas la papouasie poésie, et nous allons embellir cette journée de quelques vers avant de s’en jeter d’autres derrière la cravetouse pour arroser l’automne.

Un ami historien, en se levant ce matin, s’est mis à déclamer ce début de poême de Lamartine, qui a pondu autant de méditations, que l’idôle des jaunes a descendu de topettes, c’est vous dire à quel point il était romantique le gazier!

« Salut ! Bois couronnés d’un reste de verdure !
Feuillages jaunissants sur les gazons épars !
Salut, derniers beaux jours ! Le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards… »

« Rêves d’automne », de Lamartine (méditations romantiques)

automne1.jpg

Il y en a aussi un autre écrit de Samain, pas de celle de Lamartine, de celle d’Albert qui au niveau du moral dans les fumantes était un grand spécialiste:

« L’automne qui descend les collines voilées
Fait sous ses pas profonds tressaillir notre coeur
Et voici que s’afflige avec plus de ferveur
le tendre désespoir des roses envolées… »

« L’automne » d’Albert Samain


J’ai une tendresse particulière pour celui-ci :

Odeur des pluies de mon enfance
Derniers soleils de la saison !
A sept ans comme il faisait bon,
Après d’ennuyeuses vacances,
Se retrouver dans sa maison !

La vieille classe de mon père,
Pleine de guêpes écrasées,
Sentait l’encre, le bois, la craie
Et ces merveilleuses poussières
Amassées par tout un été.

feuille1.jpg

O temps charmant des brumes douces,
Des gibiers, des longs vols d’oiseaux,
Le vent souffle sous le préau,
Mais je tiens entre paume et pouce
Une rouge pomme à couteau.

« Odeurs des pluies de mon enfance » – René-Guy Cadou

Peut-être parce qu’à l’époque l’encre, le bois et la pomme avaient meilleur odeur que les merguez et les banderoles.

Comme il me reste de la place sur ma page de cahier, je vous délivre ce poème tiré des grimoires de Déconnoland

Salut! Saison aussi humide qu’une éponge
Tu refais surgir toute une panaplolie d’impôts
Les belles feuilles d’été de ta rouille tu ronges
Et je n’te parle même pas de ma tête de delco

« le tumulus sent l’humus » - Victor Urgo

delco.jpg

Aux ceusses et ceuzes qui commencent à avoir la tige creuse et les feuilles jaunes, et aux ceusses et ceuzes qui s’en badigeonnent le nombril avec le pinceau de l’indifférence de l’automne, je leur dis qu’ils peuvent déconnobloguiter, même de façon romantique, et dans la limite du raie zonable, sur tous les sujets ce dont au sujet desquels vous voulez causer.

(franck 77)

Publié dans:déconno-news, Effets mes rides |on 22 septembre, 2008 |24 Commentaires »

C’est le quatre vingt quatorzième fafiot!

Mercredi 17 Septembre 2008

(de dire que le fafiot cause un peu d’actu en vrac)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour!

Le lancement, hier, de la rubrique Petites déconno Z’annonces n’a pas laissé indifférents certains déconnobloguiteurs, qui ont eu vite fait de profiter de ce service.

Je rappelle qu’il y aura un fafiot dédié aux déconno Z’annonces par mois, et que ce dernier sera accessible en cliquant la catégorie iguane dans la colonne de droite au dessus du compteur de visites porté au rouge.

J’va tenter de remonter le fafiot des déconno z’annonces, pour qu’il soit toujours derrière le dernier fafiot du jour, si vous voyez ce que je veux dire, mais j’me comprends.

Aujourd’hui, je ne vais pas me casser trop le chou, car ce n’est pas tout cela de batifoler dans le mets dix cales, mais le boulot prends du retard, et les journées n’ont que deux bras, et personne ne vient faire mon boulot.

J’ai noté deux ou trois nymphos à la con ce matin.

Il y a eu, du côté de Dunkerque, un trafic de déchets. J’espère que Christoph Büchel n’est pas dans le coup, et que certaines de ses oeuvres ne se sont pas retouvées au cul d’un camion, bêtement bradées, alors qu’il se fait des couilles en or en vendant ses saloperies pour son propre compte.

En Israël, il y a un test canin qui consiste à demander au proprio d’emmener leur clébard dans un labo, afin d’y répertorier l’ADN de l’étron. Un fichier Edvige colombinoscopique sera créé. Le but est d’avoiner les proprios qui laissent les colombins de leur toutou sur la voie publique, puisqu’ils pourront être suivis « à la trace ». Et pour les bons proprios, ils auront des bons d’achat pour acheter du Canigou préchié à leur animal de compagnie.

grostron.jpg

(Crédits photos: Agence Pascap – si, si, il a été cap…)

Moi je dis que ce n’est pas con, et que je suis pour le fichier Etronique en France! Parce que la seule envie que j’ai quand j’aperçois un glandu qui fait dégazer Médor n’importe où en oubliant le désastre, c’est de lui faire bouffer le produit canin sans pain.

On va aussi nous beurrer la raie avec le retour de PPDA, journaleux romantique qui vole la nuit, sur le 20 heures. Si c’est pour qu’il nous  annonce le retour d’Amstrong, cyclotimique chimioté jusqu’aux burnes qui vole les Tours, moi je dis prout. Manquerait plus que Rika Zaraï sorte de sa con va l’essence et la coupe sera pleine.

Effets mes rides:

Aujourd’hui c’est la Saint Renaud.

renaud.jpg

(Crédits photos : Saunier Duval – l’idôle des jaunes chantant des choses bêtes en cours durant sa période pré-Colombine) 

Donc bonne fête à l’idole des jaunes, qui doit faire Manhattan Kaboul à cheval sur un cubi de 50litres, afin de féter l’anniversaire du succès qu’il a eu en pondant une chanson sponsorisée par Ben Laden du label Alkaïdi-Alkaïda.

Et n’oubliez pas de déconnobloguiter à donf sur ce que vous voulez bande de voyouxes et de vouyouzes.

Le service petites déconno z’annonces est toujours ouvert…

Publié dans:déconno-news, Effets mes rides |on 17 septembre, 2008 |27 Commentaires »

C’est le quatre vingt unième fafiot!

Mardi 2 Septembre 2008

(de dire que l’on colle à l’actu et que ce n’est pas de la daube)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Ce matin, tel un Zoéteux en mal d’affection, je suis allé au café-tabac-presse-pmu-presbytère-bibliobus sur la Place Rika Zaraï de mon bled pour m’enfiler un ch’tit noir.

Pour me remettre dans le bain de la déconnitude journalistique, j’ai lu en même temps le Parigot qui trainait sur le comptoir.

C’est quand même bien de ligoter les nymphos sympatoches comme celle là!

Du coup, histoire de vous faire faire des éconocroutes, je vous mets en ligne le fac-six-mi-laids du baveux:

parisien02092008blog.jpg

Cliquez en dessous pour la version papier:

C'est le quatre vingt unième fafiot! dans déconno-news pdf parisien02092008.pdf

En tout état de cause, on peut toujours déconnobloguiter sur tout un tas de trucs dans la limite du raie zonable

(franck 77)

 

C’est le soixante et unième fafiot!

Samedi 9 août  2008

(d’annoncer que c’est parti mon Pêt qui qui noie)

pekinois.jpg

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour

Sur les conseils de Claude qui m’avait dit qu’il y avait la redif de l’étape du Tour de France avec  2 cols mao hors cathé go de riz, je suis allé dans la pièce où il y a  l’électricité pour la téloche.

Thierry (notre sphénodon préféré, (voir fafiots 59 et 60)) était installé sur le canapuche en sirotant une mousse avec une paille! Je pensais qu’il regardait fumer l’indien, et bien non, il venait juste d’allumer la téloche pour mater s’il n’y avait pas de la meuf olympique à selectionner pour son prochain concours de labour.

A une plombe du mat, on a regardé la redif du gala de l’oignon d’ouverture des Joyeuses Olympiades chez les Pêts qui noient.

Boudiou que c’était beau tous ces jaunes qui occupaient la piste telle une omelette du livre des records d’Eliotness.

Dans les différents tableaux, on a retrouvé les trois éléments l’eau, le gaz et l’électricité et tout un tas de symboles de riz.

Après il y a eu le défilé des délégations, on a en a vu de toutes les couleurs, de toutes les tailles et tout et tout.

Je ne savais pas que le lancer de radiateur en fonte était discipline olympique car il y avait des maousses dans le tas.

Le judoka des pièces jaunes a dit qu’il a trouvé nul l’allumage de la flamme! Je ne suis pas de son avis, ça avait de la gueule. Peut-être qu’il aurait fait chauffer le string de Bernadette sur un filin de somnambule pour servir de pierre à briquet lui?

Dans les commentaires des journaleux, je n’ai pas pigé non plus qu’ils disaient que 5000 ans d’histoire on été résumés en occultant ce dont au sujet duquel le XXème siècle.

Si ma mémoire est bonne, quand les jeux se sont déroulés en Allemagne, pendant la cérémonie d’ouverture on n’avait pas causé de la SeuNeuCeuFeu qui faisait des livraisons en gros pour chauffer des camps de vacances chez Germaine six jeunes m’abusent!

Enfin bref on ne va pas paul et mickey, et z’y va les jeux……

Toujours est-il que Henry est encore devant la téloche et qu’il a les yeux aussi cernés que mes serines.

Déconnobloguitons à donf dans la limite du raie zonable….

(franck 77)

—————————-

Effets mes rides (franck 77)

Le 9 août 1945, trois jours après Hiroshima, un avion américain lâche une seconde bombe atomique sur le Japon, qui détruit plus de la moitié de la ville de Nagasaki!

Merdum, ça aurait mérité une ch’tite commémoration en Amerloquie pour satisfaire les journaleux assoiffés d’histoire

——————————

Désastres au logis (franck 77)

Ce viquinde, c’est la 18ème nuit des étoiles. Vous allez pouvoir sortir le matos de vision nocturne pour mater les voisins et voisines sans vous faire gauler par les archers bande de voyouxes et voyouzes. 

onthedob.jpg

(Crédits photos: Ciel mon mari – la nuit est toilée, mais pas pour tout le monde)

C’est le cinquante huitième fafiot!

Mercredi 6 août  2008

(de dire que pendant que les pêts qui noient, il faut bien que les Ben étau…)

Chères déconnobloguiteuses, chers déconnobloguiteurs, bonjour.

Comme Jean Haidéjàcausé à deux reprises de chaussette, la transat du bigarreau qui ne traverse pas plus la zat que les zesprits a lieu présentement, et même qu’à force d’avoir lieu, elle aura cabillaud comme disait une morue que j’ai bien conne nue. Le cinquantième fafiot vous en narrait les grandes lignes de fond  (v’là-t-y pas con cite les zôteurs maintenant), les classiques Hachette con n’achète plus n’ont qu’à bien se tenir.

bateauetmerfigaro.jpg

La course se court en deux manches et une belle s’il y a lieu (tiens, encore une morue); La première manche, entre La Rochelle et Vigo, en Espagne, a été remportée par  Nicolas Troussel,  qui a donc gagné le paquet de chips et le tapis portugais. Gildas Morvan, plus connu sous le nom de Philippe Gildas, arrive deuze. La deuxième étape se courait entre Vigo, le même, et Chère Bourre. Ils arrivent incessamment sous peu, sauf erreur de ma part, compte tenu des fluctuations saisonnières et du cours du maquereau à la criée de Poillobec-de-Kurtdouglas. On me fait signe que Philippe conforte son avance de retard qu’il avait accumoncelé, au point qu’il est arrivé premier lundi soir à Chère Bourre, avec son parapluie et les demoiselles qui ont quitté précipitamment Rochefort pour assister à l’accostement du héro de Laroche-Migenne (dans le Morvan). Ca va se jouer à un demi quart de poil deuk.

coursefigaro.jpg

Vendredi, les cons courant partiront de Chère Bourre pour aller virer l’île de Watermann, entre les Corses et Lear Land pour arriver à la miaou à Albert en Vrac dans le Finistère. Aucune chance ne sera accordée à Sa Se Trait qui a foiré la montée de la marée et le Saint Bernard l’Hermitte à cause d’un braquet un peu court vu les pourcentages importants, surtout dans les derniers virages. Par contre, la belle tant attendue entre les bêtes qui courent s’annonce force 12. Les mariniers serrent leurs cale-pieds pour en découdre sur le parcours des trois mers: la mer d’emmanche, la mer dire land et la mer d’occu.

La mettez haut s’annonce favorable. Le sémaphore du Cap Lézard informe que la mer sera verglacée à partir de Miko avec une visibilité de 1 mètre 12, les vents de secteur Sud Gascogne- Cap Finistère n’ont pas l’intention de mollir, la température sera de 37°2 le matin avant le bain du p’tit. Notre envoyé spécial  Ben Hameur Dessoif, sur la moto 2 nous tiendra au courant de l’évolution de la course. N’hésitez pas Ben Hameur, à me couper, comme dit le rabin, si un évènement subreptisse.

 Pineau

————————

Info 1 (franck77): 

Source Agence Roteurs de Douzetonnes:

HOUSTON (Reuters) – La tempête tropicale Edouard a parcouru une réserve naturelle du Texas, accompagnée de pluies diluviennes et de vents avec des pointes de 100 km/h, mais a épargné pour l’instant la plupart des installations énergétiques.

Edouard, cinquième tempête tropicale de la saison 2008 des ouragans dans l’Atlantique, a une force légèrement inférieure à celle d’un ouragan. Elle a été déclassée au rang de dépression tropicale.

Mardi matin, elle avait atteint les côtes au niveau de la Réserve naturelle McFaddin, selon les prévisionnistes.

A 21h00 GMT, la tempête se trouvait à 56 km au nord-est de Houston après avoir dévié sa route, a indiqué le centre national américain des ouragans.

Les principales installations pétrolières ont été épargnées et on ne signale aucune victime.

L’activité avait repris mardi en fin de journée au terminal d’exportation pétrolière de Louisiane, fermé lundi avant l’arrivée de la tempête.

Seules des coupures de courant localisées ont été constatées, et quelques arbres ont été arrachés.

La principale inquiétude porte sur les inondations, la tempête risquant de causer une accumulation de 13 cm de pluie dans les régions côtières de Louisiane et de 25 cm dans certaines parties du sud-est du Texas, selon la météo.

——————

Après une avancée laborieuse à 23km/h, Edouard est arrivé dans une réserve à mémères peuplée uniquement de géraniums, de bégonias et de tout un tas de plantes à la con, alors qu’il avait réservé une place au camping des flots bleus pour s’en mettre jusque là, dirladada, avec des femmes nues qu’il aurait mis à poil.

Ayant fait une étape pénible, Edouard a appris dans le baveux qu’il était hors délais et déclassé. De grand Edouard il est devenu fuite de chiotte, ce qui le déprime grave.

balladurjournal.jpg

Il est arrivé au campinje à 29h63 (j’aime mater), il ne restait plus qu’une place près du bac à vaisselles et du local à poubelles!

Du coup, il s’est juré de pisser dans les bocaux à cornichons de la petite picerie du campinje pour leur montrer qui est Edouard.

balladurparapluie.jpg

Ah, si il s’était appelé Raoul, le fafiot sur lui dans le baveux aurait tété transfiguré….

—————————

Effets mes rides (franck77)

Aujourd’hui, c’est la saint Transfiguration.

La Transfiguration est un épisode de la vie du petit Jésus.

D’après un hors série de la bible, cette transfiguration se situe après la multiplication des pains, qui a eu lieue (je le rappelle pour les ceusses et ceuzes qui ont séché le cathé ou qui ont eu l’abbé Queutard) chez « Ginette des nazes arrête », café-loto-pmu-presbytère-bibliobus près de la gare de Z’y-Va-Les-Events-Gilles.

L’origine de la distribution des pains était ,selon les pigistes de l’époque, une histoire de glaçons pas frais et d’un traitage d’immaculée au cours d’un 421. 

Toujours est-il que la transfiguration des tronches n’était pas de la branlette de pignouf, et que ça pissait le raisiné. 

Jésus, heureusement pour lui, avait son pôte Saint-Marc sur sa mob, le mecton qui se déplace toujours avec sa bassine des Usines Zaraille et sa brosse à fion.

D’une tronche de Marcel Cerdan, il a transformé notre vedette en Georges Clous Nets et sa limace était devenue aussi blanche que le bidet de Monseigneur Harpic. 

transfiguration.jpg  

(Crédits photos: le Point (dans la gueule?)- « Baston chez Ginette »)

Je pense que tout cela méritait une fête au calendard.

Donc bonne fête à tous les Transfigurés et toutes les Trans figues urées. 

————————-

Info 2 (franck77): 

de l’agence Rôteurs chez les pêts qui noient

PEKIN (Reuters) – Roselyne Bachelot-Narquin a déclaré récemment avec humour qu’elle s’attendait à être demandée en mariage par Bernard Laporte si l’équipe de France olympique n’atteignait pas l’objectif de 35 à 40 médailles fixé en juillet

————-

Interrogé à ce sujet, le secrétaire des gros tas, Bernard Lalourde a dit que « qui ne risque rien n’a rien » tout en poussant la porte du siège de Green-pisse pour avoir son accréditation pour les remises à l’eau des bâches à l’eau, des vaches à l’eau, des cachalots.

123

Le Plateau Télé de KeNnY |
Soft Liberty News |
t0rt0ise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.423luque.unblog.fr
| Cema
| Le bon coin politique